Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pau, ville de la révélation des Pyrénées

lundi 15 février 2010 par Georges Vallet


A la fin du 19e siècle, Franz Schrader (1844 - 1924) parlait déjà, avec des mots pas forcèment d’aujourd’hui, d’écologie, de développement durable, de respect de la planète et de l’homme. Hommage à un grand pyrénéiste.

Franz Schrader* est natif de Bordeaux, d’un père d’origine prussienne et d’une mère bordelaise, cousine des géographes Elisée et Onésime Reclus, relations prédestinées pour le jeune Franz.
En 1866, au cours d’un séjour à Pau, il aperçoit les montagnes, c’est le « Coup de foudre » !
Ramond de Carbonnières (1755-1827) avec « Les Voyages au Mont-Perdu », Henry Russell (1834-1909) avec « Les grandes ascensions des Pyrénées », deviennent ses inspirateurs.
Il est avant tout connu pour sa valeur en tant que :
Pyrénéiste :
Le 11 août 1878, en compagnie d’Henri Passet, il réalise la première ascension connue du Grand Batchimale (3 176 m), devenu pic Schrader. Il participe à la création, en 1876, de la section bordelaise du Club alpin français, il devient le Président.
Topographe :
Il met au point l’orographe en 1873, pour faciliter les relevés en montagne.
Il publie de nombreuses cartes régionales : massif de Gavarnie, mont Perdu ; des Pyrénées centrales et de l’ensemble des Pyrénées, au point de vue topographique et géologique.
Géographe :
Il publie des éléments de géographie pour l’enseignement primaire, des atlas de géographie universelle, historique, classique et moderne.
Il devient directeur de la cartographie chez Hachette, participe à la réalisation des Guides Joanne de la Librairie Hachette, ils deviendront les guides bleus.
Quand l’Académie de Béarn voulut publier ses œuvres, elle fit appel au Palois Maurice Heïd (1881-1957), nous dit Raymond Ratio, dans son courrier des lecteurs de « La République des Pyrénées »
Peintre paysagiste :
La Société des Peintres de montagne, à Paris, à la création de laquelle il a participé, existe toujours. On lui doit des peintures paysagères et des tableaux, entre autres, du Cirque de Gavarnie, du lac glacé du Mont Perdu, du Pic du Midi d’Ossau, du Vignemale.
Penseur et humaniste : 
On le connaît beaucoup moins pour ses positions humanistes et de précurseur des idées actuelles sur l’environnement. Son « intelligence naturaliste » (Howard Gardner), lui fait écrire un texte remarquable dans l’introduction à l’Atlas de Géographie Moderne, Librairie Hachette et Cie, 1889.
Extraits : « La terre et la vie terrestre. »
« En résumé, le tableau du monde à la fin du XIXè siècle est celui d’une partie de l’humanité qui prétend obliger le reste des hommes à subir, soit de gré, soit de force, la transformation qu’elle a jugée bonne pour elle-même.... La civilisation industrielle n’est pas un but, mais un moyen..... La civilisation industrielle dont nous admirons l’épanouissement n’est donc qu’une étape et devra prochainement se transformer. Une loi inexorable, du reste, ne tardera pas à l’y obliger...Elle exploite trop avidement la terre, ne songe qu’à l’avenir immédiat, et arriverait à ruiner la planète elle-même. Dans cette fièvre de fabrication ou d’utilisation à outrance, en effet, on demande de toutes parts au sol des produits rapides et immédiatement vendables, et on détruit sans réflexion toute production spontanée, naturelle.... 
Les fleuves s’appauvrissent ou débordent, le climat lui-même, privé des influences adoucissantes des vastes régions boisées, se détériore et se déséquilibre.....
Chaque jour l’intensité du mouvement, l’activité de l’exploitation s’accroît ; par cela même, approche le moment où l’homme, voyant son avidité le mener à des désastres irrémédiables, sera obligé de se rapprocher de la nature et de demander à la science, non plus la richesse immédiate, mais le salut........
Dans ce travail de régularisation, l’étude de la terre aura la plus large place, car c’est de la terre que tout vient, c’est à elle que tout retourne.....
La géographie politique, trop souvent faussée par l’emploi de la force, devra, tout en obéissant aux libres affinités de nature et de tradition, se rapprocher de la géographie physique.... L’action générale s’appliquera, non plus à contrarier, mais à étudier ou à suivre les forces cosmiques qui règlent toute vie..... »
Son analyse politique, économique, écologique, géographique, humaniste est vraiment d’actualité.

Trois ans après sa mort, sa dépouille a été transférée dans un tombeau sur un flanc du Cirque de Gavarnie

Avant lui, en 1879, Camille Flammarion écrit dans : « L’astronomie populaire » (Extrait du texte transmis par Bernard Boutin.)
« Lorsque les hommes sauront ce que c’est que la Terre, et connaîtront la modeste situation de leur planète dans l’infini ; lorsqu’ils apprécieront mieux la grandeur et la beauté de la nature ; ils ne seront plus aussi fous, aussi matériels d’une part, aussi crédules d’autre part.... » 
Vers les années 1960 Claude Lévi-Strauss évoque l’importance de l’harmonie entre l’homme et la nature, Il insiste sur le fait qu’il faut respecter toutes les cultures et protéger notre environnement. 
En 1968, Jean Dorst publiait : « Avant que nature ne meurt »
Actuellement, avec Hervé Morin, Michel Serres, Hubert Reeves,...., les penseurs, philosophes,sociologues, scientifiques de haut niveau, lancent des cris d’alarme.
Un grand tournant se produit, en 1974, René Dumont introduit l’écologie politique ; le relais est pris actuellement par d’autres, femmes et hommes, qui se rendent compte que les résultats de la recherche scientifique et leur médiatisation, ne suffisent pas pour influencer les comportements de nos décideurs . Ils pensent, comme dans le passé, que le combat politique peut être une façon de contrebalancer la puissance des intérêts personnels, politiques, économiques, financiers, qui nous imposent une vision d’un monde artificiel, incompatible avec un développement durable, qui lui, doit se régler sur l’évolution planétaire ; monde que la science nous apprend progressivement à connaître.


- une compilation de Georges VALLET

* http://pagesperso-orange.fr/cirque.de.barrosa/Schrader.htmn


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Pau, ville de la révélation des Pyrénées
16 février 2010, par Georges Vallet  

A tous ceux qui me critiquent. Dernière réplique :

Nous nous opposons car nous n’avons pas du tout les mêmes objectifs, nous ne parlons pas la même langue.

Vous souhaitez que les textes proposés au débat, sur le forum, correspondent à des publications conformes aux lois d’une publication officielle de nature journalistique, scientifique, culturelle.... C’est le respect de cette forme que vous privilégiez, vous ne discutez jamais du contenu, c’est la rigueur de la présentation qui vous importe. Vous préférez une table bien mise que bien pleine. Vu sous cet angle, vous avez tout à fait raison.

Quant à moi, je considère que je suis sur un forum d’échanges d’idées personnelles où la discussion doit échapper au formalisme, où chacun peut s’exprimer suivant ses moyens, ses connaissances, simplement, sans agressivité, comme lorsque j’écris à un ami.

Le contenu de mes propos résulte de très nombreuses lectures, écoutes, auprès de chercheurs, de conférences, de livres, de zappage sur Internet.. À partir de cela, je fais une analyse critique et je me construis un contenu, ma vérité. C’est un mixage réfléchi, avec ses qualités et ses défauts. C’est ceux-là que je souhaite soumettre aux lecteurs pour avis. Je ne fais de tort à personne, au contraire j’espère. Quant le texte est long, significatif, pour conserver l’authenticité, je le reproduis intégralement, entre guillemets, et le plus souvent en italique.

C’est aussi une façon de pousser le lecteur à se plonger dans les textes fondateurs, à lire, à approfondir le sujet.

Quand vous me reprochez d’écrire à propos de F.Schrader « Trois ans après sa mort, sa dépouille a été transférée dans un tombeau sur un flanc du Cirque de Gavarnie », parce que vous l’avez lu sur Wikipedia ; c’est ce que m’ont confirmé toutes mes sources, des chercheurs de l’UPPA, entre autres. Pourquoi l’écrirais-je autrement ? Fallait-il, pour personnaliser, que j’intervertisse la place des mots pour paraître personnel ? C’est vrai ou c’est faux ; seul, cela est important. Sinon, nous revenons chez Molière ! L’information seule a de la valeur. Voilà mon avis.

J’espère que si cela ne vous convainc pas, vous me comprendrez au moins, et que vous utiliserez, dans l’avenir, votre esprit critique à discuter les idées et non la façon dont elles sont émises.

Sentiments les meilleurs

G.Vallet

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    16 février 2010, par pehache  

    Vous souhaitez que les textes proposés au débat, sur le forum, correspondent à des publications conformes aux lois d’une publication officielle de nature journalistique, scientifique, culturelle.... C’est le respect de cette forme que vous privilégiez...

    Le respect de cette "forme" n’est rien d’autre que du savoir-vivre, n’est rien d’autre qu’une marque de respect envers les autres auteurs et de "reconnaissance" de leur travail.

    Si ça ne vous parle pas, c’est quand même grave.

    Quant à moi, je considère que je suis sur un forum d’échanges d’idées personnelles où la discussion doit échapper au formalisme, ...comme lorsque j’écris à un ami.

    Au cas où cela vous aurait échappé, vous êtes ici sur un site public, vous diffusez publiquement vos écrits, et ça n’a rien à voir, mais alors rien, avec une discussion privée entre amis.

    Le contenu de mes propos résulte de très nombreuses lectures, écoutes, auprès de chercheurs, de conférences, de livres, de zappage sur Internet.. À partir de cela, je fais une analyse critique et je me construis un contenu, ma vérité.

    Et alors ? Vous pensez être unique dans ce cas-là ? Ou un cas rare ? Ca va, les chevilles, pas trop gonflées ?

    C’est aussi une façon de pousser le lecteur à se plonger dans les textes fondateurs, à lire, à approfondir le sujet.

    Alors ça c’est la meilleure ! Et dites-moi quel est le meilleur moyen de pousser les lecteurs à se plonger vers les textes fondateurs, si ce n’est de donner les liens vers ces textes ???

    Quand vous me reprochez d’écrire à propos de F.Schrader « ... », parce que vous l’avez lu sur Wikipedia ; c’est ce que m’ont confirmé toutes mes sources, des chercheurs de l’UPPA, entre autres. Pourquoi l’écrirais-je autrement ? Fallait-il, pour personnaliser, que j’intervertisse la place des mots pour paraître personnel ?

    Non : tout simplement que vous donniez le lien. Que cela vous ait été confirmé par 10000 personnes ne change rien à l’affaire : si vous recopiez le texte de wikipedia, vous donnez le lien vers wikipedia, c’est tout.

    C’est vrai ou c’est faux ; seul, cela est important. ... L’information seule a de la valeur. Voilà mon avis.

    Oui, c’est certainement ce que déclarent toutes les personnes accusées de plagiat...

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    16 février 2010, par Louis H  

    Monsieur Vallet

    Votre mauvaise foi est touchante mais affligeante. Pour vous la fin (la vulgarisation, la promotion des textes qui vous ont marqué) justifierait les moyens (la plagiat et le parisitisme).

    Le fait que vous le fassiez gratuitement sur un forum n’y change rien. Que internet multiplie les facilités d’accès à des sources multiples ne vous exempte pas de respecter des règles de bonne conduite, sans même parler du respect de la loi sur le droit d’auteur ou le copyright. Au minimum, si vous doûtez, prenez donc la peine de lire ce que chaque site internet indique sous la rubrique "infos légales" ou "crédit" ou "conditions d’utilisation du site" pour être sûr de ne pas vous attibuer des droits qui ne vous appartiennent pas et que l’auteur du site n’entend pas vous laisser. Même les sites "accomodants" tel Wikipedia vous demandent de les citer de façon claire quand vous y puisez. Et même A@P votre site préféré vous indique à sa page "syndication" que vous pouvez le citer mais qu’il est plus simple de mettre un lien vers alternatives-paloises, au lieu de faire une copie !

    Le fait de mettre des guillemets ne change rien à l’affaire : vous réutilisez à des fins personnelles ce qui appartient à un autre.

    Si vous estimez avoir déniché un auteur ou un texte remarquable/s voici ce que vous pouvez faire (comme font, sans que ça leur donne des boutons, tous les auteurs intelectuellement honnêtes)
    -  écrire un texte de votre cru sur votre idée en citant explicitement les sources ou les auteurs qui vous ont inspiré
    -  illustrer vos propos de courts extraits (la jurisprudence estime qu’on ne peut dépasser 2 ou 3 lignes sans tomber dans le parasistisme)
    -  donner le lien hypertexte vers la source si vous estimez qu’il faut connaître l’idée originale sous sa forme développée
    -  ou donner les références auteurs, titre de l’oeuvre

    Est-ce donc une contrainte telle que vous ne puissiez exprimer vos propres idées en les étayant sur vos découvertes ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Louis H  

    les lecteurs de A@P remercient Monsieur Pierre CARRIERE pour son travail sur la mémoire de SCHRADER.

    En effet c’est à Monsieur CARRIERE, un passionné demeurant à Toulouse et auteur d’un site internet remarquable "Franz SCHRADER et les pionniers du pyrénéisme découvrent le cirque de Barrosa" que l’auteur( ?) G. Vallet doit sa "science"

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Georges Vallet  
    Désolé de vous contredire, mais j’ignorais cet autre spécialiste de F.Schrader. Pourriez-vous me préciser les mots clés qu’il faut faire pour y accéder, car quand je fais "Franz SCHRADER et les pionniers du pyrénéisme découvrent le cirque de Barrosa", on me répond : "Aucun résultat trouvé pour "Franz SCHRADER et les pionniers du pyrénéisme découvrent le cirque de Barrosa". Il y a bien d’autres sources que celle que vous évoquez, en particulier les travaux publiés par de nombreux chercheurs, français, Espagnols. les textes que l’on peut lire dans les ouvrages originaux, comme la géographie moderne de 1889 que je possède. Et puis, je voulais ajouter que quand je lis un article sur un auteur, c’est le contenu qui m’intéresse, ce qu’il m’apprend ;et non comment l’auteur de l’article l’a obtenu ; personne, y compris vous, je pense, n’a la "science" infuse. Les connaissances proviennent toujours de nombreuses sources. Je ne vends rien, je donne ! Malgré mon âge, respectable, je n’ai jamais connu et encore moins fréquenté Schrader !!!!!! Je ne pouvais donc pas vous fournir des connaissances "originales" ! Fallait-il alors ne rien publier ? Mon objectif était de faire connaître à un grand public, qui ne le connaissait peut-être pas, contrairement à vous, son existence, ses travaux, son lien sentimental avec Pau, ses travaux variés sur nos Pyrénées, sa position très très rarement mise en valeur sur la nécessité de maintenir le plus possible notre environnement en bon état de conservation. J’espère avoir permis, à d’autres,que vous, d’aller chercher des informations complémentaires car ce n’était qu’un résumé sommaire, une lecture d’appel, un stimulant pour aller plus loin dans la connaissance, par exemple aller consulter l’article que vous indiquez !

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    Désolé de vous contredire, mais j’ignorais cet autre spécialiste de F.Schrader.

    C’est pourtant lui qui est l’auteur de la page dont vous donnez le lien (quoiqu’avec une faute de frappe le rendant invalide) et d’où provient la photo !

    http://pagesperso-orange.fr/cirque.de.barrosa/Schrader.htm

    Et puis, je voulais ajouter que quand je lis un article sur un auteur, c’est le contenu qui m’intéresse, ce qu’il m’apprend ;et non comment l’auteur de l’article l’a obtenu ;

    Ce qui est parfaitement antinomique d’une approche journalistique.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    D’ailleurs, et malgré toutes les remarques qui vous ont déjà été faites, vous ne citez toujours pas les les pages qui vous servent de sources pour écrire vos textes. Par exemple celle de wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Schrader_(g%C3%A9ographe)

    wikipedia : "En 1927, trois ans après sa mort, sa dépouille est transférée dans un tombeau sur un flanc du Cirque de Gavarnie."

    vous : Trois ans après sa mort, sa dépouille a été transférée dans un tombeau sur un flanc du Cirque de Gavarnie

    wikipedia : "Il participe activement aux Guides Joanne de la Librairie Hachette, qui se transformeront, en 1919, en Guides bleus."

    vous : Il devient directeur de la cartographie chez Hachette, participe à la réalisation des Guides Joanne de la Librairie Hachette, ils deviendront les guides bleus.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Georges Vallet  
    Il y a (36 + n sources), y compris celles qui n’apparaissent pas sur Google, qui donnent ces informations ; s’il fallait les lister, il faudrait plus de place que celle dont je dispose.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    A défaut d’en citer 36, en citer une serait déjà pas mal, surtout quand elles ont visiblement servi de base pour le texte publié ici.

    Et il n’y a pas 36 sources sur certaines informations concernant le sujet qui nous occupe, mais une poignée. Dont seules deux semblent originales, en plus, les autres étant déjà des repiquages de ces deux-là (parfois avoués, parfois non).

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par AK Pô  
    36 chandelles

    Ah, Pehache ! comme vous êtes un fin limier, il est plus sage de vous caresser dans le sens du poil. Pour dire que, par exemple, à qui citera cette phrase de Lautréamont : "beau comme la rencontre fortuite sur une table à dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie" vous offrirez en commentaire la marque de la machine et le nom de la baleine avec laquelle le parapluie fut fabriqué (mais en gardant le secret pour la table à dissection, bien entendu !) smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    Merci pour votre dispensable intervention, Ak Pô...

    A part ça que pensez-vous de l’usage qui consiste à citer ses sources ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    Si les sources c’est wikipedia, Pehache, n’exagère pas ! je suis assez souvent d’accord avec toi, sur ce sujet comme d’autres, pour dire que là, vraiment, ça n’en vaut pas le coup. Ça vient de wikipedia ? Bon, ok, c’est une facilité. Mais il n’y a pas de droits d’auteurs sur un site libre, anonyme et... peu vérifié. Mais c’est un autre sujet.

    Où as-tu lu que Monsieur Vallet se dît journaliste, hombre ? Est-il besoin d’enquêter 3 ans avant d’écrire trois lignes sur A@P ? Allez, laisse pisser le mérinos, pour une fois, ce combat-là n’en vaut vraiment pas le coup. Rien ni personne n’est pillé et l’article est somme toute sympa.

    (Après Louis H, aurais-je décidé de botter le Q à tout le monde aujourd’hui ?... smiley et claudiqus qui ne dit tjrs rien ..  smileysmiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    Sérieuse ou pas, fiable ou pas, une source doit être citée dès lors qu’on l’utilise. Quant à ça :

    Mais il n’y a pas de droits d’auteurs sur un site libre, anonyme et... peu vérifié.

    Mais où avez-vous vu qu’il n’y avait pas de droit d’auteur à respecter sur wikipedia ?? Mais où avez-vous lu que "libre" voulait dire "pas de droit d’auteur à respecter" ?

    Pour rappel, les conditions d’utilisation de wikipedia : http://wikimediafoundation.org/wiki/Conditions_d%27utilisation

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    Dont acte

    Mais bon, je maintiens que ce n’est pas du pillage comme de s’approprier un texte signé et sous copyright

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    Mais bon, je maintiens que ce n’est pas du pillage comme de s’approprier un texte signé et sous copyright

    C’est comme les velibs : c’est moins grave de les sacager, puisqu’ils sont en libre-service smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  
    eh bien justement, non ! Car là, il n’y a justement pas de droits d’auteurs. Personne n’est financièrement lésé !! smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par pehache  

    Mais Maximo, le terme "Droit d’auteur" ne se résume pas une question financière, loin de là ! Il concerne avant tout le droit moral qu’a un auteur de décider dans quelles conditions ses productions peuvent être (ré)utilisées et (re)diffusées.

    En publiant ses textes sous licence libre Creative Commons, Wikipedia (et les auteurs qui y participent) a une philosophie très "permissive" qui a pour but déclaré de favoriser la diffusion et le partage de la connaissance. Ne même pas respecter les quelques "contraintes" (bien légères !) de cette licence ce n’est pas seulement juridiquement condamnable, c’est moralement NUL !

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par AK Pô  
    toutes les sources (comme les puisatiers) déclarées d’intérêt public ont droit de cité, donc les citer reste une inépuisable source...de limpidité (et surtout d’honnêteté) qui permet de creuser des puits de science dans lesquels on recueille des fables un peu usagées, des stades humides et de vilains garnements qui ne paient pas leur ticket de bus. C’est dire ! smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par claudiqus  

    et ...

    il ne faut pas confondre la baguette de sourcier en noisetier fourchu, avec la badine en frêne souple plus cinglante que fureteuse !

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par claudiqus  

    fin limier ...

    hardi en maniement de la lime ? ... smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  
    .............. (ah, si... smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Georges Vallet  

    Je ne suis pas un journaliste qui gagne sa vie en publiant.

    Comment prouver l’origine d’une phrase quand elle figure sur plein d’autres sites ou qu’elle résulte d’une transmission orale ? Faut-il donner le nom, l’adresse , le téléphone, le sexe et la date de naissance de la personne qui s’est exprimée ? Il n’est alors plus possible de transmettre quoi que ce soit. C’est sans doute pour cela que vous n’écrivez rien, à part pour critiquer les autres.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    Vous devriez quand même admettre qu’il ne s’agit pas là, de tranmission orale, mais bien visuelle, de ce que vous avez lu, en effet, sur wikipedia.

    Bon, ce n’est pas glorieux, certes. Mais ce n’est pas la peine non plus d’en faire un fromage.

    "Ni cet excès d’honneur ni cette indignité", n’est-ce pas ? puisque vous aimez les citations... smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Maximo  

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Marc  
    Mais encore ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    16 février 2010, par pehache  

    Il n’est alors plus possible de transmettre quoi que ce soit.

    Arrêtez votre char, Georges. Le moindre livre sérieux comporte des pages et de pages de références, et leurs auteurs ne se retranchent pas derrière des prétextes vaseux pour n’en donner aucune.

    De même les bons articles de Wikipedia sont accompagnés de très nombreuses références, avez-vous remarqué ? Pourtant les rédacteurs de Wikipedia ne gagnent pas non plus leur vie en publiant.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Georges Vallet  
    Non, ce sont les auteurs des textes qu’il a utilisés pour constituer le sien.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par pehache  
    La question n’est pas là. Les rédacteurs de wikipedia ne sont pas rémunérés, et ça ne les empêche pas d’indiquer les références qu’ils ont utilisées.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Marc  

    "A tous ceux qui me critiquent. Dernière réplique" Par Georges Vallet, A&P, 16 février 2010.

    Allons Georges, vous avez déjà oublié vos bonnes résolutions ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Maximo  
    "Ni cet excès d’honneur ni cette indignité", n’est-ce pas ? puisque vous aimez les citations... smiley
    Tiens, personne ne m’a eng... de ne pas avoir cité l’auteur... Personne ne sait ? smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Marc  

    "J’ose dire pourtant que je n’ai mérité - Ni cet excès d’honneur ni cette indignité". Britannicus (1669), II, 3, Junie

    Citation de Jean Racine

    (www.dicocitations.com)

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Maximo  
    (www.dicocitations.com)
    roooooooooo, Marc... comme c’est vilain. Et la mémoire, alors ??? smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Marc  
    Comme disait l’autre, je ne connais pas les pièces britanniques smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    17 février 2010, par Maximo  
    Un défaut qu’il faut traiter à la Racine...

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Joël BRAUD  

    Faut-il lire Edgar MORIN ou Hervé MORIN ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    Hervé, on aura du mal ... smiley

    Sacré Georges, va smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Louis H  

    Il en connait du monde, Georges V. . Et il ne craint pas de les citer :

    Camille Flammarion, Bernard Boutin( !), Claude Lévi-Strauss , Jean Dorst , Hervé Morin, Michel Serres, Hubert Reeves,...., les "penseurs, philosophes,sociologues, scientifiques de haut niveau"...

    Au point de confondre Edgar Morin avec Hervé du même nom ; parce que tout de même Hervé Morin en intelectuel ça interpelle quelque part.

    Ça nous montre le potentiel de Georges V. le chroniqueur qui a réussi l’exploit de synthétiser les travaux de ces penseurs et intelectuels dans cette formule inespérée : Ils pensent, comme dans le passé, que le combat politique peut être une façon de contrebalancer la puissance des intérêts personnels, politiques, économiques, financiers, qui nous imposent une vision d’un monde artificiel, incompatible avec un développement durable, qui lui, doit se régler sur l’évolution planétaire. Avec ce souffle littéraire nul doute qu’on retrouvera bientôt Georges promis aux plus hautes destinées politiques, pour le plus grand bien de nos citoyens et des collectivités désorientées.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    c’est quoi cette méchanceté gratuite ? Cette vilaine apostrophe sotte et méchante ?

    Quand il dérapait, on l’a fait remarqué. Là, ça se tient. Et citer c’est étayer son propos. quant à ce que vous appelez une "formule", c’est un résumé très très rapide, mais efficace.

    réservez votre bave pour des causes plus importantes, Louis H.

    H ? Comme le papier du même nom ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par AK Pô  

    H comme

    Louis Hachette (1800-1864), éditeur français qui est à l’origine de la librairie et société d’édition Hachette Livre fondées en 1826. (Wikipédia)

    Sans doute une vieille rancune... smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  

    smiley

    Tiens Ak Pô, vous connaissez de dessin que je ne peux traduire qu’ainsi :

    On y voit une brosse à dents se plaindre :
    -  "j’ai vraiment le métier le plus pourri du monde"

    à quoi le rouleau de papier H répond
    -  "tu parles !"

     ?

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Maximo  
    je sens que claudiqus ne va pas tarder à intervenir, il a un q mal placé qui lui est resté en travers de la gorge smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par claudiqus  

    non, non Maximo !

    mon intervention serait superfétatoire ..

    vous le faites parfaitement avec Ak Pô d’ailleurs, et je vous approuve totalement !

    et puis, a contrario de certains que je nommerai point, je n’ai nulle revanche apparente ou fiel récurent à laisser déborder ... smiley

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par Georges Vallet  
    Pardonnez-moi, l’actualité me tourne la tête, une erreur de "frappe". Avec Hervé Morin, la force de "frappe" se justifie !!! Bien évidemment, cela ne vous a pas échappé, je voulais parler d’Edgar Morin !! Merci de le faire remarquer.

  • > Pau, ville de la révélation des Pyrénées
    15 février 2010, par claudiqus  

    Monsieur Vallet ...

    il n’y a que ceux qui ne prendront jamais la peine d’entreprendre l’écriture d’un article personnel qui ne risqueront guère de se fourvoyer !

    il est bien plus facile de venir se brancher pour parasiter une connection existante, que d’en créer une soi même !

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Henri Caillavet - Lui, peut-être, un des Hommes du XXe siècle ?
    Pau Oloron - Louis Barthou : Colloque pour le 150è anniversaire de sa naissance
    150 ans après, renaissance de Louis Barthou dans la mémoire des Béarnais
    Denys de Béchillon : Les Primaires, l’exercice du pouvoir, l’homo politicus, les indignés.
    Cédric Laprun
    La laïcité et André Comte-Sponville
    Jean-François Dutilh, un homme d’ici
    L’insécurité en question avec Philippe REY (partie 2)
    Le roman de la "passerelle fantôme" entre Pau et Gelos.
    Pascal BONIFACE, portrait en trois dimensions
    Bernard LACLAU-LACROUTS, homme de passions
    Mustapha Tahif à la conquête d’un « Word Guinness record »
    Le décés de Lydie LABORDE
    De petits pas
    Jean POULIT, l’enchanteur
    L’Aubisque en fauteuil roulant
    Pierre Saubot, homme d’engagement
    Rencontre : Un homme qui gagne à être connu, Gérard TREMEGE, Maire de Tarbes
    Thierry Berit-Debat : Un homme de défis !
    Roland Garros 2008 : merci Jérémy Chardy



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises