Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le rayonnement de la France n’est pas toujours celui auquel on pense

lundi 10 janvier 2011 par Georges Vallet


Quand on parle de rayonnement français, on pense surtout à la diffusion de la culture, à la fois littéraire et scientifique, qui a été la nôtre dans le passé, à la gastronomie authentique de nos terroirs, à la richesse touristique de nos régions. Depuis quelques années, le rayonnement de la France prend un sens beaucoup plus proche de la définition physique du mot. Nous transmettons l’énergie rayonnante de nos centrales nucléaires, notre gastronomie elle-même est soumise à ce transfert d’énergie.

Une dinde irradiée pour Noël ! Canard enchaîné 22/12.2010
« Comme chaque année en période de fêtes, les cinq centres d’irradiation français sont en pleine activité : crevettes, abats de volaille, blanc d’œuf pour la bûche, fruits..., autant de produits passés aux rayons gamma ou dorés au cobalt-60 (césium-137, rayons X,électrons..) La France, troisième « ionisateur » de l’Union européenne, a irradié 1198 tonnes d’aliments » (pour l’Union européenne, plus de 15 000 tonnes en 2006). 
Comment être informé ? Il faut tourner les achats dans tous les sens, partir avec une loupe, parfois écarter l’étiquette du prix ou du code barre, pour réussir à lire « pasteurisé par irradiation », « pasteurisation électronique », ou encore « pasteurisé à froid ». Hélas, certains industriels oublient de mettre le tampon ! Le terme de « pasteurisé » apporte la sérénité à ceux qui pourraient douter des bienfaits de cette technique !
Toujours dans le canard, non irradié, lui :« Le service des fraudes a analysé 156 produits contre 4000 en Allemagne ! Il y a mieux, un produit qui n’a pas le droit d’être ionisé en France peut l’être chez nos voisins européens ; C’est le cas pour les dindes, les pintades, cailles, canards coquillages, poissons, en Belgique et Royaume uni, et vendus en France ».
Un rapport a été publié le 6 novembre 2008, comptabilisant les fraudes à l’étiquetage. Question objectivité, on a déjà vu mieux. Pour 5 480 tonnes de produits alimentaires irradiés en Belgique, seuls 100 échantillons ont été analysés, aux Pays-bas, 5 120 tonnes et aucun contrôle. En France, 216 analyses pour 3 000 tonnes. Et en Allemagne, 4137 échantillons ont été analysés pour.340 tonnes produits !
 Dans l’industrie alimentaire, l’irradiation permet une meilleure conservation des denrées périssables. Les rayons de très haute énergie détruisent les microorganismes (bactéries, levures, moisissures).Ils ralentissent le mûrissement et inhibent la germination. C’est utile quand les aliments voyagent sur des milliers de kilomètres ou quand les conditions d’élevage ou de fabrication laissent à désirer ! Et oui, cela existe !
Par contre, le traitement ne supprime pas les pesticides et herbicides utilisés pendant la culture et dont beaucoup sont présents dans les fruits et légumes ; tout au plus, on peut penser, mais je n’en ai pas l’assurance, qu’il évite le traitement chimique conservatoire.
Naturellement, comme dans le cas de l’amiante en son temps, des phtalates, du bisphénol, de l’aluminium dans l’eau de boisson, du médiator...., il n’y a aucun danger !! « D’ici fin 2010, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) devait décider d’une éventuelle extension de la liste des produits soumis à l’ irradiation. Selon la loi de l’UE, cela "ne présente pas de risque pour la santé". »
En France, parmi les aliments irradiés, on trouve, par exemple : les herbes aromatiques surgelées, les oignons, l’ail, l’échalote, la farine de riz, les viandes de volaille séparées mécaniquement, les crevettes congelées décortiquées ou étêtées, le blanc d’œuf...
Cette technologie modifie la qualité nutritionnelle des aliments. Des études indépendantes ont ainsi montré que des vitamines étaient altérées : A, C, E et F. Ce n’est pas grave, les parapharmacies sont disposées à vous vendre les compléments alimentaires nécessaires ; sinon, les laboratoires pharmaceutiques (Sanofi par exemple ! ) vous fourniront des médicaments pour pallier vos carences. !
Il y a la solution de se nourrir de produits bios, élaborés en Europe. Le nouveau règlement européen 834/2007du 28 juin 2007 (article 10) précise « Interdiction d’utilisation de rayonnement ionisant ». On peut aussi cibler les achats sur des produits régionaux de saison, le risque est alors à peu près nul
Le problème devient plus grave avec le développement de la présentation sous plastique des aliments. Plutôt que d’irradier les produits au moment de leur préparation, de nombreux producteurs ont réalisé qu’ils limitaient encore plus les risques de contamination en les irradiant une fois emballés. Un avis de l’Afssa (2007) fait allusion à des réactions chimiques dans les matériaux plastiques servant à emballer les denrées irradiées. Les produits de dégradation, notamment des perturbateurs endocriniens, sont susceptibles de migrer dans les aliments. « Il y a actuellement une lacune dans la réglementation sur les risques sanitaires pour ces doses d’irradiation. » !!
Encore plus préoccupant.
Une étude réalisée en 2002 par des chercheurs d’une équipe franco-allemande dans le cadre d’un programme interrégional de recherches de l’Union Européenne a montré que le traitement des aliments par l’irradiation fait apparaître des radicaux libres instables et cancérigènes : du formaldéhyde et des cyclobutanones. Les cyclobutanones apparaissent dans les aliments contenant des lipides et ne se trouvent que dans les aliments irradiés. Ils sont cytotoxiques et génotoxiques ; cela signifie que ce sont des agents biologiques altérant les cellules et le génome humain, ils sont des promoteurs du cancer du colon chez le rat, et de dommages génétiques et cellulaires chez l’homme. Des études menées sur des animaux de laboratoires ont permis d’identifier qu’une consommation d’aliments irradiés réduisait la durée de vie et la fertilité.
Ces études n’étaient, semble-t-il, pas déterminantes pour les autorités sanitaires chargées de l’approbation de l’exploitation de cette technique.
Et ce n’est pas fini :
Dans la directive 1999/2/CE du Parlement européen et du Conseil, du 22 février 1999, Il est prévu que les exigences indiquées dans cette directive seront modifiées en fonction des progrès scientifiques et techniques. !!! Heureusement d’un côté, mais préoccupant de l’autre ; les consommateurs seraient-ils rétrogradés au rang de cobaye ? Où est le principe de précaution ?
C’est toujours le même comportement dénoncé à chaque scandale : on donne facilement les autorisations de mise sur le marché, car c’est indispensable pour la croissance ! On demande, pour une interdiction éventuelle, des preuves nécessitant, du fait de la complexité, des années d’expériences pour prouver la toxicité ou pas ! 

Un vœu pour 2011. Respectons la conviction de chacun. Certains pensent que c’est sans danger, d’autres trouvent que l’intérêt est plus grand que l’inconvénient, d’autres sont farouchement opposés ; il me semble donc indispensable, pour respecter le choix, d’afficher un minimum d’honnêteté et de transparence :
•  Honnêteté, en éliminant les termes ambigus et hypocrites de « pasteurisation à froid ou électronique » et en substituant la vérité : « traitement par irradiation ».
Transparence, en marquant, clairement, pour tous, si le produit a été traité par irradiation, que ce soit en France ou à l’étranger.
•  Que cette transparence soit étendue au niveau de l’affichage des produits en vrac, quelle qu’en soit l’origine (je pense au Brésil, Argentine, Chili, Turquie....).
•  Que le service public de détection des fraudes, en France, soit renforcé et beaucoup plus actif ; que des sanctions pécuniaires sévères soient prévues et appliquées.


- par Georges Vallet

Credit photo :

http://nucleaire-nonmerci.net/aliments-irradies-ionises.html


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pleure ô pays bien aimé
Adage des gens de justice
Thank you London 2012
La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
La mondialisation
Questions
L’abstention.
Petit trou deviendra grand
Démission ou renoncement
Pau - « Semaine du développement durable »
Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
Expulsions locatives
Obsolescence
Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
« Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
Oui et non
Un sociologue et l’occitan
Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
Parents : Vous êtes tous des assassins ???



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises