Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Quelle mairie voulons-nous ?

dimanche 15 juillet 2007


Suivons l’adage "la critique est aisée, l’art est difficile " et essayons de définir la Mairie qui nous plairait :

1 La Mater Familias secourir les plus faibles investissement maximum dans les équipements (cantine, médiathèque, ..) aide aux vacances, aux spectacles, Mairie Immobilière,construction, acquisition d’immeubles, travaux en nombre, suréquipement Budget passe de 150 Millions à 170 millions Impots locaux restent élevés,

2 La Mairette Allégée 200 employés Municipaux Transformation des services Municipaux en société d’Intérim et mises à disposition de l’effectif Muncipal pour les entreprises...) budget de la ville divisé par 3 (passer de 150 M à 50 millions en 4 ans) activité réduite au strict minimum (état civil, législation, ...) sous-traitante tout azimuth responsabilité par quartier budget d’entretien par quartie Le Maire de quartier est Maire de la Ville pendant 6 mois,changement tous les 6 mois

3 La Collective avant tout Une Mairie Allégéé, mais très orientée vers les équipements collectifs, avec une sous-traitance absolue , - peu de services municipaux - sous-traitance pour les études - avec une kyrielle de petits conseils spécialisés "experts" rémunérés à la vacation - un budget à 100 Millions d’euros dont 80% est de l’investissement

4 La progressiste A peu près même organisation de base que l’allégée mais fortement orientée vers l’éclosion des activités locales
-  pousser les PME locales
-  favoriser les liens FAC/PME/Grande soité type TOTAL, Airbus...
-  assurer la promotion économique,touriste
-  démarrage d’une Bourse Locale pour financer les PME locales
-  un budget de 120 Millions avec 40% en investissement et 40% en promotion économique

Alors vous avez 4 choix, votez, panachez si vous voulez, définissez votre choix ; le Menu est ouvert.

Et surtout ne tirez pas sur le cuistot-pianiste !

- Par Jerlau


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Quelle mairie voulons-nous ?
17 juillet 2007, par FUGU  

3 choix proposés tels quels ne conviennent pas pour une "gouvernance" moderne et efficace !

La "Mairette allégée" la "Colective avant tout" et leur sous-traitance tout azimuth ou absolue : même la sous-traitance a un prix ! De plus, qui décide si le sous-traitant convient ou pas ? Si ce n’est pas/plus le cas : risques de contentieux, de délais de remplacement pharaoniques...donc de frais...et par voie de conséquence d’Impôts !

La "mairette allégée" et ses "maires de quartier" de six mois : usine à gaz,et pour la simplification...c’est pas évident !

Quant à la "Progressiste" : toute mairie digne de ce nom le fait peu ou prou...y compris la "Mater familias" : sans cela, rien ne fonctionne !

La "Mater Familias", dans une époque où l’Etat se désengage de plus en plus, n’implique pas forcément un "suréquipement". Des impôts certes, mais bien employés,avec des comptes rendus réguliers et contrôlés, et un objectif gagnant-gagnant ne me semblent pas hors de portée.

Conclusion : une "Mater familias" durable, bien régulée, qui n’oublie pas l’économique mais dans les limites de ses compétences.L’humain...voilà l’essentiel et l’objectif.

  • > Quelle mairie voulons-nous ?
    17 juillet 2007, par Jerlau  

    C’est comme le steak. Les uns mettent du poivre un peu beaucoup, d’autres du sel, d’autres les 2.

    Vous pourriez voter en prenant 50% de la Mater Familias, un fond de sauce quoi, avec 30% de Mairette et 20% de progressiste. A chacun sa salade !

  • > Quelle démocratie voulons nous en 2008 ?
    17 juillet 2007, par Daniel  

    Quelle démocratie voulons-nous en 2008 ?

    -  représentative : la délégation de souveraineté qu’implique la représentation aboutit à une confiscation de pouvoir.

    -  participative : elle implique une certaine dose d’engagement des citoyens dans la prise de décisions collectives. Les élus organisent la concertation et rendent compte de leurs actions dans le souci de l’intérêt général de leurs administrés.

    Délibération et contrôle populaires

    Ce n’est pas demain que les cuisinières seront Présidentes ou que tous les articles de lois seront discutés par chaque citoyen avant leur mise en œuvre. Il faut donc admettre qu’il y a un gouvernement d’une part, et des débatteurs "professionnels" (dont c’est la fonction exclusive momentanément et non pas le métier bien sûr), ce qu’on appelait justement des parlementaires. Mais, même le fait que ceux-ci soient élus ne suffit pas à garantir qu’ils s’exprimeront au nom de l’intérêt général. Deux conditions s’imposent : le débat public et le contrôle du pouvoir en exercice.

    La parole responsable

    En tout lieu, à tout instant et à tout niveau, les décisions doivent faire l’objet d’un débat public préalable. Le "parlementaire" (député, conseiller municipal...) doit s’expliquer devant ses électeurs et justifier ses votes. L’évolution de la presse, et en particulier le rôle dominant de la télé, ainsi que le caractère publicitaire des élections, ont pratiquement supprimé le caractère public des débats politiques. Il appartient donc aux associations de susciter systématiquement ce débat ou ces explications. Plutôt que de vouloir se substituer aux élus, il convient d’avantage de demander à participer aux débats et à être témoin critique des prises de position. Il y a, bien entendu diverses modalités pratiques qui permettraient d’avancer en ce domaine, mais ce serait un peu long de s’y attarder maintenant.

    Le contrôle populaire

    Il est de tradition en France de se mobiliser éventuellement au moment de la décision, mais d’oublier ensuite de contrôler la pratique gouvernementale ou administrative. Le respect de la loi, l’usage des fonds publics, la pratique concrète de l’administration ou des entreprises, là est la véritable action démocratique. Les atteintes aux libertés ou la dégradation de nos conditions de vie sont plus dans le quotidien de l’administration publique et de la gestion économique que dans le vote des lois. Là, les associations peuvent exercer, non un contre-pouvoir, mais un cinquième pouvoir, encore à inventer, le droit de regard et d’action juridictionnelle sur le (les) pouvoir. Une loi sociale, ou une convention collective, c’est bien, à condition encore qu’elle soit appliquée partout. Ce contrôle au quotidien permettrait de combattre le secret et les abus de pouvoir, qui sont le plus souvent non spectaculaires, mais qui polluent gravement la vie sociale. Or, dans cette optique, les associations, au cœur du tissu social sont des acteurs éminemment politiques. Elles doivent donc prendre conscience, qu’au-delà de leur spécialité et de la défense légitime d’intérêts spécifiques elle doivent avoir à tout instant une posture politique, c’est-à-dire savoir se hausser en quelque domaine au niveau de l’intérêt général.

  • > Quelle démocratie voulons nous en 2008 ?
    17 juillet 2007, par Bernard Boutin  

    Daniel,

    Merci pour votre message. Il sera mis à "La Une" le 21 juillet.

    Bernard Boutin

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises