Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les trois arrosoirs et ma pomme

samedi 29 janvier 2011 par AK Pô


Fouchtri fouchtra ! déjà mardi et je n’ai rien pondu pour A&P ! C’est à cause de la lune, trop grosse en ce précédent samedi soir. Du coup, j’ai trouvé refuge sous la couette ; volets fermés, à écouter les hulottes huer et à sentir remonter par les pieds de lit le tellurisme de la chair tendre de la Pachamama ensommeillée à mon côté. Jusqu’à ce que, par les interstices des volets, les premiers rayons de soleil percent la vision troublante d’un matin sans nuage. Avant même que les prairies, encore assoupies sous leurs draps de gelée blanche, ne reverdissent à l’arrivée de brebis saltimbanques, menées par les trois frères : Pim, Pam, et Poum.

Pim est le puîné et, en tant que bon dernier de la fratrie, le plus représentatif de la famille. Une touffe blonde et hirsute de cheveux ébouriffés, des joues à manger des pétards et une mémoire des évènements que nul ne saurait lui contester. Le nombre de claques sur les fesses qu’il a reçues, le nombre exact de vermicelles dans son assiette de potage de la veille, les détails du parcours qu’il a effectué dans sa fuite éperdue pour ne pas recevoir de râclée et le descriptif anatomique de la main, du geste et de la masse musculaire de son père quand celui-ci l’a rattrapé font de ce gamin de huit ans le parangon d’un futur énarque, mais dans un autre monde, si possible peuplé de manchots.

Il y a quelques années, dans la Presse, un débat s’était répandu, concernant une hypothétique mémoire de l’eau, thèse défendue par d’ineffables chercheurs désormais noyés dans l’oubli saumâtre de l’Histoire. Si l’eau n’a pas de mémoire, au moins a-t-elle un poids. Raison pour laquelle Pim est doté du plus gros des trois arrosoirs, contenance quinze litres.

Pam, le cadet, n’a pas de soucis majeurs, vu qu’il est encore mineur (comme le chat des voisins). Son teint de noiraud mal léché (qui ferait idéalement un vendeur de colifichets sur le champ de Mars s’il n’était encore trop jeune) masque en réalité un bon cœur pour qui le connaît. Hélas, hormis ses frangins, seuls les animaux de la ferme (et les rats des champs) discutent avec lui. Les campagnes se dépeuplent, et jouer à saute-mouton n’est possible qu’au sens primitif du terme. Depuis qu’il a atteint ses seize ans, par mimétisme ou par attrait véritable, Pam se laisse pousser le bouc, et apprend secrétement l’art et les rituels de l’Aîd- El- Kébir avec l’intention de, plus tard, monter une petite cahute de kébab en bas de la côte de la départementale, au carrefour des routes qui mènent aux quatre saisons de ce petit pays. Comme ses minuscules yeux semblent enchâssés dans leurs orbites et que ses oreilles tentent, les jours de grand vent, de le faire décoller de la réalité de ce paysage verdoyant, il a décidé lui-même de se lester d’un arrosoir d’une taille proportionnelle à sa crainte de s’envoler, et s’est accaparé le modèle moyen, contenance huit litres.

Il y a quelques années, des hommes nantis d’une branche de coudrier, ou de noisetier, débusquaient des sources enterrées dont nul ne ressentait la présence sous ses pieds. On creusait alors un puits. Et l’eau surgissait, nue et claire, reflétant le ciel, se renouvelant durant des dizaines d’années, plate comme un miroir, savoureuse comme une goulée d’air frais. Quand, en période de sécheresse, le niveau baissait, on y basculait un ou deux ancêtres qui, une fois bien humectés, racontaient où ils avaient planqué l’héritage. La famille allait vérifier. Si c’était vrai, ce qui était généralement la régle, on les remontait et une grande fête avait lieu, qui durait jusqu’à épuisement des fonds révélés.

Poum, l’aîné, a eu vingt ans tout-à-l’heure. Il est né un dimanche, et sa famille lui souhaite chaque semaine son anniversaire, à grands renforts de coups de pied stimulants et festifs. C’est à la fois un plaisir convivial et une obligation mutuelle. Dans dix ans, il sera le patron. La bergerie, la basse-cour, l’enclos aux cochons et les deux hectares de maïs seront sous son autorité. Il a donc pris le plus petit des arrosoirs (contenance trois litres), car sa générosité se doit d’être limitée au mérite de chacun des membres de la famille. Comme il est également le plus grand par la taille -ce qu’il compense par une mollesse rédhibitoire-, ses frères l’ont promu Grand Arroseur. C’est lui qui opère le premier versement de liquide sur la tête de Pam les jours de douche, celui-ci, avec l’eau récupérée, arrose à son tour Pim, qui recueille le précieux liquide dans le plus gros des arrosoirs. Il remplit à son tour le petit récipient qu’il rend à son grand frère, qui recommence la manoeuvre autant de fois que nécessaire.

Pendant ce temps, les moutons gambadent et la Pachamama masse la plante de ses pieds de Madonna Virginale en chantonnant un ancestral cantique où il est question d’un rhabdomancien déjeunant d’une baguette tartinée de beurre et de confiture de mûres fraîches, étendu dans un vaste lit de rivière à sec, entre Las Vegas et le centre du Chili (cf doc de J. Ortiz et Dominique Gautier).

Quand l’eau s’avère plus noire que les corps qu’elle lave, les trois lascars admettent qu’elle n’est plus consommable et la renversent sur les taupinières. Cette eau regagne alors le tréfonds de la terre en suivant les galeries, jusqu’à la nappe phréatique, qu’elle atteint vers midi, à l’heure de l’apéritif. Dans le lointain, les cloches sonnent la sortie de la messe. Les moutons se comptent par distraction, tâches blanches sur fond vert, sous l’oeil inattentif de quelques balbuzards piscivores. La lune est tombée au fond du puits, et ne remontera pas avant la nuit. Des arrosoirs en zinc, maintenant rangés, se reflète la lumière calme et diaphane d’un dimanche à la campagne. Pim Pam et Poum ont le nez dans l’assiette et le regard vague. On entend l’eau couler du robinet de l’évier où leur mère nettoie ses instruments de cuisine.

C’est l’heure où, sous ses airs pudibonds, le soleil réchauffe ma couenne et m’incite à la sieste. Une bonne sieste, le corps étendu sur un transat et recouvert d’un plaid en tartan d’Ecosse (spécial cossard), une sieste durant laquelle Pachamama et Soleil des Incas vous font oublier le pied de la cordillière des Andes, où l’on chasse les paysans en leur volant leur eau, en l’empoisonnant, en les affamant, où l’on oublie le Nevada, Las Vegas, et l’embouchure à sec du Colorado en Basse Californie mexicaine, qui désespère les pêcheurs, et tous ces lieux de la planète où l’eau est si terriblement absente des arrosoirs...

-par AK Pô

26 01 11

lien du doc cité plus haut :

http://www.youtube.com/watch ?v=PeTk0slmeNY


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les trois arrosoirs et ma pomme
29 janvier 2011, par L’ OURS du Bois  

mon pote AK PO !! votre sujet sur Pim Pam Poum ,ça serait pas un peu PIPO, faudrait pas trop nous prendre pour des pommes smiley smiley

> Les trois arrosoirs et ma pomme
29 janvier 2011, par MICHOU64  

Bonjour, AK PÔ nous a proposé dans son sujet un lien, le voici maintenant activé : http://www.youtube.com/watch ?v=PeTk0slmeNY

Bonne lecture, et bonne journée, bien que un temps pour les smiley

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Obsolescence de la publicité
Le complot
Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
Les oiseaux
Le corbeau
L. l’entrepreneur
Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
Petit conte à rebrousse-poil
Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
Feuilleton (chap 16) : la carte postale
Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
2035 : la ville des trois mirages
Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises