Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Gouvernance Attitude...

jeudi 29 juin 2006 par Bernard Boutin


Il est clair que l’ère Labarrère ne restera pas un modèle de démocratie locale : Un conseil municipal chambre d’enregistrement, des gourous de tous poils, des courtisans avides de défendre avant tout leurs prés carrés. Une ville achetée par mille petits services servant l’intérêt individuel et non celui de la collectivité.

Il est temps que la simple « démocratie » reprenne ses droits. Cela nous évitera les dérives des petits frères à venir du FiPau, de la Médiathèque ou du Très Haut Débit...

On a coutume de dire que la démocratie française va mal au niveau national. Il en est de même au niveau local. Notre maire tout puissant, trop haut perché n’est qu’un solitaire avec les risques que cela représente dans la prise de décision.

Déléguer : À ses cotés, il lui faut une équipe d’hommes et de femmes modernes rompus à des techniques de gestion d’aujourd’hui. Il doit se reposer sur eux afin que la ville avance. La complexité de notre ville et de sa législation impose la délégation de pouvoirs. Il ne peut en être autrement. Sinon, la ville n’avance qu’à à-coup : les grands projets Labarrèriens.

Connaissez-vous les responsables culture, sport, assistance aux personnes démunies, aux personnes âgées ou encore le responsable développement économique de notre ville ?

Vous ne les connaîtrez probablement jamais car la culture de l’ancienne équipe Labarrère, qui fait la nouvelle équipe Urieta, ne le permet pas.

Autre échec de l’ère Labarrère, le travail avec uniquement les forces rapprochées, toutes prêtes à acquiescer. Combien de personne ont osé s’opposer en 35 ans ? Bien peu et ils l’ont payé au prix fort...

Consulter des experts  :
Oui, l’appel à de vrais experts aurait pu éviter d’incroyable échec de la Médiathèque. Deux millions d’euros de dépensés pour se rendre compte qu’elle n’est pas constructible !... Qui aurait pu éviter cela ? Le scepticisme de professionnels aguerris très certainement...

Consulter l’opposition, la faire participer aux « gros » dossiers :
En finir avec le dédain qui caractérisait l’approche d’André Labarrère avec son opposition de Gauche Alternative. C’est bien-elle qui a levé le sujet du FiPau. Quant à la droite traditionnelle accompagnée de l’opposition de gauche, il convient de les intégrer à la préparation des projets concernant tous les « investissements structurants »...

Écouter  :
Le FiPau est un exemple que nous connaissons bien à Alterntives-Paloises. Si à un moment, la mairie s’était penchée sur notre forum - plus de 600 messages échangés - elle se serait bien rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond...

Elle se serait aussi rendu compte que l’emplacement de la Médiathèque ne faisait pas l’unanimité.

Oui, notre pratique de la gouvernance locale doit être remise à plat. Pas de grandes révolutions mais seulement, s’entourer de gens compétents en interne ou en externe, déléguer (pour pouvoir prendre du recul), écouter l’opinion et les élus pour réagir plus vite (FiPau, Médiathèque).

Le problème palois n’est pas un problème d’institutions mais tout simplement de pratique...


- par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Transparence ?
8 juillet 2006, par Bernard Salsé  

La CDA pouvait être presque un exemple de transparence.Jusqu’àla fin 2005 et depuis la fin 2003, les délibérations du Conseil d’Agglo étaient publiés sur le site de la CDA. Il y avait les commentaires de tout un chacun qui intervenait dans le débat. Cela fourmillait d’informations et donnait une certaine vie aux différents votes.

Depuis le début 2006, changement de formule. Il n’y a plus que le texte de la résolution qui est votée, ce qui est mieux qu’avant, car le texte exact ne figurait pas, mais il n’y a plus les commentaires des orateurs. C’est un peu dommage, car cela faisait partie de la transparence.

> Changeons de Régime
1 juillet 2006, par René  
Proposition de 6ème République

Manifeste pour un changement, la Convention pour la 6ème République travaille à des institutions publiques réformées qui garantiront une séparation effective des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire d’une part, des pouvoirs nationaux et locaux d’autre part, assurant ainsi à nos concitoyens, par des garanties de délibération, le libre exercice de leur souveraineté. Elle milite en faveur d’un accroissement significatif des droits des citoyens leur permettant de contrôler les décisions prises en leur nom, notamment par la constitution de contre pouvoirs à l’exercice des fonctions administratives, judiciaires et électives.

Il semble que Ségolène Royal se raproche de plus en plus de la C6R...

Alors TOUS pour Segolène en 2008 ?

> Gouvernance Attitude...
29 juin 2006, par Bernard Salsé  

Le dénominateur commun à toutes ces composantes d’une nouvelle gouvernance, déléguer, consulter, écouter, c’est la transparence.

Aujourd’hui ce n’est même plus un choix. La transparence des pouvoirs publics devient une obligation : l’information fuse à grande vitesse, le monde se complexifie, les compétences sont multiples et dispersées. Une collectivité locale a tout à gagner dans ce mode là.

André Labarrère a pris les rênes de la Mairie à une époque où le contexte était très différent. Son mode de gestion était assez bien adapté à cette époque : une équipe reserrée rassemblant toutes les compétences, un bon contrôle centralisé.. C’était ce qu’il fallait peut-être.

Aujourd’hui le mode "Transparent" devient obligatoire pour la gestion publique.

L’équipe municipale actuelle peut-elle adopter immédiatement ce mode là ?

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par Lou Tillous  
    Vous êtes bien compréhensif et consensuel quand vous parlez de "à cette époque...".Car la municipalité précédente de Louis Sallenave qui a un bilan éloquent(Chambre de commerce,adduction d’eau sans problème,Université,Aéroport,constructions scolaires,...)avait fonctionné dans la concertation et l’harmonie sans connaître ce "Gleichschaltung" de l’époque Labarrère.

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par Bernard Salsé  

    Louis Sallenave était un vrai commerçant, métier où l’art de la négociation est bien souvent à sa plénitude.

    André Labarrère était un professeur, métier où la négociation n’est pas indispensable.

    Il s’ensuit quelques différences.

    C’est ce retour aux sources qui est intéressant aujourd’hui. La négociation revient en force.

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par M.CAZALET  

    Oui,mais à l’époque c’était des hommes politiques bénévoles,eux ils ne chantaient pas partout :"j’aime PAU",ils le pratiquaient simplement.

    c’était une époque,où le service aux palois était une réalité,un seul témoignage : l’ EAU

    aujourd’hui encore,grâce à eux,l’eau de PAU est une des meilleures " eau de France et de Navarre" et des moins chère,malgré la volonté souvent manifesté du conseil municipal majoritaire de l’augmenter.

    l’eau n’est elle pas la vie.

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par Bernard Salsé  

    Gleichschaltung ! Quand tu nous tiens !

    Les Empereurs, les Tsars ne sont pas si loin et il y a eu assez peu de progrès sous leur règne. Les années 50/60 furent celles des négociateurs, avec pour conséquences les 30 glorieuses ? Les années 70/80 furent celles des technocrates avec science et sans négociation pour les 30 miserables ? Possible !

    Cet art de la négociation, c’est peut-être par exemple cela qui a manqué essentiellement au Fipau pour monter un truc correct.

    -  pas ou peu de négociations avec les associations locales pour élargir la communication commerciale ; le capital commercial ne s’est pas construit

    -  peu de négociations pour expliquer le bien fondé du montage et se rendre sympathique localement ; le capital confiance ne s’est pas développé,

    -  des négociations seulement (quémander ?) avec les pouvoirs publics pour obtenir des subventions et donc pas de recherche de soutiens multiples. ; le capital idées et finances est resté figé.

    Même quand on est en position de force, négocier c’est toujours élargir sa position, même si elle est très forte.

    Avec le Fipau on a un exemple montrant que l’argent facile tel que celui des subventions, n’obligeant pas à négocier durement, peut conduire à un rétrécissement de l’activité.

    Imaginez Hadengue obligé d’aller vendre son idée à 36 boîtes. Il aurait négocié, multiplié les idées, multiplié les soutiens. Là il n’a eu qu’un gros chèque, peu de soutien, et l’idée de base ne s’est pas multipliée et elle a bouffé le gros chèque. Et il y a une grande déception.

    Il en est de même d’autres projets : Médiathèque, PBC, Jai ALai. Un seul soutien, la Ville, un seul financier, la Ville, ..La greffe prend alors difficilement.

    C’est en cela que le manque de négociation peut réduire la surface des activités. Avec Staline, c’était la consommation forcée !

    Le mode transparent (qui ne peut être qu’apparent !) rend obligatoire la négociation, et il y a alors création de soutiens multiples.

    C’est peut-être dans cette voie que tout peut bien évoluer.

    D’autant plus que pour diriger sans négociation il faut avoir le style "Labarrère" que n’importe qui ne peut pas pratiquer. Est-l encore praticable aujourd’hui ?

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par pehache  

    Le manque de négociation avec les associations ne concerne pas uniquement le côté commercial.

    Le Méliès aurait pu être associé au festival du film "autochtone".

    CulturAmerica aurait pu être associé au projet global.

    Des universitaires palois auraient pu être (réellement et pas comme simples faire-valoirs) associés aux tables rondes.

    Etc, etc...

    Ne pas l’avoir fait est un gâchis...

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par Bernard Salsé  

    Péhache,

    C’est évident. Ils n’ont pas recherché assez de vrais appuis locaux dans tous les domaines. Cela aurait changé la face des choses.

    Mais n’y a-t-il pas trop de chapelles à Pau, qui s’opposent entre elles ? Pas assez de transparence ?

    Le bonheur est toujours dans le pré du voisin (quand on le voit pas )

  • > Gouvernance Attitude...
    29 juin 2006, par Anne O’nyme  
    HOMMAGE MÉRITÉ

    Tout le monde est d’accord sur un point :

    Monsieur HADENGUE, humaniste, cherchait avant tout à rendre service à l’humanité, aux peuples autochtones et à la population paloise.

    S’il y a une chose que nous devons retenir, c’est la volonté humaniste et totalement désintéressée d’un homme qui a mis toute son énérgie, qui a donné et continue de donner pour le bien-être de son prochain, et par là-même de la planète toute entière.

    Merci Raoni, merci Sting, merci Hadengue.

  • > Gouvernance Attitude...
    2 juillet 2006, par Lou Tillous  
    La dérision est le procédé le plus destructeur.Bravo,Anne !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Indignez-vous !
    Pau Municipales 2014 - Faut-il donner une deuxième chance à MLC pour prolonger son action ?
    Pau-litique : "La classe 80"
    A mon panache blanc.
    Marc Cabane candidat à Pau.
    Pau - Le SMS du jour...
    Municipales : à Pau, pas de renouveau !
    Pau 2014 - Martine aux abonnés absents...
    Pau 2014 - Salle Navarre : Quelle jauge pour les candidats ?
    Pau - La médiathèque André Labarrère n’est pas la sienne
    Municipales 2014 - Pau : En 2013, parties de poker-menteur
    Pau - Boulevard des Pyrénées et parkings relais
    Pau : Après la ville "pacifiée", la mairie "apaisée"...
    Le Conseil Général des PA lutte contre le réchauffement climatique
    Tango à gogo au Conseil Général
    Pau, rencontre avec Yves Urieta.
    Cumul des mandats - Martine en redemande. Les Palois désespérés !
    Lettre ouverte à Pierre Chéret, premier secrétaire du PS des Pyrénées-Atlantiques
    Pau Municipales 2014 : Marc Cabane dans les starting-blocks
    Pau - Devoir de vacances



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises