Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La transhumance de l’indignation

lundi 28 novembre 2011 par Père Ubu


Ils refusent d’être des moutons et marchent avec les brebis, les chèvres et ... les ânes pour sortir du tout routier.

Le dimanche 30 octobre, l’association Code Béarn et tous les opposants au projet de route Lescar - Gurmençon (trompeusement dite Pau-Oloron ) se sont retrouvés entre Estialescq et Arbus pour accompagner le retour au bercail des bergers d’Arbus .

Les bergers redescendent, avec leur troupeau, de leurs estives au-dessus d’Etsaut en trois jours de marche. Le but de cette manifestation était de montrer, sur le terrain, les dégâts que causerait ce projet pharaonique à la gloire de Touthenkamion .

En ces temps de crise et d’Etat en faillite il semble surréaliste de vouloir dépenser 500 millions d’euros (ou 1/2 milliard ) pour 25 kilomètres d’une départementale . Comme le financement repose sur un Partenariat Public Privé, les automobilistes devront s’acquitter d’un péage de 6 à 7 € l’aller-retour.

450 hectares de terres agricoles sacrifiées, des sites de villages défigurés, des eaux polluées, un environnement exceptionnel détruit sans parler des pollutions sonores et visuelles : voilà ce qui se passerait sur ces coteaux qu’il faudrait faire classer aussi au Patrimoine mondial de l’Humanité. Ils sont en effet indispensables à la vue de terre du boulevard des Pyrénées, non ? En fait le véritable but de cette opération n’est pas de désenclaver Oloron, mais de faire le couloir à camions Bordeaux - Saragosse, l’axe E 7 d’ailleurs annoncé sur l’A 65.
 
Les Suisses parlent, paraît-il, lentement, mais ils pensent vite et loin. Pas question d’abîmer leur patrimoine et leurs montagnes. Le transport routier y est systématiquement découragé (taxes poids lourds) et le ferroutage favorisé.
 
Pour en savoir plus sur les interventions des « autochtones » et des élus ce jour-là, et alimenter les conversations on peut voir sur YouTube, trois petites vidéos en tapant en recherche « La transhumance de l’indignation ».

Par ma chandelle verte, à la trappe ce projet !


- Par Père Ubu


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La transhumance de l’indignation
28 novembre 2011, par Rêveur des villes  

Pas la peine d’exagérer :

Le coût global est de 400 M€. Le coût net pour la collectivité (en enlevant les péages) est de... disons 300 M€ (c’est une hypothèse).

Cette route permet une économie de carburant très importante à ceux qui viennent de l’Ouest de Pau ou de l’autoroute car le trajet est plus court et avec moins de dénivelé.

Je ferais remarquer aux opposants à cette route que si 80 M€ ont été mis pour la régénération de la ligne de train Pau-Oloron, ramené au nombre de personnes concernées, 400 M€ pour une route est proportionnellement bien moindre.

D’un autre côté, je suis d’accord qu’il faut sortir du tout routier et augmenter la part du ferroviaire. Mais quelle est la capacité de cette ligne à voie unique... ? On imagine d’ailleurs les pbs de mix entre des trains de voyageurs qui rouleraient à 90 km/h sur certaines portions entre Pau et Oloron et des trains de marchandises qui rouleraient à 60 km/h tout ceci sur une voie unique.

Pour moi, la question est encore à approfondir.

Quant au développement du train pour les personnes, cela supposerait d’abord une politique d’urbanisme menée autour des gares comme dans les pays du N.

  • > La transhumance de l’indignation
    28 novembre 2011, par Daniel Sango  

    Le coût pour la collectivité sera de 500 M€ au moins. Ensuite, vous raisonnez mal car ce n’est pas parcequ’il y aurait une hypothétique participation privée que cela enléverait un coût a la collectivité puisque la collectivité (les usagers) paieront le péage (et même plus puisqu’il y aura au passage un bénéfice)

    D’autre part la comparaison avec le train n’a pas de sens. D’un côté (le train) ce sont des investissements indispensables pour l’existence même de cette ligne, et ceci dans le cadre d’un projet plus vaste de liaison avec l’Espagne (en cours).

    De l’autre, il existe déjà une liaison routière et ce projet de nouvelle route doit être comparé avec le projet d’amélioration de l’actuelle (qui sera bien moins coûteux) qui permet d’améliorer la liaison POUR L’ENSEMBLE DES BEARNAIS. Car une nouvelle route n’apporterait rien aux habitants de l’Est ou du centre de l’agglo.

    Une nouvelle route n’a aucun intérêt pour le Béarn, elle ne serait qu’un couloir à camion espagnols.

  • > La transhumance de l’indignation
    28 novembre 2011, par Rêveur des villes  

    Compte tenu des avantages (qu’il ne sert à rien de nier) et des inconvénients, cette route n’est sans doute pas une priorité.

    A mon avis, la priorité est de développer une politique d’urbanisme autour des gares avec des immeubles de bureaux et de logements HQE à proximité pour que les gens puissent travailler ou vivre (ou les 2) à proximité d’une gare. Des connexions bus également. Sans cela, le rôle du train ne peut pas augmenter.

    Ensuite, il y a beaucoup de carrefours à améliorer partout dans le Béarn.

  • > La transhumance de l’indignation
    28 novembre 2011, par Père Ubu  
    La transhumance de l’indignation

    Mon doux rêveur, suivre un couloir à camions ne fera aucune économie en carburant ou en temps .

    Le vrai problème c’est l’ " hénaurme " défi à la démocratie ! Le Conseil Général ( alors de droite )avait décidé unilatéralement de reprendre à moindres frais( ah ! ah ! ah !) l’ex A650 condamnée par le Grenelle de l’Environnement . Aux cantonales force promesses de la gauche de mettre fin à cet oukase et d’ouvrir la voie à des échanges . Souvent politique varie, bien fol est qui s’y fie !

  • > La transhumance de l’indignation
    2 décembre 2011, par PGA  

    L’experience dans le domaine des travaux publics et des infrastructures nous prouve tous les jours qu’il n’y a aucune exageration, en fait presque certainement une sous-estimation, et sans doute considerable, du cout final si le projet est realise.

    Qui peut aujourd’hui pretendre serieusement que les budgets initiaux de ce type de projets ne sont pas systematiquement sous-evalués pour des raisons politiques ? Qui peut pretendre qu’il y a des bonnes surprises au niveau de l’execution et pas plutot des imprevus dont les consequences financieres sont toujours penalisantes.

    PGA

  • > La transhumance de l’indignation
    2 décembre 2011, par AK Pô  

    @ PGA : c’est toute la différence entre ceux qui dessinent les moutons et ceux qui les tondent.

    Les uns travaillent dans les bureaux, bien d’autres sur le terrain, et au final, de la sueur des hommes ne doit demeurer qu’un papier administrativement acceptable. Sans aller plus loin dans la prosodie du silence...

  • > La transhumance de l’indignation
    28 novembre 2011, par Daniel Sango  

    D’accord bien sûr, mais en même temps que vous dénoncez ce projet il faut aussi proposer quelque chose pour résoudre les problèmes de sécurité et les encombrements sur la route actuelle entre Gan et Pau.

    Il faut donc moderniser très sensiblement la route actuelle, ceci au profit des usagers locaux. Voir AP de la semaine précédente : "Le Conseil Général fait fausse route"

  • > La transhumance de l’indignation
    28 novembre 2011, par Michel LABARDE  
    Il faudrait surtout prendre en compte l’existant... La solution alternative du rail, qui, elle ne connait pas l’encombrement et offre une sécurité parfaite, en plus du confort, du respect de l’environnement et de la régularité.Proposer quelque chose, bien sûr. La DUT s’y emploie dans le cadre du Plan de Déplacement Urbain, en proposant un cadencement des trains toutes les 1/2 heures et un pôle de mobilité(avec parking du côté de Gan et divers services intermodaux) Nous vous invitons à soutenir ce projet auprès du SMTU et de la DUT (Défense des Usagers du Transport) Bien à vous tous Michel

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises