Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Présidentielle 2012, vers un vote utile ?

lundi 30 janvier 2012


Plus que n’importe quel autre « grand » parti politique, le Parti Socialiste sait qu’une présidentielle se gagne d’abord au premier tour. Nicolas Sarkozy donne lui l’impression de savoir qu’une présidentielle se perd au second tour à en juger ses récents états d’âmes.

Qu’à cela ne tienne, il n’aura échappé à personne que depuis environ la mi-décembre et la remontée dans les sondages de François Bayrou, que cette présidentielle devient petit à petit un match à quatre, les trois candidats cités précédemment ainsi que bien sûr Marine Le Pen. Ce quatuor médiatique qui se forme grâce aux sondages, et qui grâce à une possible prophétie auto-réalisatrice sondagière, pourrait s’avérer constituer le quatuor (dans le désordre) de tête le 22 avril. La place des médias dans la campagne est prépondérante et décisive, on l’a vu en décembre avec la percée de François Bayrou dès lors que durant quelques jours il a occupé une grande place de l’espace médiatique. Chacun tente alors de profiter de cet espace car c’est là que se jouera la présidentielle. Quant aux autres candidats, si Mélanchon monte, Éva Joly commence à reculer à force de stagner et se rapproche dangereusement de la tripotée de candidats à 1%. C’est pourquoi, mis à part peut-être le candidat du Front de Gauche, personne ne semble en mesure de bousculer ce quatuor.

La véritable information de cette semaine a dû réjouir intérieurement Jean-François Copé puisque Nicolas Sarkozy se serait confié à des proches à propos de sa volonté de quitter la vie politique en cas de défaite. Cette information, censée être off a finalement filtré assez facilement dans plusieurs publications, ce qui permet un certain doute quant à sa nature, ruse ou véritable découragement ? Pourtant, force est de constater que n’ayant jamais été donné gagnant dans les récents sondages, les probabilités d’une défaite de l’actuel président n’ont jamais été aussi grandes. S’il est difficile de savoir exactement qui du président ou du candidat s’est exprimé lors des différents vœux de début d’année, il semble probable que M. Sarkozy, tout en continuant à viser une réélection, cherche d’abord à rester président le plus longtemps possible. On le voit bien avec sa volonté de continuer les réformes que ce soit en instaurant une taxe Tobin ou en créant une TVA sociale. D’un côté il continue de gouverner et donc d’occuper le devant de la scène médiatique, d’un autre côté il veut créer un effet d’attente autour de sa personne en se déclarant le plus tard possible. Quoi qu’il en soit, et malgré les propositions de ces derniers jours, tout l’appareil médiatique est focalisé sur le candidat socialiste.

Car oui, après son premier grand meeting au Bourget, François Hollande a su apparaître en leader, c’était vital en priorité vis à vis du Parti Socialiste, où les récentes affirmations de M. Cahuzac à propos d’un possible redéploiement plutôt que d’une création de postes au sein de l’éducation nationale a semé le trouble rue de Solférino. Cela a même amené l’aile gauche du parti, menée par Benoît Hamon et Henri Emmanuelli, à demander des clarifications au candidat. Toutefois, ce discours du Bourget, aussi Mitterrandien soit-il n’est qu’une première étape de cette phase médiatique puisque le chiffrage exact de son programme ainsi que le-dit programme seront présentés jeudi 26 janvier. La question que l’on peut dès lors se poser est simple, comment le candidat socialiste s’il est élu président va-t-il faire pour mettre la finance au pas comme il l’a promis ? On peut d’ores et déjà imaginer qu’en 2017, cette promesse du candidat Hollande pourrait être un argument de poids pour, au hasard Jean-François Copé, lorsqu’il faudra faire le bilan du quinquennat du président Hollande. Car si d’ici là, si tant est qu’il soit élu, la finance n’a pas été apprivoisée, le futur président-candidat Hollande de 2017 sera bien ennuyé, lui qui ne veut pas promettre l’impossible à la France.

On en arrive donc à une situation qui semble figée ou presque, d’un côté les candidats « institutionnels », pour qui il s’agit de ne pas finir troisième. De l’autre les candidats ayant une posture « hors système », qui eux visent d’abord le second tour. Le seul grain de sable qui pourrait venir mettre à mal ce combat prévu d’avance pourrait être la quête des 500 signatures. Si Sarkozy, Bayrou ou Hollande n’ont pas de soucis à se faire, Marine Le Pen, en digne fille de son père, tente depuis plusieurs semaines déjà de nous montrer le terrible chemin de croix et la perte de temps, que constitue cette quête. Alors bien sûr c’est la même rengaine depuis toujours, ça passe, à l’exception de 1981, presque toujours. Pourtant les conséquences d’une non-participation de Marine Le Pen à l’élection présidentielle seraient très importantes. Les quelques 20% dont elle est créditée dans les sondages seraient redistribués, un peu pour Bayrou (posture anti-système comme elle), pas mal pour Sarkozy, des miettes pour Hollande. Mais une grande partie de cet électorat ne prendra même pas la peine de se déplacer pour aller voter, d’où si cette situation se produisait, une forte abstention, ce qui n’est jamais bon pour la démocratie. Surtout cela marquerait une rupture nette entre d’un côté les électeurs frontistes qui pour une grande partie, votent Le Pen par rejet du système et par rejet de la bipolarisation de la vie politique. Il ne comprendraient pas que leur championne ne peut pas se présenter et ce rejet vis à vis des politiques ne ferait alors que s’accentuer. Certains ténors des principaux partis l’ont compris et commencent à s’activer afin que cette situation ne se réalise pas, quitte à ce que Marine Le Pen obtienne de justesse 506 parrainages comme son père en 2007. A l’image de Vito Corleone ils ont compris qu’il fallait être proche de ses amis mais l’être encore plus de ses ennemis.

Si le fait que Marine Le Pen soit au second tour n’est plus aussi inimaginable depuis 2002, que François Bayrou y soit serait également une surprise. En 2007, il était monté jusqu’à près de 23% d’intentions de votes avant de finir à 18,57%. Aujourd’hui sa trajectoire semble la même bien qu’il soit en avance sur 2007. On se moque souvent de sa « vision », de cette fusée à trois étages, qui le verrait se présenter trois fois à l’élection, une première fois pour du beurre, une seconde avec un score à deux chiffres et enfin une troisième où il deviendrait président. Cette « vision », on l’a dit, souvent moquée, n’en reste pas moins réalisable car si Bayrou parvient au second tour (ce que les instituts de sondages ne calculent pas dans leurs sondages de deuxième tour) il sera un adversaire redoutable pour celui qu’il aura en face, son positionnement au centre lui permettant dans tout les cas d’être en mesure d’obtenir une majorité. Le fait qu’il ne veuille pas pour l’instant communiquer sur son choix futur, dans le cas où il ne serait pas au second tour, résulte de deux choses. D’une part il pense qu’il y sera, d’autre part il sait que s’il se prononce maintenant, il n’aura absolument plus aucune marge de manœuvre s’il parvient au second tour.

La suite est simple, François Hollande terminera sa phase médiatique ce jeudi en participant à l’émission de France 2 Des paroles et des actes où il reviendra sur son programme et son coût. Nicolas Sarkozy va probablement reprendre la main dès la fin de semaine avec d’abord une probable allocution télévisée ainsi qu’avec le sommet européen du 30 janvier. Cela va lui permettre d’asseoir sa stature européenne bien qu’a cause de la perte du triple A, l’entente Merkozy ait volée en éclat. Quant à Marine Le Pen et François Bayrou, ils vont certainement continuer à s’opposer aux deux poids lourds que sont l’UMP et le PS, mais s’ils veulent continuer leurs progressions, ils savent que pour cela il faut occuper l’espace médiatique. Dans tous les cas une chose est sûre, la campagne sera violente ...

- par Kevin Estrade
24 janvier 2012


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
31 janvier 2012, par pehache  

rrrrrron zzzzzzz

  • > Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
    31 janvier 2012, par Maximo  
     smiley Bah, laisse faire, Pehache. L’onanisme, c’est de son âge smiley

  • > Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
    31 janvier 2012, par pehache  
    Ah, tu le connais ?

  • > Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
    31 janvier 2012, par Maximo  
    LOL, non... mais ça se lit smiley

  • > Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
    2 février 2012, par paysaa  
    Hola mes seigneurs ! On dirait que vous ne voyez pas d’un bon oeil qu’un jeûneot vienne "pisser" sur votre territoire

  • > Présidentielle 2012, vers un vote utile ?
    2 février 2012, par pehache  
    On dirait plutôt qu’il vise la place q’Alain Duhamel, mais y’a encore du boulot.

  • > P
    2 février 2012, par Maximo  

    tu crois que c’est lui ?

    http://fr-fr.facebook.com/people/Kevin-Estrade-Goncalves/100001824684943

     smiley smiley smiley

  • > P
    2 février 2012, par pehache  
    Non, celui-là n’a lu aucun livre d’Alain Duhamel, ça ne colle pas smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises