Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

César plutôt qu’ Intéri-maire ?

jeudi 19 juillet 2007


Les uns l’appelaient « intéri-maire » et bien voilà que, selon un message reçu sur le site, à la Mairie on l’appellerait « César » (sic). C’est plutôt plus conforme à l’image qu’il donne de l’exercice du pouvoir.

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3 ?id_article=656


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> César plutôt qu’ Intéri-maire ?
10 août 2007, par Eric  

Quel est l’intérêt de ce genre d’article ( ?)

Bien la peine de parler ensuite de "respect des personnes".

> César plutôt qu’ Intéri-maire ?
19 juillet 2007, par Autochtone palois,  

Oui, un César en Pau de smiley, une smiley qui se prend pour une smiley qui ne sera finalement qu’un intéri-maire.

  • > César plutôt qu’ Intéri-maire ?
    20 juillet 2007, par Autochtone palois  

    -  C’est aussi IZNOGOUD, qui voulait devenir Calife à la place du Calife, d’après l’un des conseillers municipaux PS qui avait voté pour lui comme intéri-maire... et qui semble en avoir quelques regrets...
    -  C’est encore UBURIETA, celui qui devint roi smiley grâce à la mère Ubu....

  • > César plutôt qu’ Intéri-maire ?
    20 juillet 2007  

    ou les éphémères d’ariane mouchkine et le théatre du soleil

    les effets maire ?

  • Dans le rôle d’Iznogoud
    21 juillet 2007, par Alain Lalanne  

    A propos d’Iznogoud, ou si vous préférez Yvnogoud, voici un bel un exemple :

    Ce vendredi 20 juillet, Sud-Ouest titre, en page intérieure :

    AEROPORT. Ryanair a annoncé hier l’ouverture d’une ligne à bas coût sur Charleroi en octobre. Président de la régie low cost, Yves Urieta n’apprécie guère.

    La Belgique à 10 euros

    Tout d’abord, celui qui ne doit pas apprécier c’est le vice-président de la région Aquitaine, chargé des infrastructures et des transports, le voisin et sénateur landais Jean-Louis Carrère : c’est lui, depuis 2006, le président du syndicat mixte de l’aéroport de Pau ! Y.U. dans le rôle d’Iznogoud a cru la place libre, ou lui revenant d’office. Dans tous les cas le journaliste n’a pas fait pas son travail de vérification !

    Sur le sujet concernant les compagnies aériennes low cost, Jean-Louis Carrère au moment de la campagne pour les législatives pour soutenir la candidature de Martine Lignières-Cassou, a exprimé une position claire : Le Conseil régional ne donnera pas un centime pour subventionner les compagnies low cost, comme c’est la pratique !

    Que Y.U. se plaigne de ne pas avoir été consulté est un peu fort ! Pas seulement parce que ce n’est pas lui le président de l’aéroport, mais parce que venant de lui c’est cocasse de l’entendre protester : « ça n’a pas été débattu ! ». Demandez aux Palois s’il les a consulté pour les projets « inouïs » ou « formidables » - ce sont ses mots - qu’il fait pleuvoir sur la ville.

    Mais ouvrons le débat de fond ... et de fonds : Les compagnies low cost étudient puis offrent la possibilité d’ouvrir une ligne à bas coût ... à condition que l’aéroport concerné la subventionne. C’est généralement de l’ordre de qq centaines de milliers d’€, d’un FiPAU par an. L’exemple donné par le Monde (article de ce 18 juillet) pour Carcasonne et Nîmes situe la subvention au niveau de 5€ par passager. Soit pour Pau-Bruxelles 1/6 du prix du billet, qui passe de 12,5 à 10 €. Le journal ajoute qu’en moyenne chaque passager va dépenser 60 € par jour pour un séjour de 11 jours. (en 2006, + 428.000 passagers pour Carcassonne et + 227.000 pour Nîmes, qui, s’ils sont tous venus en vol low cost, indiquent une subvention de l’ordre de 1 et 2 millions d’euros)

    Question : Partant de l’hypothèse où chaque passager vient en Béarn dépenser 50 € par jour pendant 10 jours, soit 500 €, faut-il que la région Aquitaine, propriétaire de l’aéroport, le conseil général, les 18 communautés de communes (de Pau , Lacq, etc.) associés dans le syndicat mixte, subventionnent Ryanair pour ouvrir la ligne Pau-Charleroi ?

    Réponse : A mon avis, en ne considérant que cet aspect économique, oui !

    Mais est-ce bien moral de subventionner une compagnie qui gagne de l’argent pour qu’elle en gagne plus ? Je sens le débat idéologique poindre à l’horizon. Mais peut-être ai-je oublié d’autres points, hors de toute morale économique, qui feraient que l’on doive refuser de contribuer au développement économique du Béarn et de ses voisins ? La seule objection que je vois serait que cela contribuerait encore à développer le transport aérien et donc à accroître le réchauffement climatique. Grâce au site de Yan Arthus-Bertrand (www.actioncarbone.org) nous savons qu’il faudrait payer une compensation d’environ 8 € pour chaque trajet. Ce qui ferait presque doubler le prix du billet aller, en le portant à 18 €.

    Je mettrais alors une condition à la subvention : que Raynair fasse payer au client la compensation de 8 € pour la production de CO2 (environ 500 kg par passager et par vol).

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    21 juillet 2007, par Jerlau  

    Cette histoire concernant Ryan Air montre presque de façon caricaturale que le monde politique devrait rester en dehors de ces histoires de lignes aériennes.

    Que la construction d’un aéroport donne lieu à un financement public, qu’il donne lieu à des subventions annuelles au gestionnaire, cela dépend du choix du citoyen. Mais que la politique arrête de s’intéresser à tous les détails de la question. Le gestionnaire doit suivre des règles comme pour toute usine, et il y a déjà assez de contrôleurs pour les faire respecter.

    Et que la gestion, l’évolution des infrastructures ne concernent que des professionels de la question. Même pas une chambre de commerce.

    Que le politique se cantonne à l’orientation des mises en place d’infrastructures (choix, modalités) et à la mise en place de subventions si le ciotyen le souhaite.

    Cela fait parti de l’allègement indispensable du pouvoir local.

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    25 juillet 2007, par Alain Lalanne  

    Jerlau, il avoir conscience de la réalité : le politique est sollicité par les compagnies low cost pour subventionner les lignes que ces compagnies proposent d’ouvrir. Ce n’est pas le politique qui décide de faire appel à elles.

    Généralement les élus de droite payent et ceux de gauche rechignent à subventionner les bénéfices de ces compagnies privées.

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    25 juillet 2007, par Jerlau  

    Alain,

    C’est bien parce qu’il faut prendre conscience des réalités qu’il faut tout faire pour éloigner les politiques de la vie quotidienne locale de façon à limiter les interférences.

    Un aéroport peut être géré par une société privée soumise à un certain nombre de règles, comme dans d’autres domaines.

    Qu’apporte la gestion du politique dans ce cadre ?

    Que réponds tu à cette question ?

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    25 juillet 2007, par Alain Lalanne  

    Un aéroport peut être géré par une société privée soumise à un certain nombre de règles, comme dans d’autres domaines.

    Qu’apporte la gestion du politique dans ce cadre ?

    Jerlau j’essaie de répondre à ta question.

    Oui, un aéroport peut être géré par une société privée. Voir par exemple "Aéoroports de Paris". Oui, cette société est soumise à des règles, jusque là nous sommes d’accord. J’ajoute que ces règles (objectifs chiffrés, méthodes, priorités) doivent être définies par et avec les politiques.

    Le rôle des politiques, au lieu d’être minimisé pour que l’économique fasse ce qu’il veut dans le cadre d’une économie 100 % libérale, comme tu sembles le souhaiter - doit jouer à plein dans l’intérêt des habitants des territoires dont ils ont la charge. Pour avoir lu tes autres messages, j’approuve lorsque tu dis que certains services municipaux, départementaux ou régionaux doivent être sous-traités. Mais seulement s’ils sont soumis très strictement aux directives et à un contrôle des politiques. Mais c’est là leur faiblesse, à ces politiques, à Pau particulièrement.

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    25 juillet 2007, par Jerlau  

    Alain,

    Si le politique local est un investisseur ( financement au départ, subvention globale annuelle ) il a sa place au conseil d’administration comme dans toute société.

    C’est pas pour cela qu’il doit intervenir dans la gestion quotidienne. Un administrateur n’intervient pas dans cette gestion quotidienne. Par contre il peut révoquer "ad nutum" le pôvre PDG.

    C’est bien dans ce cadre qu’il faudrait calmer le jeu des politiques locaux.

    Que Ryan Air par exemple passe un accord avec l’aéroport de Pau, c’est du domaine privé pourvu qu’il respecte les lois en cours. Que la Chambre de Commerce de Pau subventionne, c’est de son ressort, que la Chambre de Commerce se refinance auprès de ses adhérents, c’est du domaine privé, que Ryan Air concurrence Air France, tout cela c’est du domaine privé.

    Regardons à l’inverse ce qui se passe quand un politique local se mêle de près de la chose.

    Prenons le cas des simples travaux de l’école Henri IV. C’est obligatoirement du public dans ce cas. Regardons bien ce qui se passe. Le politique local trouve un architecte local à Ascain. Miracle, il n’est qu’à 100 km pour gérer de menus travaux à Pau.

    Raison du miracle ? : L’architecte doit certainement faire parti d’un syndicat d’architete, auquel il a intéret à cotiser parce qu’il reçoit en contrepartie des "affaires" parce que le syndicat a passé des accords avec divers groupement politique. L’ensemble est bien vérrouillé. Il est bien "socialisé" au sens littéral du terme et la droite adhère parfaitement à cette organisation sociale.

    C’est la réalité de la vie politique dans bien des domaines "artistiques" au sens large.

    Mais faut-il propager ce système dans tous les domaines ? Ne peut-on pas le limiter seulement aux domaines obligatoires ? Au domaines régaliens. Que le politique nous régale !

    Le "libéral bordélique" ne peut-il pas être préférable "à l’arrangement organisé" ?

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    25 juillet 2007, par Alain Lalanne  
    Jerlau, finalement, que penses-tu du système actuel de subventions de Ryan Air par les collectivités comme les communes, le département et/ou la région ? j’ai l’impression que tu evites le sujet.

  • > Dans le rôle d’Iznogoud
    26 juillet 2007, par Jerlau  

    Alain,

    Je n’évite pas le sujet. Je trouve simplement que ces subventions ne sont basées sur aucune logique d’action publique.

    Le politique répondra qu’il faut donner de l’activité à l’aéroport et donc on paye Ryan Air.

    Mais cet argument principal est simplement le résultat d’une action publique (contrôle de l’aéroport). Ce n’est pas un argument économique.

    D’où ce déséquilibre de l’action publique. A trop intervenir on passe son temps à boucher les trous les uns après les autres.

    Laissons le privé s’occuper de cela. Que Ryan Air discute avec une société privé qui aura beauooup d’imagination activer ses bénéfices !

    Dans les années 80, il y avait à Cherbourg, une activité basée sur un commerce de vaches entre Cherbourg et Le Caire ; un privé louait de vieux Boeing 707, y mettait 400 quartiers de vaches sans frigo, simplement au frais , et il les vendait au Caire et il ramenait des légumes du Caire. Les éleveurs étaient contents, les transporteurs aussi, l’abattoir fonctionnait à plein régime...

    Imaginons une action politique qui coordonne un truc pareil : Impossible, les vaches arrivent à l’aéroport "nécrosées" !

    Quand on est jeune on croit à la magie du plan, avec l’age on se rapproche du mouvement brownien !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Transparence ou Totalitarisme : il faut choisir !
    Jaurès ! Où es-tu ?
    Philosophie de comptoir.
    Ne mets pas tes pieds ...
    Drôle de gestion à Montardon
    Mais, tout le monde le fait !
    Madame la maire de Pau et le code de la route.
    Méditations estivales.
    Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    Boycott !
    Réponse aux réactions des lecteurs.
    « Il n’y a qu’une douleur facile à supporter, c’est celle des autres »
    Conte de Noël, ou si l’Homme en blanc retrouvait sa jeunesse...
    Justice sociale et pouvoir de l’argent roi : pour répondre à Raymond Monédi
    La justice sociale, clé du bonheur de l’Humanité !
    La Poste
    Petites questions
    Ca sent les égouts.
    La cigale et la fourmi
    Retour sur les élections et sur le futur



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises