Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Thérèse AUCLAIR

lundi 9 mars 2009 par P. Auzat-Magne


08 Mars 2009 - Journée Internationale des Femmes

A PAU, des Femmes luttent pour aider d’autres femmes paloises ou étrangères.

A l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, ce dimanche 08 mars 2009, je trouvais intéressant de faire un petit rappel chronologique :

* 1910 : A Copenhague - Conférence internationale des femmes socialistes : l’idée d’une « Journée internationale des femmes » est décidée, sur une proposition de Clara Zetkin, représentante du Parti Socialiste Allemand.
* mars 1911 : Un million de femmes manifestent pour leurs droits dans toute L’Europe.
* 08 mars 1913 : Des femmes russes organisent des rassemblements clandestins.
* 08 mars 1914 : Les femmes réclament le droit de vote en Allemagne.
* 08 mars 1915 : À Oslo, des femmes défendent leurs droits et réclament la paix.
* 08 mars 1917 : Début de la « Révolution de février » en Russie. À Saint-Pétersbourg, des ouvrières manifestent pour réclamer du pain et le retour de leurs maris du front.
* 08 mars 1921 : Lénine décrète le 8 mars "Journée des femmes".
* 1924 : La Chine célèbre cette journée.
* 1946 : Les pays de l’Est célèbrent, à leur tour, ce jour de La Femme.
* 08 mars 1947 : Léon Blum reconnaît solennellement l’importance des femmes dans la Résistance Française.
* 1971 : La journée est, enfin, célébrée au Québec.
* 08 mars 1977 : Les Nations Unies (O.N.U.) officialisent la Journée internationale de la Femme.
* Mai 1981 : Le Président Mitterrand arrive au pouvoir.
* 08 mars 1982 : Statut officiel de la "Journée Internationale de la Femme" en France.

et d’aller entretenir Madame Thérèse AUCLAIR, directrice de la Maison des Femmes du Hédas, que beaucoup de palois méconnaissent.

A@P - La Maison des Femme du Hédas est une "institution" qui existe depuis des décennies ?
Thérèse AUCLAIR : Ce n’est pas une institution ! C’est une initiative d’habitantes du quartier du Hédas. Une initiative collective, sociale, culturelle, alternative, liant droit des femmes (immigrées, réfugiées, françaises) et action culturelle et artistique .

A@P - Comment est perçue votre association par la Municipalité ?
Thérèse AUCLAIR : Respect ---> négociation directe depuis la recherche des premiers financements (année 1983) .

A@P - Depuis que nous avons une première magistrate à la tête de notre cité, êtes-vous mieux perçue, pareille, ou moins bien ?
Thérèse AUCLAIR : Connaissance réciproque. Crédibilité de la Maison des Femmes, acquise depuis 26 ans .

A@P - Quelles aides recevez-vous de nous édiles municipales ou départementales  ?
Thérèse AUCLAIR : Financements négociés avec la Mairie, le Conseil Général, la DDASS, l’ex-FASILD, le GIP-DSU de l’agglomération paloise, la CAF, la Délégation Régionale et Départementale aux Droits des Femmes et à l’Egalité, le Conseil Régional. Les financements d’état (DDASS, droits des femmes, ex-FASILD) sont aujourd’hui remis en question (avec la réforme de l’état).

Nous sommes 3 salariées... en 26 ans !

A@P - Votre association est-elle bien connue par les femmes et nos concitoyens en général ?
Thérèse AUCLAIR : La Maison Des Femmes travaille avec beaucoup de partenaires culturels palois et des collectifs : Collectif pour le Respect des Droits des Etrangers, réseau de Lutte Contre les Violences Faites aux Femmes. Actions publiques régulières. Bouche à oreille. Réseaux régionaux et nationaux. Articles de presse, publications...

A@P - Quels types d’aide apportez-vous à nos concitoyennes ?
Thérèse AUCLAIR : Soutien, accompagnement, apprentissage de la Langue Française, support de toutes les actions pédagogiques. Accès aux droits fondamentaux : droit au travail, à l’égalité de traitement, à l’éducation, à la culture, au logement, à la santé ---> l’autonomie, à l’émancipation et à la solidarité interculturelle .

A@P - De quelles manière, aidez-vous les femmes depuis l’adolescence jusqu’au plus grand âge avancé ?
Thérèse AUCLAIR : Des femmes de 17-18 ans à plus de 60 ans. Le grand défi c’est l’expérience du mélange, de l’interculturel, du « construire ensemble », du « vivre ensemble » et l’expérience du droit .

A@P - Aidez-vous les femmes victimes de brutalité, d’agressions et de violences conjugales ? (un grand fléau social et national).
Thérèse AUCLAIR : La Maison Des Femmes fait partie depuis + de 15 ans du réseau de " Lutte contre les Violences faites aux Femmes " (avec l’Association Paloise d’Aide aux VIctimes et de Médiation, le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, le centre hospitalier, Du côté des femmes, le Mouvement Français pour le Planning Familial).

A@P - Vous recevez, chaque année, le programme du "Festival International des Films de Femmes de Créteil ". Seriez-vous tentées d’y proposer un film qui parle de votre travail ?
Thérèse AUCLAIR : Oui, d’autant plus que notre réseau Femmes-Inter-Associations (à Paris) est entrain de finaliser un film sur notre réseau national et son potentiel d’actions. Et ici, nous allons mettre en route notre 3ème livre : " Parcours de Vie ", parcours d’histoires sur presque 30 ans, à travers des portraits, témoigner que c’est possible de faire une place en tant que femme étrangère, de conduire sa vie et en même temps pour d’autres de s’engager ensemble, les unes et les autres, dans une démarche associative indépendante « agir autrement ».

A@P - Peut-être ai-je oublié une question ou un problème par méconnaissance de votre action. Qu’auriez-vous à ajouter ?
Thérèse AUCLAIR : Contexte défavorable aujourd’hui et d’abord pour les femmes fragilisées, discriminées et pour les petites associations de proximité comme nous sur la solidarité avec les femmes étrangères, associations de la « Génération Mitterrand ».

A bientôt.

En vous remerciant du temps, que vous avez accordé à cet entretien, je vous souhaite une belle Journée de la Femme, ce dimanche 08 Mars !

J’en profite pour présenter les deux livres qui ont été édités par la Maison des Femmes du Hédas.

• Le premier a été " Cas de Figures ", une création collective des femmes qui y apportent leurs témoignages sous une forme poétique et illustrés par leur propres dessins très colorés et émouvants. Ce livre est toujours disponible à la vente au prix de 23 euros.

• Le deuxième livre " De l’Autre Coté du Château ", créé par les femmes de La Maison des Femmes, en collaboration avec les équipes du Château de Pau, est une démarche originale, autant visuelle par ses cadrages photos que par son contenu rédactionnel qui est une approche historique simple. Les photographies alternent avec des illustrations insolites pour faire la richesse de ce petit livre. Un regret. Il n’est plus disponible à la vente.

Donc, je me permet de vous proposer ici quelques images des travaux de la Maison des Femmes du Hédas, que vous pouvez contacter au coordonnées suivantes :

La MAISON Des FEMMES du HEDAS,
10 & 12 rue René Fournets
64000 PAU
05 59 82 82 54
maison-des-femmes(at)wanadoo.fr


- par P. AUZAT-MAGNE


 Pau, Jeudi 05 mars 2009



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Thérèse AUCLAIR
10 mars 2009, par Filau Mène  

Je m’étonne qu’un esprit mal tourné ne vous ait pas encore reproché quelques fautes de français. Vous avez tendu la perche en parlant "d’aller entretenir Madame...". Mais, en l’occurence, la formule est correcte, quoique vieillie.

C’est donc que votre initiative est jugée positive. Et, pour lui donner plus de poids, on peut ajouter que le chemin de la Maison des Femmes se trouve au début de la pente qui conduit de la Place de la Reine Marguerite au Hédas. N’hésitez pas à vous y rendre !

  • > Thérèse AUCLAIR
    4 août 2009, par P. Auzat-Magne  

    .

    .

    Bonjour Filau Mène,

    Je sais que le verbe "entretenir" peut sembler douteux car il a plusieurs acceptations.

    Celle que j’ai choisie est la suivante :

    "a) [L’obj. désigne des rapports sociaux, souvent avec un compl. second. précisant le partenaire ou le lieu] Entretenir un commerce, des rapports suivis, des intelligences avec les ennemis, de bonnes relations avec ses collègues, ses voisins. Entretenir la désunion dans une famille (Ac. 1798-1932). Entretenir des relations écrites, ou verbales, par messagers, avec tel homme, ou telle femme (Proust, Fugit., 1922, p. 426). Cf. affable ex. 12 : 3. Véronique (...) disait peu de mots, mais entretenait une interminable conversation autour des paroles qu’elle daignait laisser s’en aller d’elle d’heure en heure, comme un envol de papillons phosphorescents. Jouhandeau, M. Godeau intime, 1926, p. 10.

    Pourquoi entretenir une personne au cours d’un entretien, simplement que je me refuse à utiliser "interview" (entrevu, in french).

    Ici, chez Alternatives Paloises, nous n’avons pas de correcteurs, et certaines fautes peuvent passer malgré une relecture, soit par inattention, soit par méconnaissance.

    Bon, les contradicteurs habituels ne sont pas venus ici, car la condition des femmes doit peu les intéresser. (en gros, leurs dadas sont la politique politicienne, les sous, la voiture, et éventuellement la pollution.)

    Quand nous lisons la réaction de certains visiteurs, il semble que l’invective, et l’agression verbale soit leur joujou favori.

    Il est à déplorer dans ce cas, de l’absence d’un modérateur en titre.

    C’est la faiblesse d’un forum sans contrôle.

    bien cordialement,

    .

    .

    P. AUZAT-MAGNE

    Pau, le 04 août 2009

    **********************

  • > Thérèse AUCLAIR
    4 août 2009, par Autochtone palois  

    C’est amusant de lire quelqu’un qui s’étale (vu la place que prend sa signature, c’est le mot qui me semble convenir) et qui étale sa pratique subtile du vocabulaire, sauf que, Monsieur P.AUZAT-MAGNE, vous vous êtes aussi étalé en écrivant :

    Je sais que le verbe "entretenir" peut sembler douteux car il a plusieurs acceptations.

    Parce qu’il eut été préférable d’écrire "acceptions" et non "acceptations". Mais bon, ce n’est pas grave, on pardonne. smiley

  • > "ACCEPTATION" au lieu "ACCEPTION", c’est à dire le contraire de "REFUSER"
    4 août 2009, par P. Auzat-Magne  

    .

    .

    Bonjour AUTOCHTONE PALOIS,

    Oui zut !

    Je vais me couper un membre.

    Merci de me rappeler, cela m’arrive de faire des fautes.

    "Que serais-je sans toi..." (air connu).

    Mais dans ce cas précis, j’ai utilisé volontairement "ACCEPTATION" au lieu "ACCEPTION", c’est à dire le contraire de "REFUSER" car dans ma caboche, je refuse l’utilisation, si je le peux de "INTERVIEW" ou "INTERVIEWER".

    Je pense que j’aurais dû mettre "acceptations" entre parenthèse afin de montrer aux fins lettrés qui m’entourent que je faisais une utilisation particulière du mot.

    Plus loin, je me cite :

    [...] simplement que je me refuse à utiliser "interview" (entrevu, in french).

    Donc l’éloignement de la première phrase et de la seconde a certainement fait ripper l’attention du lecteur.

    .

    .

    parlons peu mais parlons bien :

    J’ai l’impression que "AUTOCHTONE PALOIS" comprend 16 lettres

    et 11 lettres pour P AUZAT-MAGNE

    Qui s’étale Alain ?

    Il est bien facile de condamner.

    Ne venez pas me parler du nom en haut et en bas, je n’arrive pas à enlever celui d’en haut. Et en fait, cela n’a pas plus d’importance que cela.

    Merci tout de même pour le français, cela aidera ceux qui prennent le temps de nous lire, donc la remarque n’est pas vaine. Cela peut toujours servir.

    cordialement,

    .

    .

    P. AUZAT-MAGNE Pau, le 04 août 2009

    **************************************

  • > Thérèse AUCLAIR
    5 août 2009, par le coq  
    coup de gueule

    Sabre au clair - C’"est bien parce qu’il y a "des culs pincés" de la langue française qu’il y a aussi peu de résultats et autant de problèmes ! Sincèrement votre cul-ture d’intellos dépassés nous fout des boutons. Essayez de trouver des solutions à la crise au lieu d’aller acheter vos légumes "bio" que vous ne savez pas cuisiner. Et quand au reste ils doivent encore baiser avec deux préservatifs...le premier pour la protection , le deuxième pour la chaleur ! merde alors quel monde d’aquarelles.

  • > Thérèse AUCLAIR
    10 mars 2009, par cordebrume  
    TROP BAVARDES

    A lire le nombre de commentaires quand on leur donne la parole..."ce doit être UN COMBAT DANS L’OMBRE"...

  • > Thérèse AUCLAIR
    4 août 2009, par le coq  
    bizarre bizarre, mais es qualité de cordebrume je n’ai pas souvenance d’avoir fait une telle intervention....

  • > Thérèse AUCLAIR
    4 août 2009, par le coq  
    Ok autant en emporte le vent...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Nathalie Chabanne
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises