Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Si Total m’était « compté »

lundi 16 février 2009 par Arnau Calatayud


Il est des contes qui font rêver et d’autres comptes qui font envie. Avec près de 14 milliards d’euros, Total, champion français toute catégorie du bénéfice, se voit de nouveau attaqué de toute part.

A chaque fin d’exercice comptable, au moment de dévoiler ses résultats, la société Total connaît des heures difficiles. Loin de féliciter notre champion industriel pour ses bons résultats, on en viendrait presque à lui reprocher sa réussite, à croire que celle-ci est frappée du sceau de l’infamie. Pas de fierté nationale donc mais bel et bien une litanie de reproches quant à cette cagnotte qui -combien de fois l’a-t-on entendu- doit impérativement être redistribuée au mépris des statuts régissant cette société de droit privé. Certains vont même jusqu’à nous expliquer que Total a su profiter de la hausse du prix du pétrole et que, par conséquent, il est tout à fait naturel que cette multinationale renvoie l’ascenseur. Certes, il est vrai que Total, au même titre que toutes les autres compagnies du secteur, a vu ses bénéfices augmenter du fait de la flambée des cours du brut mais, ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que la filière distribution ne rapporte rien ou si peu à l’entreprise au regard de ses autres activités ; l’exploration-production en particulier qui est son cœur de métier. D’autre part, concernant le prix de l’essence à la pompe, il serait plus judicieux de se tourner vers l’état car celui-ci empoche près de 80% du montant du carburant vendu sous forme de taxe, la TIPP. Cette dernière n’étant pas flottante mais fixe, la baisse des prix dans les stations service ne suit pas l’amplitude de la baisse du brut au niveau international ; par contre, elle colle de très près toutes les augmentations.

Une entreprise responsable et solidaire ?

A ne voir Total que par le prisme des super bénéfices et des catastrophes comme AZF ou l’Erika, on en oublierait le rôle crucial que joue cette entreprise en tant qu’entité solidaire et responsable. Car enfin, qui sait quoi de l’implication de cette société dans le tissu économique régional et dans les différentes actions qu’elle mène afin de dynamiser nos territoires et en particulier l’Aquitaine ? A l’évidence, peu de gens tant ce groupe voit  son image mise à mal par les médias et les politiques qui ont bien sûr tous leur petite idée sur la manière de dépenser de l’argent qui ne leur appartient pas ; mais évidemment, ils n’ont aucune arrière pensée d’ordre personnel, il s’agit là d’une posture morale...Pourtant Total, et Elf auparavant, ont joué un rôle déterminant pour nos PME , la création d’emplois ainsi que pour le maintien de ces derniers. Un peu d’histoire pour mieux comprendre : en 1978, Elf crée la SOFREA afin de soutenir l’emploi sur Lacq et en 1981, elle met en place le plan Grand Sud Ouest dans le but de remédier à la sous- industrialisation de ce territoire. A l’époque, cette entreprise nationalisée était en quelque sorte le bras armé du gouvernement en matière d’industrialisation pour des régions dépourvues d’un tel tissu économique. Aujourd’hui, au travers de ses deux entités que sont TDR SA et TDR association (Total Développement Régional), le groupe œuvre partout en France pour soutenir nos PME, véritables poumons économiques de notre pays. Ainsi, ce ne sont pas moins de 2 500 entreprises qui ont été soutenues -500 pour les Pyrénées Atlantiques- 45 000 emplois créés ou sauvegardés dont 13 000 pour notre département et enfin 430 millions d’euros de prêts sans intérêt, le 64 ayant bénéficié à lui seul de 140 millions. Et l’aide apportée aux entreprises ne s’arrête pas là car TDR s’implique aussi dans l’accompagnement à l’export, l’assistance technologique et la diffusion d’un savoir-faire unique à destination des PME qui en font la demande dès lors que les effectifs ne dépassent 250 salariés et que leur domaine d’action est à caractère industriel. On pourrait dans la même veine évoquer le mécénat et les versements effectués au profit des clubs sportifs, des activités culturelles... Disons-le franchement, Total est une véritable manne pour les communes dans lesquelles la société est implantée. Pour Pau et la CDA, cela représente des millions. Pour ne citer qu’un exemple à la marge, la ville de Billères perçoit plus de 250 000 euros par an au titre de la taxe professionnelle auquel s’ajoutent de substantielles aides au club de handball. Pour autant, Billères n’a pas de caractère stratégique pour la multinationale, au contraire de Lacq où l’entreprise s’attelle à maintenir l’activité en subventionnant par exemple une pépinière d’entreprise.

Pour notre région, la présence de ce géant des hydrocarbures représente un apport financier conséquent, plus d’emplois et d’entreprises et au final, plus d’impôts pour les collectivités. Pour la France dans son ensemble, il en va de même car il n’est pas inutile de rappeler qu’en 2007, les bénéfices « déjà » records de 13 milliards d’euros avaient donné lieu au versement de 13 milliards dû au titre de l’IS, l’impôt sur les sociétés. On le voit, les retombées, y compris en matière d’infrastructures, sont très importantes et Total sera d’ailleurs l’une des sociétés qui embauchera le plus en 2009 avec près de 10 000 postes à pourvoir. Tout cela ferait bien défaut si Total se mettait à compter.

- par Arnau CALATAYUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



>Total solidaire ?
20 avril 2009, par P..  

Total, une entreprise solidaire ? Je m’en tiens à ce qui est énoncé dans l’article et dans les commentaires. Total serait donc une entreprise solidaire pour la France (et les français), et il est évident que Total a un rôle important (localement an Aquitaine, et sur tt le territoire français) vu le nombre d’employés de cette firme. Qu’elle réussisse et ait un bilan financier bénéficiaire, tant mieux. Néanmoins elle pourrait être plus solidaire avec tous les pays (et leur population surtout) dans lesquels elle exploite (et revend ensuite !), non ? En effet, la plupart de ceux qui y travaillent sont des français expatriés, qui vivent bien, et qui semblent avoir plutôt les moyens/un bon salaire (et autres avantages). On ne va pas reprocher à Total de bien payer ses employés. En revanche, on peut lui reprocher de ne pas reverser suffisamment (ou mettre des choses en place pour améliorer la vie) aux populations des pays qu’elle exploite. La situation actuelle est complètement injuste et inadmissible. Apparemment pas suffisamment pour que des règles soient fixées par les instances internationales...

  • > Total solidaire ?
    20 avril 2009  
    Vous ne prenez pas en compte les impôts versés dans les pays "hôtes" par TOTAL et par ces Français expatriés ; simple oubli ? Car, et c’est normal, l’impôt sur les sociétés (jusqu’à 90% du bénef !) et les impôts des expatriés calculés sur leurs salaires et avantages sont payés localement

  • > Si Total m’était « compté »
    11 mars 2009  

    Il y a quelques semaines, M. Calatayud, sans doute mandaté par les services de communication de TOTAL, nous avait livré une grande plaidoirie pour nous expliquer à quel point TOTAL était soucieux du développement local.

    La diatribe de M. Calatayud, bien inspiré, se terminait par : "Total sera d’ailleurs l’une des sociétés qui embauchera le plus en 2009 avec près de 10 000 postes à pourvoir. Tout cela ferait bien défaut si Total se mettait à compter".

    Eh bien, il semble que TOTAL se soit mis à compter. On apprend aujourd’hui que la firme aux 14 milliards de bénéfice veut supprimer plusieurs centaines d’emplois en France, y compris dans les Pyrénées Atlantiques.

    Qu’en pense M. Calatayud ?

  • > Si Total m’était « compté »
    11 mars 2009  

    " si Total se mettait à compter"

    c’est d’ailleurs une remarque totalement ...... smiley ........ comme si Total ne comptait pas, embauchait au pif smiley c’est journaliste, ça ?? smiley

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009  

    "Pour ne citer qu’un exemple à la marge, la ville de Billères perçoit plus de 250 000 euros par an au titre de la taxe professionnelle "

    Mais qu’est-ce que vous racontez ??? Billère, pas plus qu’aucune autre commune de l’agglomération paloise, ne perçoit pas la taxe professionnelle ! Et pour cause puisque c’est la CDAPP qui la perçoit.

    Le nombre d’approximations que vous (M Catalayud) faites dans vos articles est assez effrayant. Et du coup c’est à se demander quel crédit accorder à tout ce que vous écrivez...

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009  
    et c’est ensuite reversé au prorata du nombre d’entreprises présentes sur une commune donnée

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  
    Une précision : la TP aimente bien les caisses des communes de France. Losqu’il existe une communauté d’agglomération comme à Pau, la TP transite par celle-ci et revient vers la commune qui aurait dû en bénéficier sous forme de lignes de crédit pour des projets d’investissement dans les infrastructures. La modulation, ou principe de solidarité entre les communes, peut avoir pour conséquence un reversement moindre. Donc, dans le cas de Billères, il se peut que le retour sous forme de projets ne corresponde pas au montant initial versé par une entreprise x, mais il peut aussi être supérieur.

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  

    ceux qui prétendent que la CDAPP reverse la TP aux communes vont devoir expliquer une chose :

    comment la CDAPP est-elle financée, vu que la TP est son unique ressource fiscale ?

  • > Si Total m’était « compté »
    22 février 2009  
    a oui les pauvres chez total et les pauvres ceux qui profitent de tous le pillage des peuples africains et autres qui crèvent alors que la cantine de total est un 4 étoiles... Les pauvres qui touchent des primes déjà allicinantes par rapport aux salariés des petites PME dont tout le monde se fout. Total menace de licencier et tout Pau est dans la rue. Des tas de salariés sont virés tous les jours à Pau et Pau s’en fout ! Vous fermez les yeux et bénissez le dieu total, et son fric, le fric qu’il emmène à la région, peu importe de l’envers du décors (birmanie ..etc.). C’est tellement plus facile de se bander les yeux ! Après tout personne est responsable, non ?

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par RhB  

    De légères corrections sur le niveau d’impôt sur les sociétés réglé par Total en France :
    -  le taux courant d’I.S. s’élève à 33%, non à 50%.
    -  du fait de son assujettissement au régime dérogatoire de l’impôt mondial consolidé, qui permet à Total (comme à d’autres groupes français) de déduire de son I.S. tout ou partie de celui réglé dans les différents pays où il est imposé, le montant effectivement payé en France est plus près d’1 à 2 milliards d’euros que de 13.

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009, par Marc  
    La vérité, contrairement aux mensonges grossiers répandus par Mr. Calatayud, est que non seulement TOTAL ne paye pas d’impôt sur les bénéfices en France mais qu’il jouit d’un crédit d’impôt ! Avec de tels arrangements TOTAL peut effectivement se permettre quelques oeuvres sociales...

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009  
    Quand on ne sait de quoi il sagit... Monsieur Marc il s’agit simplement de rapatrier les bénéfices de Total en France (sans les imposer une 2ème fois quand même puisque l’impôt est déjà payé par Total dans chacun de ses pays d’activité). Si vous pensez qu’il serait plus "moral" de demander à Total de laisser ses bénéfices dans les pays d’origine, dites-le clairement. Mais alors, vous ne vous étonnerez pas que les chercheurs de Total-Pau soient mutés dans des centres de recherche situés à l’étranger

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009, par Marc  

    N’importe quoi cher ami de TOTAL.

    C’est vous qui manifestement récitez une leçon à laquelle vous n’avez rien compris.

    1. Le papier signé "Calatayud" affirme que TOTAL a payé 13 milliards en 2007 au titre de l’impôt sur les sociétés. J’affirme que c’est faux et que TOTAL en 2007 comme lors des années précédentes n’a rien payé au titre de l’IS. Point à la ligne.

    2. Il est normal que TOTAL paye des impôts dans les pays ou il exerce ses activités. Cela n’a rien à voir avec le sujet de ma réaction.

    3. "Rapatriement des bénéfices en France" ??? De quoi parlez vous ??? Cher Monsieur, TOTAL est une multinationale qui répartit ses bénéfices en fonction de sa stratégie d’entreprise ... Effectivement, et c’st tout à fait normal, une grande partie des bénéfices est réinvesti à l’étranger dans les pays de production.

    3. Puisque la fiscalité de TOTAL est si transparente, demandez donc à vos amis de TOTAL de publier en même temps que leurs comptes annuels le détail des impôts payés par la société (ce que bien entendu les dirigeants de TOTAL refusent absolument).

    Bien à vous Monsieur je sais tout.

  • > Si Total m’était « compté »
    17 février 2009  

    Total "maison-mère" consolide ses impôts en France. Erreur puisque les bonnes âmes n’aiment pas les sociétés bénéficiaires.

    Où est le bon temps des Charbonnages de France déficitaires, la Régie Renault d’avant Schweitzer déficitaire, les Sociétés nationales de constructions aéronautiques déficitaires, Air France déficitaire, les Mines Domaniales déficitaire, et même un b... confisqué à un trafiquant devenu déficitaire sous la conduite d’un fonctionnaire probablement mauvais connaisseur. Heureusement nous avons encore la SNCF pour honorer la tradition française du déficit sacralisé (bien que la SNCF , après avoir touché la subvention d’Etat, claironne avoir fait un bénéfice), la SN Corse Méditeranée toujours déficitaire

    Total ferait mieux d’aller à Amsterdam et d’y déclarer ses 14 milliards puisque c’est ce qu’attendent ceux qui dénigrent une gestion efficace permettant de conserver une place sur le marché mondial.

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par scrogneugneu  

    Faisons un cauchemar !

    Total perd de l’argent et le site de PAU est menacé de fermeture . Que ne verrait-on pas les mêmes pourfendeurs du capitalisme ( tendance Le Postier ) descendre dans la rue en criant "sauvons nos emplois, sauvons l’économie de la ville".

    Pour l’instant ce n’est qu’un cauchemar.

    > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par Marc  

    Je croyais qu’Alternatives Paloises était indépendant. Pourquoi publiez vous un "article" qui s’apparente à du publi-reportage et semble directement écrit par le service communication de TOTAL ?

    Rien n’a changé depuis 25 ans !
    16 février 2009, par Ferdi  

    Je me souviens que quand j’ai été engagé chez ELF en 1982, un grand directeur m’avait demandé, à ma grande surprise, si ça ne me gênait pas d’entrer dans une société qui gagnait beaucoup d’argent ! Je lui avais répondu que, au contraire, j’en étais très content car cela lui donnait l’occasion d’embaucher ! Déjà à l’époque, ce même complexe existait, même chez les dirigeants d’ELF. Dans quelle société vivons-nous qui jalouse ceux qui réussissent ?

  • > Rien n’a changé depuis 25 ans !
    16 février 2009, par poil à gratter  
    A l’époque (82) si ma mémoire ne fait pas défaut ce n’était pas ELF mais SNEA(P), nationalisée à 51% !( ?)

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par DOUDOU  
    SI TOTAL M’ETAIT COMPTE

    Je ne peux que féliciter la personne qui m a dévancée car c’et tout ce que je pense moi aussi en FRANCE dès que les tetes dépassent on a l habitude depuis la révolution de les couper c’est vraiment effarant de voir que nous ne sommes pas capables d admettre que la diversité de doit pas seulement etre dans la génétique mais aussi dans les coeurs. Critiquez c’est très bien mais la critique est aisée mais l art est difficile si TOTAL fait des bénéfices on devrait dire tant mieux pour le pays et non pas dire que c’est abominable et qu il devrait donner ces bénefices a des gens qui ont les pattes palméees et qui ne foutent rien de leurs dix doigts. Dans la vie si on veut avoir de l argent il faut travailler non pas comme des fonctionnaires mais bien comme des privés qui sont en sursis dans leures usines. Messieurs soyez modestes et retroussez vous les manches au lieu de brailler comme des cerfs dans des manifestations manipulées par des syndicats qui ne représentent que 8% de la population.

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par Alain64  
    Contrairement à ce que l’on entend partout Total participe à la solidarité nationale, via TDR et l’impôt conséquent sur les sociétés, bien que la plus grande part de ses bénéfices se fasse à l’étranger. Maintenant il reste à l’Etat de faire le partage et chacun peut voir dans quel sens est fait ce partage.... Quand à Doudou, arrêtez avec cette apparence de syndicats non représentatifs, si vous preniez en compte le nombre d’adhérents à l’UMP ou au PS que diriez vous de leur légitimité à representer le peuple français ? On peut adhérer aux idées sans sentir le besoin de prendre une carte.

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009  
    arrêtez avec cette apparence de syndicats non représentatifs, si vous preniez en compte le nombre d’adhérents à l’UMP ou au PS que diriez vous de leur légitimité à representer le peuple français ?
    Ah, mais ! Personne n’a jamais dit qu’ils le représentaient ! Et ils ne le disent pas eux-mêmes ! Seul le Parlement nous représente ! Et le nombre de votants n’est pas exactement le même...

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par cordebrume  
    RAPPEL

    Il faut arrêter de parler pour le plaisir de s’entendre parler...art très répandu en Béarn et chez les politiques surtout quand ils sont SANS POUVOIR. Tous les ans vous alimentez la presse avec les résultats de Total. A une époque il y avait ELF A PAU il n’y avait que des polémiques, des attaques sur tous les plans, des mêmes personnes qui aujourd’hui demandent des SOUS. Pourtant il fallait "tuer ELF" à cause des magouilles ! Maintenant tout se passe HORS DE FRANCE et les "grenouilles manquent d’eau" et nous avons gagné le désert industriel. BRAVO mais ils ne sont pas responsables, ils défendaient les droits des salariés...bien sûr. Bande de ....

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009  
    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. ... En cette période de crise Total ne devrait-il pas reverser une grosse partie de ses bénéfices à l’ensemble de la collectivité par solidarité ? Les salariés bien pensant de cette firme seraient-ils d’accord pour être un peu moins privilégiés et partager leur "richesse" avec tous ceux qui sont en détresse ?

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par Ferdi  
    Votre raisonnement est absurde. Ne croyez-vous pas que ces salariés font vivre toute la région ? L’argent qu’ils gagnent, ils le dépensent !

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009, par lafitole  
    en étant d’un pragmatisme total (pragmatisme étant fort à la mode par les temps qui courent), on pourrait dire que le partage des richesses se fait implicitement par le biais d’une consommation locale et régionale. Mais le problème de cette distribution qu’en l’état actuel des choses on ne peut imposer pose celui, plus général, des limites du modèle capitalistique actuel qui accroit tous les jours l’écart type salarial, menant ainsi le pays sur la voie d’un sous développement qui, dit comme ça, peut faire ricaner, mais qui est en train de devenir une réalité. Les richesses de Total ont également contribué à faire de la région paloise une zone particulièrement chère sur le plan foncier, ne permettant pas aux jeunes d’acquérir un terrain ou un bien à moins de 20 km de Pau. Quelles solutions à ça ? la gauche ne propose pas grand chose, ou alors, j’entends très mal. Sous le fallacieux prétexte qu’il nous est désormais impossible de lutter contre l’Europe des traités de Nice et de Lisbonne, le laisser faire est de mise. Et lorsqu’on voit à quelles priorités s’astreint un parlement européen qui vote à la va vite un soutien à l’Italie dans le dossier Battisti, on ne peut qu’être raisonnablement pessimiste sur l’attitude de l’Union Européenne en matière de régulation économique. Et encore n’ai-je pas abordé le rôle trouble de Total en Birmanie et dans d’autres contrées dont on ne parle que très peu... Donc, pour en finir, les profits monstrueux de Total ne doivent pas perturber et ne souffrent d’aucune discussion dans l’économie de marché débridée que nos dirigeants successifs ont mis en place. C’est par les urnes que le problème de la répartition se règlera. Et les prochaines échéances européennes pourraient constituer une première alerte si ce qu’on peut encore appeler la Gauche parvient à faire entendre sa voix, si toutefois elle en oublie la personnalisation à outrance qui a pourri ses dernières prestations, indignes de l’élan provoqué à l’occasion du référendum sur, justement, le projet de constitution européenne. Bis repetita placent ?

  • > Si Total m’était « compté »
    16 février 2009  

    Total n’appartient plus aux Français, puisque ce sont des actionnaires étrangers qui l’ont racheté à 80%. Le jour où ceux-ci décideront d’installer le siège de Total à Londres ou Amsterdam, et d’y payer les impôts vous n’aurez qu’à le regretter. Il restera à Pau quoi et qui ?

    Vous feriez mieux de manifester pour que Total continue à ramener tous ses bénéfices en France, ce qui est pour Total un choix fait par son actuelle drection et de moins en moins une obligation

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009, par neca  

    Les salariés bien pensant de cette firme seraient-ils d’accord pour être un peu moins privilégiés et partager leur "richesse" avec tous ceux qui sont en détresse ?

    De quelle "richesse" parlez-vous ??? Moi, en tout cas, petit employé de base de Total (Snea(P) Elf, etc... )depuis 25 ans, à part une prime de 1500 euros en janvier (ah, oui, une prime, tu vois bien, ils touchent quelque chose !) je ne perçois AUCUNE RICHESSE, sauf effectivement celle d’avoir un travail et de dépenser mon argent dans la région et/ou ailleurs. Est-ce vraiment criminel ? Devrais-je en avoir honte et me mettre à travailler moins, ou moins vite, voire même plus mal ????? Drôle de pays où celui qui réussit est forcément louche, tricheur, menteur....mais un peu travailleur, non ?

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  
    Les salariés bien pensant de cette firme seraient-ils d’accord pour être un peu moins privilégiés et partager leur "richesse" avec tous ceux qui sont en détresse ?
    Mais ça veut dire quoi, ça ? smiley vous connaissez Tous les salariés de Total ? et ce sont des privilégiés bien pensant ? smiley

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  

    @neca : il est idiot de reprocher aux salariés de Total d’avoir leur (toute petite) part du gâteau, mais faut pas faire pleurer dans les chaumières non plus. Bien sûr que vous percevez une part des richesses de l’entreprise, et c’est bien normal.

    Dans votre description vous oubliez les primes d’intéressement qui ces dernières années se montent à 1 mois et 1/2 de salaire, les souscriptions d’actions Total réservées aux salariés avec un rabais de 20%, les placements "abondés" dans le plan d’épargne d’entreprise (vous placez 1000€ et Total en rajoute 1000€ pour vous), les activités et voyages ultrasubventionnés par le CE pour toute la famille, les équipements sportifs privés du stade blanchard à Pau, etc...

    Encore une fois il ne s’agit pas de montrer du doigt et désigner quiconque à la vindicte, mais faut quand même reconnaître honnêtement que la situation matérielle d’un salarié Total n’est pas la pire qui soit, loin de là.

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  
    Mais vous devriez plutôt exiger que toutes les entreprises soient aussi performantes (et généreuses avec le personnel) que TOTAL ! Et pourquoi vous contentez-vous de votre poste plan-plan à Pau quand il y a de l’embauche (Angola, Iran, bientôt Irak, Bolivie, Indonésie, Syrie) et des salaires probablement en rapport avec vos ambitions. Alors vérifiez que vous êtes à jour de toutes les vaccinations et en avant !

  • > Si Total m’était « compté »
    18 février 2009  

    Total tire 94% de ses bénéfices de l’étranger.

    Alors ce serait moral que 6% aillent aux Français et les autres 94% à un fonds d’aide aux pays pauvres géré par (donnez SVP votre préférence)

    les Nations Unies, José Bové, Rika Zaraï, Aid, la Croix Rouge , GreenPeace, D Strauss Kahn, la section SNE Sup de l’UPPA, Nelson Mandela, le professeur Jacquard, Guy Bedos, le facteur Besancenot

  • > Si Total m’était « compté »
    24 février 2009, par neca  
    Richesse....

    Je reposte (déjà posté la semaine dernière). Je fais partie, depuis plus de 20 ans des "salariés bien pensant ...privilégiés... qui doivent partager leur "richesse"...

    En effet, mon salaire (de petit employée) est supérieur au salaire moyen de la région, mais pour ce qui est de la richesse, soyons clairs : une prime de 1500 euros au mois de janvier 09 versée avant communication des résultats, et identique à celle de janvier 2008, d’ailleurs... pas de stock options.d’ailleurs les actions se cassent la figure...

    L’argent que je gagne, je le dépense, bien évidemment, essentiellement dans la région, comme ceux qui bossent chez Turboméca, Examéca, etc....vous connaissez, non ????

    J’ai travaillé ailleurs, auparavant, en particulier dans les Impôts, dont je ne vois aucun commentaire de fonctionnaire (quid des primes qui font un 13ème ou 14ème mois ????)

    Faut-il avoir honte de travailler, et j’insiste sur le mot travailler, et non pas "buller" dans une société qui marche ???? Si elle dépérissait, serait-ce les mêmes qu’on accuserait ?

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    France - Exporter : l’urgence nationale
    Séparation ?
    UPPA - Ouï à l’I.A.E.
    Un accord historique
    Laurence Parisot et le Medef pour la fin de l’acier en France ?
    Soficar : Un monument du territoire
    Les faiseurs d’affaires
    Un appel de l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole
    Grand Pau - "Et le chômage, bordel !"
    Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    Coup de fourchette : Les « Maîtres Restaurateurs en Béarn et Soule »
    L’Argentine n’est pas la Grèce
    Crise économique : L’exemple argentin
    Compétitivité des entreprises à Pau : les conséquences d’Idélis
    T.V.A. et T.N.T.
    Energie peu chère, c’est fini !
    L’homéopathie peut-elle soigner la France ?
    TVA et Traviata
    Rigueur et rigueur
    Des Européens bien naïfs



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises