Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

En coup de vent !

lundi 26 janvier 2009 par AK Pô


Il suffit de peu de temps pour basculer d’un état de crainte à un état de siège. Avons-nous encore dix ans devant nous pour réagir et ne plus tant subir ? Heureusement, nous sommes en Europe, donc organisés. Réchauffons nos cervelles et tempérons le climat. Demain, avec deux bras construire un seul destin.

Le coup de vent passa si près que le béret tomba, roula et fut emporté jusqu’en Méditerranée. Si l’on sait que le béarnais est plus un drôle d’oiseau qu’un indien (les indiens, pour se diriger, suivent les flèches), on peut légitimement douter de sa capacité à récupérer son couvre-chef dans la journée, donc de son retour pour le repas du soir.

Ce qui rajoutera, destinée aux enfants, une part de galette parisienne à la table familiale privée de son chef. Est-ce dire du mal que de supputer l’idée que, pour rechercher son galure, le béarnais se dirigera vers les montagnes, sûr de son fait : seules les Pyrénées peuvent faire obstacle à l’envolée de son béret, comme des cyprès, bouleaux, peupliers, pins et autres arbres à racines rampantes.

Sous le déluge qui accompagne les fortes intempéries, notre homme prendra comme moyen de locomotion un cheval, l’électricité étant coupée, il n’aura pas le choix. La voiture électrique, qui était en charge dans le garage (à coté du congélateur, du radiateur à bain d’huile, de la radio-télé, et du ballon d’eau chaude) lui fera défaut, sans parler des machines à café, des pompes à finances, des distributeurs de billets et de l’éclairage urbain (on a déjà vu se balancer des bérets, accrochés en haut des candélabres, en 1999).

Sur son fougueux destrier, il prendra la route du Pourtalet et changera de monture à Arudy. Arrivé à Laruns, il fera demi-tour : la route sera coupée (à hauteur de la centrale SHEM). Le vent le poussera délicatement en haut de Louvie-Juzon et il gagnera Nay, où le musée sera fermé pour cause d’éventaire.

Il ne pourra donc, ainsi que cela se pratique chez les pécheurs, rentrer chez lui en exhibant un béret qu’il dira avoir récupéré et qui ne sera pas l’original (d’autant que son tour de tête aura augmenté, avec le stress).

Le cheval, comme le cavalier, seront épuisés de cet infernal jumping entre les troncs, les palissades métalliques, les rivières en crue.

Alors, découragé, montera en lui la chanson de Prévert, "la chasse à la baleine", "la mer était mauvaise mais la soupe était bonne"...Puis, ayant rapporté le cheval aux haras de Gelos, le coeur gros il remontera la rue du XIV juillet, songera un instant à franchir le parapet du pont, regardera les eaux grossies et tumultueuses du gave.

C’est là, précisément, que je le croiserai et lui dirai :

"-Béarnais, il ne faut jamais désespérer d’une situation, ni n’oublier cette réalité fondamentale : dans les chapeaux de magicien se cachent toujours des lapins blancs, tu le sais. Eh bien, dans les bérets, sont nichés des pigeons voyageurs. Or, sache une chose : un pigeon voyageur peut faire dans la journée six cents kilomètres. Tu le déposes à Perpignan, il revient sur ta tête avant le repas du soir. N’est-ce pas présentement le cas ? Rentre chez toi et, avant même d’avoir franchi le seuil, ton béret te couvrira le crâne."

L’homme me regardera avec des yeux ronds, me prendra certainement pour un Etranger un peu typhonné, mais baste ! Du coin de l’oeil, j’observerai le pigeon sur la flèche de l’église Saint Martin, tenant dans son bec un béret. Quant au béarnais, en me quittant, il dira simplement : "pourvu qu’ils n’aient pas mangé toute la galette."

Alors, d’un coup de vent, le béret restera et l’homme s’envolera.


 - par A. K. Pô
 Nota bene : merci au président local du cercle colombophile (j’y reviendrai), à Pau.  

 25 01 09


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> En coup de vent !
26 janvier 2009, par Cordebrume  
SDF

Le BEARNAIS en vous lisant dira certainement : "un coup de vent qui ne nous a pas amené UNE LUMIERE ".

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Offre d’emploi
Alexandre - Il n’y a pas de mot
Je suis partout... un media à part
La boussole des politiques : Le pouvoir
Habemus Papam !
Réformer la France : Un travail de Titan
Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
Jaurès, m’entends-tu ?
Le couple Algérie France
Déjà demain !
Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
Noël en famille
Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
Les Français sont-ils des ânes ?
Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
Les terriens n’ont rien compris



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises