Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !

lundi 2 janvier 2012 par Le Masque de Pau


Le mois de décembre a été marqué par le premier meeting Palois de la campagne des Présidentielles 2012. C’est le candidat Bayrou qui a ouvert le bal, devant 900 personnes, ce dont A@P fait un compte rendu factuel. Elle le fera aussi pour les candidats suivants qui viendront à Pau.

Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !

Et c’est François Bayrou qui s’est élancé le premier, en lançant son meeting inaugural à Pau le 10 décembre, devant 900 militants au Stade du Hameau, pour un "discours-garbure" qui a donné au Président du Modem l’occasion de donner le ton de sa campagne, en insistant sur 3 mots clés selon lui : famille, vérité et rassemblement au centre. Entouré par une meute de caméras et journalistes, le candidat n’a pas laissé son arrivée inaperçue, dans une salle acquise à sa cause et où la couleur orange dominait dans le public. Puis, il s’est lancé dans un exposé de près d’une heure et demie, qui lui a donné l’occasion de faire un diagnostic de la situation du pays et de tracer ses principaux thèmes, et promettant de "dire la vérité aux Français".

En rappelant les nombreux souvenirs que lui évoque la fréquentation des gradins du Stade du Hameau, le candidat a voulu d’emblée montrer son enracinement profond dans le Béarn, et situer sa démarche dans une histoire familiale. Famille sportive, tout d’abord, en rappelant le titre de Champion de France obtenu par la Section Paloise l’année de ses 13 ans. Puis famille tout court, en faisant monter son épouse "Babeth" sur l’estrade. Famille politique, ensuite, qu’elle soit locale, constituée de fidèles, dont Jean Lassalle (qui va jouer un rôle important dans sa campagne, autour des Français anonymes que l’on entend pas d’habitude), d’élus du département, (comme J.-J. Lasserre, M. Sémavoine, J. Poueyto, D. Borotra...), ou encore ses compagnons de route, qui ont traversé les années récentes - pas toujours faciles mais pas si difficiles - avec lui, tels les élus Modem au Parlement Français ou Européen, M. de Sarnez, J. Gourault, R. Rochefort, J.-L. Benhamias, et ceux qui l’ont rejoint récemment (A.-M. Idrac, J. Arthuis, B. Bosson). L’occasion de faire passer un premier message, en insistant sur la solidarité de son équipe, et sur la situation de la famille centriste en voie de recomposition autour de lui, que cela soit d’origine centre droit ou centre gauche. Témoin d’un pluralisme dont le pays a besoin selon F. Bayrou. Il est pour lui important de marquer l’unité de la France sans uniformité (preuve de sa solidité et de sa solidarité) et de sa diversité dans ses différences (gage d’enrichissement, d’ouverture et de compréhension). Les différences culturelles de la nation (avec l’exemple des langues régionales), la solidarité entre les territoires (notamment pour ceux qui ne vivent pas dans les métropoles et pour qui les services publics doivent être maintenus) sont des éléments importants pour le candidat. Il rappelle ensuite que sa famille politique a imposé un message d’émancipation des êtres humains, puis inventé l’idée Européenne à la suite de Victor Hugo, en gardant son identité et son histoire, et, à l’issue des guerres et des pires horreurs de l’humanité, elle a imposé l’Europe, autour des valeurs de volonté, d’harmonie et de puissance, grâce à Maurice Schuman et Pierre Pfimlin, représentants de la social démocratie et de la démocratie chrétienne. Ce relais entre le National et l’Universel permet à la France d’être reconnue comme une force, et de faire entendre sa voix, à partir de son histoire et de son message.

Or, cette Europe est aujourd’hui dans une crise profonde et menaçante. L’euro est une monnaie stable, respectée et qui a cours, mais cette crise est celle des Etats de la zone euro, et de la dette qu’ils ont contractée, qui menace la régulation de cette zone. F. Bayrou rappelle qu’il a mis en garde le peuple français et ses dirigeants contre les conséquences du laxisme et des dérèglements de l’endettement du pays. Insistant sur la généalogie de cette crise, le candidat reproche au gouvernement la faute consistant à ne pas expliquer clairement ce qui se passe, à savoir que les Etats, endettés au delà du raisonnable, sont incapables de faire face au remboursement. En effet, même si les taux d’intérêt (à 3-4% actuellement) n’ont jamais été aussi bas, si le cours des évènements fait que ceux-ci remontent, on ne pourra plus assurer la charge de cette dette. Celle ci, actuellement comprise entre 1.700-1.800 milliards de $, peut monter en quelques années à 2.000 milliards de $, soit à 3% d’intérêt, une charge de 60 milliards de $, à comparer avec les 55 milliards de $ collectés annuellement par l’impôt sur le revenu ! Et si le taux d’intérêt passe à 6%, cette charge explosera à 120 milliards de $, cette menace concernant le pays tout entier. Finalement, tout repose sur le taux d’intérêt, qui dépend principalement de la confiance. Mais celle-ci est aujourd’hui remplacée par la défiance, ce qui explique l’augmentation des taux. Là est la faute stragique des Etats de la zone euro depuis 18 mois, qui, au lieu de se souder autour de la Grèce, l’ont laissé faire en partie faillite, en supprimant 50% de sa dette, et ne comprenant pas qu’en faisant cela, ils disaient au monde que la dette d’un Etat de la zone euro n’est pas garantie par l’ensemble. Du coup, les Etats les plus solides sont devenus soupçonnables aux yeux des investisseurs. Et comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal et la France ne peuvent finir chaque mois sans emprunter pour payer leurs fonctionnaires, les retraites, la sécurité sociale, nous sommes donc obligés de faire reposer cette charge de remboursement sur nos enfants, qui vont rembourser notre incurie pendant des années. Le candidat n’est d’ailleurs pas sûr que le récent accord européen de Bruxelles règle la crise.

Pour en sortir, il énonce les principes suivants :
-  il est légitime et normal que les Etats de la zone euro règlent ensemble les problèmes de l’euro
-  réduire la somme des réponses à la crise en inscrivant la règle d’or (dont F. Bayrou est le 1er défenseur) dans les traités et constitutions sera insuffisant ; même si l’accepter ne revient pas à obéir à Bruxelles, mais à être responsables devant nos enfants
-  le cœur de la réponse consiste à faire une synthèse entre la discipline issue des états les plus sérieux, et la solidarité envers ceux qui ont le plus besoin d’aide. C’est en cela que le récent accord est pour lui déséquilibré (ce qui le rend inquiet)
-  la démocratie est nécessaire en Europe. Il n’est pas satisfaisant que les choses aient été organisées pour que les dirigeants de l’Union soient inconnus. Il y a une exigence démocratique essentielle pour que ces dirigeants soient identifiés. Mais aujourd’hui l’Europe est d’une extrême fragilité, et le choix de la Grande Bretagne risque de remettre en cause sa construction. F. Bayrou plaide pour un président de l’Union Européenne élu au suffrage universel, les peuples européens devant exiger que l’Europe soit une démocratie et non une oligarchie
-  rien ne remplacera le redressement de la France, car les problèmes n’étant pas seulement ailleurs mais aussi chez nous. Tout ceci dépendra de la mobilisation des Français pour résoudre les deux défis du pays : produire et instruire.

Constatant que ses idées ont rencontré une fortune inattendue, le candidat note que sa place dans la campagne électorale a déjà fait ses preuves, et il est très content que ses priorités s’imposent.

Mais produire en France ne se résume pas à un seul axe ; pour lui, il faut d’abord :
-  mobiliser tous les acteurs disponibles (consommateurs, entreprises, réseaux de décideurs, banques, Etat, politiques...)
-  changer le climat social dans l’entreprise, car l’incapacité à nouer le dialogue syndicats/dirigents est une faiblesse, en comparaison avec l’Allemagne
-  simplifier la production en France (en posant la question de la TVA sociale, en examinant le code du travail et ses 2.600 pages, en résolvant le problème fiscal des PME dont les 3/4 payent plus d’impôts que les entreprises du CAC40, en simplifiant la complexité qu’on a imposée au pays, et en relevant l’image de marque de la France). Ce dernier point est crucial, car en situation de compétition l’Allemagne gagne face à nous à 80% sur des éléments de compétitivité "hors coûts" il faut donc relever un immense défi et en travaillant sur la durée de vie et la garantie des produits
-  accepter qu’on connaisse le pourcentage de la "partie France" des produits vendus
-  examiner la stratégie européenne, car la France ne va pas pas résoudre ses problèmes à elle seule

Concernant l’éducation, F. Bayrou suggère de s’inspirer de l’exemple Coréen, en adossant de grandes entreprises à de grandes universités.

Puis le candidat insiste sur la nécessité préalable de changer les fondements de la vie politique française afin de changer tous ces éléments, ainsi que la manière de penser, en déclarant la guerre à la bipolarisation absurde, qui fait que la politique divise (au profit de clans) au lieu d’obliger à s’unir.

Cet immense changement est selon lui possible, au vu de l’affaiblissement des deux principaux partis :
-  le spectacle donné par le PS (accusations de corruption) souligne des usages inacceptables dans une démocratie de plein exercice, et il n’est pas sain selon lui de lui donner le monopole du pouvoir de haut en bas
-  la coexistence de l’UMP avec l’affairisme et le refus de lui donner quitus en avril et mai prochains de ce qui a été fait depuis 5 ans

Le peuple français doit donc, pour F. Bayrou, imposer un choc à partir duquel on saura que demain ne sera pas comme hier, ce changement dont les citoyens ont besoin ne pouvant se faire qu’au sommet de l’Etat. Restaurer l’impartialité (ce qui n’est pas facile), nécessite de substituer la compétence à l’appartenance, restaurer la démocratie, éradiquer les affaires, faire régner l’honnêteté au cœur de l’Etat.

Rien ne s’accomplira sans le rejet du sectarisme, et le respect des hommes, des femmes et de leurs sensibilités :
-  à gauche, le progrès, les solidarités et la protection des faibles face aux forts
-  à droite, l’ordre, le mérite et le travail
-  au centre, le pluralisme qui a droit de cité, la protection des libertés individuelles, et des propositions dépassant les face-à-face stériles

Convoquant la devise Gasconne du "tous pour un, un pour tous", F. Bayrou centre son discours sur l’Europe, la laicité, et sur l’idée qu’il faut désormais remplacer le "chacun pour soi" par le "ensemble c’est mieux". Le moment est venu pour lui de ne plus chercher la faute mais le chemin pour en sortir.

Faisant référence à deux grands dirigeants Français, Pierre Mendès France et Charles de Gaulle, il souligne le fait qu’ils prenaient le peuple au sérieux et lui parlaient comme à des responsables de l’avenir du pays. A l’opposé de la communication, où on fait un sondage par jour pour chercher à dire au peuple ce qui doit lui plaire...

En conclusion, le candidat est persuadé que le peuple Français des humbles et des anonymes a besoin qu’on le regarde en le responsabilisant, et non en le déresponsabilisant. Il pense qu’on doit le tirer vers le haut. En proposant une aventure partagée, pour le destin de la France et pendant 5 ans d’efforts, F. Bayrou estime que le peuple des citoyens va gouverner le pays sans se laisser dévoyer.

Alternatives Paloises donne rendez-vous pour la suite de cette chronique à l’occasion de la prochaine venue d’un candidat des Présidentielles 2012 dans la capitale Béarnaise.

- Le Masque de Pau


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



570000 nombrils pour un petit pays
3 janvier 2012, par AK Pô  

Mais que tout cela est donc puéril ! Brisez vos miroirs et regardez la vie, vous finirez par vivre dans vos réalités, pas dans vos masques aussi pautois que carnavalesques, amigos ! smiley

> Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
3 janvier 2012, par Marie-Anne Kraft  

C’est un des meilleurs résumés, assez complets, que j’ai lus sur cette réunion. Il donne une vision de la cohérence de pensée de François Bayrou, de son esprit constructif, de sa lucidité et de sa confiance dans les citoyens qu’il ne prend pas pour des gogos.

Bona annada ! 2012 escoubat ! 2012 la vertat ! 2012 Ne podem pas har shens Bayrou president ! Qui no pot, que posque !

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par pehache  
    Les courses de chevaux (car c’est bien ça une élection, non ?) ont cela de bien qu’elles font sortir du bois plein de gens qu’on ne lit jamais d’habitude, et qui retournent dormir dès la ligne d’arrivée franchie.

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par Louis H  

    Et que faisait-il le camarade Pehache pour débuter l’année ?

    Pehache se trouvait en embuscade, à attendre. Et ça a fonctionné : Mme Kraft se fait dégommer, Maximo se prend un avis aussi définitf que vide.

    En 2012 on pouvait espérer que Pehache ait une idée à exprimer, un avis circonstancié à proposer. Que nenni. En distribuant les mauvaises notes aux autres contributeurs espère-t-il à montrer qu’il est meilleur ? J’apprécierai plutôt qu’il prenne le risque de lancer et développer une/des idées qui lui soient personnelles. Chiche ?

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par pehache  
    Vous étiez vous aussi au meeting de Bayrou, Louis H ?

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    4 janvier 2012, par Louis H  

    à Pehache,

    Quelle importance ? d’autant que je n’ai pas transmis d’avis sur Bayrou et sa réunion ou commenté le CR écrit par Masque de Pau . Non, je n’y étais pas.

    Au fait Pehache, puisque insatisfait vous trépignez tant dans la coulisse, où trouve-t-on votre idée personnelle sur ce sujet (à moins bien sûr que vous ne réserviez votre plume pour "rapporter" sur un autre candidat à la présidentielle) ?

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    4 janvier 2012, par pehache  

    à moins bien sûr que vous ne réserviez votre plume pour "rapporter" sur un autre candidat à la présidentielle

    J’ai ri, merci...

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    4 janvier 2012, par Daniel Sango  

    Heureusement il ne sera jamais président de la République...

    Ouf ! sauvés !

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    2 janvier 2012, par pehache  

    Amen...

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    2 janvier 2012, par Maximo  
    Alternatives Paloises donne rendez-vous pour la suite de cette chronique à l’occasion de la prochaine venue d’un candidat des Présidentielles 2012 dans la capitale Béarnaise.
    Plus pharisien, tu meurs...

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    2 janvier 2012, par Rêveur des villes  
    Bayrou... il avait vu juste sur la dette. Il est peut-être moins clientéliste et à ce titre moins nuisible que les autres. C’est néanmoins un ultra-libéral qui ne prône pas grand-chose pour une meilleure répartition des richesses. Ex : si l’Allemagne possède bien des vertus, je ne suis pas sûr que les salaires à 4 € de l’heure le choquent.

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par Marie-Anne Kraft  
    François Bayrou est pour la liberté d’entreprise et défend les services publics. Ce n’est pas un "ultra-libéral". Il a toujours prôné plus de justice, une garantie de l’égalité des chances passant notamment par l’éducation et une protection des faibles. Il a lutté contre le bouclier fiscal. Il propose une fiscalité plus juste en ajoutant deux tranches marginales sur l’impôt sur le revenu. Il a vanté l’exemple allemand pour sa stratégie industrielle, son soutien des PME notamment exportatrices, son modèle décentralisé sur le territoire, son dialogue social fort et constructif entre syndicats et patronat avec une forte représentativité syndicale et implication citoyenne, son modèle démocratique notamment 50% de proportionnelle aux législatives (Bundestag), les rythmes scolaires, sans oublier une gestion saine des finances publiques (interdiction du déficit de fonctionnement), mais il ne nie pas par ailleurs certains défauts qu’il ne souhaite pas en France, comme l’absence de SMIC qui fait qu’on trouve en Allemagne des salaires horaires à 6 euros (Angela Merkel s’est d’ailleurs récemment prononcée pour la mise en place d’un salaire minimum, selon les secteurs professionnels).

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par pehache  

    Plus pharisien, tu meurs...

    Du tout. On chroniquera également tout candidat dont le nom commence par la lettre B, même si il ne vient pas à Pau . smiley

  • > Présidentielles 2012, c’est parti en Béarn !
    3 janvier 2012, par Jacques Faget  

    C’est incroyable de voir comment les Français ont la mémoire courte. On a vu Bayrou dans des responsabilités d’homme d’état quand il a été à la tête du très grand ministère qu’est l’Education nationale. Après avoir eu une levée de boucliers à propose de la modification de la loi Falloux, il a compris que pour durer il fallait faire profil bas. En conséquence il a laisssé les syndicats d’enseignants gérer le ministère. Ainsi, vous pensez bien qu’il n’a pas eu d’ennuis smiley . Il a manqué totalement de courage lors de l’apparition du foulard islamique dans les écoles.Il a fait une circulaire mollasonne demandant aux chefs d’établissement de régler les problèmes au cas par cas. C’est à dire la capitulation en rase campagne. Heureusement qu’une loi claire (pas de son fait) a mis les choses au point et depuis il n’y a plus l’ombre d’un problème.

    Alors maintenant quand on voit qu’il se voit investi d’un destin national, mouais smiley smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mille-feuille à la crème pépère
    Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    Harlem, désir de morale ?
    Immoralité, opacité, impunité
    Décadence morale
    Changeons de politiques !
    Suivre son panache blanc ?
    Mains propres
    Non cumul : Martine Lignières Cassou et Nathalie Chabanne, les autruches béarnaises ?
    Argent et politique : Dédicace à Messieurs Braud & Sango.
    Non cumul des mandats : Pour un référendum, s’il le faut...
    Dix-huit pour cent
    Eloge de la lenteur
    Désarroi des politiques.
    Le changement c’est maintenant !
    A l’Ouest rien de nouveau...
    Cumul des mandats, faudra-t-il passer par un référendum ?
    « Pacte », vous avez dit « Pacte » ?
    C’est au pied du mur, que l’on voit le maçon...
    Le Pen, Labarrère, un détail de l’histoire.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises