Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)

samedi 8 janvier 2011 par AK Pô


S’il est désormais officiel que l’âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans, il n’en reste pas moins qu’une autre mesure, officieuse celle-là, est en cours d’élaboration, si ce n’est prête à être mise sur les rails : l’allongement de la journée de vingt quatre à vingt cinq heures. Après avoir lancé ses plus fins limiers sur la piste des éléphants, A&P est en capacité de vous révèler les conséquences d’une telle mesure (qui n’a rien à voir avec le mètre-étalon, si ce n’est qu’elle provient de la même source : le parcours dans le vide de la lumière délibérement frappadingue d’un rédacteur).

Tout d’abord, aspect éminement positif, l’homme vieillira plus vite mais s’en rendra moins compte. Si l’heure actuelle gravite aux alentours de soixante minutes, soit 1440 mn/jour, en portant celle-ci à 62,5 mn (en 2013), soit 1500 mn/jour, ce nouvel horaire passera comme une lettre à la poste et personne n’y trouvera à redire. De plus, cela permettra aux chercheurs de découvrir de nouvelles méthodes pour rajeunir l’homo erectus, le seul qui maitrisât la taille de la pierre (on en trouve la preuve dans la fable des Trois petits cochons) voici un million d’années (à 60 minutes/heure).

Ensuite, et selon quelques reflexions allant dans le bon sens, le concept dit du "travailler plus pour gagner moins de temps libre" valorisera l’individu, au même titre que l’abeille butineuse, dite ouvrière, par l’emergence d’un sentiment nouveau, celui de la rentabilité. En effet, l’augmentation de la production dans un même laps de temps, sera telle que nul ne pourra nier l’intelligence d’une telle réforme. Pour mémoire, ce constat a déjà été fait dans différents pays de la planète, où sa pratique est d’ores et déjà entrée dans les moeurs, et dont les produits s’exportent sur tous les continents à un rythme effréné. Nota : il est probable que le Sénat, afin de jouer son rôle, proposera de compenser cette augmentation de minutes par une répartition plus équitable des samedis et dimanches, en restreignant ces deux jours à 23 heures chacun, afin que la nature humaine puisse s’adapter à ces nouveaux horaires sans approfondir le trou de la Sécu de façon abyssale (ce dont les sénateurs seraient les premières victimes).

D’un point de vue technologique, il sera dès lors possible de construire une LGV reliant, par exemple, Pau à Bordeaux en trente cinq minutes chrono (à condition que les mécanismes horlogers des gares soient réglés aux nouvelles normes). Le TGV Chinois (CVH), avec ses 394km/h, peut s’accrocher. D’autant qu’avec le décalage horaire, lors des démonstrations effectuées en Europe, ces concurrents n’y verront que du feu, même en consultant leurs montres contrefaçonnées. Il va sans dire que le pretexte du déréglement climatique vérifiera la justesse des horaires occidentaux comparés à ceux de l’Orient dont, déjà, le nouvel An se situe à une période différente du notre.

Sous un angle sociétal (mot à la mode), nombreux seront les avantages : les béarnais seront enfin à l’heure à leurs rendez-vous, ou moins en retard, ce qui est fondamental pour signer un contrat avant que celui-ci ne soit caduc. Les politiciens pourront regarder plus précisement leurs projets se couvrir de poussière et prendre conscience ainsi que faire le ménage de temps en temps est une nécessité nationale. Les petits vieux citadins penseront rajeunir en comparant leur vitesse de déplacement (mais en faisant abstraction du cabas, qui sera forcément allégé, tout comme leur pension) et ne manqueront plus le bus de quelques secondes -ce qui constituait une grande cause de mécontentement chez eux-. Les oeufs à la coque seront un peu durs, mais plus consistants.

Bien sûr, les automobilistes subiront de plein fouet ce nouveau tempo, les limitations de vitesse ne changeant pas, mais cela sera compensé par une moindre consommation d’essence. L’autoroute A65 ne fera gagner que quelques minutes mais on pourra y voir voleter des papillons (ou lépidoptères : Appolon, Isabelle, Damier de la succive, Alexanor, Nacré de la Bistorte, Bacchante, Azuré du Serpolet,...), et des hélicoptères (Tigre, Libellule, Alouette,Flettner Kolibri...). Sans parler des camions, qui occuperont la voie de gauche plus longtemps dans les montées lors de dépassements.

Enfin, pour clore cette enquête (passionnante), et lui donner une dimension universelle (qui peut le plus peut le moins), une dernière indication. Les dissensions entre mathématiciens quant aux possibilités d’influer sur le cours du temps (et, parallèlement, celui du vidage des baignoires dans les problèmes scolaires), les incertitudes philosophiques liées à l’immortalité des classes dirigeantes, l’accaparement probable par Al Qaïda d’un projet aussi terrible qu’une bombe à retardement sur le devenir de l’humanité, le risque d’un conflit mondial basé sur le leurre d’une horloge parlante (créée par Ernest Esclangon) émettant depuis l’Observatoire de Paris et déraillant sur le pic du Midi de Bigorre pour finir dans un musée de la rue de Foix (64000 Pau), font qu’au final le rédacteur frappadingue va se faire sonner les cloches pour avoir rédigé un tel article, qui n’est ni local, ni universel, ni rien du tout.

Ainsi, une mise au placard s’impose : qu’on le mette dans un bocal, et qu’il attende que vienne sa dernière heure (merci de lui laisser un peu de tabac, pour qu’il parte en fumée).

-par AK Pô

02 01 11

photo : musée de l’horloge (rue de Foix, à Pau)


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
8 janvier 2011, par L’ OURS du Bois  

AU TEMPS DES CERISES

AVEC LES QUEUES QUI NOUS RESTENT FAIRE UNE BONNE INFUSION ET LAISSER PISSER COMME LE TEMPS QUI PASSE

> Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
8 janvier 2011, par claudiqus  

Génial ! en me projettant un peu dans le futur projet, j’ai réussi à lire l’article en 20 secondes ! autre avantage, je gagne du temps en dormant plus vite ! la seule contrepartie en est que je me réveille essoufflé ... smiley Il ne reste plus maintenant qu’à persuader la planète de ralentir un peu sa rotation, et la mesure pourra être parfaitement applicable ...

Vais me prendre un Efferalgan, ça ira mieux après ... smiley

> Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
8 janvier 2011, par Marc  

Un autre avantage est l’abandon du système hexa-décimal qui emmerde tous les écoliers de France et de Navarre (même ceux qui apprennent le béarnais et/ou l’occitan dans des écoles subventionnés par l’Etat et les communes).

Le jour aurait donc 25 heures (25 ayant l’avantage d’être le quart de cent), l’heure compterait 25 minutes, et la minute 25 secondes. Le temps mis pour parcourir Pau-Bordeaux au moyen de la LGV financée par la CCI se réduirait alors à une poignée de minutes, permettant ainsi de surpasser les ambitions de nos élus.

En poursuivant le même assainissement des horaires publics, on pourra également passer à la semaine de 8 jours (soit 200 heures ce qui est tout de même plus pratique que 168), permettant aux honnétes travailleurs qui veulent travailler plus sans gagner plus de bénéficier d’un jour d’activité supplémentaire (ce nouveau jour, placé après le vendredi sera appelé le sarkodi).

> Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
8 janvier 2011, par L’ OURS du Bois  

LA 25 ème heures

le père de Boris Vian a crée cette pendule, visible a ARNAGA et un film sublime avec Anthony Queen nous jette en pleine face la dérive d’un homme ordinaire rattrapé par un destin qui lui échappe

l’important ce n’est pas la durée mais ce que l’on en fait

> Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
8 janvier 2011, par Patricia Wolfs  

Moi, j’aimerais des journées de 48h : 24 pour moi (oui, je sais : je suis très longue... mais j’ai des circonstances atténuantes !!!) et 24h pour les autres et pour étudier tous les dossiers de la mairie....

  • > Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
    8 janvier 2011, par Rêveur des villes  

    Lorsque la majorité distribue les dossiers 1 jour avant le CM, c’est un grand foutage de gueule.

    Y a t-il une limite légale à cela ?

    De toutes manières, ce n’est pas seulement les mettre dehors qu’il faudrait, c’est les faire condamner en plus pour manquement à leurs obligations élémentaires comme la propreté. Pourquoi l’opposition ne porte t-elle pas plainte (entre autres) pour saleté inacceptable des rues ?

    Malheureusement, au sein même de votre groupe, Mme W, il y a des gens qui ont été très proches d’AL et qui en ont acquis les manières. Ce sont ceux-là et leurs porte-serviettes qui doivent dégager pour le bien de la ville.

    J’ai écrit plusieurs fois une liste de points qui me paraissent fondamentaux pour la ville. Pas de réponse de votre part. J’espère quand même que vous y avez été sensible.

  • > Au temps pour nous, Cerise ! (les sous-scoops volants d’A&P)
    8 janvier 2011, par L’ OURS du Bois  

    javascript :emoticon(’ smiley’) il reste a inventer le travail a mi-temps

    84 heures par semaines

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Obsolescence de la publicité
    Le complot
    Pau - Malédiction ou bénédiction pour le boulevard des Pyrénées ?
    Les oiseaux
    Le corbeau
    L. l’entrepreneur
    Généalogie existentielle, ou comment vivre avec des cornes (en bois)
    Les infos, les manies, les infomaniaques et les canapés-lits.
    Feuilleton (chap 21) : Oncle Joé engrange le blé
    Petit conte à rebrousse-poil
    Feuilleton (chap 20) : les oeufs durs
    Feuilleton (chap 19) : le témoignage de Guido
    Feuilleton (chap 18) : les doutes de Carlyle
    Feuilleton (chap 17) : au bistrot, chez Carlyle
    Feuilleton (chap 16) : la carte postale
    Feuilleton (chap 15) : l’œil vitreux de John tombe sur le carreau
    Feuilleton (chap 14) : ville d’automne et flambée des prix
    Feuilleton (chap 13) : fin de séjour d’Angélique et du paupoète
    2035 : la ville des trois mirages
    Feuilleton (chap 12) : le stage de Chinette



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises