Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les caractères (de notre ville)

dimanche 13 janvier 2008


La superbe de ces gens-là ne nous interdira pas de penser que l’aigreur est humaine.

Arthamène est désinvolte et brillant ; c’est le bon élève. On ne discute pas ses thèses : elles sont irréfutables. Quand il parle, chacun se tait, dévotement. On savoure une à une ses paroles, comme goutte de miel. Son charme est son génie. Il est le maître, le penseur, le théoricien. Promis à une haute destinée, il sait néanmoins demeurer calme, sobre, impavide ; seul un ironique sourire frôle ses lèvres. Rien ne l’exalte, rien ne l’incendie. Il mène son existence publique avec une sagesse naturelle. L’âge n’a pas d’arme contre lui. Auréolé de cette éternelle jeunesse, il passe, passe, passe...

Pamphile est un solide gaillard, vindicatif, tumultueux, bouillonnant. Prophète des causes désespérées, il se jette à corps perdu dans la mêlée, tout en sachant vains tous ses efforts. Qu’importe que ses actes lui nuisent ! Il vaut aller ! Tout ce qu’il a entrepris a échoué. Toutefois, tel un bouchon de liège à la surface de l’océan, il a toujours survécu à ses faillites et, Circé des Temps modernes, sait renaître des cendres de son palais.

« Je préfère une femme forte en short qu’une fille soumise en chemise » ainsi s’exprimait Sapho, la prêtresse de Vénus. Las ! Toujours Vénus, séduite par quelque Adonis, trahira ses engagements.

Incapable de se gouverner soi-même, Oronte prétend gouverner Thrace et son empire.

Les Viridis sont une aimable gent. Ils partagent les mêmes passions, cultivent la même idéologie, s’aiment et s’embrassent à toute heure. Mais vienne l’heure des grandes décisions, les uns tirent à hue, les autres tirent à dia, et tous se retrouvent cul-terreux devant le verdict des électeurs.

Izor est né les mains moites. Il vit le cœur froid. Il mourra l’âme sèche.

Pylade, éphèbe attardé, sera un séduisant vieillard quand, des injures du temps, il acceptera l’assaut.

Mélicerte est une maîtresse femme, c’est à dire une femme que les hommes ne veulent point pour maîtresse. Despote en jupon, elle n’est pourtant pas totalement insensible. Elle veut être charitable, elle n’est que bonne.

Astimore est veule, coquin, violent, tricheur, hâbleur, menteur, lâche. Il insinue avoir trouvé dans le suffrage populaire, qu’il soigne par le mensonge et la démagogie, une réelle légitimité. Son éthique est la haine. C’est un individu sans scrupule. Sa main pollue ce qu’elle effleure. Sa langue n’est que venin. Il porte son âme en étendard.

C’est en observant Arax qu’on se persuade que l’homme est un singe qui a eu des malheurs.

Eriste a le teint frais, les pommettes rutilantes, le regard fier, la démarche aisée. Il parle avec éloquence, parant son discours d’ornements, parfois coquins, souvent parfumés, toujours perfides. Il a la passion de son métier et se fait un métier de la passion. Or, comme tous les gens passionnés, on ne l’aime pas, on l’idolâtre ; on ne le hait point, on l’abhorre. Il est, dit-il, né pour un destin glorieux. Il mourra soit ignoré ou soit ne mourra point.

Agatange a du chien la rogne et la servilité. Son vice est la flatterie. Pourvu qu’il ait sa niche où ronger son os, il fait le beau. Dès qu’on convoite son gîte ou sa pitance, il montre les crocs. Mais ses colères sont grotesques. Il est le pitre de la vallée qui se veut l’ours des montagnes.

L’homme probe, c’est Clystène. Sa physionomie recèle une mansuétude inflexible et une fermeté docile. Ses actions sont l’oriflamme de son cœur. C’est un prêtre, un mage, un gourou. Son seul vice est sa vertu.

Un être sans espoir est un être inutile. Avons-nous besoin de connaître les humeurs de César ? Avons-nous besoin de peindre en noir notre ciel déjà gris ? Où la science de La Bruyère ? Où le génie de Molière ? Où l’âme de La Fontaine ? Qu’avons-nous fait de la gloire de notre race ?

O nos pères humiliés, pardonnez-leur, pardonnez-moi.


Christian LEMARCIS


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les caractères (de notre ville)
13 janvier 2008  

En effet, j’espère que mon petit Théo à moi de 13 ans, gardera son immense espoir d’enfant le plus longtemps possible tout en restant le plus gentil et le moins aigri des petits hommes, même et surtout s’il reste un petit homme.

signé une petite bonne femme aigrie par le temps la vieillesse la pauvreté l’hivers et l’ennui.

Bon, c’est pas l’tout ça, le jour se lève, le soleil se lève, peut-être vais je sortir de ma grotte aujourd’hui.

Quand faut y aller faut y aller !!!

  • > Les caractères (de notre ville)
    13 janvier 2008, par Autochtone palois  
    Merci de nous faire découvrir cet auteur grec. Je suis allé voir sur un site belge, celui de l’Université catholique de Louvain C’est savoureux.
    Le premier de la vingtaine de caractères identifiés est le fourbe.
    Le fourbe est quelqu’un du genre à aborder ses ennemis et à vouloir causer avec eux [au lieu de les haïr]. Il louange en leur présence ceux qu’il a attaqués en secret et témoigne de la compassion aux gens , dès lors qu’ils sont perdants. (...) Des gens s’indignent-ils d’avoir été lésés, il leur tient des propos feutrés. Il n’avoue rien de ce qu’il fait, mais affirme qu’il en est encore à se consulter, fait semblant de n’être là que depuis un moment, [dit qu’il est bien tard] et qu’il s’est senti souffrant. Des gens cherchent-ils à emprunter ou à faire une collecte, qu’il ne vend pas, et lorsqu’il ne veut pas vendre, il prétend qu’il vend. A-t-il entendu quelque chose, il fait semblant que non ; a-t-il vu, il affirme n’avoir rien vu ; a-t-il conclu un accord, il prétend ne pas s’en souvenir. En certains cas, il assure qu’il se réserve d’examiner la chose, en d’autres, qu’il ne sait pas, ou bien qu’il s’étonne, ou encore que lui-même avait déjà conclu en ce sens. (...)
    Si vous voyez une quelconque similitude avec un quelconque élu palois, vous êtes vous-même... du genre perspicace...

  • > Les caractères (de notre ville)
    14 janvier 2008, par Jean-Pierre Ryf  
    Vive la littérature

    Ce site est décidement bien intéréssant et ses articles "littéraires" permettrent de sortir un peu de la basse polémique et en disent souvent bien plus que des textes techniques. Merci

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Oloron : "Poétissage" au Printemps des Poètes
    Lire - Ça passe ou ça casse
    Plus de musique !
    Au pays des rêves
    Pour les livres et les contes, le lieu compte
    Projet Frankenstein
    Pau - Histoire(s) de Printemps
    A découvrir ou redécouvrir : les champignons
    La grande migration
    « Les Musicales de Thèze »
    Demain samedi, allons danser !
    L’histoire de la Librairie Tonnet
    Une autre campagne ?
    Théâtre de l’Echiquier : Pour que ne meure pas « Malade Imaginaire »
    Photo, sculpture, la matière dans tous ses états s’expose à Lacommande
    Un concert du Nouvel An déjanté, de Strauss à Abba !
    Pourquoi ne pas (re)découvrir l’Espace ski de fond du Pont d’Espagne, à Cauterets ?
    Flash back et changement de ton au Musée des Beaux Arts de Pau
    A Noël, qu’offrir ? Un « rompol * » ?
    Pau, les Etoiles au firmament



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises