Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

RSA : RAS

vendredi 5 décembre 2008 par Marc Cassagne


Le RSA a été récemment voté et d’aucuns y voient la réponse au problème de la réinsertion. Nous serons nombreux à guetter ses effets si tant est qu’il y ait quelque chose à signaler.

Martin Hirsh y croit dur comme fer, le RSA permettra à tous les détenteurs des minima sociaux de prétendre à un retour sur le marché du travail et accéder ainsi à une vie « normale ». Si les intentions sont louables, on peut toutefois émettre quelques doutes raisonnables quant à la réussite d’un projet , qui, sans être nécessairement voué à l’échec, va connaître de sombres heures et d’innombrables obstacles. Ces obstacles, quels sont-ils ?

Le premier , et non des moindres, concerne le timing. On ne pouvait envisager pire moment pour instaurer un dispositif d’aide à la réinsertion par le travail. L’emploi, comme chacun sait, est en crise et ce n’est pas près de s’améliorer. Le second obstacle tient en un budget largement amputé ; la somme allouée pour le RSA ayant été divisée par deux. On peut se demander si cet argent n’aurait pas été mieux employé à consolider des secteurs -donc des emplois- durement touchés par la récession. Cela dit, on pourrait argumenter de manière inverse et s’interroger sur les fonds que le gouvernement met à la disposition de l’économie et des banques mais pas dans la réinsertion. C’est un autre débat et les priorités sont différentes.

On peut enfin se poser des questions quant à l’état d’esprit des RMIstes. Un grand nombre d’entre eux sont en effet tellement désocialisés, sous perfusion sociale depuis des années, que l’on doute que le discours volontariste de Martin Hirsh ait un quelconque impact. Les exemples précis pour la ville de Pau ont de quoi inquiéter et laissent présager que pour beaucoup, les bonnes intentions du gouvernement resteront lettre morte. Certains ont perdu tout repère d’ordre professionnel et il faut les aider en priorité car ils ne demandent pas mieux. D’autres en revanche font un calcul très simple : pour 200 euros supplémentaires (les chiffres en fait varient selon la situation professionnelle de l’intéressé), inutile de se lever pour aller trimer. Pourquoi d’ailleurs irait-il se soumettre à un patron quand le système leur octroie un studio pour 20 euros par mois -APL oblige- ainsi que 480 euros mensuel de RMI, sans compter les primes et les aides ponctuelles déversées par l’état et les collectivités. Ce système est critiquable car il incite à l’oisiveté et ne comporte aucune contrepartie. Gageons qu’il ne sera pas simple de remettre une partie de cette population au travail, et si les incitations financières ne suffisent pas, alors quelle autre solution ?

Emmaüs, dont Hirsh était le président, ne semble pas une solution envisageable, du moins dans le volet réinsertion tel le qu’elle est pratiquée par l’association située à Lescar. Germain Sary, le big boss, est à la tête d’une armée bien rodée qui remplit parfaitement son office autant que les hangars et les caisses de la collectivité. Malheureusement la réinsertion est inexistante ; quand on rentre chez Emmaüs, on y reste ou alors on en repart comme on est venu. Pas simple, mais souhaitons tout de même bonne chance au RSA, il en aidera forcément plus d’un.

- par Marc Cassagne


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> RSA : RAS
5 décembre 2008  

Une analyse politique digne du café du commerce. Patron, un autre !

Et vous n’avez pas compris comment fonctionne le RSA, en plus.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pleure ô pays bien aimé
Adage des gens de justice
Thank you London 2012
La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
La mondialisation
Questions
L’abstention.
Petit trou deviendra grand
Démission ou renoncement
Pau - « Semaine du développement durable »
Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
Expulsions locatives
Obsolescence
Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
« Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
Oui et non
Un sociologue et l’occitan
Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
Parents : Vous êtes tous des assassins ???



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises