Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Réorienter le PBC

vendredi 4 janvier 2008


Question : Que peut faire la Ville de Pau de ce fichu PBC ? L’impasse d’aujourd’hui était inéluctable. Mais il y a une autre voie que j’avais signalée dès le début en 2003.

Le PBC c’est bien pour communiquer de Pau à Pau. Cela cadrait d’ailleurs bien avec le projet d’anthropologie des initiateurs du projet qui voulaient voir comment "les singes palois" allaient réagir aux stimuli du "Très Haut Débit"

A l’époque j’avais indiqué que pouvoir communiquer à très grande vitesse supprimait l’obligation d’avoir un PC pour accéder à Internet et même pour utiliser tout type d’application, y compris les complexes.

J’avais indiqué qu’il y avait déjà des projets très importants pour construire des centres d’hébergements pour ordinateurs et que cela simplifiait beaucoup de choses.

Aujourd’hui c’est le cas. Tout a fortement évolué. On peut travailler à distance avec de simples boîtiers comme des modem, pas de disques, ... (Cela à l’avantage de supprimer les "tours" et leurs problèmes techniques chez les palois, les problèmes de capacité mémoire et de nombreux problèmes de logiciels qui sont renvoyés chez l’hébergeur)

Pau pourrait encore prendre ce cheval pour développper le PBC.

Un ou plusieurs centres informatiques dans la ville peuvent permettre de distribuer toute l’énergie informatique à tout le monde dans la ville en étant totalement dispensé de la "gestion système". Beaucoup d’entreprises, de banques, fonctionnent selon ce principe pour éviter d’avoir dans chaque agence une véritable compétence informatique.

L’informatique devient alors moins coûteuse, plus facile à faire évoluer, et plus facile à utiliser. C’est une voie qui intéressera de plus en plus les petites entreprises, artisans, commerçants qui ont des difficultés à utiliser pleinement cet outil avec des coûts réduits.

Le PBC a une place à prendre dans ce créneau. Il aurait pu déjà le faire il y a 5/6 ans sans fibre. La fibre ne fait qu’élargir le nombre d’applications possibles.

C’est ce que j’appelais à l’époque "réorienter le projet".

Cela permettrait peut-être à la ville de sortir de cette histoire de fous.

- par Jerlau


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Réorienter le PBC
7 janvier 2008, par e teri  

Jerlau... est le même gourou qui nous annonçait voici des années que la fibre n’avait aucun avenir ? Au vu de tout ce qui se passe en Europe dans ce domaine, au vu des préconisations d’organismes comme la Caisse des Dépôts, l’ARCEP, l’AEC, au vu de décisions de collectivités aussi gauchistes que, par exemple, le département des hauts de Seine qui va investir 57 millions d’euros sur du Ftth Ftto, au vu aussi des résultats des projets en cours qui montrent tous que ce sont justement les particuliers qui sont les plus demandeurs... on se pincerait à imaginer que c’est le même jerlau...

Si, mais nul ne peut le croire, il s’agit bien du même penseur prospectif des telecom, un conseil peut-être. Pourriez-vous centraliser vos propres réseaux inofrmatiques pour éviter des manipulations aussi vulgaires que fausses ? Allez sans rancune car cela rajeunit le veil homme que je suis de vous voir ainsi aussi droit dans vos bottes de 0 lieu.

  • > Réorienter le PBC
    7 janvier 2008  
    "les particuliers demandeurs" elle sort d’où cette anerie . Ceux qui sont demandeurs ne le sont qu’à condition de rabais sur le tarif. Leur raison : les m..s répétitives dans le service alors qu’ on ne peut plus dire que c’est en rodage

  • > Réorienter le PBC
    13 janvier 2008  
    6000 ânes alors... et la grande majorité des abonnés DSL de Neuf qui râlent parce qu’ils ne sons pas migrés sur PBC... Etrange, vous avez dit étrange ?

  • > Réorienter le PBC
    7 janvier 2008, par Jerlau  

    E teri,

    Je n’ai jamais dit et que la fibre n’avait aucun avenir dans l’abolu. J’ai simplement dit à l’époque (en 2003) que le projet PBC me paraissait complètement en dehors des clous. Et aujourd’hui il me semble que les faits montrent que je n’avais pas tort.

    Ce qui ne veut pas dire que la fibre n’a pas d’avenir.

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par jerlau  

    E teri,

    Dans la droite ligne de ce que j’avançais en 2003 :

    La paire de cuivre prête à atteindre 10 gigabits

    L’IEEE va bientôt normaliser la transmission à 10 Gbit/s par Ethernet. Le câblage en cuivre actuel devra être revu pour atteindre un tel débit.

    Bertrand Braux , Décision Informatique (n° 674), le 26/04/2006 à 12h00

    Ce n’est pas la fibre qui sera remise en cause. C’est simplement le mode de connexion aux immeubles et maisons. Pour arriver à un système classique :

    -  fibre pour transporter de grandes masses d’informations entre sites (les autoroutes et NRA)

    -  cuivres du NRA et/ou de poste intermédiaires jusqu’au particulier.

    C’est une des raisons pour laquelle les opérateurs font actuellement plus de gesticulations que de réalisations. C’est une des raisons pour laquelle les vendeurs de fibre font le forcing auprès des collectivités.

    Alors E teri, il faut y regarder à 2 fois. C’est comme les trains, l’un peut cacher l’autre.

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, ton annonce sur les 10 gigabits par le cuivre est un poil (de mamouth) tendancieuse.

    On sait très bien depuis longtemps que dans de bonnes conditions le cuivre peut passer des débits très élevés. Dans de bonnes conditions... courtes distances, câble bien blindé, etc...

    Or la paire de cuivre du réseau téléphonique n’est pas un câble éthernet, et ne peut en aucun cas passer des débits comparables. Tu as un peu oublié de le rappeler...

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par Alain  

    Pehache,

    Les distances peuvent être très courtes. Il y a 3 ou 4 NRA a PAU qui permettent du très haut débit dans un rayon de 2,5 km ! ça en fait du monde ... non ?

    Rajoutez 2 NRA et c’est toute l’agglomération qui peut avoir Internet triple play TV et Vidéo et libre concurrence entre les opérateurs. C’est ce qu’ont fait la plupart des villes : fibre optique entre les NRA et pour les entreprises + ADSL pour les particuliers voir Nantes , Rennes et Montpellier.

    Le prix d’un NRA supplémentaire est dérisoire à côté d’un chantier FTTH qui ne sert qu’à 3500 abonnés seulement 4 ans après. Ajoutez que les techniques d’ingénierie de fibre optique FTTH sont en pleine r-évolution donc il prudent d’attendre.

    Alors ADSL très haut débit pour tous ou fibre optique FTTH pour 3500 abonnés seulement ?

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par pehache  

    Alain, deuxième présentation tendancieuse : comparer l’ADSL "pour tous" et le FTTH pour "3500 abonnés". Des choux et des carottes. Le PBC aujourd’hui c’est plus de 40000 prises raccordables, donc autant d’abonnés potentiels.

    Je trouve incroyable que 5 ans après on en soit encore à ruminer à longueur de forums "il aurait fallu faire ça et pas ça"... C’est très possible, mais on va le ruminer encore pendant 10 ans ???

    La question ne se pose plus de savoir si il faut ou non faire le PBC : il EST fait. Il est là. On fait quoi avec ? On avance, ou bien on continue à ruminer ?

    pffff.... smiley

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par Alex  

    Puisque les particuliers se laissent désirer il faut leur proposer un cadeau de bienvenue à PBC, et ne pas se lancer dans des comparaisons incompréhensibles pour le profane (dont je suis) : cuivre contre fibre pour des giga-octets à x milliseconde de ping, avec un download égal à 27% de l’upload avec le protocole XYZ bien supérieur (les japonais le savent depuis l’école maternelle, pensez donc) au protocole ABC version A-sup qui est supporté si c’est du FTTH mais pas de l’ADSL... Ouf ! Pitié.

    Dans la majorité des cas l’utilisateur lamba reste froid puisqu’il ne perçoit pas visuellement la différence sur son écran ; la vitesse lui apporte au mieux un début de concept philosophique. Un arbre à cames en tête il en révait alors qu’il roulait en Renault 5 , parce que la différence est perceptible, alors que gagner 5 millisecondes c’est pas spécialement jouissif si on n’est pas du métier.

    Le système PBC ne peut-il pas proposer gratuitement en prime un petit quelque chose interessant ou surprenant et réservé en exclusivité à ceux qui s’abonnent chez lui ? Réinventer le cadeau Bonux, est-ce si compliqué ?

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par Alain  

    pehache

    Le PBC aujourd’hui c’est plus de 40000 prises raccordables, donc autant d’abonnés potentiels.

    Oui mais uniquement 3500 abonnés réels chez les particuliers. Les palois préfèrent l’ADSL : facile à installer, plus de services, moins cher, libre concurrence.

    Pourquoi prendre la FTTH si j’ai l’ADSL triple play à 29 € sans travaux ?

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    7 janvier 2008, par pehache  

    Alain, je crois que tout le monde sait ce qu’est l’ADSL, il était donc inutile de placer une pub pour Free dans votre message.

    Mais effectivement, si vous avez l’ADSL et qu’il vous convient, je ne vois pas de raison d’en changer.

    Cela dit, cela ne vous oblige pas à dénigrer le PBC, qui peut convenir à d’autres. On dirait que vous souhaitez son échec, c’est assez étrange...

    D’ailleurs vous parlez un peu trop au nom des Palois en disant qu’ils préférent l’ADSL. En 9 mois depuis qu’il a mis en place son offre sur Pau, Neuf a réalisé 1500 nouveaux abonnements environ sur une base de 40000 prises disponibles. Ce n’est pas foudroyant, mais ce n’est pas si mal pour un début. Et pouvez-vous dire combien de nouveaux abonnements ADSL il y a eu sur la même période ?

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    8 janvier 2008, par alain  

    Plus de 50 % de foyers raccordés à l’ADSL en France selon les chiffres officiels.

    Combien de foyers à Pau ?

    Pas de pub alors les voilà tous

  • > E teri, 10 gigagbits sur le cuivre !
    8 janvier 2008, par pehache  
    Alain, de savoir que l’ADSL est majoritairement choisi là où il n’y a pas d’offre FTTH ne répond pas à ma question : combien de nouveaux abonnés ADSL sur Pau depuis qu’une offre correcte existe sur le PBC ? C’est ce chiffre qu’il serait intéressant de connaître.

  • >Illusion d’optique : des Mégas pour 3 Roupies
    8 janvier 2008, par Jerlau  

    La guerre « cuivre/fibre » bat son plein ! Mais ils sont complémentaires. Fibres pour gros débits et grande distance, Cuivre pour faibles débits (10 à 100 méga tout de même sur de faibles distances, quelques centaines de mètres). Cela on le sait depuis au moins 20 ans. Mais cela met en cause depuis le départ la logique du tout FFTH du PBC. Comme le dit Alain, on peut simplement améliorer les NRA, les liaisons entre NRA et « autoroutes » d’un coté et ensuite amélioration de la liaison entre NRA et particuliers et on a l’équivalent du FTTH rapidement pour pas très cher. Cela c’est la logique technique de base.

    La logique commerciale c’est autre chose. D’un coté des fabricants de fibre qui veulent toucher un marché très large. Ils ont une cible privilégiée. Les politiques et les collectivités, d’où ce battage type PBC. De l’autre coté des opérateurs télécoms qui voient dans la fibre un bon moyen de communication publicitaire. Cela améliore l’image. Mais on fait peu d’installations, hors quelques zones tests, pour être présents et acquérir une expérience toujours utile à long terme qui permet de justifier le positionnement marketing.

    De leur coté les collectivités publiques dépensent un tas de fric pour rien (30 millions d’euros tout de même à Pau). Mais ce n’est pas le plus grave. Si on prend l’exemple de PAU et du PBC, le plus grave c’est surtout l’illusion de progrès, crée par le PBC, qui est néfaste. On a cru qu’en enterrant des fibres, on allait faire un grand saut dans le futur. On s’aperçoit que c’est faux. On a trompé des énergies, des jeunes qui auraient pu faire autre chose.

    Cela c’est la principale tromperie qu’on peut reprocher au monde politique ( de gauche ou de droite).

    Prenez l’exemple des Indous. Leur industrie de fonderie est en train de racheter les usines dans le monde entier. Et il n’y a pas que Mittal qui a racheté Arcelor. Il en y a d’autres tels Bharat Forge, n0 2 de la sous-traitance automobile dans le monde. Quelle est leur force ? Des usines sans ouvriers ! Pour faire des pièces automobiles. Des usines ultra-automatisées. « Une pièce de fonderie, c’est un logiciel » dixit leurs dirigeants. Des usines sur le terrain, avec principalement des ingénieurs dans le monde entier. Des logiciels mis au point en Inde qui communiquent (sans fibre !) avec les usines. C’est cela un saut dans le futur. Et où est la valeur ajoutée ? En Inde.

    Notre futur ? L’indou d’il y a 40 ans avec qui discutait-il du montant de son salaire ? Dans 10 ans avec qui discuterons nous de notre salaire ? Avec le « Khadafi de service » ?

    C’est peut-être cela notre futur si nous continuons à nous éparpiller dans les projets « gadgets ». Et il n’y a pas que Pau et que le PBC.

    Ainsi le plus dommageable pour Pau c’est toute l’énergie paloise mise dans ce foutu PBC qui aurait eu plein d’autres centres d’intérêt pour se développer, développer l’Université, la Ville. Dans cette voie, les besoins sont immenses. Alors arrêtons de focaliser les esprits dans des impasses comme le PBC.

  • > Illusion d’optique : pour quelques Roupies de plus
    8 janvier 2008, par jerlau  

    http://www.bharatforge.com/

    http://www.fondeursdefrance.org/

    Pour s’aérer un peu par rapport au PBC, regardez un peu ce qu’est une fonderie indienne (il y a un ensemble de photos sur le site).

    Allez ensuite sur le site des fondeurs de France.

    Comparez les 2 types d’ambiance.

    Qu’en concluez vous ?

    Nos usines disparaissent. Pensez vous que ce soit principalement un problème de cout de main d’oeuvre ?

    En dehors de la fibre optique, qu’y a t - t- il à faire ?

  • > Réorienter le PBC
    7 janvier 2008, par Disney Bit  

    Espérons que ceux qui vont se lancer dans la fibre optique ne vont pas le faire comme à Pau en annonçant 20000 abonnés en 5 ans et 5000 à 10000 création d’emplois !  smiley sans parler de la mecque du très haut débit smiley et Paulywood smiley

    Parce qu’après tout ça c’est pas facile de rester lucide : mdr !

     smiley

  • > Réorienter le PBC
    14 janvier 2008  

    C’est le même Jerlau qui avait parié sur ce vieux forum que jamais aucune prise ne serait allumée sur PBC...

    Je constate avec plaisir que ses visions erronées restent les mêmes... Un peu monomaniaque ce gourou là...

  • > Réorienter le PBC
    5 janvier 2008, par pehache  

    Pour le grand-public, un système tout centralisé est peut-être trop ambitieux actuellement, même si techniquement faisable.

    Par contre un système de type "easygate" me parait être un compromis intéressant. L’ordinateur reste chez le client, mais il appartient à l’opérateur et est entièrement géré (administration et maintenance) par ce dernier. Le client est donc totalement déchargé de ces tâches. Par ailleurs la vitesse d’upload de la fibre permet un véritable système de sauvegarde distante en temps réel, sur serveur centralisé, des données du clients.

    Idée : Neuf étant déjà présent sur le PBC, pourquoi ne pas essayer de nouer avec lui un partenariat pour un projet pilote, consistant à placer des "easygate" en priorité dans les populations ne possédant actuellement ni ordinateur ni connection internet ? Les "clients" payeraient l’abonnement à la fibre, et la CDA et Neuf cofinanceraient les easygates. Le tout associé à des actions de formation.

    La CDA remplirait là une véritable mission de service public. Neuf pourrait être intéressé en valorisant son système "easygate" et en gagnant de nouveaux clients sur la fibre.

  • > Réorienter le PBC
    5 janvier 2008, par pehache  

    Complément : l’easygate est vendue 149€ sans écran par Neuf. Mettons 300€ avec un écran correct : même entièrement financé par la CDA, le coût en matériel resterait très limité pour un projet pilote.

    http://www.easyneuf.fr/site/easy9_offre.html

    Resteraient les coûts d’administration (par Neuf), de formation, etc...

  • > Réorienter le PBC
    5 janvier 2008, par Jerlau  

    Mais il faut commencer d’abord par les choses faciles et immédiatement rentables.

    Rien que fusionner la totalité des centres informatiques de toutes les communes, collectivités, (cela doit faire au moins 1000 postes de travail) sur un seul site, sans même fusionner les logiciels, c’est une économie très importante en matériel, logiciel de base, maintenance et c’est un exemple pour montrer et étendre.

    Mais il ne faut pas commencer par le grand public. Là c’est le désastre, c’est la grosse erreur d’ailleurs du PBC.

    Personnellement je travaille commme cela depuis 8 ans, et j’ai toujours le même boitier ( à moins de 100 E aujourd’hui) pour me connecter sur n’importe quoi. (pas de virus, pas du bug system, pas de mise à jour...)

  • > Réorienter le PBC
    10 janvier 2008, par GC  

    Jerlau je n’ais pas encore vue beaucoup de banque avec des postes de travails qui peuvent : jouer, regarder des films, bref tout ce qui demande de la ram et du DD.

    Quand à réorienter le PBC, mais pour quoi faire ? Demande t’on de réorienter aussi le réseau de france télécom en cuivre ?

    Que manque t’il au PBC ? Rien. Je ne vois pas ce qui vous fait bondir à ce point, à part peut-être de la jalousie, de la ranceur ou je ne sais quoi.

  • > Réorienter le PBC
    10 janvier 2008, par Jerlau  

    GC,

    J’ai pas de rancoeur. j’ai rien à prouver, rien à proposer, si ce n’est que je trouve un peu dommageable que les deniers publics, les efforts palois se perdent dans ces méandres. J’ai plus de 60 piges, j’en ai rien à faire sur le plan personnel.

    Que tu n’es pas vu des "banques avec des poste de travail qui peuvent : jouer, regarder des films" crois que cela soit anormal ? crois tu que ce sera le cas dans le futur ?

    Mais GC poses-toi quelques questions sur la question.

  • > Réorienter le PBC : une dernière pour la soif !
    11 janvier 2008, par Jerlau  

    GC,

    Un problème :

    J’ai 100 photos dans ma base de données personnelles et je veux les communiquer immédiatement à un ami qui est dans la campagne près de Lyon qui n’a qu’un Modem de 56 K base et je n’ai qu’une Adsl de base de quelques dizaines de K.

    Je les lui envoie et il les voit immédiatement :

    -  Possible ? Comment ?
    -  Impossible ? Pourquoi ?

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, l’un n’empêche pas l’autre :
    -  un volet professionnel, avec mutualisation les moyens informatiques des collectivités et installation de terminaux légers sur les postes de travail
    -  un volet grand-public dont l’objectif principal serait d’amener à internet les populations actuellement du mauvais côté de la fracture numérique, en leur proposant des solutions intégrées et faciles à utiliser.

    Guillaume, il faut arriver à ce que le PBC dépasse les usages classiques de l’ADSL, sinon même avec 10000 ou 20000 abonnés, sans être un échec ça restera frustrant (du moins pour moi)...

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par Guillaume C  

    @ Pehache, pour le volet grand public est-ce à l’agglomération Paloise à proposer des contenus ou solutions intégrées ou alors aux FAI qui y sont dessus ? FT ne propose rien aux personnes qui sont chez FREE, pourtant le cuivre lui appartient.

    @Jerlau : je n’ais jamais dit que l’on ne pouvais rien faire avec une connexion RTC ou ADSL, mais avec la fibre il faut reconnaitre que c’est mieux. Comme je dit souvent ce n’est pas d’avoir 50 Mbits/s ou 100 Mbits/s qui m’impressionne le plus car bien souvent les serveurs en face sont bridés mais plutôt de faire beaucoup de chose en même temps. Pour moi le plus grand intérêt de la fibre est que c’est multi-taches. Certes tout le monde n’a pas mes activités mais de plus en plus de gens ont deux voir trois ordinateurs chez eux. On sait bien que de plus en plus les sites proposent du contenu qui demande de la bande passante. Quand j’étais en ADSL je faisait des choix suivant ce que ma femme faisait sur son PC, maintenant je sais que ca ne perturbera en rien ses activités.

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par Jerlau  

    GC,

    A Pau on est obsédé par les débits. Mais il n’y pas que cela.

    Ecoutez ou Lisez Bill Gates qui prend sa retraite de MicroSoft. Il a donné sa vision du future et cela vaut le coup de prendre en compte ce qu’il dit.

    Il a dit "le futur c’est accèder à toutes ses données de partout"

    Regardons où Bill Gates a mis ses billes depuis le début des années 90. il a pris des parts importantes dans les satellites de Télecom, il a lancé le système de clients légers Citrix (aujourd’hui quelques centaines de millions de licences), et il a investi dans la nulmérisation d’oeuvres d’arts diverses, tableaux, livres....

    Le Bill a parfaitement vu il y a presque 20 ans qu’on allait vers une concentration des moyens informatiques : des centres hébergeants des dizaines milliers de serveurs auquel on a accès de façon rapide même sans fibre.

    Et aujourd’hui c’est bien le mode de développpement que suit l’informatique.

    Au lieu d’avoir 2 ou 3 ordinateurs chez soi, on a 2 ou 3 boitiers à moins de 100 E chacun, (c’est l’ordinateur à moins de 100 E pour les écoles). On a plus rien chez soi. On n’est pas obligé d’avoir de la fibre. Il y a 10 ans cela fonctionnait déjà. Sur des lignes à 64 K on pouvait mettre 4 à 5 écrans.

    Cela marche avec des débits à quelques K. La fibre ne fait qu’ouvrir le nombre d’applications possibles.

    Aujourd’hui sur des lignes à 1 méga, on arrive à mettre 30 à 40 utilisateurs (j’en ai personnellement l’expérience).

    Aujourd’hui en prévision des débits à 5 ou 10 mégabits (cuivre), on prévoit de faire les formations sur Video et autres.

    Alors à Pau (je répète pour la nième fois) on pouvait faire un centre sur Pau ouvert aux Palois et à l’extérieur. Proposer l’ordinateur à 100 E et sans maintenance, sans virus,sans panne système(le boitier), pour les écoles et autres, associations.

    Et cela pouvait commencer par la centralisation de l’informatique des collectivités publiques.

    Je crois que personne n’a étévoir. Alors remuez vous et allez voir !

    L’extension des débits sur le cuivre, l’importance des systèmes de compression (techniques Citrix) fait que même pour la THD il n’est pas évident que la technique FTTH soit indispensable.

    Cela fait 6 ans que je n’ai pas changé de registre. Je travaille là dedans,alors je vois.

    Alors allez voir.

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, n’exagérons pas le génie visionnaire de Bill Gates, lui qui ne croyait pas du tout à l’essor d’internet et qui tardé à engager Microsoft dedans smiley (heureusement que MS était déjà à cette époque un géant financier, ce qui lui permit de redresser la barre en mettant le paquet d’argent qu’il fallait).

    "L’extension des débits sur le cuivre, l’importance des systèmes de compression (techniques Citrix) fait que même pour la THD il n’est pas évident que la technique FTTH soit indispensable."

    Rien à voir. Les systèmes de type clients légers Citrix ne sont pas adaptés aux video. Du moins il leur faut eux aussi une ligne très haut débit pour faire passer les videos (la HD réclame au minimum 10Mb/s, 16 si on veut une bonne qualité).

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par m t  

    Dans la ville du du très haut débit on ne peut même pas payer en ligne la cantine et les crèches. Ca se fait même à Hérouville

    http://www.herouville.net/pageLibre0001178b.html#I0009f48e

    Et on dit que Pau est en avance !!!!

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par Jerlau  

    Pehache,

    Bien sur que l’un n’empêche pas l’autre. Mais il faut commencer par les collectivités et les entreprises. Il faut démarrer avec au moins 2000 postes de travail desservis, à 30 à 40 Euros par mois. Cela pour au moins financer le central.

    Et ensuite les particuliers se greffent sur le même système, mais la montée en charge sera plus lente.

    Mais tout cela c’est trop tard aujourd’hui. A l’époque FT aurait eu intérêt à le financer. Aujourd’hui c’est un peu plus dur.

  • > Réorienter le PBC
    11 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau,

    les professionnels et les particuliers n’ont pas les mêmes besoins, donc les solutions ne sont pas forcément les mêmes. D’où des projets différents et parallèles.

    Le système que tu préconises, à savoir toute la puissance informatique dans un central et chez l’utilisateur un simple terminal graphique, est parfait pour une utilisation de type bureautique ou technique dans un environnement de travail.

    Par contre dès que le multimédia pointe le bout de son nez, c’est différent : il faut un minimum de puissance informatique en local, pour décoder les flux videos par exemple, ou pour jouer. Or le particulier est friand de multimedia. C’est pour ça qu’une solution intermédiaire, où le PC reste en local chez l’utilisateur mais est simplifié et géré entièrement à distance par l’opérateur (système easygate chez Neuf), peut se défendre.

    Guillaume,

    ce que je décris là c’est une opération de service public : favoriser l’accès aux nouvelles technologies parmi les populations qui ne sont pas à l’aise avec pour de multiples raisons (peur de l’ordinateur, problèmes financiers...). Ce n’est pas Neuf, ou n’importe quel autre FAI, qui va décider seul de faire du service public. Je me réfère toujours au succès du Minitel : l’état, au travers de France Telecom qui était public à l’époque, avait décidé de fournir gratuitement le terminal, ce qui avait été déterminant pour le succès du réseau.

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par Jerlau  

    Mais Péhache, il faut voir les choses en dynamique. Tout change très vite aujourd’hui.

    A moins de 100 E (les clients légers), aujourd’hui ils peuvent fonctionner sans être connecté, sans disques durs, on peut y faire du word, voir de la vidéo, on peut y brancher des lecteurs de DVD, au même titre que dans un boitie FREE on a 30 giga de mémoire video.

    Les applications Word, bureautique ou autre y fonctionnent sans disque dur. Il y en qui fonctionnent même en Wifi.

    La fibre apporte un plus mais tout cela peut fonctionner sans fibre. C’est pas cher et c’est facile à utiliser.

    Au bureau, cela fait presque 10 ans que je fonctionne comme cela. Aujourd’hui j’y recois la video, le son, chose que je faisais pas quand n’avait des lignes de quelques K. Mais aujourd’hui même avec des lignes qui ne sont que de 2 méga partagés par 40 personnes cela fonctionne (mais en technique client légér, ). Dans moins de 2 ans on aura des lignes SDSL à 10 méga à un cout raisonnable en professionel avec GTR ( 200 / 300 E ?). Mais on a déjà laminé les budgets de formation en asurant une meilleure formation "sur le tas".

    Que ce soit video ou bureautique c’est le matériel de communication (serveur central,...). C’est l’intérêt de la technique client Léger. On ne fait qu’avoir des serveurs spécialisés en central (méssagerie, internet, video...). Mais cette différence est marginale sur le plan technique, et même fric.

    On ne peut pas avoir une vision figée des systèmes du futur.

    On peut même imaginer que le téléphone portable sera le prochain client léger (on a déjà des black berry). Il faut pas grand chose pour que cela deviennt des boitiers de connexion dans la poche, avec cle USB et autres.

    Une télé, un Super téléphone portable, et on a accès à tout de partout, même en apnée !

    Et disant cela j’invente rien. Tout existe aujourd"hui peut-être à l’état laboratoire.

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, tu mélanges un peu tout là.

    Dans une Freebox il n’y a pas "30Go de mémoire video" mais éventuellement un disque dur de 30Go, ce qui n’a rien à voir.

    Avec une pure technique de client léger à la Citrix, il est strictement impossible de passer de la video : il faudrait une ligne de 200Mb/s pour de la simple définition (ce qui correspond au flux video non compressé). On ne peut pas s’en tirer sans mettre de la puissance de calcul du côté utilisateur, et du coup ce n’est plus strictement du client léger.

    Les "box" d’aujourd’hui des différents FAI ne sont plus de simples clients légers, ce sont déjà des petits ordinateurs, qui tournent sous Linux. Une box de type "easygate" ne fait que pousser le concept un peu plus loin.

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par Jerlau  

    Pehache,

    je parlais de mémoire disque pas de la mémoire ram, pour la FreeBox. (d’ailleurs j’ai écris mémoire video, pas ram !)

    Quant à la video sur Citrix, cela marche déjà. Je l’utilise en étant connecté à un centre hébergeur avec une ligne à 2 Mégabits où il y a par ailleurs 40 users Citrix qui doivent consommer chacun 20 à 40 K. On n’y passe pas de la Haute Définition, mais cela fonctionne.

    Coté utilisateur,j’ai aujourd’hui un client léger d’Impact Technologie récent, un peu plus puissant que celui que j’avais depuis l’année 2000.

    Mais la puissance coté utilisateur c’est simplement du processeur et un peu de mémoire. Il faut pas plus que ce qu’il y a dans une Free Box.

    Quant aux client légers d’aujourd’hui, ce n’est plus ceux d’il y a 10 ans évidemment. Ils fonctionnent comme un ordinateur, mais sans disque dur donc un peu différent d’un ordinateur et on peut les trouver à moins de 100 E, et en plus cela ne tombe pratiquement jamais en panne, ni panne hardware, ni panne software, pas de virus, pas de mise à jour à installer.

    Dans 2 ou 3 ans, avec le volume des ventes qui augmente, ces clients légers se vendront en premier prix à 40/50 Euros, à peine plus cher qu’un téléphone portable de base. En Chine on peut en trouver déjà à 50 Euros. C’est cela l’ordinateur pour les écoles.

    Ils ne tournent pas tous sous Linux. Cela peut être sous Window. Le mien tourne sous Windows CE. Pour travailler en bureautique en autonome, il faudrait que je le passe en Windows XP. Mais j’en n’ai pas l’utilité.

    Quant aux débits on se fait des illusions. On passera à coup sur de la Haute Définition sur de faibles débits physiques (quelques mégas). Ce n’est qu’un problème de logique et de vitesse de décompression, et de mémoire ram (quelques gigas). Dans 3 ans, cela sera courant. Le marché est d’autant plus étendu que les bandes passantes physiques utilisées sont faibles. Il y a donc beaucoup de recherches, vu le nombres de dollars. En 1992, au MediaLab, c’était déjà prêt sur le plan logique. Ils n’attendaient plus que la puissance des processeurs. Alors aujourd’hui on peut leur faire confiance.

    Il y a simplement 5 ans, était-ce imaginable d’avoir des camescopes sans, bande, sans disque dur, pour stocker 10 heures de film. Aujourd’hui on les trouve dans le commerce au moins depuis 2 ans. Tout change.

    Le mot "impossible" n’existe pas ni en Télecom,ni en Informatique.

    En fait il ne faut jamais définir un projet dans ce domaine par rapport aux moyens du jour. Il faut viser une direction et imaginer ce que seront les choses au moment où le projet informatique sera utilisé. C’est la condition nécessaire pour ne pas se tromper. C’est peut-être ce principe qu’on n’a pas respecté dans le projet PBC.

    On ne parlera pas des conditions suffisantes pour ne pas se tromper !

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, la compression des videos n’est pas qu’une question de puissance de calcul. C’est une erreur conceptuelle de penser que la compression va suivre indéfiniment l’augmentation des puissances. Il y a une limite en dessous de laquelle on ne peut descendre (théorie de l’information et Cie...).

    Actuellement, on est allé très loin avec le MPEG4. On peut encore gagner sans aucun doute, mais ce qui reste à gratter est relativement marginal.

    Le matériel a progressé bien plus vite que les techniques de compression, en réalité. Si il y a des caméscopes comme ceux dont tu parles, c’est surtout parce que les capacités mémoire ont augmenté vertigineusement. En comparaison, entre le MPEG1 du début des années 90 et le MPEG4 d’aujourd’hui, le gain de compression à qualité égale est de l’ordre de 4, ce qui n’est si énorme en réalité.

    Par ailleurs, ce que tu regardes comme video sur ton client léger sur une ligne de 2Mbs partagé entre 40 postes, je ne vois pas ce que ça peut être à part un timbre-poste. Et encore cela suppose-t’il que le client léger décode lui-même la video (ce qui est déjà au-delà de la philisophie client léger). Sur mon PC, pour recevoir une image TV de très mauvaise qualité, il faut déjà 400kb/s !

    Mais en fait, la solution de type "easygate" dont je parle pour les particuliers reste dans l’esprit "client léger", même si il est un peu plus "lourd" que ce dont tu parles toi. Bref, on a des points de vue pas si éloignés, et on a l’art d’en discutailler pendant des heures quand même smiley

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par Jerlau  

    Pehache,

    Je t’ai déjà répondu sur cette question à l’instant.

    Regarde bien qd même ce qu’est un client léger. La technique Citrix est faite pour décoder de la video. D’ailleurs c’est une technique qui vient de la télévision numérique. (voir les origines Citrix au début des années 90)

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par Jerlau  

    Pehache,

    Je crois qu’en fait c’est la technique "client léger" qui est méconnue. Je l’ai expliquée souvent, mais je crois j’ai du mal expliquer.

    Quand on envoie de la video à un client léger, il ne sait pas que c’est de la video. C’est comme un écran Word, Excel. En client léger on ne gère que le bout d’image qui change par rapport à l’image précédente (tous les 1/24 de seconde). Que ce soit du Word ou une video. Il va sans dire qu’en Word il se passe pas grand chose en 1/24 seconde. En video c’est un peu différent. L’image change et il faut aller très vite. Mis un écran léger il reçoit des images comme un poste de télévision.

    Ainsi la puissance du poste utilisateur est indépendante de la nature de l’image reçue, que ce soit video, jeux, calculs scientifiques, word ou autre. C’est pour cela qu’on arrive à travailler en Word et Excel, ou autre du même type avec des bandes passantes de 4 à 5 K par utilisateur.

    Que va - t- il se passer dans le futur proche pour traiter la THD sur la technique client léger et passer de la THD sur des bandes passantes physiques très faibles.

    On ne va pas simplement compresser. On va réduire les bouts d’images transmis (d’où la faible bande passante )à ceux qui sont modifiés par rapport aux 50 images précédentes (50 étant un exemple d’ordre de grandeur). on dit alors par exemple la nouvelle image c’est telle et telle partie de l’image 49, et telle partie de l’image 46, et ainsi de suite.

    Il y a un gros travail au départ et à l’arrivée chez l’utilisateur où il faut arriver à sortir l’image en moins de 1/24 secondes. Sinon il y a le gel d’images bien connu.

    Comment va-t-on y arriver ? Une méthode (il y en a bien d’autres) va consister par exemple à zoner l’image et à affecter chaque zone à un processeur. On en met 100, et cheque processeur gère un 1/100 d’images. Tiens cela devient plus réalisable. On a beaucoup de mémoire Ram on garde la mémoire des 500 dernières images décompressées. On conçoit alors que la combinaison des bouts d’images soient plus faciles. Tout est en mémoire.

    A terme on aura ainsi des boitiers avec 100 processeurs à 10 gigahertz (chaleur assurée) et avec 100 giga de mémoire ram. Le tout dans un tout petit boitier.

    Et à ce moment là la THD pourra passer sur des bandes passantes phyques de quelques K, ou Méga.

    On y sera pas tout de suite. Il y a plein de problèmes à règler. Produire des boitiers à 100 processeurs, et 100 giga pour 50 E, c’est pas demain, mais après demain. Ces techniques sont déjà utilisées aujourd’hui. Il faut simplement les approfondir.

    Mais que ne ferait-on pas pour vendre une Tata à 4 roues à 1700 Euros à 3 milliards d’indous et de chinois qui n’ont pas la fibre ? Cela donne des moyens extraordinaires et les chercheurs sont obligés de trouver.

    Vu les enjeux financiers cette technique est obligée de se développer. Tata va pa attendre que la fibre soit installée dans le monde entier

  • > Réorienter le PBC
    12 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau,

    et moi je crois que tu as une vision fausse de ce qu’est la compression video.

    On ne va pas simplement compresser. On va réduire les bouts d’images transmis [...] à ceux qui sont modifiés par rapport aux 50 images précédentes

    Il se trouve que cette histoire de ne transmettre que ce qui change d’une image à l’autre est justement à la base de toutes les techniques de compression video utilisées aujourd’hui. Les MPEG et autres, c’est exactement ça (plus d’autres choses, mais c’est le principe de base). MPEG que l’on trouve sur les DVD, dans les flux TNT, ADSL, satellite, etc..

    Donc si c’est ce qu’utilisent les clients légers Citrix c’est bien, mais ça n’a rien d’innovant ou de miraculeux, rien en tous cas qui puisse permettre d’envisager de passer de la HD sur des bandes physiques de moins de 10Mb/s aujourd’hui.

    Et pas beaucoup moins demain, car contrairement à ce que tu penses, car les progrès en ce domaine sont lents : on a gagné un facteur 4 en 15 ans, bien loin de l’évolution des puissances de calcul sur la même période. Et dans 10 ans, je doute que l’on ait gagné un simple facteur 2, tout simplement parce qu’il y a un seuil en-deça duquel on ne peut pas descendre, même avec toute la puissance de calcul que tu veux.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par Jerlau  

    Pehache,

    On trouve à l’adresse ci-dessous quelques commentaires sur la situation actuelle et sur les tests faits autour de la TNT qui montrent les progrès faits. Sur 15 ans cela va bien au-delà des facteurs de 1 à 4 dont tu parles.

    Ces progrès sont un peu sans limite du simple fait de l’esprit humain. On ne compresse pas seulement. On analyse l’image, on distingue le mobile dans l’image par rapport à ce qui est fixe, on analyse les règles qui lient ensemble des parties d’image. Au niveau des méthodes c’est sans limite. Ensuite il faut mettre au point, tester. Ce qui est plus long.

    Les tests en HD par la TNT ont été faits à Roland Garros, en direct. C’est le plus dur à faire par rapport à un film déjà enregistré.

    Vu la variété des méthodes, le nombre de chercheurs sur la question sur tous les plans, méthodes, calculs, architecture des processeurs, les progrès sont presque illimités.

    L’esprit humain est d’une richesse extraordinaire au niveau de la cervelle.

    Ce sont les bras de l’homme qui sont limités, d’où le développement des cervelles. Mais à Pau on a des bras pour enterrer les fibres. Si on arrêtait et si on réfléchissait, le propre de l’homme avec la rigolade !

    Impossible n’est pas humain.


    http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9vision_%C3%A0_haute_d%C3%A9finition

    Dans un futur proche, la télévision numérique terrestre devrait émettre certaines chaines en HD, en utilisant une compression MPEG-4 AVC (encore appelé Mpeg-4 part 10 ou H.264). Les premiers essais ont eu lieu en juin 2006 à l’occasion des internationaux de tennis de Roland Garros, diffusés expérimentalement sur Paris, Lyon et Marseille. Cette grande première mondiale a été réussie par France Télévisions qui pendant deux semaines a alimenté sur les émetteurs TNT de ces 3 villes en MPEG4 HD 24/24 H de ces programmes issus des Internationaux de France de Roland Garros mais aussi sur les réseaux de TV sur ADSL des deux opérateurs que sont FREE et Orange toujours en MPEG 4 HD.

    Qualité de l’image du support [modifier] On trouve sur Internet de nombreux petits films, des bandes annonces notamment, au format MPEG-4 ou aux formats dérivés : DivX, ou Windows Media Video HD. La compression élevée de ces formats permet d’obtenir de la video HD (1920x1080 ou 1280x720) de bonne qualité avec un débit de 8 ou 9 Mbit/s, soit le débit actuel du MPEG2 utilisé pour les DVD video.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par pehache  

    On trouve à l’adresse ci-dessous quelques commentaires sur la situation actuelle et sur les tests faits autour de la TNT qui montrent les progrès faits. Sur 15 ans cela va bien au-delà des facteurs de 1 à 4 dont tu parles.

    Je ne vois rien dans cet article qui corrobore ton affirmation. La réalité est que le MPEG1 a été défini en 1988. Le MPEG4-AVC (ou H264) a été défini en 2003. Le MPEG4 permet d’atteindre la même qualité que le MPEG1 avec un débit 4 fois plus faible en gros.

    C’est un fait et une réalité. Je l’ai testé moi-même. Et on trouve confirmation ici : "À l’origine, l’UIT-T lança le projet H.26L en 1998 [qui allait devenir H264] dans le but de créer une nouvelle architecture de codec ayant pour but un gain en efficacité de codage d’un rapport au moins égal à 2 par rapport aux standards existants (MPEG-2,...

    Entre le MPEG1 et le MPEG2 il y avait aussi un rapport de 2 en gros. Ca fait bien 4 en tout. Note : le Video-CD était en MPEG1 avec un débit de 1.15Mb/s. La qualité n’était pas extraordinaire (équivalent à une VHS), mais ça donne une idée des débit nécessaires à l’époque.

    Ces progrès sont un peu sans limite du simple fait de l’esprit humain.

    Ca c’est de l’incantation à la JM Billaut...

    Comme tu le dis parfois il faut arrêter de délirer et revenir à la réalité. Une video contient une certaine quantité d’information utile. La compression vise à éliminer les redondances dans le signal transmis et ne conserver que l’information utile. Quelle que soit la méthode utilisée et la puissance de calcul disponible, il y a un débit minimum en dessous duquel on ne peut pas descendre sans dégrader l’information utile elle-même.

    Tout ça c’est de la théorie de l’information : le concept est facile à comprendre, mais si on n’en tient pas compte on peut en arriver à raconter n’importe quoi.

    On ne compresse pas seulement. On analyse l’image, on distingue le mobile dans l’image par rapport à ce qui est fixe...

    Tu ne comprends pas et j’ai beau t’expliquer, tu ne veux pas comprendre. Ta distinction n’a pas lieu d’être car ce que tu appelles "analyse d’image", "distinguer le mobile du fixe", etc... fait partie de la compression video, et notamment des normes MPEG, depuis bien longtemps. Si tu comptes là-dessous pour gagner par rapport à l’existant, tu te trompes lourdement.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par Jerlau  

    Péhache,

    Le résultat est que aujourd"hui on a la TNT qui donne une image de qualité, on reçoit la télé sur l’ADSL avec quelques méga, ce qu’on n’avait pas il y a 5 ans. Je ne sais alors pas quel miracle cela est arrivé si on n’a fait que des progrès de 1 a 4 depuis 15 ans ! Les progrès me semblent énormes et un peu sans limites.

    Quant à ce que tu dis sur l’analyse d’images (mobile et autres, ..) ce n’est même pas encore en application de façon opérationnelle et cela ne l’était donc pas il y a quelques années.

    De toutes façons l’histoire récente montre que les progrès sont constants sur tous les plans.

    C’est en cela que je trouve que cette obsession de la fibre FTTH à Pau me semble ridicule. Il faut laisser faire les opérateurs de Télécom qui de toutes façons sont indépendants.

    Le fait le plus marquant à Pau c’est que 9 Télécom fait payer plus cher car le réseau ne lui appartient pas. Et on a pas fini le jour ou ce sera Vodaphone.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par pehache  

    Le résultat est que aujourd"hui on a la TNT qui donne une image de qualité, on reçoit la télé sur l’ADSL avec quelques méga, ce qu’on n’avait pas il y a 5 ans. Je ne sais alors pas quel miracle cela est arrivé si on n’a fait que des progrès de 1 a 4 depuis 15 ans ! Les progrès me semblent énormes et un peu sans limites.

    Les progrès de 1 à 4 ne concernent que la compression elle-même. Il y a d’autres progrès sur d’autres éléments de la chaîne.

    Cela dit, d’un point de vue purement technique ce que l’on sait faire aujourd’hui en ADSL on savait le faire tout aussi bien il y a 5 ans. Ce sont surtout les investissement matériels qui ont permis le dévelopement de l’ADSL, pas tant les progrès techniques.

    Quant à ce que tu dis sur l’analyse d’images (mobile et autres, ..) ce n’est même pas encore en application de façon opérationnelle et cela ne l’était donc pas il y a quelques années.

    Mais c’est pas possible de raconter des bêtises pareilles !! Tu connais l’adage "Errare humanum est, perseverare tu m’as compris"...

    Tiens, une explication du principe du MPEG1, qui date de 1988 :

    "MPEG-1 Video Overview.

    The basic idea behind MPEG video compression is to remove spatial redundancy within a video frame and temporal redundancy between video frames. [...] . Motion- compensation is used to exploit temporal redundancy. The images in a video stream usually do not change much within small time intervals. The idea of motion-compensation is to encode a video frame based on other video frames temporally close to it. "

    Soit :

    "MPEG-1 Video généralités.

    L’idée de base derrière la compression video MPEG et d’éliminer les redondances spatiales à l’intérieur de chaque image et les redondances temporelles entre les images successives [...] . La compensation de mouvement est utilisée pour exploiter les redondances temporelles. The images d’un flux video ne changent généralement pas beaucoup sur de faibles intervalles de temps . L’idée de la compensation de mouvement est d’encoder chaque image en fonction des images proches de celle-ci. "

    Bref, c’est exactement ce dont tu parles et c’est opérationnel depuis belle lurette !

    http://bmrc.berkeley.edu/frame/research/mpeg/mpeg_overview.html

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par Jerlau  

    ¨Pehache,

    Bon j’ai compris. Je crois qu’à Pau il y a un micro-climat qui fait qu’on ne peut recevoir la TV Haute Définition que sur FTTH type PBC.

    Quant au reste je sais bien que cela fait longtemps que cela existe sur le papier et qu’on ne fait aucun progrès sous certains ciels !

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau,

    tu sais très bien que je n’ai jamais été un fan du PBC, et que j’ai toujours été assez critique vis à vis du projet lui-même et de l’orientation qu’il a pris. Je pense moi aussi qu’on aurait pu vivre avec l’ADSL amélioré (par exemple comme à Nantes), ou alors qu’il aurait fallu être beaucoup plus ambitieux sur les contenus et les usages prévus en faisant le PBC.

    Néanmoins, dire qu’on peut passer de la HD dans de bonnes conditions sur l’ADSL c’est de la rigolade. L’annonce de Free que tu relaies dans un autre message n’est qu’un effet d’annonce, justement.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par Jerlau  

    Péhache,

    On a oublié la démonstration de Free en 2004 ( presque 4 ans déjà ), faite avec France Télévisions. C’était en laboratoire. A l’époque le PBC n’était même pas sorti des nimbes. Il aurait peut-être fallu regarder.

    Et depuis 2004 on a bien fait quelques petits progrès.

    Le beau ciel de Pau doit obscurcir les esprits !


    Free démontre la TVHD sur ADSL 2+

    Free et France Televisions ont réalisé ce matin une démonstration de diffusion de télévision haute définiton sur ADSL.

    FreeNews y était pour vous...

    Devant une quarantaine de journalistes, deux téléviseurs HD diffusaient deux reportages fournis par France Télévision. Le premier était compressé en MPEG2 15 Mbits/sec et l’autre en MPEG4 8 Mbits/sec.

    Le système de diffusion HDTV Freebox.

    Lors de cette démonstration, les Freebox étaient reliées à des encodeurs HDTV externes (au travers de la ligne ADSL et des DSLAM), prototypes fournis par Tandberg (pour le MPEG2 HDTV) et Envivio (pour le MPEG4 HDTV).

    Les débits annoncés (15 Mbits pour le MPEG2 et 8 Mbits pour le MPEG4) ne sont pas définitifs, selon les constructeurs des prototypes. Les encodeurs définifs pourraient fournir un flux plus faible pour une qualité équivalente.

    Notons que le son était quant à lui diffusé en Dolby Digital 5.1 ce qui ajoutait une certaine profondeur à la démonstration.

    La qualité de l’image était vraiment époustouflante. C’est assez difficile à décrire, il faut vraiment le voir !

    Free démontre ainsi sa capacité à diffuser deux canaux HDTV simultanés sur un réseau DSL, ce qui est une première mondiale. De son coté, France Télévisions pense être capable de fournir une version HDTV de certaines de ses chaînes dans l’année à venir. Lorsque les contenus seront là, Free sortira alors une Freebox capable de décoder les flux HDTV.

    Il reste maintenant aux instances concernées à se décider entre le MPEG2 et le MPEG4 comme norme officielle.

    Les photos du système sont ici.

    Update - 13H00 - Florent Free a annoncé cet évènement par le biais de ce communiqué de presse.

    14.12.2004 10:41:19 - Television - Olivier Rosello - 71 Commentaires

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par Guillaume (GC)  

    Oui Jerlau tout ca ce n’est pas nouveau, tout le monde sait que l’on peut avoir de la HD via l’ADSL.

    Difficile d’avoir deux flux en même temps à 8 Mbits/s (soit 16 Mbits/s) car il faut que la ligne puisse le permettre.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    13 janvier 2008, par pehache  

    Même avec un seul flux HD à 8Mb/s c’est pas évident : aujourd’hui, pour être elligible à la TV simple définition par ADSL avec des fluxs de 3-4 Mb/s il faut être à moins de 5km d’un NRA. Pour 8Mb/s il doit falloir être à moins de 2km : autant dire que pas grand-monde ne pourra l’avoir.

    Et sans même rappeler que 8Mb/s pour de la HD, ça donne une qualité relativement moyenne, bien en-dessous de la qualité de la TNT.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    14 janvier 2008, par Jerlau  

    Cela c’est la situation d’aujourd’hui.

    Mais demandez une ligne ADSL, SDSL, de qualité à France Telecom ou que ce soit en France, en professionnel (installation routeur et autre) qui va vous la louer de 200 à 300 E par mois, avec GTR (garantie de service) et garantie d’un minimum de bande passante.

    Si le site où vous le demandez n’est pas éligible, France Telecom installe une ligne nouvelle à ses frais comme on installait des lignes louées Transfix, il y a 20/30 ans. Aujourd’hui ces installations sont gratuites.

    Pourquoi ? FT y trouve l’avantage de mailler son réseau en passant par les professionnels qui lui assurent une fort valeur ajoutée et dans quelques temps tout un chacun ( les 100% ?) se trouvera à quelques mètres d’un relais (NRA, point de renforcement du signal).

    Si on se trouve alors à 10 métres, on aura du gigabits ?

    L’histoire s’écrit au jour le jour.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    14 janvier 2008, par pehache  

    Jerlau, 2 remarques à cela :

    1) quitte à installer une ligne nouvelle, autant la tirer directement en fibre optique, non ?

    2) dans le processus que tu décris, où en gros on profite des demandes des professionnels pour mailler le réseau, les quartiers résidentiels ne verront jamais rien arriver.

  • > Réorienter le PBC : Impossible n’est pas humain.
    2 février 2008, par Jerlau  

    Vu le dernier numero de PauBC

    Félicatations qd même à Guillaume pour son travail acharné et son objectivité dans la distribution des informations.

    Il signale dans le numéro un article mentionnant que la fibre FTTH est très concurrencée par le VDSL (le très haut débit dans les immeubles sur les installations téléphoniques),, techniques VDSL qu’on voyait déjà il y a au moins 15 ans. C’est de la fibre sans les frais d’installation.

    Mais à Pau, tout finit dans l’immobilier et le PBC aura permis à la Ville d’acheter l’immeuble TOTAL.

    Cette ville est impayable

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Au pays de Poulit l’Enchanteur
    L’électricité : enjeux et défis
    Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    Pau - Accès automobile au parking Aragon
    L’inanité des politiques ?
    Pau - Qui trop embrasse mal étreint !
    Pau - L’heure des choix
    Pau - Médiathèque André Labarrère : Question de détail !
    La Puyoô-Pau rénovée en 2013
    Route ou rail en vallée d’Aspe ?
    Pau - Culture pour tous : Y compris pour les handicapés ?
    A 65, le dessous des cartes...
    La nouvelle Pau-Bordeaux arrive !
    Péage Pau Bordeaux Pau = 43,80 €. Faisons payer les élus !
    BAP : « Pour l’administration française, Saragosse n’existe plus »
    Bordeaux-Pau : L’autoroute de la prospérité
    ‪Pau - La vache qui implorait Miséricorde ! (acte 5)‬
    IDEcycle, ma chère idée...
    Avec le trésor, certains continuent de rêver...
    Idelis, Idecycle, Idelib, idées fixes !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises