Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Dans le Sud-Ouest, à part les barrages, rien de nouveau !

lundi 19 janvier 2009 par Xavier Bouchet


Toujours plus d’eau pour le maïs, toujours moins de rivières sauvages et libres ! Ici, on cultive l’art d’intensifier le massacre des rivières pyrénéennes « dans le respect de l’environnement ».

Le barrage du Gabas, en service depuis 2 ans, devait régler le problème du « déficit » en eau dans le bassin de l’Adour. Mais rien n’y fait ! L’océan de maïs, prétendument adapté au climat ne saurait se contenter des pluies estivales ni des dizaines de retenues de réalimentation, ni des milliers de retenues collinaires, omniprésentes dans la région.

Reste-il une petite rivière indemne ? Un tronçon non équipé ? On ne va quand même pas laisser à la sauvagerie cette eau trop prompte à aller « se perdre dans la mer ». Non, cela est trop insupportable. Nos bâtisseurs de barrages veillent à ce que cette offense d’une Nature ingrate à la techno science hydraulicienne ne puisse perdurer !

Les projets de stockages, indûment mais plus plaisamment baptisés « créations de ressource » se multiplient. Et l’on ressort des cartons les projets stoppés par d’obscures résistances ou un débat public défavorable, comme le barrage géant de Charlas qui, astucieuse trouvaille d’ingénieurs plombiers destinée à pomper l’eau de la Garonne en hiver pour la stocker dans une vallée voisine, n’a pas fini de faire parler de lui.

Et, dans le bassin de l’Adour, l’Ousse, retardé par les opposants mais inlassablement relancé, le Bahus, Corneillan, Cannet, la Barne. Combien d’autres encore ? Que restera-il de nos belles rivières dans quelques années ? Une succession de bassines croupissantes, concentré de pollution agrochimique, tuyauteries mortes et sans âme.

Il va encore falloir lutter, mobiliser localement mais aussi trouver des soutiens au-delà de notre région, « trop » préservée dans le passé et qui tarde à prendre conscience de la gravité de la situation. Pour l’Eau Vivante, pour la Vie, tout simplement.


- par Xavier Bouchet
Animateur du Collectif Adour Eau Transparente

***************************************
Annonce

Dans le cadre de la Journée Mondiale des Zones Humides et des Conférences de la Maison de la Nature et de l’Environnement de Pau, conférences-débats :

Les impacts des barrages et de l’hydroélectricité sur les rivières et les zones humides

Réagir aux nouveaux projets de barrages-réservoirs dans le bassin de l’Adour
Le 31 janvier 2009 (14 h - 18 h) au Complexe de la République (salle 705) à PAU

Documents et programme en ligne à :



[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Dans le Sud-Ouest, à part les barrages, rien de nouveau !
20 janvier 2009, par georges2  

Voilà un bon article, réaliste, convaincant et qui devrait faire réfléchir,non pas les producteurs à "tout prix", mais le simple consommateur d’eau, c’est-à-dire nous tous, car toute cette eau kidnappée à nos rivières, polluée par les herbicides, les pesticides, le round up ,depuis les autorisations données des cultures d’OGM, se retrouve dans les nappes phréatiques et donc dans nos feuilles d’impôts car il faut décontaminer mais on en retrouve quand même dans nos verres car on ne peut pas tout éliminer, il y a ce qu’on appelle des seuils de tolérance et de ce côté là, on est très tolérant !!! "Un verre ça va, deux verres bonjour les dégâts" En effet, dans ces seuils, on ne tient pas compte de l’effet d’accumulation ! Comme cette eau d’irrigation est destinée, de plus en plus, à faire de l’agrocarburant, on profitera aussi du C02 dégagé pour la fabrication, la commercialisation et la consommation par nos voitures. L’agriculture soit disant pour lutter contre la faim dans le monde, peut en cacher bien d’autres ! Merci Xavier.

  • > Dans le Sud-Ouest, à part les barrages, rien de nouveau !
    24 janvier 2009, par Xavier  
    La MNE de Pau

    Merci à toi Georges2, Le consommateur d’eau, en plus, ne paye pas que la dépollution. À travers sa facture, il finance 80% du budget de l’Agence de l’Eau, sensé financer la reconquête de la qualité de la ressource en eau, mais qui, comble de "l’ironie" finance des ouvrages (Gabas, par exemple) qui vont conforter un modèle agricole productiviste polluant ! Et ce sont des intérêts particuliers (privés) qui sont financés par la collectivité (contribuables et consommateurs) pour développer une activité non-durable et mortifère. Comme le dirait Pedro Arrojo (prix Goldman 2003) c’est "l’eau business" qui ponctionne les subsides destinés à (et en grande partie issus de) "l’eau sociale" et de "l’eau vitale" !

    Simplement scandaleux !

    Mais beaucoup de gens préfèrent ne pas savoir. Comme je le constatais il y a quelques jour, alors que la station de lavage de bagnoles du supermarché de Garlin débordait et que les détergents s’écoulait dans les caniveaux, je demandais : "mais où pensez-vous que va cette... "eau" polluée ?" La "réponse" ? "On ne sait pas" et on ne semble pas vouloir se poser la question ! Lorsque je réponds "tout ça va directement dans la rivière voisine via le réseau d’eaux pluviales" vos interlocuteurs interloqués et incrédules n’en reviennent pas. Manifestement ils vont rapidement effacer cette information de leur mémoire. Il est tellement plus commode de ne pas y penser ou de se raconter des fables de miraculeuses technologies épuratoires...

    Vive l’inconscience... Et la fausse Science !

  • > Dans le Sud-Ouest, à part les barrages, rien de nouveau !
    24 janvier 2009, par georges2  

    A méditer aussi :

    « Le monde est dangereux à vivre. Non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » C’est une citation d’Einstein que l’on ne peut pas accuser de fausse science.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Un sociologue et l’occitan
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises