Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le roman de la "passerelle fantôme" entre Pau et Gelos.

lundi 22 mars 2010 par Michou64


Alain Hugelé mène depuis 40 années un combat pour que soit implantée une passerelle sur la gave de Pau entre la gare et le pont du 14 juillet. La réouverture prochaine du camping de la base de plein air de Gelos réactualise le projet. Retour sur 40 ans de lutte.
 
MICHOU64 - Quel a été l’élément déclencheur, qui vous a incité à vous battre pour la construction de cette passerelle en aval du gave de Gelos à Pau ?
Alain HUGELE - Jeune directeur dans les années 70 du Logis des Jeunes de Gelos (complexe intégré regroupant un Foyer de Jeunes Travailleurs de 107 lits, une M.J.C, la Maison Art & Loisir et un restaurant social) je faisais le constat suivant :
- le bâtiment qui abritait cet ensemble avait du style, l’endroit un certain charme mais nous étions coincés dans la gadoue, entre les aulnes du gave et les chrysanthèmes du cimetière, voilà des atouts bien ambigus pour un établissement à caractère social et culturel.
- Les Jeunes Travailleurs, de 16 à 25 ans, résidant au Logis des Jeunes n’avaient pas, ou très peu, de moyens de locomotion ; au mieux une bicyclette, rarement un cyclomoteur. Les transports en commun étaient inexistants.
- La gare routière était en quelque sorte située à la Place Clémenceau. Delà ils se rendaient à Induspal ou Indusnor.
- Pour se rendre au plus vite au départ des bus nombre d’entre eux empruntaient le Pont du Chemin de fer de la ligne Pau/Canfranc et encourant bien des risques ils traversaient les voies.
 
MICHOU64 - C’est donc avant tout pour assurer la sécurité des jeunes se rendant à Pau depuis Gelos, que vous avez commencé à lutter pour la construction de la passerelle.
Alain HUGELE - Tout à fait ! La sécurité mais aussi par commodité. Rendez-vous compte du trajet à effectuer : FJT-Mairie de Gelos-rue du XIV Juillet-avenue de la gare...
Mais aussi, il fallait rendre accessible cet équipement à tous les usagers potentiels des différentes entités constituant le Logis des Jeunes.
 
MICHOU64 - La Presse locale vous a semble-t-il apporté son soutien ?
Alain HUGELE - Énormément ! D’abord, nous étions repérés comme un lieu où il se passait toujours quelque chose. Les activités culturelles proposées à l’époque - expositions, soirées cabaret, Big Band, atelier photo, club Tacots... mais aussi jardin biologique, rucher école ou encore ateliers pour enfants qui avaient fait dire à la presse « que nous étions une oasis culturelle »
Ensuite, parce que notre projet pédagogique était basé sur le brassage des populations et de ce côté là, nous avons plutôt réussi.
Non seulement la presse nous a apporté continuellement son soutien, mais elle nous a été indispensable pour populariser notre propos.
 
MICHOU64 - Quel a été l’accueil du projet, par les politiques : les maires de Pau, Gelos, Mazères Lezons...
Alain HUGELE - Plutôt bon dans l’ensemble. Au début, ils n’étaient pas familiers à ce que la société civile s’immisce dans les affaires publiques et encore moins que le secteur associatif ˆ qui naturellement bénéficiait de subventions des collectivités territoriales ˆ soit un petit peu frondeur.
Souvenons-nous à l’époque, notre terreau fertiligène était l’éducation populaire. Nos actions collectives se reconnaissaient dans ce que nous nommions « le banc d’essai des citoyens ! »
 
MICHOU64 - Le 12 Décembre 1974 la presse s’empare de l’affaire dans un dossier " Pau, ville moyenne" avec l’action n° 1 concernant l’avenue de la Gare". Ceci a-t-il aidé pour vos démarches ?
Alain HUGELE - Ça nous a donné beaucoup d’espoir. En effet cette action n° 1 a créé plusieurs éléments qui militaient pour la liaison Coeur de Ville/Base de Plein Air Intercommunale/Logis des Jeunes :
- la création de la promenade jardinée pour les piétons rive droite de l’Ousse entre le pont de la Gare et l’endroit où l’Ousse se jette dans le Gave de Pau
- la création d’un passage avec feux à l’extrémité de cette promenade permettant la traversée de l’avenue de la Gare
- dans son prolongement le franchissement du canal Heid
- la mise en place d’un ascenseur dans la Tour de la Monnaie
 
MICHOU64 - Le 24 Décembre 1974, la presse parle du projet d’aménagement allant de la Gare au Château. Il est signé L.L.B...
Alain HUGELE - Louis LABORDE BALEN titre non seulement « aménagement de la Gare au Château » mais en « base line » complète par « une promenade verte »
Il reprend les aménagements contenus dans les 3 actions du dossier « Pau Ville moyenne » qui concernent ce secteur.
C’est un grand espoir, car en effet les Sentiers du Roy déboucheront bien un jour sur ce poumon de l’agglomération que constitue la Base de Plein Air Intercommunale de Gelos.
 
MICHOU64 - Le 26 Décembre 1974, vous adressez un courrier à la rédaction de Sud Ouest
Alain HUGELE - Il s’agissait d’abord, d’attirer l’attention du Rédacteur en Chef sur le fait que nous avions apprécié son précédent article et ensuite de mettre en perspective nos préoccupations, tout en lui indiquant les différentes démarches qui avaient été menées auprès des maires de Pau et Gelos.
 
MICHOU64 - Le 28 Décembre 1974, la presse signale un oubli dans les actions 1 à 3 : " Le Désenclavement de la base de plein air de Gelos par une passerelle" et relate votre action.
Alain HUGELE - Oui, nous avions popularisé à tel point nos projets qu’ils étaient devenus incontournables et s’imposaient d’eux même. A telle enseigne que les élus se devaient de se positionner.
Le Maire de Gelos, Monsieur CASTRO, me faisait dire par presse interposée qu’il était d’accord avec moi.

MICHOU64 - Le 15 Janvier 1978 l’Eclair pose la question " Le désenclavement de la base de plein air de Gelos  : A quand une solution ? ", article signé par Renée MOURGUES.
Alain HUGELE - Cet article marquait un point important, non seulement le soutien de la Municipalité Gelosienne mais aussi l’apport de la SEPANSO dans la réflexion.
Dès lors, le bien fondé du projet n’est plus à prouver ! Les parties concernées ; le Directeur des Services techniques de la Ville de Pau, la DDE planchent sur 2 hypothèses : une hypothèse en amont de la Base plein air, une hypothèse en aval. C’est cette dernière que j’ai continuellement défendue.
 
MICHOU64 - Chaque élections Cantonales et Municipales est l’occasion pour vous, pour continuer à soutenir la construction de cette passerelle, et de demander aux candidats de définir leur position.
Alain HUGELE - En effet durant une douzaine d’années à partir de 1979 nous avons - un collectif s’étant constitué - continué à « porter le fer » à chaque échéance électorale locale. Que de belles promesses !...
 
MICHOU64 - Ceci a incité un candidat ayant cette passerelle dans son programme à se désister en faveur d’André LABARRERE, et de Pierre LASSEUGUETTE.
Alain HUGELE - Ce fut pour moi un épisode difficile. En effet un candidat issu du mouvement écologiste se présente aux cantonales de 1979 avec à son programme en premier lieu la construction de la passerelle. Ils étaient 7 candidats sur le canton de PAU-OUEST.
Michel HAUSARD fait un tel score au premier tour que le candidat sortant du Parti socialiste Pierre LASSEUGUETTE est mis en légère difficulté. A telle enseigne que le Député-Maire de Pau organise une réunion de travail sur le « Zinc » du café "Le Central" à Gelos, à laquelle j’ai participé.
Le désistement du candidat HAUSARD en faveur de Pierre LASSEUGUETTE s’est fait autour de 4 points rédigés et cosignés par le député-maire et le Conseiller général sortant, au rang desquels figure en premier lieu :
... « Étude et réalisation d’une passerelle reliant GELOS et les « Sentiers du Roy » à PAU et des parkings liés à son utilisation ».
 
Le candidat écologiste s’est désisté, la passerelle n’a pas été réalisée !
 
MICHOU64 - Une fois élus, quel a été le soutien apporté à votre projet les candidats ?
Alain HUGELE - Les battus, aucun. L’élu, pas plus, malgré l’insistance de la section du Parti socialiste Jurançon-Gelos.
Le candidat écologiste, de l’époque, s’est vu attribué des participations officielles à des commissions extra municipales par le député-maire ...
 
MICHOU64 : La Sépanso vous apporte son soutien...
Alain HUGELE - Complètement ! Les Présidents Raymond RATIO, Michel HAUSARD et surtout Alain ARRAOU ont payés de leur personne, ainsi que l’ingénieur de la DDE Monsieur Patrick NANCY.
Ce dernier écrivait le 22 décembre 1981 au Président du Syndicat Intercommunal (SIAMELAP ) qui n’était autre qu’André LABARRERE :
« ... j’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint une proposition d’étude de la « SOGREAH ». La traversée de la SNCF sous le pont enjambant l’Ousse paraît « jouable » même en période de faibles crues. Dans la mesure où vous retiendriez cette proposition d’étude, je pense pouvoir obtenir une participation de l’ État à son financement au titre des études préalables. »
 
MICHOU64 - La Presse maintenant se déchaîne à partir du 3 mai 1983, et parle de " LA PASSERELLE ELECTORALE "
Alain HUGELE - Je ne sais pas si la presse s’était déchaînée, mais la presse a été le miroir de ce « roman fleuve » de la passerelle piétons-cycles entre Pau et Gelos.
D’un côté il y avait un collectif d’associations qui soutenait le projet au rang duquel se trouvait : Le Foyer de Jeunes Travailleurs, la Maison Art & Loisir, l’Association pour la Sécurité des Usagers de la Rue (ASUR) et la SEPANSO.
De l’autre, si je puis dire, nous assistons à des retournements de posture, à des engagements floués... de quoi laisser dubitatif les militants et les adhérents des associations.
A cette époque un accident de la circulation avait frappé une jeune lycéenne et la presse avait relayé une déclaration de l’ASUR : « Pau, ville dangereuse ». Il n’en fallait pas moins pour donner, déjà, un « coup de zoom » sur le côté accidentogène de la rue du XIV juillet.
 
MICHOU64 - En 1985, LE SOUST, journal de l’association Gelosienne d’Action Communale, dans le n° 3 de janvier 1985 fait un dossier consacré à la passerelle.
Alain HUGELE - Affirmant clairement son appartenance à la majorité issue des élections de 1981, l’AGAC - par son dossier consacré à "la Passerelle de l’avenir" - a fait une mise au point courageuse et indispensable. N’hésitant pas à pointer les manques de son camp mais aussi la nouvelle stratégie du Maire de Gelos qui ayant repéré que sa commune avait des parcelles rive droite du Gave, décidait de lancer la passerelle de manière à les désenclaver.
L’option aval tombait à l’eau... l’option amont était retenue et mise en oeuvre.
 
MICHOU64 - A partir du 26 Avril 1985, Sud Ouest fait 3 sujets consacrés à la construction de cette passerelle, et pour le troisième titre " L’art de noyer le poisson"
Alain HUGELE - Ce fut un feu d’artifice tiré par 3 excellents articles de Jean-Paul CHAINTRIER dont les accroches parlent d’elles mêmes. Sous le vocable : le roman de la passerelle fantôme
- "Tout commence il y a 14 ans"
- "Une goutte d’eau au-dessus du gave"
- "l’art de noyer le poisson"
 
MICHOU64 - De 2001 à 2009, la presse continue à la veille de chaque éléction à se faire l’écho du projet de passerelle et, dès le lendemain, le soufflet retombe. 2010 : le camping intercommunautaire de Gelos va ouvrir. Le problème de la réalisation de la passerelle est à nouveau d’actualité.

 
  - par MICHOU64


Une Passerelle comme celle-ci de Gelos à l’Ile au milieu du Gave, et une autre rejoignant Pau en face du Conseil Général

Le Foyer de Gelos au Prado en 2010

Les Bâtiments du Foyer le 21 Février 2010

Le Bureau d’accueil de l’ancien camping, qui après travaux nécessaires, donc la réouverture est prévue pour le 1er Juin 2010

[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le roman de la "passerelle fantôme" entre Pau et Gelos.
22 mars 2010, par MICHOU64  

Bonjour,

La photo de l’accueil du camping a été prise le 21 Février 2010.

Maintenant les travaux ont commencé, la presse locale s’en ai fait l’écho, avec cette photo, on pourra donc avoir un moyen de comparaison. smiley

Bonne journée à tous smiley

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Henri Caillavet - Lui, peut-être, un des Hommes du XXe siècle ?
Pau Oloron - Louis Barthou : Colloque pour le 150è anniversaire de sa naissance
150 ans après, renaissance de Louis Barthou dans la mémoire des Béarnais
Denys de Béchillon : Les Primaires, l’exercice du pouvoir, l’homo politicus, les indignés.
Cédric Laprun
La laïcité et André Comte-Sponville
Jean-François Dutilh, un homme d’ici
L’insécurité en question avec Philippe REY (partie 2)
Pau, ville de la révélation des Pyrénées
Pascal BONIFACE, portrait en trois dimensions
Bernard LACLAU-LACROUTS, homme de passions
Mustapha Tahif à la conquête d’un « Word Guinness record »
Le décés de Lydie LABORDE
De petits pas
Jean POULIT, l’enchanteur
L’Aubisque en fauteuil roulant
Pierre Saubot, homme d’engagement
Rencontre : Un homme qui gagne à être connu, Gérard TREMEGE, Maire de Tarbes
Thierry Berit-Debat : Un homme de défis !
Roland Garros 2008 : merci Jérémy Chardy



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises