Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Démarquer Pau pour se démarquer

lundi 24 janvier 2011 par Jean Laborde


Les soldes d’hiver 2011 resteront un fait mémorable dans l’histoire de Pau. Alors qu’ils commençaient le 12 janvier dans la majeure partie de l’Hexagone, ces soldes ont commencé le 5 janvier pour les palois... et notre maire en a profité, le 7 janvier, pour annoncer une démarque exceptionnelle : celle de Pau !

Afin de vendre plus facilement le territoire dont elle a la charge, la majorité municipale a décidé de le doter d’une véritable marque commerciale et d’un nouveau logotype. Or la qualité essentielle d’une marque et de son logotype est d’avoir avant tout un caractère hautement distinctif ! Plus ce caractère distinctif sera accusé, plus les signes retenus seront attractifs et aisément défendables, d’une part, et plus leur valeur sera grande, d’autre part.

Avant de dépenser l’argent du contribuable pour promouvoir cette nouvelle marque et son logotype (retenus sans débat démocratique préalable), il importe que la Ville de Pau apprécie le caractère distinctif des signes qu’elle a décidé d’adopter pour se démarquer !

« Porte des Pyrénées » : marque, nom commercial, enseigne et nom de domaine déjà usités ?

Le 17 novembre 2008, la capitale du Béarn s’est appropriée l’appellation « Porte des Pyrénées » en déposant la marque de produits et de services « Pau - Porte des Pyrénées » à l’Institut National de la Propriété Industrielle (I.N.P.I.). Et, contre toute attente, la S.T.A.P. (Société des Transports de l’Agglomération Paloise) a déposé les marques « IDElib’ Pau Porte des Pyrénées » et « IDEcycle Pau Porte des Pyrénées » en 2010.

Pendant que la Mairie de Pau présentait en grande pompe le logotype de sa nouvelle marque le 7 janvier 2011, Altern@tives P@loises rappelait que « Porte des Pyrénées » est un signe distinctif associé à l’image et à la renommée de plusieurs autres collectivités territoriales. C’est notamment le cas d’Oloron-Sainte-Marie et de Lourdes. Selon le Code de la propriété intellectuelle, les dépôts de marques susmentionnés ne sont-ils pas de ce fait contestables ?

Sur le site Internet de son Office de tourisme, la capitale de la Bigorre est présentée sous le nom « Tarbes - Porte des Pyrénées ». Et la Communauté d’agglomération du Muretain a donné « Porte des Pyrénées » comme nom à sa nouvelle zone d’activités commerciales (à la sortie Sud de Muret, près de Toulouse).

« Porte des Pyrénées » est aussi et surtout l’enseigne du centre commercial Auchan Pau, avenue du Général Leclerc, et le nom de domaine de son site Internet : http://www.portedespyrenees.com/

Le droit conféré à la Ville de Pau par l’enregistrement du dépôt du 17 novembre 2008 - seul fait et acte générateur de la propriété de la marque - ne peut-il pas être perdu par négligence ou absence de réaction du propriétaire de la marque à l’égard des abus des acteurs agissants dans le même environnement ?

Le caractère distinctif de la marque étant par ailleurs tellement discutable, quel intérêt l’appellation « Porte des Pyrénées » peut-elle présenter pour un territoire comme Pau qui a pour objectif, par son usage, de favoriser sa visibilité et de vanter son attractivité ?

« P.P.P. » : marque, nom commercial, enseigne et nom de domaine déjà usités ?

Au-dessus de la légende « Pau Porte des Pyrénées », pour doter la Ville de Pau d’un nouveau logotype, le Prestataire Publicitaire Parisien Dragon Rouge a proposé trois « P ».

Démarquer Pau de cette façon, même en période de soldes, ne fait pas du tout l’unanimité ! Deux sondés sur trois ont en effet immédiatement déclaré leur consternation voire leur indignation en découvrant le prix de la démarche de marketing territorial, le graphisme et les symboles retenus et l’abandon des trois lettres P, A et U au profit de P.P.P. pour représenter l’agglomération paloise.

Les initiales « P.P.P. » ne sont-elles pas enregistrées à l’I.N.P.I. comme élément d’une trentaine de marques dont P.P.P. Papiers Peints Peintures, P.P.P. Paris Pêches Poires Pommes, Le salon des P.P.P. Le salon des Partenariats Public-Privé, P.P.P. Pay Per Print, P.P.P. Poitiers Presse Papiers, P.P.P. Positionneur Par Puissance, P.P.P. Premiers Petits Prix, P.P.P. Printemps de la Production Pharmaceutique... ?

L’inattendu coup de projecteur sur « P.P.P. » a heureusement permit aux palois de découvrir ou redécouvrir l’enseigne et le nom commercial « Papiers Peints Pyrénéens » du revendeur en parquets, peintures et autres revêtements de sols, murs et plafonds, situé à Jurançon, et le nom de domaine de son site Internet : http://www.ppp-pau.com/

Mais la première réaction du public, face à l’affront, est plus fréquemment de traduire les initiales au moyen de termes exprimant l’humeur générale : Prise de Porte dans le Pif, Pau Paradis Perdu, Pauvre Population Paloise, Petit Peuple Payeur, Passage Protégé pour Piétons, Pas de Place de Parking, Pif Paf Pouf, Potage Patates Poireaux, Poisson aux Poivrons et Piments, Poule au Pot Paloise...

Le caractère distinctif des initiales « P.P.P. » étant tellement discutable, quel intérêt le nouveau logotype peut-il présenter pour un territoire comme Pau qui a pour objectif, par son usage, de faire connaître son nom et valoir ses qualités et ses atouts ?

- par Jean Laborde

A lire aussi sur Altern@tives P@loises :

06/01/2011 Vœux : « ma peau porte des pis rainés »
07/01/2011 Puerta del Pirineu, Puerta del Pirineo ou Porte des Pyrénées
08/01/2011 Pau Porte des Pyrénées : La vache, le cœur et l’Ossau
10/01/2011 Pau Porte des Pyrénées
10/01/2011 Petit Projet Publicitaire
11/01/2011 « Pau, Porte des Pyrénées » : Communication ou Information municipale
13/01/2011  P.P.P. qui protège


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Démarquer Pau pour se démarquer
24 janvier 2011, par Maximo  

fort bien synthétisé, ma foi.

Publicité Politique Paloise : Polluante et non Protectrice de la Planète, Prix à Payer par la Population ?
24 janvier 2011, par Monsieur  

Les vœux de Martine Lignières-Cassou (députée-maire de Pau, président de la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées) et du Conseil municipal occupent, ce mois de janvier 2011, d’innombrables panneaux publicitaires en bordure des routes (affiches 4 x 3 mètres et affiches 120 x 176 centimètres).

Et j’ai reçu en sus, sous enveloppes affranchies 0,37 € l’unité, une carte de vœux publicitaire envoyée à chacune de mes adresses par la Mairie de Pau (papiers, encres, travaux d’imprimerie, enveloppes, mise sous pli, tampon de l’expéditeur, étiquettes adresses des destinataires, affranchissements, distribution).

Les membres du Conseil municipal, qui n’ont pas su empêcher ni dénoncer cette nouvelle consommation inutile de ressources naturelles (papiers, énergies...), peuvent-ils dire à leurs électeurs l’empreinte écologique de cette campagne de communication ?

Les membres du Conseil municipal qui signe ces publicités peuvent-ils dire aux habitants du Grand-Pau si le financement de cette incroyable campagne de communication est assuré au moyen de deniers personnels (ceux de Martine Lignières-Cassou notamment) ou avec l’argent du contribuable ?

> Démarquer Pau pour se démarquer
24 janvier 2011, par JPB  

Très belle synthèse de tout ce qu’on a pu lire ici sur cette ineptie.

Mais... le logo qu’on sera amené à voir le plus souvent c’est quand même celui de la com d’agglo, vous savez ce tissus écossais orange et vert !

  • > Démarquer Pau pour se démarquer
    25 janvier 2011, par Patricia Wolfs  

    Entièrement d’accord avec vous pour la qualité de cet article : tout y est dit et fort bien dit.

    Mais... le logo qu’on sera amené à voir le plus souvent c’est quand même celui de la com d’agglo, vous savez ce tissus écossais orange et vert !

    A ma connaissance, lui aussi devrait disparaître au "profit" des 3 P...

  • > Démarquer Pau pour se démarquer
    25 janvier 2011, par L’ OURS du Bois  

    Et dans le cadre des remplacements

    DARRICHON sera remplacé par Darius MILHAUD

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    France - Exporter : l’urgence nationale
    Séparation ?
    UPPA - Ouï à l’I.A.E.
    Un accord historique
    Laurence Parisot et le Medef pour la fin de l’acier en France ?
    Soficar : Un monument du territoire
    Les faiseurs d’affaires
    Un appel de l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole
    Grand Pau - "Et le chômage, bordel !"
    Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    Coup de fourchette : Les « Maîtres Restaurateurs en Béarn et Soule »
    L’Argentine n’est pas la Grèce
    Crise économique : L’exemple argentin
    Compétitivité des entreprises à Pau : les conséquences d’Idélis
    T.V.A. et T.N.T.
    Energie peu chère, c’est fini !
    L’homéopathie peut-elle soigner la France ?
    TVA et Traviata
    Rigueur et rigueur
    Des Européens bien naïfs



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises