Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pierre Larrouturou

dimanche 20 janvier 2008


La crise des années 30 devant nous ?

Pierre Larrouturou, homme politique et économiste français connu pour ses positions en faveur de la réduction du travail, se confie à A@P et nous présente son nouveau livre « le livre noir du libéralisme » aux Editions du Rocher , préfacé par Michel Rocard.

Altern@tives P@loises : Depuis 1993, vous avez une théorie très précise sur la réduction du temps de travail. Vous prônez les 32 heures par semaine pour les Français avec une prévision de 1600 00 créations d’emplois. Ce n’est pas une utopie ?
Pierre Larrouturou : Depuis 14 ans , je me bats sur le sujet comme certains se battent sur le dérèglement climatique. En France, 400 entreprises sont passées à la semaine de 4 jours . Une étude du ministère du travail donne ce chiffre de1.6 millions créations d’emplois avec un mouvement généralisé vers les 32 heures.

A@P : En 1998 et 2000, deux lois sur les 35 heures ont été mises en place par Martine Aubry avec des résultats mitigés. Selon l’INSEE ou l’OCDE , les « coûts financiers liés à l’exonération des charges patronales ont été très lourds » et « la contribution à la baisse du chômage modérée ». Peut-on parler de bilan positif ?
PL : J’ai critiqué à l’époque les lois sur les 35 heures . En réalité, il y avait beaucoup d’heures supplémentaires et la durée réelle restait à plus de 38 heures. De plus, on a donné 70 milliards de francs aux entreprises sans obligation de créer des emplois. Il est ahurissant de donner tout cet argent sans contrepartie. A l’époque, j’étais le seul à gauche à parler de ces ambiguïtés et à dire que nous allions dans le mur .Martine Aubry ne me serrait même plus la main.

A@P : Aucun pays de l’OCDE n’a imposé et généralisé cette réduction du temps de travail ?
PL : Effectivement mais partout la productivité débouche sur la précarité. Au Japon, la jeunesse se rebelle à cause des petits boulots ; en Allemagne, plus de 6 millions de personnes travaillent 15 heures par semaine ; en France, les emplois Borloo représentent 200 000 créations avec 15 heures de travail par semaine et 450 € par mois. Avec une précarité qui explose, le niveau de vie des salariés diminue et la croissance ne se maintient qu’au prix d’un endettement privé insoutenable.

A@P : Vos propos sont très alarmistes sur la période que nous vivons. Vous la comparez à celle d’avant 1 929 avec un endettement américain de 233% du PIB alors qu’il n’était « que » de 140 % à la veille du krach boursier historique. Y a t’il un risque d’effondrement du capitalisme mondial ?
PL : Depuis 8 ans, je tire la sonnette d’alarme. Allan greenspan, ancien Directeur de la Banque Centrale des Etats-Unis, vient de dire que les U.S.A venaient de commencer une récession. Dans les quotidiens les Echos ou Libération, on peut lire que la crise va être la plus longue connue depuis un siècle. Aux Etats-Unis où règne une grande précarité, seulement 5% des plus riches ont vu leurs revenus augmenter, les autres voient leurs revenus diminuer ou stagner . La consommation élevée est maintenue en poussant les gens à s’endetter. La dette augmente de façon considérable ( 8 fois plus vite que le PIB l’année dernière dans ce pays). Ce système injuste n’est pas durable. Le danger est grand pour nos économies interdépendantes ! Certains économistes affirment que « la crise des années 30 est devant nous ».

A@P : Avec des conflits qui ne seraient pas à exclure ?
PL : La Chine a doublé son budget militaire depuis 7 ans :si les USA tombent en récession, il y aura un fort ralentissement de la croissance dans ce pays d’Asie. Quand la crise sociale est trop grande, un pays très civilisé (cf. Allemagne dans les années 30) peut déraper et provoquer une barbarie. La question de Taiwan très sensible, peut exacerber le nationalisme et devenir explosive. L’armée chinoise en pleine modernisation, dit qu’ils attaqueront les Américains si ces derniers veulent aider Taiwan.


- Propos recueillis par Marylène VINCENT

PS : Pierre Larrouturou dans Libé lundi 21/1/2008


Le livre noir du libéralisme

Pierre Larrouturou

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Pierre Larrouturou
21 janvier 2008, par pehache  

Mais, mais, mais... et le "travailler plus pour gagner plus", alors ??? Et la croissance, vous y pensez à la croissance ?

Ca me fait penser à ma stupéfaction en lisant un article du cahier économique du Monde il y a quelques jours : "L’année s’annonce morose pour les pays développés" disait le titre. Diable... quel fléau nous attend-il donc ? Je lis alors que "les pays riches continuent à souffrir d’une croissance molle, aux alentours de 2 %" .

C’est fou. On fait partie des pays les plus riches de la planète, avec un niveau de vie insolent par rapport à l’immense majorité des hommes, notre richesse va encore s’accroitre de 2% l’année prochaine (et même si ce n’était qu’1%), et on trouve ça... morose !!! Et c’est le discours dominant, en plus : j’ai cité Le Monde, mais tous les apprentis-économistes nous servent ce discours dans tous les médias.

C’est délirant, il n’y a pas d’autre mot. On en reste sur un shéma où on fait mine de croire qu’une croissance continue et exponentielle est possible, malgré l’évidence des ressources limitées qu’offre la planète.

Faire progresser les pays pauvres actuellement vers un niveau de vie décent sans transformer la Terre en un cloaque invivable va déjà être un défi gigantesque. Vouloir nous-même continuer à être de plus en plus riches est de la folie furieuse. Non seulement on va droit dans le mur, mais on continue à appuyer sur l’accélérateur.

Le pire c’est qu’on ne sait plus (a-t’on jamais su ?) concevoir la société sans croissance. On ne sait plus résoudre les problèmes sans croissance. On ne sait plus réguler, arbitrer, sans croissance pour dégager des marges de manoeuvre.

Quels hommes politique vont avoir le courage de tenir un autre discours ? Actuellement je n’en vois pas beaucoup, à part dans certains partis écologistes.

> Pierre Larrouturou
21 janvier 2008, par Jerlau  

Larrouturou, poil-à gratter de base, pourrait même aller plus loin.

32 H par semaines ? ; dans les petites boîtes, à l’atelier, cela peut-être difficile, mais dans les bureaux des grosses boîtes ? Est-on sur que le travail qu’on y fait est utile pour la boîte ? Cette explosion de tâches de bureaux incontrolables n’est-il pas peut-être le problème principal de notre économie ? Le travail n’est il pas alors devenu un objet de consommation en perdant son rôle de producteur ? Diminuer alors le temps de travail c’est rendre la boite plus productive !

Un peu aberrant de dire cela pour une petite PME, mais regardons le grand groupe. On peut y diviser les effectifs de bureaux par 10. Personnellement j’ai connu de tels cas où on a divisé par 10.

Ce problème de temps de travail est très polémique. Mais le bureau n’est ce pas souvent un "Jardin d’Adultes" ?

Quant à la crise économique qui s’amplifie c’est en grande partie la conséquence de ce manque d’efficacité du travail depuis 35 ans. Durant ces 30 dernières années on a crée 400 000 milliards de dollars d’actifs financiers (les estimations vont de 200 à 700 000 milliards de dollars), soit 50 à 70 000 dollards par "terrien". C’est incroyable ! On est d’une richesse ! Mais c’est quoi ces actifs financiers ? Un bout de papier bien souvent. Pierre achète Jean pour 10 milliards, Paul achète Louis pour 20 milliards, Pierre et Paul s’associent, ils valent 30 milliards, titrisent leurs valeurs, et les épargnants achètent. Une affaire qui marche. On a crée un système bancaire où il y a toujours un dernier payeur, les banques centrales (BCE, Fed,...)

Avec un tel système pourquoi produire encore ? Dans les grands groupes le Management a alors souvent été plus attiré par ce système, extraodinairement productif, que par la sueur. Il faut les comprendre. L’aventure Vivendi avec Messier en a été un exemple extraordinaire.

Pourquoi cela va-t-il s’arrêter ? Cela tourne tant qu’on met pas en doute le support papier (dollar,, euro,...). Mais aujourd’hui, en Inde, par exemple, on refuse les dollars, on y préferre les roupies. Le jour où le pétrole mondial est coté en yuan que se passet-il ?

Rien ne se passera avant les Jeux Olympiques 2008. Mais après ?

Tout le monde a ce scénario en tête avec quelques variantes.

Et en plus on voit monter les multinationales chinoise, indiennes, mexicaines. PetroChina fait un bénéfice de 140 milliards de yuan, soit 14 milliards d’euros (bénérice de Total) au taux de 10 yuan pour 1 Euro, Mais au vrai taux c’est peut-être 10 fois Total.

Que valent alors réellement nos multinationales ? Peut-être pas grand-chose y compris Total.

C’est ce glissment qu’on voit poindre, glissement vers d’autres terrains de jeux que nos vieux pays.

Alors réveillons nous :Prenons en conscience.

Félicitons encore Larrouturou d’avoir chercher depuis bien longtemps à réveiller les esprits.

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008, par Partiprix  

    Bon sang... je ne sais plus si je suis Larrouturounien ou Jerlaunien !

    Quand je vous disais, cher camarades, que nous consommons trop ! Un jour, nous serons bien obligés de produire moins, ou différement... et là, nous serons bien forcés de réguler cette économie !

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008, par Autochtone palois  
    Pierre Larrouturou est membre du P.S. Un "oubli volontaire" ?

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008, par Bernard Boutin  

    Non, ce n’est pas volontaire.

    Pour en savoir plus sur P. Larrouturou, lire son intervention de ce jour sur Libération :

    http://www.liberation.fr/rebonds/305091.FR.php

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008  
    en lisant ces msg...que tout ça est pessimiste !! vous savez que la France, notre vieux pays est la première destination touristique au monde....avec 80millions de personnes !cest précieux ! notre art de vivre est notre particularité, notre patrimoine... si la mondialisation c’est en définitive la sortie de l’indécende de pays en état aujourdhui de survie je suis pour dans le respect essentiel de l’environnement qui est notre urgence

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008, par didier  
    La France est la première destination touristique dans le monde. Mais les français sont les premiers consommateurs d’anti-dépresseurs... Quel paradoxe !

  • > Pierre Larrouturou
    21 janvier 2008, par pehache  
    Il faut dire que voir déferler des hordes de touristes en short, c’est déprimant smiley

  • > Pierre Larrouturou
    25 janvier 2008  
     smiley et maintenant écoutons notre Jacques Attali ...en avant la France ! Bougez-vous les français ! smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Henri Caillavet - Lui, peut-être, un des Hommes du XXe siècle ?
    Pau Oloron - Louis Barthou : Colloque pour le 150è anniversaire de sa naissance
    150 ans après, renaissance de Louis Barthou dans la mémoire des Béarnais
    Denys de Béchillon : Les Primaires, l’exercice du pouvoir, l’homo politicus, les indignés.
    Cédric Laprun
    La laïcité et André Comte-Sponville
    Jean-François Dutilh, un homme d’ici
    L’insécurité en question avec Philippe REY (partie 2)
    Le roman de la "passerelle fantôme" entre Pau et Gelos.
    Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    Pascal BONIFACE, portrait en trois dimensions
    Bernard LACLAU-LACROUTS, homme de passions
    Mustapha Tahif à la conquête d’un « Word Guinness record »
    Le décés de Lydie LABORDE
    De petits pas
    Jean POULIT, l’enchanteur
    L’Aubisque en fauteuil roulant
    Pierre Saubot, homme d’engagement
    Rencontre : Un homme qui gagne à être connu, Gérard TREMEGE, Maire de Tarbes
    Thierry Berit-Debat : Un homme de défis !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises