Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les Norvégiens ont du pétrole, mais ils ont aussi des idées

vendredi 11 janvier 2008 par Pierre Dubruchou


La Norvège possède d’importantes ressources en hydrocarbures, ce qui en fait un des plus riches pays européens. Avec un pétrole qui coule à flots au large de leurs côtes, on pourrait s’attendre à ce qu’ils conduisent tous de gros 4x4 consommant 30l aux 100km. Or il n’en est rien : les produits pétroliers étant très taxés chez eux aussi, ils préfèrent les modèles consommant peu... et le vélo.

Là encore, on peut être étonné de l’usage du vélo dans un pays aux conditions climatiques peu clémentes. Par exemple à Trondheim, ville copieusement arrosée du fait de sa situation sur la côte ouest. Qui plus est construite dans un environnement de collines, avec des pentes importantes.

Faut-il donc en conclure que les Norvégiens sont imperméables d’une part, et dotés de mollets d’acier d’autre part ? Si pour la pluie la question reste posée, pour les côtes sévères il existe une autre explication : ils ont inventé le remonte-pente pour vélos !

Le système consiste en un câble de traction enterré sous une gorge noyée dans la chaussée ou le trottoir, câble qui tire des plaques métalliques, sur lesquelles les cyclistes posent un pied pour se faire pousser vers le haut de la pente.

Ce système est en place à Trondheim depuis 1993 et semble donner satisfaction, aussi bien pour son efficacité que du point de vue sécurité. Le coût ne doit pas être excessif compte tenue de la simplicité. Néanmoins il semble aussi qu’il n’ait pas été installé ailleurs qu’à Trondheim.

En quoi cela nous concerne-t’il à Pau ? Certes Pau est une ville essentiellement plate. A l’exception quand même de la butte devant le bd des Pyrénées, qui part du château et qui se prolonge loin à l’est de la ville. Pour aller au cente-ville depuis Jurançon, depuis la gare, depuis Bizanos, il faut se payer quoi qu’il arrive une bonne côte. Depuis la gare, le funiculaire accepte les vélos, mais le débit est faible (2 vélos par montée, contre 360 vélo par heure pour le remonte-pente norvégien), et le funiculaire n’est pas en service en permanence. Et restent de nombreux site tout le long de la butte, où un remonte-pente serait utile.

Dans le même ordre d’idée, mais sans aucune mécanique : là où des escaliers grimpent la butte, installer le long des marches une petite bande roulante, qui permet de pousser son vélo à la main dans l’escalier, sans avoir besoin de le porter (vu il me semble en Norvége également).

Le développement de l’usage du vélo passe par une multitude de petites initiatives. Inspirons-nous de ce que font les autres.


Quelques liens sur le remonte-pente de Trondheim (malheureusement tous en anglais, mais notons néanmoins l’effort des Norvégiens pour proposer presque toujours des versions anglaises de leurs sites) :

Le site de la ville

Le site du fabriquant

Wikipedia

Plus de photos


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les Norvégiens ont du pétrole, mais ils ont aussi des idées
11 janvier 2008, par Harald  

Les Norvègiens ne mouillent pas que le bas de leurs pantalons, ils mouillent le maillot !

Il y a un vieux proverbe norvègien qui dit : "Le mauvais temps n’existe pas, il n’y a que des vêtements mal adaptés..."

Ils ont en effet beaucoup de choses à nous apprendre !

Vive le vélo !

> Les Norvégiens ont du pétrole, mais ils ont aussi des idées
11 janvier 2008, par Marc Maupomé  

"Si pour la pluie la question reste posée" En Allemagne, les gens font du vélo en tenant leur parapluie ! smiley doivent se mouiller quand même le bas du pantalon. Pour ma part, je n’ai pas encore essayé smiley

  • > Les Norvégiens ont du pétrole, mais ils ont aussi des idées
    12 janvier 2008  
    les bandes roulantes a coté des escaliers entre la gare et la place royale par exemple elles existent déja depuis des années !!!! le remonte vélo bof, quand vous voyez qu’il y’a pas 1% des étudiants qui circulent sur le campus ou vers la ville en vélo, et les immenses parkings d’enclumes toujours pleins, il y a plus urgent ; Ils sont pas fatigués les étudiants. par contre l’intermodularité c’est des casiers a vélos couverts, surs et économiques a la gare pour cinq euros par mois. c’est des points services avec des ex rmistes qui font a la minute tous les petits trucs qui dégoutent les gens du vélo : un frain qui frotte, une roue crevée, etc etc

  • > Les Norvégiens ont du pétrole, mais ils ont aussi des idées
    7 mars 2008, par exbéarnaisdeparis  
    Voiture électrique

    Et pourquoi un service de location de véhicules électriques comme à la Rochelle ?

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Au pays de Poulit l’Enchanteur
    L’électricité : enjeux et défis
    Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    Pau - Accès automobile au parking Aragon
    L’inanité des politiques ?
    Pau - Qui trop embrasse mal étreint !
    Pau - L’heure des choix
    Pau - Médiathèque André Labarrère : Question de détail !
    La Puyoô-Pau rénovée en 2013
    Route ou rail en vallée d’Aspe ?
    Pau - Culture pour tous : Y compris pour les handicapés ?
    A 65, le dessous des cartes...
    La nouvelle Pau-Bordeaux arrive !
    Péage Pau Bordeaux Pau = 43,80 €. Faisons payer les élus !
    BAP : « Pour l’administration française, Saragosse n’existe plus »
    Bordeaux-Pau : L’autoroute de la prospérité
    ‪Pau - La vache qui implorait Miséricorde ! (acte 5)‬
    IDEcycle, ma chère idée...
    Avec le trésor, certains continuent de rêver...
    Idelis, Idecycle, Idelib, idées fixes !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises