Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

J’ai la « mélenchonite » aigüe !

mardi 17 avril 2012 par Emmanuel Pène


4000 à 6000 personnes à Pau ce dimanche. Une telle affluence dans une ville où le PCF fait généralement des scores inférieurs à 5% peut surprendre. Comment expliquer ce phénomène Mélenchon ?

Il y a ces sondages qui donnent une progression constante et importante pour le leader du front de gauche, et qui peuvent supposer qu’il flirtera avec les 20% lors du premier tour des Présidentielles. Il y a aussi cet engouement populaire, visible dans les manifestations de rues (4.000 à 6.000 personnes ce dimanche à Pau), qui impressionnent car nous sommes dans une époque où il est difficile de motiver les personnes à se rassembler pour une cause noble, tant les plaisirs se sont individualisés depuis trente ans. Mais ce qui m’a le plus étonné, c’est ce phénomène de mode, car je ne vois pas d’autre terme, qui touche certaines classes moyennes supérieures ou aisées, qui ne jurent plus que pour le chantre de l’antilibéralisme.

Est-ce le programme du front de gauche qui fait ainsi se lever les foules ? J’en doute car, des personnes m’ayant fait part de leurs intentions mélenchoniennes, peu en fait en connaissaient la substance, et en mesuraient les conséquences.

Les banques : le bouc-émissaire facile
Lutter contre la finance flatte sans nul doute nos instincts refoulés dans un pays de tradition catholique pour qui la finance a toujours été associée au péché de luxure, mais en vérité, si limiter les excès des banques d’investissement par une meilleure régulation peut être une bonne chose, la stigmatisation actuelle des banquiers revient à leur accorder un rôle moteur dans l’économie qu’ils n’ont pas. les banques sont un maillon indispensable du système, mais elles n’ont à l’évidence pas le pouvoir de faire ou défaire une économie car ce ne sont pas elles qui produisent ou qui consomment. De plus, il faut remarquer que, à l’exception de Nicolas Sarkozy et François Bayrou, tous les candidats reprennent cette thématique anti-finance et anti-banques. Il n’y a donc là pas d’originalité.

La position anti-BCE (Banque Centrale Européenne) et anti traité de Lisbonne n’est, elle non plus, pas une originalité, car on la retrouve à quelques nuances près chez Le Pen et Dupont-Aignan. Elle est en fait le marqueur de cette France qui a dit non majoritairement à la constitution européenne.

Les autres thématiques sont dans la lignée des idées traditionnelles de la gauche : le partage des richesses, les sociétés coopératives, le retour à la retraite à 60 ans, à l’augmentation du smic à 1700 € ; et sont défendus tantôt par l’extrême gauche, tantôt par les socialiste eux-mêmes.

Quant à la planification écologique et la sixième république, on a du mal à voir là des thèmes réellement fédérateurs et novateurs pouvant expliquer la dynamique mélenchon.

Bref, il n’y a rien de novateur ou d’original dans le programme de Mélenchon, qui est en fait une déclinaison de celui du parti communiste français, un parti qui a quand même connu le plus grand échec idéologique du XXème siècle.

Jean-Luc Mélenchon est ce français dans lequel tant de personnes se reconnaissent
Alors, pour expliquer ce phénomène, il faut regarder du côté du personnage lui-même, l’élection présidentielle mettant en valeur d’abord un individu et sa personnalité, avant un programme si bon soit-il. Bien sûr, ses talents de tribuns sont reconnus, et peuvent expliquer la séduction opérée sur les foules, mais cela ne fait pas tout.

Reste donc l’explication anthropologique, l’incarnation d’une partie du peuple dans un personnage sacralisé, image de ce peuple. Jean-Luc Mélenchon est ce français dans lequel tant de personnes se reconnaissent : râleur, roublard, sympathique, parfois ringard et finalement tellement français. Il n’est dès lors pas étonnant qu’il attire tant de personnes y compris dans les classes aisées qui, au travers de cette représentation de leur antithèse, trouvent le moyen d’apaiser leur sentiment de culpabilité vis à vis du "bas" peuple.

- par Emmanuel Pène


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> J’ai la « mélenchonite » aigüe !
17 avril 2012, par L’ OURS du Bois  

bon portrait que celui-ci. ne pas oublier que son fond est "socialiste" et qu’il fut ministre. pour son programme, l’avortement libre. là si un avortement est possible, merci Madame weil, il n’est pas a mon avis LA solution, je me suis déjà exprimé sur A@p l’éducation est la première des solutions. La retraite pour tous a 60 ans !!!! ben y va y avoir du sport, car l’égalité pour tous ça veut dire les retraite des fonctionnaires aussi a 60 ans !

quand a la valeur du smig a 1700 euro, reste a savoir ce que cela représente en pouvoir d’achat réel

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par Emmanuel Pène  

    Le problème n’est pas le smic à 1700 € ; c’est de savoir comment on le finance, et surtout quel effet cela va avoir sur l’emploi.. En fait, c’est un problème lié à la mondialisation : soit on se protège, et on peut mener ce genre de politique, soit on reste ouvert comme aujourd’hui, et nos entretreprises sont soumises à la concurrence étrangère. Dans l’état actuel des choses (avec la mondialisation qui est yune réalité), un smic à 1700 € équivaut à la mort d’une bonne partie de notre économie.

    Si on est d’accord pour augmenter le smic de 20%, est-on d’accord pour augmenter les prix de tout ce qui est fabriqué en France 20% ? Qui achètera ??

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par claudiqus  
    Plutôt que d’augmenter le SMIC, il serait sans doute plus efficace de contenir la hausse des prix à la consommation, en baissant par exemple la TVA au lieu de la surévaluer, sur les produits manufacturés en France, et de surtaxer les marchandises importées, au risque de se voir taxer de protectionnisme ...  smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par L’ OURS du Bois  
    très certainement, mais , ce n’est pas dans le programme smiley smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par claudiqus  
    Vi, l’Ours, demandez l’programme ! ... mais on vous l’donnera pas ! smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par L’ OURS du Bois  
    j’fais pas de politique, mais je m’y intéresse et j’ai tous les programmes, manque que les cacahuètes ou les pop-corn pour l’entre......actes smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par Carola  

    Moi je ne suis pas dogmatique ni une fine économiste mais je reste sur une situation que le Front de Gauche soulève et qui m’interpelle gravement...

    Comment se fait-il que la BCE prête aux banques à 1%, que celles-ci replacent de l’argent auprès d’elle pour le faire fructifier et prêtent par ailleurs aux états à des taux de 3, 4 ou 5% ?

    Ces mêmes banquent figurent dans bon nombre de conseils d’administration de grandes entreprises, dont j’ai peine à croire qu’elles n’organisent pas la gouvernance à l’arrivée des licenciements boursiers et autres scandales du genre....

    Et ce qu’on appelle la dette c’est le financement de ce circuit dont plusieurs dizaines de milliards d’euros d’intérêts par an sont aujourd’hui réclamés aux contribuables européens pour pérenniser ce circuit totalement spéculatif.

    La preuve est faite que tous les jours cela devient un peu plus intenable sur le plan social. Jusqu’à quand et jusqu’où devrons-nous nous enferrer dans cette dictature du capitalisme ?

    Quelle légitimité démocratique et républicaine ont ces agences de notation qui se posent en supra-évaluateur des choix politiques dans le monde ?

    Ce sont des machines de guerre contre la valeur humaine et sociale d’un libéralisme furieux et sans bornes. Comme l’a dit Marine Le Pen dont je ne suis pourtant pas une fan, on est actuellement dans le même immeuble que la Grêce mais pas au même étage.

    Ce chantage permanent à la crise, à l’insécurité et à la peur est ignoble et d’une grande absurdité humaine, tandis que la précarité s’installe à bas bruit dans tous les domaines de la vie.

    Voilà le fond de grande colère de ceux qui se regroupent autour de Mélenchon smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par Emmanuel Pène  
    Oui, c’est compréhensible, mais il ne faut pas oublier que l’économie réelle, ce n’est pas les licenciements boursiers qui ne doivent concerner que quelques entreprises par an : les patrons de PME sont souvent des gens qui aiment leurs salariés, et essaient d’allier la performance économique(nécessaire) et l’humain. Quant aux intérêts de la dette, il est bien sûr choquant que certains spéculent dessus et je suis d’accord que le système de la BCE est à revoir, mais il ne faut pas oublier que s’il y a une dette, c’est d’abord parce que nos états et nos collectivités ont trop dépensé. Or, ces états et ces collectivités, c’est nous, ou en tout cas les dirigeants qu’on se donne. Il faut donc d’abord réduire les dépenses publiques pour réduire la source de notre endettement. Hurler contre les conséquences de la dette et appeler en même temps à augmenter les dépenses publiques comme le fait Mélenchon revient à se critiquer le réchauffement climatique alors qu’on roule en 4x4..

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par claudiqus  
    oh, je n’en fais guère plus ! mais tout ce battage médiatique ... smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    17 avril 2012, par Carola  

    Merci pour votre réponse, Emmanuel. Pour ma part, c’est la première fois de ma vie que j’ai pris le temps de lire en entier le programme d’un candidat.

    Jusqu’ici et je crois que c’est le cas de la plupart d’entre nous, je m’en tenais aux discours et aux échanges médiatiques + quelques articles ou dossiers critiques ou analytiques, et à la confiance dans ma propre culture.

    Le financement du smic à 1700 euros appartient à un ensemble de réformes organisées par la redistribution de la richesse. Certes cela contient une idéologie sociale forte comme postulat : celle de ne plus accepter un enrichissement sans limite de quelques uns sur le dos de tous.

    Hélas, les caricatures, vous comme moi on les connaît déjà jusqu’à la lie et je trouve que face à l’enjeu actuel, ce serait puérile d’en rester là.

    Rien dans ce programme n’est une promesse de raser gratis ou de s’accommoder d’un rouleau compresseur. C’est bien plus. C’est une rupture, une déclaration de guerre en retour à ceux qui nous la font comme des affameurs, une révolution citoyenne réclamée par les urnes.

    Qu’ensuite, il appartienne à chacun de se serrer la ceinture c’est certain que l’effort est au rendez-vous et qu’on n’est pas sortis de l’auberge, mais c’est aussi un projet social autre que cette gabgie écoeurante qui privatise le bien commun à tour de bras et nous en dépossède.

    L’état français se comporte comme un faillitaire à la botte de la Commission Européenne, des banques, de l’OMC, des agences de notation et la liste est coriace de tous ces organismes dont aucun n’a été élu par les peuples. Au nom de quoi devons-nous continuer à les laisser nous dicter leur loi de la sorte ?

    ATTAC avait annoncé ces dérives en 1990, Mélenchon transforme l’essai pour le conduire à l’élection présidentielle de 2012. Elu ou pas, on ne peut que se réjouir de voir renaître une authentique alternative sociale sous la conduite d’un homme que beaucoup auraient tort de sous-estimer.

    Franchement, qu’avons-nous à perdre de plus que tout ce qui a été cassé depuis 5 ans dans notre société ? Les dégâts humains sont déjà énormes et les derniers remparts de tout ce qui faisait notre solidarité sont menacés.

    Et on va où comme ça ? Faut -il continuer à s’épingler mutuellement ou à se faire épingler ? Faut-il se museler ? Faudra-t’il des catastrophes et des morts dans la rue ?

    Quand un homme gagne 800 000 euros par mois, ça ne parle de rien à personne ? Et c’est le smic à 1700 euros brut qui devient incongru ? smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    18 avril 2012, par mael  

    Complètement d’accord avec Carola.

    Bernard Arnaud a une fortune personnelle estimé à 40 milliards d’€...le budget du ministère de la justice français (soit pour 60 millions d’habitants) est de 7.5 milliards d’€... est ce qu’une seule personne doit avoir la possibilité d’amasser autant d’argent ?

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    18 avril 2012, par Emmanuel Pène  

    Et bien moi je suis pour la liberté, y compris de s’enrichir.

    Bernard Arnaud a repris dans les années 87 un groupe dans le textile de 13000 salariés qui était au bord du dépôt de bilan et que personne ne voulait reprendre, et en a fait une entreprise leader mondial du luxe. Il a pris des risques, créé des milliers d’emplois, et cela a rapporté des centaines de millions d’euro à la France en impots.

    Dès lors, où est le problème ? C’est de la simple jalousie : on ne veut pas de tête qui dépasse. Vive la médiocrité !, et tant pis pour ceux qui essaient d’être bons. Il faut faire la différence entre ces fortunes industrielles qui ont développé l’économie réelle, et des fortunes batties sur la spéculation, la rente, ou la chance (loto par exemple) qui n’ont rien créé du tout.

    Voilà ! y’en a assez de ce racisme anti gens-qui-réussissent.

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    18 avril 2012, par Carola  

    Il n’est pas question de traquer ceux qui réussissent mais de citoyenneté dans cette réussite au profit du partage de la richesse nationale, qui en elle-même est une création.

    Bernard Arnaud ne serait rien sans les petites mains qui lui ont permis de révéler ses qualités d’entrepreneur. Pourquoi vouloir l’oublier ?

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    18 avril 2012, par L’ OURS du Bois  
    PLUS un smiley smiley

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    19 avril 2012, par mael  

    Et bien, moi aussi, je suis pour la liberté, y compris de s’enrichir mais dans certaines limites. 40 milliards d’euros, c’est juste un peu plus de 10% du budget de l’état Français (60 millions de personnes).

    Quand à la médiocrité, la jalousie, le racisme, je rigole !

  • > J’ai la « mélenchonite » aigüe !
    19 avril 2012, par Emmanuel Pène  
    Et bien rigole ! Mais pas au delà de 40 secondes par jour, car au delà, il n’est pas normal qu’une personne seule rigole autant alors que la plupart des français ne rigole que 4 secondes par jour ! smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mille-feuille à la crème pépère
    Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    Harlem, désir de morale ?
    Immoralité, opacité, impunité
    Décadence morale
    Changeons de politiques !
    Suivre son panache blanc ?
    Mains propres
    Non cumul : Martine Lignières Cassou et Nathalie Chabanne, les autruches béarnaises ?
    Argent et politique : Dédicace à Messieurs Braud & Sango.
    Non cumul des mandats : Pour un référendum, s’il le faut...
    Dix-huit pour cent
    Eloge de la lenteur
    Désarroi des politiques.
    Le changement c’est maintenant !
    A l’Ouest rien de nouveau...
    Cumul des mandats, faudra-t-il passer par un référendum ?
    « Pacte », vous avez dit « Pacte » ?
    C’est au pied du mur, que l’on voit le maçon...
    Le Pen, Labarrère, un détail de l’histoire.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises