Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

L’édito : Pogrom sur Gaza ?

mardi 6 janvier 2009 par Bernard Boutin


L’armée israélienne est donc rentrée à Gaza et les Médias sont tenu à l’extérieur pour ne pas couvrir l’information.

Pogrom sur Gaza  ? Le titre est dur. Inexact au sens étymologique du terme. Deux définitions de pogrom retrouvées sur le net :

- Soulèvement, émeute contre les Juifs, au cours desquels ont lieu des pillages, des meurtres, etc... (MEDIADICO)

- D’origine russe, погром, il désigne un assaut, avec pillage et meurtres, d’une partie de la population contre une autre. Il désigne des actions violentes préméditées, menées à l’instigation des tsars par la police, avec l’aide de populations locales contre les communautés juives d’Europe. (extraits WIKIPEDIA)

Ce sont bien les “juifs” d’Europe de l’Est qui ont fait l’objet pendant des siècles de “pogroms”. Auraient-ils si bien appris la leçon qu’à leur tour il leur semble bon de l’appliquer au peuple palestinien ? Souvenons-nous des "inutiles" Sabra et Chatila. Gaza, déjà 500 morts.

Cette terre, d’Israël pour les uns, de Palestine pour les autres est maudite. Elle l’est depuis des millénaires. Depuis que 3 religions y sont nées ou y ont pris pied.

On n’y peut rien. C’est ainsi. Alors que faire ? N’est-ce pas là le rôle premier de l’ONU que d’intervenir ? Cela fait bien longtemps que ce territoire fait partie « du patrimoine mondial de l’humanité ». Sa gouvernance ne devrait n’être ni israélienne, ni palestinienne mais bien onusienne ; ne serait-ce à minima sur Jérusalem.

Mais là, on peut toujours rêver. Les dés sont pipés. Personne ne fera plier la puissance juive qui pourtant aurait tellement à gagner à travailler et commercer avec tous ses voisins qui ont un tel besoin en rattrapage économique.

A remarquer le silence d’Obama. Il n’est pas dit que l’Amérique soutienne autant Israël à l’avenir. Cela expliquerait "l’activisme juif" actuel à quelques jours de l’investiture du nouveau président des Etats-Unis.

En attendant, le Monde en est réduit à compter les coups ou mieux dit, les morts.

- par Bernard Boutin

 

A lire aussi, le très détaillé article paru dans Le Monde le 5 janvier.

Logique de purification ethnique à Gaza, par Dominique Eddé, écrivain franco-libanaise

http://www.lemonde.fr/la-guerre-de-gaza/article/2009/01/05/logique-de-purification-ethnique-a-gaza-par-dominique-edde_1138012_1137859.html

Quel est le bénéfice attendu par Israël, au terme de cette énième entreprise de bombardement, "Plomb durci" ? Sécuriser les citoyens israéliens. Anéantir le Hamas. Connaît-on un cas de figure ayant prouvé, par le passé, que la méthode pouvait marcher ?

L’opération "Raisins de la colère", accompagnée du massacre de Cana, au Liban, en 1996 ? Elle a renforcé le Hezbollah et s’est soldée par le retrait des troupes israéliennes du Liban sud en 2000. L’opération "Rempart à Jénine", au printemps 2002 ? "Voie ferme", deux mois plus tard ? 2002 et 2003 ont été des années sanglantes pour les populations civiles en Israël : 293 morts. "Arc-en-ciel", en mai 2004 ? "Jour de pénitence", quatre mois plus tard, au nord de la bande de Gaza, avec les mêmes sinistres bilans ? Les assassinats de dirigeants politiques du Hamas exécutés et revendiqués sans complexe par le pouvoir israélien ? Les attentats-suicides ont culminé en 2005. Et, au début de l’année suivante, le Hamas obtenait la majorité absolue aux élections législatives.

La guerre au Liban, en 2006, avec, à la clé, un pays dévasté et plus de 1 000 morts civils dont 30 % d’enfants ? Là encore, Israël a détruit pour rien. Son butin ? L’échange, en juillet 2008, de deux dépouilles mortelles de soldats israéliens d’un côté, contre cinq détenus et des dizaines de dépouilles mortelles libanaises et palestiniennes de l’autre.

Que gagnent les dirigeants du Hamas en poursuivant leurs tirs de roquettes sur Israël ? Pourquoi cet acharnement à donner des coups qu’ils encaissent au centuple, en retour ? Qu’un mouvement de résistance, face à une force d’occupation, se tienne prêt à perdre des hommes pour gagner du terrain, soit. Mais quand le rapport de forces est ce qu’il est  ? Quand chaque tir de roquettes est suivi d’un déluge de feu, quand l’action est aussi coûteuse en vies humaines, aussi improductive sur le plan politique, aussi impopulaire sur le plan international ? Quelle est la logique d’une telle obstination ?

Il est vrai que la victoire démocratique du Hamas lui a été volée. Vrai, que la négation quasi unanime de son droit au pouvoir l’a dangereusement isolé. Si bien que nous ne saurons jamais ce qu’il aurait fait s’il avait été pris pour interlocuteur. Il n’empêche : un combat politique réclame d’autant plus de vigilance et d’inventivité que l’adversité est grande, les moyens limités. Les deux ont cruellement manqué.

Pourquoi les membres du Hamas se croient-ils obligés de surenchérir sans cesse, au prix de leur crédibilité et de la survie des leurs ? Pourquoi cette application à ne rien entendre de la peur israélienne de l’avenir, à rester incompris plutôt qu’à se faire comprendre ? Que gagnent-ils à l’ajournement de la reconnaissance d’Israël ? Une carte à jouer dans de futures négociations ? N’est-ce pas plutôt en posant cette carte sur la table qu’ils pourraient commencer à en gagner d’autres, à remettre le droit au centre du débat ?

Qu’a apporté à son peuple le président de l’Autorité palestinienne, en échange de sa totale soumission au pouvoir américain et israélien ? De concession en concession, de poignée de main en poignée de main, il n’a rien obtenu de plus que son maintien au pouvoir. Il a confondu l’ouverture et la capitulation. Il a mis en danger la cohésion de son peuple. Et, durant ce temps, la corruption qui avait causé l’échec électoral de son parti se poursuit impunément.

Porte-parole d’une cause en or, d’une cause imparable, Abbas et ses sbires n’ont pas mieux réussi que les membres du Hamas à tenir un discours un tant soit peu cohérent. Digne. Articulé. Un discours qui crée le mouvement, qui frappe l’imagination, qui traite la tête haute - à égalité - avec les Israéliens. Ils ont bradé les acquis de la première Intifada. Ils ont pris goût à la collaboration, aux pourparlers stériles, à ce qui signe, depuis près d’un siècle, la ruine politique du monde arabe.

Que gagne le pouvoir américain à soutenir inconditionnellement la politique israélienne ? Le maintien, certes, d’une relation ultraprivilégiée avec un partenaire stratégique qui est aussi le pays détenteur (avéré) de la bombe atomique au Moyen-Orient. Reste la question majeure : en quoi la moisson de la politique israélo-américaine des quarante dernières années est-elle de nature à conforter celle-ci dans ses choix ? Trois de ses axes fondamentaux n’ont cessé de s’avérer inopérants et dangereux :

1) La quête de la domination politique par le recours à la toute-puissance militaire. En Irak, comme en territoires occupés, cette équation n’a pas marché. Ni en 1991, lors de la première guerre du Golfe. Ni, un an après l’autre, en Cisjordanie et à Gaza. Ni en 2006, au Liban. Ni depuis cinq ans, avec la seconde guerre du Golfe.

2) Le choix de la maîtrise par la division communautaire. Outre sa politique systématique de morcellement, d’effritement des territoires occupés, tout indique que le pouvoir israélien nourrit le rêve d’expulser d’Israël ses populations non juives. De prôner partout la séparation. De démembrer la région, en autant de morceaux communautaires. Gaza étant le morceau du morceau du morceau.

En avalisant cette politique de fragmentation, foncièrement religieuse, avec ses risques de purification ethnique, les Etats-Unis s’exposent et exposent le monde au pire des scénarios qui voudrait que les populations se retrouvent, un peu partout, contraintes et forcées de rentrer dans les rangs. Chaque entité dans sa ville, son quartier, sa rue, son ghetto. Est-il besoin de fournir des exemples pour affirmer que cette fin de la différence et de la mixité, c’est l’organisation de la mort ?

3) La mise en place de toutes sortes de manipulations et stratagèmes en lieu et place du droit international. C’est ainsi, notamment, que les accords d’Oslo ont sapé la paix dont ils se réclamaient. Comment ? En maintenant toutes les colonies dans les territoires occupés.

A force de traiter les Palestiniens (les Arabes en général) par le mépris, à force de ne traiter qu’avec ceux d’entre eux qui sont à la botte, de leur extorquer concession sur concession, de jouer au plus fin, de préférer grignoter encore et toujours du territoire - un bout de Jérusalem par- ci, une colonie par-là -, que gagnent les plus forts  ? La rage du plus faible ? Sa défaite ? Pas seulement. Ce à quoi nous assistons avec une ponctualité effrayante, c’est la transformation progressive d’une situation négociable en une situation explosive, ingérable.

Si Israël et les Etats-Unis persistent à nier l’humiliation innommable, le désespoir fou, dangereux pour tous, que génère leur politique, alors ce désespoir continuera de se répandre de pays en pays. Et, dans cette escalade, chaque jour sera un jour de trop. S’ils s’obstinent à ne pas s’interroger sur les raisons pour lesquelles un jeune lanceur de pierres, en 1987, s’est métamorphosé sept ans plus tard en bombe humaine, alors les jeunes oubliés de la vie seront de plus en plus nombreux à être candidats à la mort.

Pourquoi ne pas dire les choses simplement ? Si les Etats-Unis et Israël réunis n’ont pas réussi, à ce jour, à protéger l’avenir d’Israël, c’est que leur méthode n’est pas la bonne. S’ils n’en changent pas, Gaza, la prison infernale, sera le signe avant-coureur de nos lendemains et des leurs.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> L’édito : Pogrom sur Gaza ?
6 janvier 2009, par Jacques Saury  

Il serait trop long de répondre sur le fond à votre article. Et bien trop complexe. Je veux néanmoins relever deux choses, la première dans l’article de Dominique Eddé, la deuxième dans votre propre texte.

1/ (...) la victoire démocratique du Hamas lui a été volée (...) (Dominique Eddé, Le Monde) : si cette victoire fut électorale, elle ne fut pas démocratique au sens où nous, occidentaux, en acceptons généralement le sens. Ce fut la voix du peuple, certes, mais d’un peuple manipulé et fanatisé. Où est dès lors la légitimité d’une telle victoire ? La victoire électorale ne justifie de toute manière pas les positions atroces du Hamas appelant à la destruction de l’Etat d’Israël et à la mort du juif ! C’est le principal reproche que j’adresserais à Dominique Eddé, ses propos et écrits étant généralement de grande tenue et modérés. Ces derniers y compris.

2/ Monsieur Boutin a écrit Personne ne fera plier la puissance juive - NON ! La puissance israélienne, de l’Etat d’Israël, si vous le voulez. Mais pas d’amalgame. Jamais au cours de mes quelques pérégrinations moyen-orientales et libanaises en particulier, je n’ai entendu de mes interlocuteurs ce genre de confusion souvent en cours ici, en France (et peut-être ailleurs en Europe). Confondre l’Etat d’Israël avec la population israélienne, avec l’opinion israélienne ou, pire encore, avec les juifs, c’est ouvrir la voie aux exactions d’imbéciles qui confondent la politique sioniste d’un état souverain et un antisémitisme odieux. Voyez déjà l’attentat de Toulouse... Cette confusion est fille de l’inculture, de la malveillance et de la facilité. L’usage des mots est ici hyper important. Ne tombez pas dans le panneau, je l’espère involontaire, de l’antisémitisme rampant.

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    6 janvier 2009, par Jacques Saury  

    J’ai omis de préciser, mais est-ce bien nécessaire ?

    -  qui confondent la politique sioniste d’un état souverain que quiconque peut combattre s’il en sent le devoir
    -  et un antisémitisme odieux que chacun doit combattre.

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    7 janvier 2009, par Sanpardon  
    On aurait bien besoin des méthodes de Tsahal dans les banlieues racailleuses en général et à l’Oussdéb en particulier.  smiley

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    7 janvier 2009, par Bobby Ewing  

    Des propos bien courageux sur ce forum.

    Vous écrivez la même chose sur une pancarte et vous y allez à l’Ousse des Bois. smiley

    ce sera sanpitié pour sanpardon

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    7 janvier 2009, par Jacques Saury  

    "Des propos bien courageux sur ce forum"
    C’est pire que cela. Et depuis un moment, cet apostrophe indigne me fait réfléchir.

    Les méthodes de Tsahal sont celles, abominables, de la guerre. Abominables, oui, mais de la guerre. Ni plus ni moins, si tant est que l’on puisse dire cela en la matière. Car une armée en guerre tue, savez-vous Monsieur ? Tsahal tue et ses hommes sont tués.

    Voilà 60 ans que des israéliens meurent sous le coup d’attentats, ceux de l’OLP en son temps, ceux du Hamas aujourd’hui. Voilà 60 ans que peuple palestinien, est victime des catastrophes européennes de la première moitié du XXe siècle, du conflit israélo-arabe depuis 1948 et de la politique sioniste de l’Etat d’Israël. A cela il faut désormais ajouter, victime de ses propres dirigeants, Fatah et Hamas confondus dans une même et coupable indigence à gouverner, à s’entendre, à combattre la corruption pour l’un, à cesser le fanatisme pour l’autre.

    De ces drames horribles, vous faites un bon mot, une saillie, que vous vouliez spitituelle, j’imagine ? Et que vous ont-ils fait, ces gamins de l’Ousse des Bois, que vous criiez "haro", ainsi ? Dites-nous ici de quoi, vous, personnellement, fûtes la victime, qui mériterait que s’abatte sur eux un déluge de feu, d’acier et de sang ?

    Vomissez vos paroles, Monsieur. Mais gardez-les pour vous. Votre indignité m’est une insulte.

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    7 janvier 2009, par Jacques Saury  

    "Des propos bien courageux sur ce forum"
    C’est pire que cela. Et depuis un moment, cette apostrophe indigne me fait réfléchir.

    Les méthodes de Tsahal sont celles, abominables, de la guerre. Abominables, oui, mais de la guerre. Ni plus ni moins, si tant est que l’on puisse dire cela en la matière. Car une armée en guerre tue, savez-vous Monsieur ? Tsahal tue et ses hommes sont tués.

    Voilà 60 ans que des israéliens meurent sous le coup d’attentats, ceux de l’OLP en son temps, ceux du Hamas aujourd’hui. Voilà 60 ans que peuple palestinien est victime des catastrophes européennes de la première moitié du XXe siècle, du conflit israélo-arabe depuis 1948 et de la politique sioniste de l’Etat d’Israël. A cela il faut désormais ajouter, victime de ses propres dirigeants, Fatah et Hamas confondus dans une même et coupable indigence à gouverner, à s’entendre, à combattre la corruption pour l’un, à cesser le fanatisme pour l’autre.

    De ces drames horribles, vous faites un bon mot, une saillie, que vous vouliez spitituelle, j’imagine ? Et que vous ont-ils fait, ces gamins de l’Ousse des Bois, que vous criiez "haro", ainsi ? Dites-nous ici de quoi, vous, personnellement, fûtes la victime, qui mériterait que s’abatte sur eux un déluge de feu, d’acier et de sang ?

    Vomissez vos paroles, Monsieur. Mais gardez-les pour vous. Votre indignité m’est une insulte.

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    8 janvier 2009, par Lou Tillous  
    Je persiste et signe,monsieur l’intellectuel à deux balles qui n’avait plus aucune mémoire (Altzheimer ?) pour se rapeller des centaines d’exactions commises par la racaille de ce quartier depuis des dizaines d’années. Incendie des dizaines ou centaines de voitures, de la Maison des Jeunes, de la bibliothèque, du poste de police, sans compter le super marché régional de la drogue...

  • > L’édito : Pogrom sur Gaza ?
    8 janvier 2009, par Bobby Ewing  

    Vous êtes donc favorable à l’élimination physique de toute une population du fait de quelques individus.

    Une bien belle leçon que vous donnez là.

    Bien sur vous n’irez pas le faire vous même malgré la haine qui vous anime.

    Vivement que les chars entrent dans l’Ousse des Bois que vous puissiez dormir tranquille.

    Du grand n’importe quoi.

    Je vous invite à vous arrêter devant les images de corps d’enfants démembrés, prises des deux cotés, palestiniens et israéliens et diffusées hier dans la presse et à vous délecter de ce spectacle en imaginant que ce sont des petits palois de l’Ousse des bois.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Merci Alternatives Paloises, Adishatz Alternatives Pyrénées
    Adishatz Alternatives Pyrénées : S’inscrire au nouveau Forum d’A@P
    23 mars 2003 - 23 mars 2013 : Les 10 ans d’Alternatives Paloises
    Nouvel an : Les étrennes, la concierge et A@P
    A@P - Alternatives Paloises aujourd’hui, Alternatives Pyrénées demain
    Le mot du trésorier
    A@P : Envoi de la newsletter du 27 août 2012
    Nouveautés indicibles, évènements ineffables, sujets tabous
    "Adichat, Francés Bayrou, que-ns bat manca !"
    Forum d’A@P : Palmarès des Sirènes à Chanteloup les Vignes (du saigneur)
    Avis au forum d’Alternatives Paloises
    Démission au Conseil Municipal de Pau
    Alternatives Paloises : Orphelin d’un de ses "Pères fondateurs"
    Politique et Médias - Sale mec : ça pue !!!
    Bernard Boutin : Une voix "citoyenne" au Conseil Municipal de Pau
    L’Appel du 5 septembre
    A@P : Privilégier la qualité à la quantité
    Alternatives-Paloises.com : "Un site de fachos" ?
    Pau - Alternatives Paloises "en conclave" !
    27 mars 2003 - 27 mars 2011 : les 8 ans d’A@P



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises