Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Editorial : Après moi, le déluge...

jeudi 25 mai 2006 par Bernard Boutin


André Labarrère, en bon florentin qu’il était, indiscutablement plus Machiavel que Médicis, aura passé sa vie à diviser pour régner. Résultat, après 35 ans de monarchie sans partage, il n’y a plus de majorité, ni d’opposition organisée au Conseil Municipal.

Ses « héritiers » s’entre déchirent maintenant et présentent un affligeant spectacle aux Palois, encore marqués par le deuil de leur maire.

Selon André Labarrère, la première adjointe, Martine Lignère Cassou, candidate logique au poste de Maire était bonne ... pour le Parlement !

Yves Urieta, « en disgrâce » depuis les premières hospitalisations d’André Labarrère, il y a quelques années, avait trop affiché son ambition.

Un « héritier » avait bien été mis en avant, Cédric Michon, patron de la communication à la Mairie. Celui qui, avec un incroyable budget de 1,5 million d’euros, nous assénait que Pau était « la Vie Rêvée des Villes ». L’homme de la Méthode Coué. Cet héritier, en l’absence de mandat électif, tel De Villepin, ne pouvait être la bonne pioche.

Bref le combat des chefs a lieu sous nos yeux et le colosse aux pieds d’argile municipal se fissure chaque jour un peu plus...

Nous n’en sommes qu’au début. Les jours qui viennent vont être passionnants et tristes à la fois à observer.

Gageons que ni les uns, ni les autres sortiront gagnant de cette épreuve. Elle va faire le bonheur de chevaliers blancs venus d’ailleurs.

D’un côté, un Habib, un Glavany ou autre... À moins que Martine Aubry ne songe à venir prendre un peu d’air à Pau.

De l’autre, un François Bayrou ou autre... À moins que, comme le rappelait l’enquête réalisée par le Club Alternatives Paloises, les Palois ne finissent par préférer un homme issu de la société civile qui a fait ses preuves à Pau.

Rien n’est donc joué à ce jour. Le jeu d’échec peut démarrer...


- par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Editorial : Après moi, le déluge...
26 mai 2006, par anne parisse  

bernard, rassurez nous. avec votre enquête très fiable qui promet à la tête de notre ville quelqu’un qui à fait ses preuves dans la sté civile. c’est à vous que vous pensez ?

  • > Monsieur Boutin est-il en camapgne ?
    26 mai 2006, par René  

    Monsieur Boutin est-il candidat ? Voilà un sujet de débat. Il est vrai qu’il nous gratifie là de son plus beau sourire... un vrai sourire de campagne électorale !

    Le drappé rouge, en arrière plan, confère à la scène une dimension majestueuse et dramatique qui n’est pas sans rappeler les interventions télévisées de Pompidou à l’ORTF. Une pointe de Giscardisme se glisse toutefois dans la posture décontractée en apparence. Tout un symbole. Si nous espérions la société civile libérée des stéréotypes... mince, c’est raté.

    Monsieur Boutin ne manquera pas de nous éclairer sur ces intentions. En attendant je vous livre ce bon mot : "Perte. Privation de ce que nous possédons, ou ne possédons pas. C’est dans ce deuxième sens que l’on dit d’un candidat battu qu’il a perdu les élections" A. Bierce

  • > Monsieur Boutin est-il en camapgne ?
    26 mai 2006, par Bernard Boutin  

    René,

    Même réponse décevante que pour Anne. Désolé, vous ne tenez pas là un scoop...

    "Quand je vais au ciné, je connais une personne, voire deux...

    Quand je vais au Marché, je connais une personne, voire deux...

    Même chose sur un Pau-Paris...

    Vous ne m’avez jamais vu aux sorties de match et rarement aux diners en ville...

    Alors, comment être candidat dans ce cas là ?

    Par contre, si vous y allez, je suis prêt à prendre la troisième place...

    Bien à vous.

    Bernard

  • > Monsieur Boutin est-il en campagne ?
    27 mai 2006, par René  

    J’ai déjà donné Monsieur Boutin (2 mandats de conseiller municipal). Je précise que je n’ai jamais été inscrit dans un parti.

    Toutefois je ne peux imaginer que les critiques virulentes dispensées ici chaque semaine ne soient transformées en programme. La rubrique "1000 idées pour pau" est elle condamnée à la sécheresse ? Si tel était le cas, ce serait très décevant.

  • > Editorial : Après moi, le déluge...
    26 mai 2006, par Bernard Boutin  

    Anne,

    Je tiens à vous rassurer.

    Quand je vais au ciné, je connais une personne, voire deux...

    Quand je vais au Marché, je connais une personne, voire deux...

    Même chose sur un Pau-Paris...

    Vous ne m’avez jamais vu aux sorties de match et rarement aux diners en ville...

    Alors, comment être candidat dans ce cas là ?

    Par contre, si vous y allez, je suis prêt à prendre la deuxième place...

    Bien à vous.

    Bernard

  • > Editorial : Après moi, le déluge...
    27 mai 2006, par anne parisse  
    ooooouuuuuuuuuuufffffffff. merci bernard. nous voici rassurés.

  • > Editorial : Après moi, le déluge...
    26 mai 2006  

    "Major et longinque reverentia"

    Curieux phénomène, si souvent observé : l’absence pare le défunt de vertus ignorées. Oui, mais ...

    Une phrase ponctue ces jours-ci les commentaires des palois, tel un leitmotiv : "Il a quand même fait des choses !"

    Doublement curieux, ce phénomène appliqué à feu notre maire : une restriction ("quand même") et une imprécision ("des choses")...

    Quoi qu’il en soit, il est surtout curieux de voir ainsi résumées trente cinq années de règne : une façon synthétique de nous rappeler à tous que nous ne sommes que poussière.

    > Editorial : Après moi, le déluge...
    25 mai 2006, par René  

    Il y a une profonde contadiction dans votre analyse. André Labarrère a été élu et réélu à six reprises par les palois. Il a exercé les mandats que lui avait confié le peuple. Il ne s’agit donc pas de monarchie mais bien de démocratie.

    En républicain, le sénateur-maire Labarrère n’a pas désigné de successeur ou d’héritier. Le conseil municipal, élu par le peuple, votera pur désigner le prochain maire. Le débat républicain est donc ouvert. Quant aux éléctions municipales de 2008 les palois voteront comme dans toutes les villes de France.

    Les animateurs d’alternatives paloises ont souvent confondu, avec les excès que l’on connait, le débat et le combat. Ce que vous appelez le "combat des chefs" n’est que le fonctionnement démocratique des institutions républicaines : candidatures, débat d’idées, scrutin, élection.

    En se faisant le témoin du fonctionnement de institutions, la presse exerce son rôle. C’est la démocratie et c’est la république.

  • Pau de banane
    25 mai 2006, par Autochtone palois  

    Pau n’est pas une république bananière. André Labarrère avait été élu et réélu comme CANDIDAT DES SOCIALISTES. A des socialistes il avait ajouté des candidats de la société civile dans sa liste, avec l’approbation des socialistes de Pau. Le ou la remplaçante du défunt maire doit, dans cette logique, en toute cohérence, être aussi l’émanation des socialistes palois. La première adjointe devant être la mieux placée, ce qu’a largement confirmé le vote des militant socialistes de Pau, hier soir.

    Si ces règles élémentaires de démocratie, respectées jusque là, ne sont plus respectées par des élus qui confondent mandat électoral et sinécure, le parti majoritaire doit prendre des sanctions contre ceux qui s’en affranchiraient. Le Parti Socialiste y joue sa crédibilité de parti de gouvernement.

    Nous avons le temps de penser à 2008, pensons d’abord à faire les choses proprement.

  • > Pau de banane
    25 mai 2006, par René  

    Il appartient au conseil municipal de voter et de désigner le maire.

    Un parti politique, quel qu’il soit, n’a pas vocation à se substituer au fonctionnement des institutions républicaines.

  • > Staline
    26 mai 2006, par René  

    Le PS menace de sanctions smiley

    C’est comme le PC sous STALINE !!!  smiley

    Les socialos se modernisent smiley

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par Bernard Boutin  

    José,

    Le maire de notre ville est le maire de tous les Palois. Il peut paraître surprenant que sa désignation soit laissée à la charge d’un parti qui n’est pas la représentation électorale de notre ville.

    Il appartient au Conseil Municipal, élu par le peuple, de choisir parmi les siens notre prochain maire.

    Un grand débat de politique générale locale doit se tenir. Chaque tendance doit exprimer ses priorités pour les mois à venir avant les élections de 2008.

    Cela fait, un vote à bulletin secret peut alors avoir lieu parmi nos élus.

    Pour moi, c’est ça la démocratie.

    Bien à vous.

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par pehache  

    Tout le monde a sa légitimité dans cette histoire. Le conseil municipal est souverain pour désigner le nouveau maire, mais le PS a parfaitement le droit d’exprimer son choix (par le vote de ses militants) et de sanctionner ceux de ses militants qui ne s’y conforment pas.

    C’est juste une lutte fraticide à laquelle ni les uns ni les autres n’ont intérêt. Sans des acteurs historiques locaux comme Urieta la gauche n’a aucune chance de conserver la mairie, et sans le soutien du PS ces acteurs historiques locaux n’ont aucune chance non plus. Ils sont condamnés à s’entendre.

    Mais tout cela est décidemment bien politiquement politicien...

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par Autochtone palois  

    Bien sûr que le maire est l’élu de tous les Palois ! Qui peut dire le contraire ?

    Bien sûr que le vote par les conseillers municipaux pour le choix, parmi eux, du futur maire se fera à bulletin secret ! Qui a dit le contraire ?

    Mais les conseillers municipaux ne viennent pas de la planète Mars. Ils ont figuré sur un liste que les ELECTEURS ont choisie en fonction de l’orientation politique, pas seulement en fonction de la forte personnalité d’André Labarrère.

    Sous le pretexte de les laisser se débrouiller "démocratiquement" seuls, sans rendre compte à ceux qui ont été l’origine de leur présence sur cette liste, on entre dans le jeu des clans et des magouilles. Ce qui fait la joie de ceux qui n’attendaient que ça, dont Alternatives Paloises ? Les règles démocratiques doivent l’emporter.

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par désabusé  

    Ambiguité du suffrage dit universel .. Electeur Palois, en vérité j’ai voté à l’époque pour une tête de liste. Sans avoir la possibilité de rayer un nom sur cette liste, comme cela peut se faire dans les petites communes.

    Non, je n’ai pas voté pour une orientation politique, dont la majorité des citoyens n’a rien à faire quand il s’agit de la gestion de sa commune.

    J’ai bien voté pour André Labarrère, en faisant abstraction de son appartenance à un parti (socialiste, dites-vous ?).

    Où vais-je en venir ? Au fait que je n’ai à aucun moment donné mon aval à Urieta ou un autre, pour se retrouver propulsé à la faveur d’un évènement malheureux à la tête d’une mairie et en charge de l’utilisation de mes impôts locaux. S’il a une quelconque idée de ce qu’il peut en faire, d’ailleurs .. sinon en donner un peu plus aux affamés de la communication ..

    Que le spectacle est triste .. voir s’entredéchirer les membres d’une liste, visibles à la lueur d’une éclaircie dans la brume qui les enveloppait jusque là. Pas un seul n’est à mes yeux légitime. Pas plus celle qui est poussée par son parti que celui qui se réclame de son conseil municipal.

    Droite, gauche ou centre, c’est le vide. Il va nous manquer une personnalité, un véritable leader. Où est-il ?? Quelqu’un le voit-il venir ?

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par pehache  
    Si, si, Désabusé : le système électoral étant ce qu’il est (et nul n’est censé l’ignorer) vous avez donné votre aval à toute une liste en votant pour elle. Que vous ne l’ayiez pas voulu n’y change rien. C’est vous qui êtes rentré dans le jeu du "je vote pour une personnalité", mais rien ne vous y obligeait.

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par Lou Tillous  
    Il y a 35 ans que j’attendais ce "Crépuscule du dieu".Et attendez on n’a pas encore ouvert les placards de la Mairie..............

  • > Pau de banane
    26 mai 2006, par Autochtone palois  

    A en croire le service communication de la ville, ça va être la fête à la Mairie de Pau : on va bringuer. On peut lire ceci dans la revue de presse du site internet http://www.pau.fr/revuedepresse , qui cite un article de Sud-Ouest, du 26 mai :

    L’après Labarrère : Martine Lignières-Cassou a obtenu hier soir, lors d’un vote à la section du PS, les voix de 89 militants pour bringuer la mairie de Pau.

    Ces 89 voix représentent 82 % des 108 votants sur 125 inscrits, mais c’est un détail que le service communication ne trouve pas utile de préciser.

  • > Pau de banane
    27 mai 2006, par Louis  

    Si j’ai bien suivi les débats : André Labarrère avait emporté les élections avec une liste "socialiste" qui avait été majoritaire lors du scrutin municipal

    Donc ce serait au Parti socialiste de désigner le successeur

    Le Parti socialiste désigne donc "démocratiquement" qui sera le successeur de A. Labarrère

    Les militants socialistes désignent donc leur prétendant ; on est toujours en démocratie.

    Le problème que j’y voie : quelle est la représentativité des 89 votes favorables, sont-ils censés représenter autre chose qu’eux mêmes ces 109 votants ? On a déjà connu cela quand on désignait LE candidat ; on parlait alors de centralisme démocratique. Va-t-on y revenir pour éviter le débat ouvert ?

  • > Pau de banane
    27 mai 2006  

    Louis, j’ai l’impression que vous découvrez la lune : c’est ainsi que cela fonctionne dans tout pays démocratique où plusieurs partis politiques peuvent s’exprimer. Chacun des partis choisit ses candidats en interne par un vote avant de les présenter au public (Voir le vote interne récent à l’UMP de Paris pour le futur candidat tête de liste à Paris) !

    Pour vérifier et donner plus de poids à vos commentaires et au choix fait par les adhérents, je vous engage à vous inscrire à l’UDF, au PC, chez les Verts, au PS, ou a l’UMP, où ça devrait se passer comme ça. Au FN, j’en suis beaucoup moins sûr.

    Nous en reparlerons ensuite.

  • > Pau de banane
    30 mai 2006, par Autochtone palois  

    Ce soir les conseillers municipaux élisent LEUR maire. Ils ont la légitimité pour le faire, donc ce sera le maire de Pau jusqu’en 2008. Les dissidents vont l’emporter, mais pas forcément au Paradis. Les Palois ont 2 ans pour comprendre qu’ils se ont déjà réparti les parts du gâteau de Pau. Un gâteau à la banane, bien sûr.

    M. et Mmes les dissidents, soyez équitables : répartissez vous bien les indemnités d’adjoints et les places dans les conseils d’administration, pour le bien de vos administrés, bien sûr.

    Les 6 élus de droite sont capables de voter pour le 7° adjoint dissident, juste pour semer un peu plus la zizanie dans les rangs du PS et ... prendre la totalité du gâteau dans 2 ans.

    L’Alternative Paloise, c’est une mairie propre. C’est le message qu’ont voulu faire passer les signataires de la lettre de soutien à la première adjointe et les militants socialistes.

  • > Pau de banane
    31 mai 2006, par Autochtone palois  

    Voilà c’est fait, Urieta a été élu avec les voix de la droite, qui se lèche les babines avant d’avoir goûté au gâteau. Voir l’article de Sud-Ouest :

    Il a donc bien fallu un petit « coup de main » venu de droite pour arriver au total de 31. Une droite bicéphale, qui s’est exprimée par le biais de Jean-Louis Péres (UDF) et de Patrick de Stampa (UMP), mais seulement après le vote, pour s’affirmer dans la continuité de l’action engagée depuis 2001. A savoir « une opposition vigilante et constructive ».

  • > Pau de banane
    31 mai 2006, par Bernard Boutin  

    Autochtone,

    Pourquoi régulièrement parler de droite et gauche dans tes messages ?

    Les uns comme les autres peuvent être de bons gestionnaires ? Les uns avec les autres, c’est peut-être encore mieux ?

    Sur ce forum, la droite et la gauche s’exprime pour bien souvent dire la même chose...

    Jacques Charpentier n’a t’il pas raison quand il s’en prend aux "gouroux" et à la mégalomanie de certains élus ?

    A plus.

    Bernard

  • > Pau de banane
    31 mai 2006, par Autochtone palois  

    Bernard, je parle de gauche et de droite, pour être clair. L’UMP et l’UDF acceptent de se dire de droite, non ? Et aussi parce que j’ai appris depuis longtemps que sous les "apolitiques" se cachaient toujours des gens de droite qui n’avaient pas le courage de leurs opinions. Les choix et les priorités se font en fonction d’options politiques. Puis les gestionnaires se mettent au travail. C’est aussi simple que cela.

    Pour lex "gouroux", je suix bien d’accord avec Jacquex.

    Pour la mégalomanie, c’est plus délicat. Des projets ambitieux peuvent être jugés mégalos par certains. Tout dépend d’où on met la limite. Je ne suis pas contre le principe d’une prestigieuse médiathèque... à condition qu’elle soit réalisable. Je vois mal un ancien champion de France de pétanque avoir cette ambition.

  • > Pau de banane
    4 juin 2006, par Michel  
    D’accord avec René.Il appartient au conseil municipal de voter et de désigner le maire.Les Palois n’ont pas élu un parti, mais une liste de candidats.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Indignez-vous !
    Pau Municipales 2014 - Faut-il donner une deuxième chance à MLC pour prolonger son action ?
    Pau-litique : "La classe 80"
    A mon panache blanc.
    Marc Cabane candidat à Pau.
    Pau - Le SMS du jour...
    Municipales : à Pau, pas de renouveau !
    Pau 2014 - Martine aux abonnés absents...
    Pau 2014 - Salle Navarre : Quelle jauge pour les candidats ?
    Pau - La médiathèque André Labarrère n’est pas la sienne
    Municipales 2014 - Pau : En 2013, parties de poker-menteur
    Pau - Boulevard des Pyrénées et parkings relais
    Pau : Après la ville "pacifiée", la mairie "apaisée"...
    Le Conseil Général des PA lutte contre le réchauffement climatique
    Tango à gogo au Conseil Général
    Pau, rencontre avec Yves Urieta.
    Cumul des mandats - Martine en redemande. Les Palois désespérés !
    Lettre ouverte à Pierre Chéret, premier secrétaire du PS des Pyrénées-Atlantiques
    Pau Municipales 2014 : Marc Cabane dans les starting-blocks
    Pau - Devoir de vacances



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises