Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le Rapport Attali : Cent fois pi

lundi 28 janvier 2008


Cent fois pis que ce que l’ont attendait avec Sarkozy. C’est déjà ce que pensent bien des organisations syndicales et aussi quelques élus. Les mots les plus durs sur cette « auberge espagnole » (l’expression est de F. Hollande) sont probablement ceux de D. Sieffert dans Politis (*). D’autres trouveront dans les 314 (100 fois 3,14, devenues 316) propositions de la Commission Attali consultables dans


des idées et des constats à méditer. Mais la majorité des Français fera sans doute le même sort à ce pavé de 245 pages qu’au traité préparé sous la houlette de Giscard d’Estaing.

Ce n’est pas le rôle d’Altern@tives-P@loises que de se livrer à une exégèse ou à une critique complète de ce rapport qui concerne l’ensemble de la nation. Il est clair cependant que des propositions de cette commission auraient des retombées locales importantes. Nous ne considèrerons ici que la question de l’imbrication des structures administratives. Une autre chronique pourra être consacrée à d’autres thèmes, comme ceux de l’enseignement.

Elaguer l’empilement des niveaux de décision est sans doute raisonnable. D’autant que se profilent d’autres échelons comme les contrats de pays. Mais le département est-il le niveau qu’il faut toucher en priorité ? Il a un caractère historique que n’ont pas d’autres niveaux. Il a aussi le mérite de constituer une aire géographique que peuvent bien connaître l’ensemble des conseillers. Ce n’est pas le cas de la région.

Qui, à Pau, connaît bien les problèmes du Pays d’Albret, pourtant lié à la ville historiquement, ou, a fortiori, ceux de la Dordogne ? En revanche, vue au niveau européen, la région française est souvent trop étriquée. Que l’on pense à la Normandie, partagée entre Caen et Rouen. Le Havre ne s’y trouve pas plus à l’aise que Pau et le Piémont Pyrénéen dans la coupure du Sud-Ouest entre Aquitaine et Midi-Pyrénées.

A Pau, la découpe administrative entre des municipalités contiguës fait un obstacle considérable à la reconnaissance de la ville à l’extérieur. Faire franchir à la ville le cap des 100.000 habitants devrait être un des objectifs de la prochaine mandature. Paris envisage de s’élargir un peu et a déjà absorbé plusieurs paroisses comme Auteuil, Belleville ou Montmartre. Pau ne pourrait-il en faire autant, quitte à laisser les communes limitrophes garder leur caractère ? Quant à la Communauté d’Agglomération, ses limites sont-elles fondées économiquement ou socialement ?

- par Jean-Paul Penot

(*) Le talent littéraire en moins, il y a du George Orwell dans ce rapport-là. Une sorte de sociale-fiction qui sème l’effroi. Avec cette différence que l’auteur souhaite ce que 1984 voulait conjurer. Après lecture des conclusions de la commission Attali, il n’est pas interdit d’imaginer une société qui ferait travailler les vieux jusqu’à leur dernier souffle, des rues envahies de pousse-pousse (ou de touc-touc, comme on dit en Asie), et des aires de stationnement accueillant des milliers de mobil-homes pour travailleurs allant de ville en ville quérir un petit boulot. Et partout, des vendeurs à la sauvette qui feraient la fierté de nos statistiques de chômage grâce à eux redescendues sous la barre des 5 %. Sans oublier des gamins qui apprendraient à boursicoter dès le primaire.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le Rapport Attali : Cent fois pi
28 janvier 2008, par Pierre-Henri  
Alors on supprime quoi ?

Au sujet de la proposition de supprimer les départements, peut être n’est ce pas le bon niveau comme vous dites mais va-t-on continuer longtemps à multiplier les strates : l’Europe,l’Etat,la Région, le Département, le "Pays de", la communauté d’agglomération, la commune...etc.(liste non exhaustive) et à chaque niveau un Président, un hôtel de, des secrétaires, des voitures...etc.(liste non exhaustive bis)par contre un seul payeur le citoyen imposable (liste exhaustive). Et cela ne serait peut être pas le pire si chacun avait un niveau de responsabilité bien défini, mais non, pour traiter 1 sujet, il faut s’adresser à 2,3 ou 4 strates (ou plus...). Efficacité douteuse pour un intérêt particulier,augmenter son pouvoir et placer les copains.

> Le Rapport Attali : Cent fois pi
28 janvier 2008, par Symposium  

Enfin un commentaire qui change un peu du discourt ambiant. A part ceux de l’OFCE sont tous allignés derrière le gouvernement.

Dans l’affaire, ce qui me choque le plus, c’est que Sarko vient d’inventer le programme post-electoral : le programme est donné au bon peuple une foi que l’édile est en place... remarquez, c’est plus rentable dans ce sens.

  • > Le Rapport Attali : Cent fois pi
    28 janvier 2008, par jean-rené  

    316 propositions sur tout et n’importe quoi... un écran de fumée pour masquer la panne de Sarkozy. Attali le technocrate se proclame spécialiste de TOUT ! On se souvient des polémiques au sujet de ses livres et de ses goûts de luxe à la BERD. Un président bling bling et un conseiller bling bling.

    Le pouvoir de la technocratie signe l’échec des politiques.

  • > Le Rapport Attali : Cent fois pi
    29 janvier 2008, par Jacques Saury  

    Quel pouvoir de la technocratie ? Ce rapport dit Attali est celui d’une commission large puisque s’y sont même joints d’éminents spécialistes étrangers. Et la commission a entendu de très nombreuses autres personnes.

    La commission rend un RAPPORT au Chef de l’Etat. Aucun pouvoir, la commission, aucun. Le Président de la République avisera que faire de ce rapport, qu’en tirer et... le soumettra au Parlement le moment venu. Si ce n’est pas le pouvoir au politique, ça, je ne sais plus ce qu’est la démocratie !

  • > Le Rapport Attali : Cent fois pi
    29 janvier 2008, par Jerlau  

    Dans ce rapport (on peut le télécharger sur un site)

    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000041/0000.pdf

    il n’y aucune analyse de mécanique. Comment passe-t-on d’un état initial à un autre état ? C’est effectivement le problème de ce rapport. On fait des constats, on proclame, on sale et on poivre avec quelques chiffres tirès au hasard et on sert bien chaud. On ne démontre pas, on impose.

    Cette approche est assez commune aujourd’hui. Même en commercial, on affirme ( on est les premiers, les meilleurs,...), on déclare une qualité... et vous ne pouvez qu’acheter. La démarche est tout à fait différente de celle d’il y a 30 ans. A l’époque le commerçant démontrait ou essayait ( La REASON WHY !) et le client prenait ou ne prenait pas. Aujourd’hui le meilleur arrive ( c’est le commerçant) et on ne remet pas en cause.

    Le rapport Attali est dans la lignée de cette approche moderne des choses.

    A Pau par exemple on a donné beacoup aux inconvénients de ce type de méthode :

    -  les fibres : le vendeur arrive, il affirme, on remet pas en cause, on prend tout et la baffe,

    -  la médiathèque : l’iranienne de service, je me rappelle pas son nom, elle affirme et... on en prend pour 2 Millions d’Euros, et la baffe

    -  Le Fipau, même mécanique et hop pour 1 Millions de plus..et la baffe

    C’est assez drôle.

    Mais on sent que cela change doucement.

    Un faquin en mal de thèse pourrait s’ataquer au rapport ATTALI et en faire une analyse systémique ( donc démonstrative au niveau de la mécanique) expliquant pourquoi une proposition est bonne ou mauvaise.

    Cela nous sortirait des mots creux et des phrases creuses dont nous sommes inondés.

    Mais c’est du travail ! Pour gagner plus ? Certainement moins !

  • > Le Rapport Attali : Cent fois pi
    30 avril 2008, par Elgatos  
    rapport Attali

    Ce n’est pas pour faire de la publicité a J Attali,mais pour mieux comprendre où il veut en venir lisez son bouquin "Bréve histoire de l’avenir" . C’est un ouvrage qui laisse perplexe, il est même parfois inquiétant . En le refermant on se pose la question :Et si il avait raison ?

    Ceci dit ,son rapport on aime ou on aime pas .

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises