Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Quand personne ne rendra la monnaie : l’Homme en pièces

lundi 9 janvier 2012 par AK Pô


L’homme est plein de principes. Moi, par exemple, je ne monte jamais dans un ascenseur avec une femme mariée, si nous devons nous y trouver seuls. A vrai dire, cela ne correspond ni à un principe, ni à un a priori, mais bien plutôt à une somme d’expériences que je ne pourrais désormais plus assumer sans en conserver de graves stigmates, que ma propre épouse ne supporterait pas. Le temps des eczémas est passé, et la couleur rouge cerise de mes joues ne passerait plus pour de la timidité, cela est certain. Pourquoi les femmes mariées et non les vieillards chenus, me direz-vous. Preuve que vous n’avez pas autre chose à faire de plus constructif, comme de changer le monde en préparant du café. Eh bien, la raison en est très simple.

Je reviens à l’instant de faire de petites courses à Billère, banlieue qui me fait penser à Las Vegas quand je regarde l’escalier monumental d’en bas, et la rangée d’immeubles qui forment le boulevard des Pyrénées local sans fête de la Musique à ses pieds, juste les Pyrénées et le chant du vent, qui sait. En tout cas, je rentre dans une boulangerie du centre (en face d’un mur dépeint), je demande une miche et un petit bouchon de Liège (on est prié de ne pas toucher au pain), et, au moment de payer (1,86 euro), la jeune employée me dit : mettez votre pièce là (une pièce de deux euros à l’effigie du roi du Portugal). En dessous du présentoir, de la réglette en bois qui sépare le client de la boulangère bonne épouse et de ses mitrons sympathiques mais distraits, une machine infecte, avec un mini tapis noir, genre tapir à chabraque minuscule et malpoli, avale ma pièce et me rend la monnaie. L’employée qui a enregistré la vente est repartie depuis belle lurette dans les confins du fournil, sans bonjour ni bonsoir. Je subodore qu’elle finira vieille fille dans la file d’attente des princes charmants qui se présenteront aux guichets des amours passionnantes.

Si fait, l’art est consommé : des machines rendent la monnaie. Autant dire que vendeuse dans une boulangerie est un métier qui va disparaître très rapidement de notre horizon, au même titre que les guichetiers d’autoroutes, d’hypermarchés, et les poinçonneurs de lilas parfumés à la violette de Toulouse, tout un univers humain qui va basculer dans la mécanique spirituelle de voix synthétiques annonçant : veuillez entrer votre code, je ne saisis pas vos données, veuillez recommencer l’opération, au bout de trois essais nous serons dans l’obligation de vous renvoyer dans l’espace intemporel des appels en attente, mais vous pourrez choisir votre thème musical en appuyant sur la touche étoile de votre téléphone, même si vous êtes plein de principes ; ce service coûte 0,12 centimes par minute, quelle que soit votre origine sociale, n’oubliez pas qu’une carte d’abonnement réduira le coût de votre appel mais qu’il sera retenu une écotaxe sur le temps mort passé à attendre l’ascenseur en espérant qu’aucune femme mariée de votre lieu d’habitation ne vienne réclamer la priorité d’accès pour diverses raisons que nous ne pouvons nous engager à assurer, malgré votre bonus de 50% à vie et envers la charge totale que l’ascenseur peut soulever dans des conditions normales.

Vous allez me dire quel rapport avec les femmes mariées, les ascenseurs et les employées de la boulange . Bon, OK, argument : avant d’entrer dans la boulangerie, et cela quelques jours auparavant, mon réveil matin est tombé en panne. J’étais en vacances. (gros jaloux !). Une pile AA réglemente ma vie salariale. Type Energyser, fabriquée en Chine. Je file au supermercado et c’est une vraie galerie d’art dans les gondoles : des piles energy scintillantes placées juste à hauteur de consommateur. Prix émergeants : entre 5 et 8 euros. En dessous, pour les arthritiques, les mêmes, de couleur rouge, fabriquées en Allemagne (3,5 euros). L’homme est plein de principes : j’ai volé les Energy. Bien sûr, bien sûr, je sais pertinemment que tout cela m’enverra en prison, je sais que la probité n’est pas mon fort, que les chats de gouttière passent leur vie à se saouler d’eaux de pluie quand le whiskas se tricote à quatre euros les cent cinquante grammes, mais je suis plein de principes dont aucun n’est primordial, sauf celui de monter dans un ascenseur avec une femme mariée, si nous devons ensuite descendre en toute hâte.

Pour finir, cette idée saugrenue : toutes ces machines automatiques font bosser un paquet de gens sous-payés, entretiennent une sous-traitance énorme, générent des emplois, dont l’essentiel va à l’exportation (La China, Leoncia, de Ray Barretto). Ne perdons-nous pas, ici, la simple convivialité (dont beaucoup se moquent éperdument) d’un rapport humain entre les gens, au profit d’une installation de machines parlantes et bientôt ( 2013) pensantes. Une des conséquences les plus dramatiques que nous sommes en train de vivre, c’est la transmission de la mémoire. L’extrême fragilité du numérique. Le goût de vivre ?

Tu as des enfants, toi ?

-  par AK Pô

07 01 12

Par ailleurs...


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Quand personne ne rendra la monnaie : l’Homme en pièces
9 janvier 2012, par L’ OURS du Bois  

QUI... est le plus avenant ???? la machine qui vous "parle" smiley smiley

ou la "boulangère" qui vous refuse ses miches et vous fait la gueule ???? smiley smiley

le petit commerce disparaitra smiley smiley

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Obsolescence de la publicité
Le complot
Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
Les oiseaux
Le corbeau
L. l’entrepreneur
Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
Petit conte à rebrousse-poil
Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
Feuilleton (chap 16) : la carte postale
Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
2035 : la ville des trois mirages
Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises