Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.

vendredi 7 septembre 2007 par Bernard Boutin


La République et l’Eclair hier, Sud-Ouest aujourd’hui, la « Bayroumania » s’est emparée des médias palois. Altern@tives-P@loises y succombe aussi....


Que retenir des longues colonnes de réflexions de François Bayrou : Je ne suis pas candidat à ce jour. Les palois me le demandent en grand nombre et puis entre Pau et moi, c’est une longue histoire « d’amour ».

Bref, une candidature de l’homme de Bordères semble plus que probable vu le plan « média » qui nous est réservé.

François Bayrou au travers de ses contacts discerne une grande attente parmi les palois qui ne comprennent plus la gestion de leur ville.

Et puis, les 36 ans de pouvoirs ininterrompus de l’équipe de place, ça use. À méditer du côté de Martine Lignières Cassou qui, soyons honnêtes, n’en a que 25 ans tout comme... François Bayrou.

Alors, le patron du MODEM, le député de la 2e circonscription sera-il le « sauveur » tant attendu ?

Altern@tives-P@loises, tout comme la presse locale ouvre son forum, à vos réactions.


- par Bernard Boutin

Sur ce même sujet des élections municipales, voir également la réaction sur l’ambiance actuelle au PS :
http://www.alternatives-paloises.com/article.php3 ?id_article=724


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
30 octobre 2007, par Georges Poyanne  
Au dessus des débats partisans

J’ai déja dit dans ce forum toute l’admiration que je porte à André Labarrère. Ce qui caractérise André Labarrère est son indépendance d’esprit, sa non-allégeance à un parti ou à un système de pensée. Si ses convictions ont été socialistes, il n’a jamais réduit son action à l’application d’un quelconque dogme. Si je soutiens de toutes mes forces la candidature de François Bayrou, c’est parce que, bien que différent d’André Labarrère dans ses options philosophiques, il possède comme lui ce courage, cette ténacité, et cette indépendance d’esprit qui le place au dessus des débats purement partisans. Un maire authentique est celui qui sait tisser un lien fort avec chacun de ses administrés. Et de ce point de vue, l’exigence de transparence de la charte d’AP ne pose aucun problème à François Bayrou. La raison en est simple, il ne prétend pas tirer sa légitimité de candidat de l’onction suprême d’un parti, d’un comité directeur, ou de quelque instance insaisissable, mais de la relation personnelle et directe qu’il veut tisser avec les palois. C’est pourquoi ces municipales ne seront pas politiques au sens étroit de compétition entre des partis, mais identitaires, puisqu’il faudra choisir le tempérament le plus fort pour faire sortir Pau de son sommeil profond.

Georges Poyanne

> Carton Jaune
19 septembre 2007, par David  

Evoquant les propos de Y.Urieta à l’encontre de Martine Lignières Cassou lors de la Foire Exposition, David Habib a adressé un carton jaune à Yves Urieta.

La République des Pyrénées - 19 septembre.

A quand le rouge ?

> Le HAKA de François Bayrou
13 septembre 2007, par Denis  

Par ailleurs, François Bayrou, également député des Pyrénées-Atlantiques, a indiqué qu’il "réfléchit" à sa candidature à la mairie de Pau en mars prochain, dans un entretien au Point publié jeudi.

"Beaucoup me demandent de m’engager. Je réfléchis", dit-il à l’hebdomadaire.

M. Bayrou explique que "Pau n’est pas une ville ordinaire", mais "la capitale d’un pays, le Béarn, qui a été indépendant pendant des siècles".

Pau "a eu avec André Labarrère un maire qui ne ressemblait à aucun autre" et "sa disparition a laissé un grand vide", ajoute-t-il.

La nature a horreur du vide

les palois aussi !

 smiley

  • > Le HAKA de François Bayrou ou la CATA
    14 septembre 2007, par Le médium  

    Pour l’instant, FB ne nous a débiter que des fadaises, mais qu’importe, sa notoriété nous aveuglera.

    Ses dons d’orateur nous hypnotiseront.

    Notre « égo » sera flatter, d’avoir à la tête de la municipalité un personnage, connu sur le plan national.

    Et vogue la « galère » sauf que c’est le Palois qui va ce retrouver sur « le banc de nage ».

  • liste modem-société civile ?
    8 septembre 2007, par TEB  
    mon blog politique

    Je ne pense pas que Bayrou sera candidat à la mairie de Pau, ce serait contraire à sa position sur le cumul des mandats. Par contre, il est certain qu’il s’investira beaucoup dans la campagne pour soutenir la liste modem. Moi, je verrais bien Arraou en tête de liste. Le mieux enfin, c’est qu’il y ait une liste modem-société civile.

    En tout cas, tout sauf le PS qui est depuis 35 ans au pouvoir. Et ni Cédric Michon non plus.

  • > liste modem-société civile ?
    9 septembre 2007, par pehache  

    Je ne pense pas que Bayrou sera candidat à la mairie de Pau, ce serait contraire à sa position sur le cumul des mandats

    Mouhahahahaha ! Celle-là je l’encadre smiley !!

    Faisons confiance à FB pour savoir nous expliquer demain pourquoi finalement il ne s’applique pas la règle qu’il a lui-même édictée. Ce ne sera ni le premier ni le dernier.

    C’est beau la naïveté smiley ...

  • > liste modem-société civile ?
    11 septembre 2007, par jeune palois  
    C’est mon avis : je ne trouve aucune légitimité à la candidature de Bayrou : il n’est pas un palois, au sens urbain du terme, il ne vit pas et ne pratique pas cette cité, il en est trop éloigné. Chacun peut bien voir qu’il ne fera que se servir de Pau à des fins qui lui sont toutes personnelles : à ce titre soyons certains que l’époque des réalisations pharaoniques pour "faire parler de Pau", ne sont pas finies. Il sera régent comme Labarrère, mais pas chef d’équipe. Enfin, attendons son projet pour Pau : pour l’instant il ne fait qu’appuyer là où ca fait mal, par exemple avec le plan de circulation. Je ne suis pas rassuré par ses éventuelles idées clairvoyantes sur ce sujet, lui qui circule soit avec son chauffeur, soit en tracteur !!

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 septembre 2007  

    François Bayrou, dont je ne suis pas un supporter, a dit quelque chose de juste à propos de la future médiathèque.En effet tout le monde en parle et personne(ou presque)ne sait ce que c’est. Dans quelques années toutes les familles (ou presque), les écoles , les lycées, les facultés auront accès aux nouvelles technologies. Dans ce cas la médiathèque mythique de Pau va ressembler aux abattoirs de La Villette. Pour les plus jeune je fais un rappel. On avait construit à Paris des abattoirs gigantesques et uitra modernes. Quand ils furent terminés, ils furent inutiles : on tuait dans les zones d’élevage et avec la chaine du froid on approvisionnait Paris . Ce fut un des plus grands "fours" de la V° République.Ce n’est pas la peine de renouveler ce genre de bourde à Pau . On en a fait suffisamment durant le règne Labarrère smiley En revanche une bibliothèque traditionnelle plus fonctionnelle ne serait pas un luxe.

    > La Vie ou..........L’Avis
    8 septembre 2007, par Jerlau  

    L’article Sud-Ouest du 7/09 résumait la position de Bayrou par un thème :

    « Ce qui m’intéresse, c’est la vie des gens »

    Dixit notre ami FB !

    Et c’est bien là toute l’ambiguité du notre ami Franois. Tout le monde s’intéresse à la vie des gens. Même Louis XIV, le Roi-Soleil s’y intéssait. La vie du Roi dépendait de la vie des gens.

    La position de centriste conduit directement à cet anachronisme.

    Au centre on voit le monde tourner autour de soi.

    Et on regarde la "vie des gens". C’est le cinéma permanent.

    On est au centre, on regarde, on raconte ce qu’on voit, mais dès qu’on bouge, on s’éloigne de ce centre chéri.

    Comment bouger en restant au centre ? Impossible, seules les petits rats de l’Opéra y arrivent !

    Et c’est vrai que ce type de regard conduit à l’inaction. Notre ami François, nous promet ainsi une Mairie qui pense. C’est déjà pas mal. Mais si on s’arrête au point d’interrogation ?

    Il nous faut souhaiter que le journaliste ait mal entendu. Notre ami FB aurait pu dire

    « Ce qui m’intéresse, c’est l’avis des gens »

    Cela aurait tout changé. S’intéresser à l’avis des gens, c’est pour décider, pour agir.

    C’es bien ce type de démarche que notre ami FB, n’a pas su, pas pu concrétiser lors de l’élection présidentielle et c’est ce que demande le citoyen.

    Et au niveau local, le besoin de concret est encore plus aigu ?

    Comment va faire notre ami pour se transforment en "petit rat" ?

    La question lui est posée ?

  • > La Vie ou..........L’Avis
    8 septembre 2007, par Jerlau  
    Lettres ou Philosophie ?

    Pour compléter,

    J’ai relu les textes de FB (discours divers, histoire de Pau ...). Ce sont des textes de vrais agrégés de lettres, d’une très grande qualité dans la narration. Mais on voit (cf son discours à Pau lors de la compagnne présidentielle) FB beaucoup plus gêné pour parler du futur, des lignes directrices où son texte devient quelconque. C’est un vrai professeur de lettre, il sait raconter, constater, mais ce n’est pas un professeur de philosophie qui lui saura manier un raisonnement idéologique ou tourné vers l’action. C’est frappant.

    Espérons que François se formera dans les arcanes paloises !

    C’est comme le rugby. Prendre des gnons forme !

  • > Merci François
    7 septembre 2007, par bob64  

    « Des projets réalisés sans perspective »

    Donc, le député des Pyrénées-Atlantiques n’est pas en campagne. Ce qui ne l’empêche pas de livrer sa vision sur la ville. L’état des lieux est sans concession. Que manque-t-il aujourd’hui à cette ville ? « Beaucoup de choses », répond-il sans une once d’hésitation. « Qui peut imaginer plus grand bazar que le plan de circulation ? On a un mal infini à venir au centre-ville de Pau. Et que dire de ces idées baroques de mettre des bornes partout qui feront qu’on ne pourra plus circuler sauf en parlant par interphone avec la mairie ? Non vraiment je ne connais pas plus grand bazar. On pourrait aussi parler de l’illisibilité de l’urbanisme, du développement de la ville. Ce sont des questions extrêmement lourdes [ ?] On a l’impression de projets faits, comme ça, sans perspective. Sans que les gens qui les décident sachent vraiment pourquoi ils les décident ». Et de fustiger au passage le projet de médiathèque : « Elle était justifiée il y a 15 ans. Mais l’est-elle toujours ? D’ici trois ans, l’internet à haut-débit sera dans toutes les familles. Est-ce vraiment l’équipement dont on a besoin ? ».

    Article Sud Ouest

  • Pau n’a plus confiance
    7 septembre 2007, par bob64  

    BAYROU. --Il livre sa vision d’une ville qui aurait besoin, selon lui, d’un autre type de développement.

    « Pau n’a plus confiance »

    Article Sud Ouest

  • > PAU ROYAUME CELESTE
    7 septembre 2007, par Jean Jacques  

    Au commencement, il y a la géographie. Pau est une falaise au bord d’un océan. Mais l’océan est de terre, de collines, de moutonnements d’arbres, et la vague bleue qui se forme à l’horizon, ce sont les Pyrénées. Et par-dessus tout cela, le plus beau ciel du monde. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Lamartine écrivant à Stendhal.

    Il y a cette falaise, ce balcon sur la plaine, ce belvédère. Il y aura donc un château. Car viennent les figures de l’histoire. Le premier qui s’avance est un homme flamboyant, doué pour tout, la chasse, les lettres, la guerre, la politique. Parfois, quand il se lâche, il trucide ses rejetons. Il se nomme Gaston, on l’appelle Phébus, comme Apollon, comme le soleil. Il proclame l’indépendance du Béarn, après avoir protégé son pays libre d’une ceinture de forteresses chargées de le défendre contre le roi de France aussi bien que contre le roi d’Angleterre. La première tour, ce sera Pau. C’est le XIVe siècle en Béarn.

    La deuxième figure est un peu pâle. C’est celle d’un jeune homme fragile qui, épousant l’héritière du trône voisin de Navarre, apporte à sa dynastie la seule chose qui lui manquait : une couronne de roi. Et qu’importe que bientôt, Pampelune conquise, la Navarre soit une couronne sans royaume. Le Béarn est un royaume à qui il ne manquait qu’une couronne. C’est le XVe siècle en Béarn.

    La troisième figure est une femme, la plus grande intellectuelle de son temps alors que le mot n’existe pas encore, surtout au féminin. Elle est soeur unique et aimée du roi de France, François Ier. Elle sera femme de roi, Henri d’Albret, roi de Navarre. Pour l’accueillir, le château fort s’est fait palais de la Renaissance.

    Elle ouvre la voie à la quatrième figure de la saga, son petit-fils, qui naît une nuit de décembre et à qui est réservé le plus extraordinaire des destins. Il verra son père, chef des catholiques, faire la guerre à sa mère, chef des protestants. Plus de mille de ses compagnons, rassemblés pour son mariage, seront massacrés sous ses yeux à la Saint-Barthélemy. Il sera résistant, conquérant, pacificateur. Il sera roi de France, en riant, amoureux, en pleurant, et mourra poignardé pour avoir fait la paix dans son peuple en signant l’édit de Nantes. Il sera Henri IV, le premier roi de France et de Navarre. C’est le XVIe siècle en Béarn.

    Ce n’est pas une ville, c’est une saga. Tout s’y tient, tout s’y lit, dans le paysage et dans le ciel. Deux siècles plus tard, c’est Wellington, celui de Waterloo qui s’arrête à Pau, à la tête des armées anglaises, de retour d’Espagne. Wellington, ses troupes, ses chevaux, ses chiens, et force Irlandais, ses compatriotes, pour soigner les uns et honorer les autres. Les soldats, les chevaux, les chiens et les Irlandais, pêle-mêle, tombent amoureux du pays. Je le sais bien. Je descends de l’un d’eux. Parmi eux, un médecin, Alexander Taylor, qui décide sur-le-champ qu’il ne pourra plus vivre ailleurs qu’au sein de ce paysage, qu’il s’installera là une fois la guerre achevée et que ce climat unique sera le meilleur du monde pour soigner la tuberculose des fils de famille et la mélancolie de ceux qui ont trop d’argent.

    Les uns et les autres affluent. Ce que n’avaient su faire ni Gaston Phébus, ni Marguerite de Navarre, ni même Henri IV, Taylor le fera. Le monde se donne rendez-vous à Pau. Pendant un demi-siècle, les grandes familles britanniques et les riches familles américaines entraînent la ville dans un tourbillon de chasses, de courses de chevaux, de fêtes, de golf, de folies plus ou moins alcoolisées, au premier rang desquelles la plus enivrante de toutes : la découverte de l’aviation.

    A Pau, la terre entière vient apprendre à voler. Et ceux qui volent ne seront pas volages. On le verra quand la guerre viendra. Car les fils de famille, les milliardaires encanaillés, les cavaliers intrépides, les aviateurs téméraires, un grand rire à la bouche, quitteront les somptueuses villas à peine construites, sangleront leur uniforme comme ils boutonnaient leur habit pour la chasse, convoqueront leur banquier pour payer eux-mêmes leur avion et entreront dans la fournaise où ils se feront tuer pour la liberté de la France.

    Trente ans se passent, agricoles et artisanaux. Pau, qui était capitale du monde, est redevenu cheflieu du Béarn. Ma mère, qui n’est pas encore ma mère, livre du lait et du beurre aux villas décrépites. Mon père, qui n’est pas encore mon père, vend au foirail du maïs et des haricots.

    Mais les Pyrénées bleues n’avaient pas tout dit de leurs secrets. Les années 50 vont sonner.

    Quelques foreurs quasi ruinés, perçant leur dernier puits avant dépôt de bilan, découvrent du pétrole, très près de la surface. On croit que c’est le Texas. Ils font fortune en quelques mois et, comme on ne se refait pas, ils continuent à forer. Le 19 décembre 1951, gigantesque explosion : le gaz formé il y a quelques millions de siècles, au temps où les Pyrénées étaient une mer, le gaz piégé par le surgissement des montagnes, explose dans le ciel du Béarn. Ça tombe bien, j’ai 6 mois.

    Pour fêter ce surgissement, on convoque Red Adair, histoire de dompter l’immense geyser et d’empêcher la nappe de gaz d’occire les foreurs et les bébés du coin.

    Alors des puits, alors des torchères, alors des lumières jusqu’à l’horizon, le Béarn d’avant-garde et les villes nouvelles. Gaz et pétrole rameutent techniciens, ingénieurs et chercheurs, géologues, informaticiens et chimistes. A leur tour, ils se jettent sur les gisements d’au-delà des mers et le grand large revient à Pau. Dans la plaine, c’est l’aviation qui est reine, puisque se fabriquent ici deux sur trois des moteurs d’hélicoptères qui volent dans le monde.

    Le gaz s’épuisera, bien sûr, mais plus rien ne fera oublier à cette ville, en liaison avec les cinq continents, qu’elle est redevenue une capitale.

    Et par-dessus tout cela, le plus beau ciel du monde.

    Récit de François Bayrou Libération - 18.03.06

    Agrégé de lettres classiques, président de l’UDF et député des Pyrénées-Atlantiques, François Bayrou a notamment écrit une biographie d’Henri IV, publiée en 1994 et plusieurs fois rééditée depuis. Dans cette même veine historique, Ils portaient l’écharpe blanche (Grasset, 1998). On lui doit aussi des essais, dont Relève (Grasset, 2001) et Penser le changement (Atlantica, 2002), avec Luc Ferry.

  • > PAU ROYAUME CELESTE
    10 septembre 2007, par pehache  

    Excellent texte !

    Envoyons donc François Bayrou à l’Académie Française et ensuite nous pourrons chercher un maire pour Pau smiley !

  • > PAU ROYAUME CELESTE
    10 septembre 2007, par Autochtone palois  
    Pehache, avec tous les bouquins qu’il a écrits, il mérite l’immortalité. Je vois bien Jean d’Ormesson faire son discours d’accueil.

  • Bayrou immortel
    11 septembre 2007, par Autochtone palois  

    "A LUI(EUX) L’IMMORTALITE, A NOUS LE SOUVENIR."

    Voilà ce que nous pouvons souvent lire sur les monuments en l’honneur de personnages historiques béarnais ou bien sur les monuments aux morts des différentes guerres.

    Certes Bayrou n’est pas encore politiquement mort, mais Pau ne peut pas lui offrir cette immortalité qu’il recherche tant. Par contre nous garderons de lui un souvenir modéré et centriste du temps il figurait sur la liste des conseillers municipaux et généraux.

  • > PAU ROYAUME CELESTE
    13 septembre 2007, par Jean Pierre  
    François Bayrou à l’Académie Française

    "François Bayrou à l’Académie Française", voila bien le propos le plus pertinent que j’ais jamais lu sur A@P. L’homme de Lettres serait enfin reconnu à sa juste valeur , et il serait enfin « parisien »

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par f.B  

    employé municipal depuis bientôt 10 ans, je voterai Bayrou s’il se présente et espère de tout coeur qu’il sera élu. marre de cette équipe en place oui au changement.

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par BL  
    Tu ne seras pas le seul employé de la ville a voter pour Bayrou.....

  • > Le Béarnais est pauvre mais il ne baisse pas la tête !
    7 septembre 2007, par Jean Jacques  

    Dernière réunion publique pour François Bayrou à Pau, chez lui, devant sept mille personnes massées dans le Zénith de la ville. Et trois mille autres qui regardaient l’allocution du candidat à l’élection présidentielle devant un écran géant. François Bayrou a rappelé aux électeurs de France que "c’est eux qui décident du sort de l’élection !" "Mon élection gènera tous les puissants qui veulent défendre leur privilège principal, le monopole du pouvoir !" a-t-il poursuivi. C’est ainsi que pour conclure sa campagne de premier tour, cette période qui l’a vu bousculer l’ordre établi, que François Bayrou a cité la devise d’Henri IV : "Le béarnais est pauvre, mais il ne baisse pas la tête !"

    Bayrou dans le texte

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 octobre 2007, par Employé municipal  
    moi aussi je suis employé municipal et si Bayrou se présente je voterai pour lui, marre des magouilles des intrigues et des couleuvres que nous avalons sans broncher depuis tant d’années, trop d’années....

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 octobre 2007, par Employé municipal aussi  

    Je suis employé municipal aussi.

    Et c’est amusant tous ces employés municipaux qui sortent d’on ne sait où pour clamer leur amour subit pour F.Bayrou...

    On ne les a pourtant guère entendu pendant les 30 ans de "magouilles et intrigues" en question. Ils n’avaient rien à dire, alors ? Ils devaient hiberner dans des recoins confortables de la mairie, sans doute.

    D’ailleurs on peut se demander ce qui les attire tant chez F.Bayrou ? Peut-être l’espoir qu’avec lui il n’y aura pas de vagues, et que l’hibernation dans les recoins tranquilles pourra reprendre son cours...

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    5 novembre 2007, par doudou  
    BAYROU ou les mystères de PARIS

    je ne suis pas palois mais je me mefierai de la personnalité de mr BAYROU c est pour moi un petit rigolo quand on a vu la crasse qu il a faite a SARKOZY peut on avoir confiance en cet homme je n en suis pas sur et je pense meme qu il va etre candidat rien que pour etre non pas maire de PAU mais pour avoir un tremplin pour 2012 aussi je serai citoyen palois je ne voterai certainement pas BAYROU c est mon opinion mais elle en vaut une autre.

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par pehache  

    Alors, résumons :

    Le PS local est en pleine crise épileptique et on se demande qui de Yves Uriéta ou de Martine Lignières va s’extirper du chapeau et dans quelles conditions.

    L’UDF locale est en état de mort cérébrale, mais son pseudo-chef qui se découvre soudainement une passion municipale prépare son parachutage sur la ville.

    Les médecins réservent leur pronostic sur les chances qu’à l’UMP locale de sortir de sa sieste profonde débutée il y a 5 ans et demi.

    Ca va être passionnant, n’en doutons pas... Qui c’est qui parlait de bras cassés, déjà ?

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 septembre 2007, par Max  

    Pehache, votre résumé est sobre. Il pourrait me plaire. Je rajouterai pourtant, qu’il soit désigné ou non par le PS, monsieur Urieta sera candidat. S’il ne l’est pas, cela serait sa plus terrible défaite. Il ne peut se le permettre, ayant été élevé au sein d’un hommme qui a toujours été jusqu’au bout de ses idées, qu’elles soient ou non les plus pénalisantes pour Pau. En ce qui concerne Madame Lignères-Cassou, la femme est très sincèrement intéressante. Mais il lui faut 50 co-listiers et elle devra donc intégrer aussi des dogmatiques, des incompétents, de jeunes ambitieux,... bref les personnes qu’elle a certainement aussi autour d’elle. Quant à celui qui nous dira "si vous avez besoin de moi, je suis à Paris" (si seulement c’est pour faire avancer les dossiers...), n’oublions pas que son passage au Conseil Général a laissé un bâtiment trop petit et hors de prix au pied du Château. Et son équipe ? Des revanchards qui sont restés 30 ans dans l’opposition ?

    Alors Pehache, une campagne passionnante, n’en doutons pas. Mais je n’ai pas envie que les Citoyens Palois en paient les pots cassés.

    Des têtes nouvelles, inconnues, dévouées, qui ont la foi, autour de tous ces professionnels de la Politique est plus que vital aujourd’hui pour la suite des évènements.

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par Esperanza  

    Cette ville de Pau n’a rien à attendre d’un "politicien au rancard" qui ,en plus, n’a qu’un seul souci, celui de construire un parti. Il faut un homme issu de la société civile qui se dévoue à temps plein pour sauver la ville.

    Mais où est ce mouton à cinq pattes ?

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007  
    ...ce mouton là n’existepas ! Mais une "moutonne" pourquoi pas ???

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par Bernard Boutin  

    Trait d’humour en veille de WE : Ce site est terrible et m’effraye quelques fois. Pas de cadeaux pour quiconque.

    Des politiciens « au rancart », aux bras cassés, dogmatiques, ambitieux, sans « foi ni loi »...

    Et si on prenait le meilleur de tous et mettions à la tête de la ville un triumvirat.

    L’une est sans aucun doute « terrain », l’autre est indiscutablement « ambitieux », le troisième est assurément « médiatique ».

    Cela donne : De l’ambition pour la ville, en étant bien en phase avec elle, et la possibilité de le faire savoir à toute la France.

    Est-ce suffisant ? Si non, je veux bien les rejoindre. Comment on appelle cela alors ? Un quadriumvirat ? Mon apport : A vous de juger...

    Que cherchons-nous de plus chez le « mouton à 5 pattes » ?

    Un petit effort. SVP.

    Bon week-end

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    7 septembre 2007, par Socialiste sauvage  

    je me propose pour faire la cinquième patte ! smiley

    ...

    ...

    qui pour le mouton ?

    ...

    ...

    dites, existe-t’il en france un parti dont le symbole soit le mouton ?... non ? ... ok je prend !

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 septembre 2007, par françois  
    il va falloir aussi avoir la sagesse d’étudier les programmes. il est bien beau de dire non à un tel, oui à un tel... mais seul les programmes auront valeur évidente.. à condition que les promesses ne soient pas retoquées par les conseil constitutionnel... Du changement nous voulons, et ce n’est ni bayrou, ni martine qui l’incarne. De la jeunesse, notre belle ville regorge. Qu’ils se fassent entendre, c’est à eux que j’accorderai le plus d’attention. Les gens de ma génération sont d’ores et déjà trop compromis, trop dans les calculs, trop dans le système que nous critiquons... et FB et MLC en font partie.. Le bilan de Bayrou à l’éducation national ? il serait bon de le faire ressortir à l’heure où il parle de ses priorités pour le primaire, le secondaire et le supérieur...

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 septembre 2007, par Jean  
    Et si on parlait de projet ? La réponse à l’emporte-pièce de François Bayrou sur le projet de Médiathèque me laisse penser qu’il n’a pas suffisamment réfléchi sur les sujets de terrain concernant Pau. La municipale qui s’annonce se jouera-elle sur le concret ou sur l’image ? Une Médiathèque est necessaire, mais pas posée n’importe où...

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    8 septembre 2007, par Bernard Boutin  

    Jean,

    A défaut de précisions de la part de François Bayrou. Voilà ma vision du sujet...

    lundi 26 mars 2007 par Bernard Boutin

    Yves Urieta a raison : Pau a besoin de sa médiathèque.

    Pas une copie de celles de Billère et de Lons. Pau a besoin d’une médiathèque « multiculturelle » à dimension régionale qui devienne le pôle culturel central pour l’ensemble de notre agglomération. Un lieu ouvert à tous, non seulement, pour consulter ou retirer livres, presse, vidéo, CD mais aussi un lieu qui puisse accueillir des expositions itinérantes de peintures et de sculptures, un lieu où puisse se tenir des forums thématiques, des représentations théâtrales etc.

    Les enjeux derrière cette médiathèque dépassent largement « l’apprentissage » de la lecture. Elle doit devenir un espace de rencontre entre son public et les différentes formes de culture et d’art.

    Pour cela, il lui faut un bâtiment d’exception qui fasse que l’on vienne de loin tant pour son contenu que pour son contenant. André Labarrère avait raison de vouloir « oser » architecturalement ; encore fallait-il que cela soit faisable et réaliste financièrement !

    Pau n’a pas de grande structure culturelle. Faisons-la.

    Yves Urieta a tort sur la manière : Il n’a pas le droit de dire, ce que nous pourrions résumer à : « J’ai choisi. La médiathèque se fera dans la Cour de l’Ecole Henri IV, on va lancer un concours d’architectes... » sans en avoir réellement pesé les tenants et les aboutissants, sans avoir consulté les élus communautaires, les intervenants dans le monde culturel et de l’enseignement de la ville, les habitants, les commerçants du quartier etc.

    Le fait du prince n’est plus de mise. Ce très intéressant projet pour notre ville doit être débattu en profondeur. Nous avons là l’occasion de faire une opération culturelle d’exception.

    Lançons-la seulement une fois que nous serons surs que les objectifs seront atteints. On peut d’ailleurs se demander s’ils sont clairement définis et s’ils prennent en compte les très récentes évolutions technologiques ?

    Prenons le temps de donner au projet l’envergure qu’André Labarrère avait voulu lui apporter. Il serait dommage que, pour cause d’élection, un projet incomplet et bâclé soit lancé...

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    9 septembre 2007, par Lou Tillous  

    Cher Bernard Boutin, je lis votre réponse à Jean et je pose une question . Le Zénith et le Palais Beaumont sont -ils tellement surbookés , qu’il faille construire une 3° structure pour des manifestations culturelles, puisque derrière le mot médiathèque vous l’étendez à cette destination . J’avais lu ici à longueur de colonne que le Zénith et le Palais Beaumont était maintenu hors de l’eau grâce à des aides municipales camouflées . Vrai ou faux ?

    Je sais que la culture n’est pas une marchandise, mais avant de partir sur un tel projet a-t-on fait une étude de marketing ? Car Pau (ou plutôt les palois) ont payé suffisamment cher la mégalomanie et la folie des grandeurs pour qu’on arrête les frais.

     smiley

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    9 septembre 2007, par Bernard Boutin  

    Cher "Tillous",

    Comme vous, je pense qu’il y en a assez du "Panem et circensem" que l’on nous joue sur la ville.

    Oui, il nous faut une grande structure multiculturelle à vocation régionale.

    Où consulter/retirer des livres ou de la musique à Pau (rôle d’une médiathèque) ?

    Mais aussi où voir une exposition de peintures, photos ou de sculptures dans un cadre ad hoc ?

    Où écouter un conférencier de renom en dehors d’édifices forcément un peu trop "spécialisés" et au public forcément limité (Sup de Co, CCI, MJC, Fac) ?

    Une ville se doit d’avoir une structure qui offre ces prestations dans un cadre ludique, accueillant et à porté de main. Un lieu de paseo, de rencontre, d’échange et de détente intellectuelle.

    Dans les pays anglo-saxons ces structures municipales existent, sont ouvertes 7 jours sur 7, de 10 à 20 h et vous offrent quantités de services, cours, conférences etc...

    Là-bas, 50% des actifs sont membres de la "local library" contre 18% en France.

    La culture et l’acquisition de la Culture mérite bien un investissement. Cela dit, il ne faudra le réaliser qu’après être allé regarder ailleurs les meilleures recettes qui marchent...

    Bien à vous. PS : Quant aux Zénith et Palais Beaumont, publions les chiffres, analysons les causes et les solutions apparaitont.

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    10 septembre 2007, par Jerlau  
    une VieThèque ?

    On cherche dans la Médiathèque les moyens de couvrir 3 besoins :

    -  l’accès à des livres, video, ou autres, musiques,
    -  un lieu de rencontres et d’échanges avec amphi, salles de concert,
    -  en faire un lieu d’attraction touristique

    Le 3 ième point semble vraiment dérisoire. Que Poitier puisse attirer avec le Futuroscope, on peut le comprendre. Et encore ce n’est plus pareil qu’il y a 30 ans.

    Pau a déjà beaucoup d’attrait touristique. on ne voit pas ce qu’apportera de plus une Médiathèque. Je me rappelle à Paris le foin fait pour la Médiathèque du 13 ième arr. C’esr devenu quelconque en très peu de temps.

    Le 2 ième point, lieu de rencontres, me semble correspondre à ce qu’offre le Casino, le Zenith ou autre. Ils sont loin d’être saturés.

    Le 1 er point semble accessible avec une médiatheque virtuelle. C’est bien ce qui se dessine dans les années qui viennent. Il peut y avoir ensuite un grand nombre de points-relais pour livrer, porter les documents (Casino, Zenith, Jai Alai, bistrots, hotels..) se réunir.....

    Il faut donner vie déjà à ce qui existe.

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    10 septembre 2007, par Autochtone palois  
    Un besoin non satisfait aujourd’hui est celui de salles de réunion conviviales, accueillantes, insonorisées, équipées (connexion ordinateurs, wi-fi, video-projection). Celles de l’immeuble place de la République sont d’un autre âge.

  • > La Vie...Thèque
    10 septembre 2007, par Jerlau  

    Autochtone Palois,

    S’il manque des salles de réunion, conviviales, accueillantes.... pourquoi ne pas utiliser davantage les salles existantes dans les Hotels, restaurants, Cha^teau.... et autres quitte à subventionner les utilisateurs ? Cela aurait 2 avantages :

    1 - coûter 10 fois ou 100 fois moins cher à la collectivité

    2 - donner un surplus d’activités à ces secteurs, ce qui pourrait leur donner une dimension supplémentaire... ce dont toute la collectivité pourrait bénéficier..

    C’est peut-être cela la synergie entre collectivités et secteurs privés, c’est peut-être cela le respect de l’individu.

    Combien faites vous vivre de Cyber Cafés avec le coût de la Cyber Base de la rue Emile Guichenné.... ? 10, 20,... 100, tout dépend du prix du café !

  • > La Vie...Thèque
    10 septembre 2007, par Autochtone palois  

    Jerlau, si les associations avaient les moyens de s’offrir des salles équipées dans les hôtels, restaurants ou château, elles ne s’en priveraient pas. Mais les associations ne sont pas des entreprises privées et ne reçoivent pas de subventions pour aller dans ces lieux.

    Donc elles utilisent les locaux municipaux place de la République ... ou bien parfois une salle de la Fac. C’est mon expérience. C’est ça la vraie vie.

  • > La Vie...Thèque
    10 septembre 2007, par Jerlau  

    AutoVrai !

    C’est la vrai vie et c’est de la vraie C...rie.

    Pour être dans ses murs la collectivité va faire payer à ses citoyens l’équivalent de 60 millions d’euros sur 30 ans ( investissement + frais de gestion + frais divers...), soit 2 millions par an.

    365 jours par ans, soit 6000 Euros par jours environ. La muncipalité arriverait à subventionner 6 réunions par jour à 1000 Euros ( le buffet gratuit !)

    Sans s’en tenir à la rigueur sommaire du "calcul implacable" c’est ce qu’on peut appeler donner de la vie à ce qui existe.

    Mais le Béton a beaucoup d’avantages pour le politique :

    -  le % syndical à la construction
    -  le clientélisme à l’embauche pour occuper le béton
    -  le Béton endort alors que la Vie réveille.

    Et le politique a toujours intérêt à avoir un électorat assis plutôt qu’un électorat debout.

    Et cela c’est la tristesse de la vraie vie politique ! Et c’est pas de la C....rie.

  • > La Vie...Thèque
    10 septembre 2007, par Carrère  
    Jerlau, on a du mal à vous suivre dans le raisonnement ??? et puis d’où tenez-vous ces chiffres ?

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Jerlau  

    Carrere,

    Les chiffres ne sont là qu’à titre d’exemple, mais ils ne sont pas complètement farfelus. On évoque bien des chiffres de 20 à 40 millions d’euros pour construire une médiathèque. Que ce soit 20 ou 40 ne change pas le raisonnement.

    Ensuite il y a tous les frais de gestion annuels associés. Construisez un batiment, il faut le gérer, le meubler en hommes et matériels. Un minimum de 10 personnes, 500 000 Euros de frais déjà, le rembousement de l’investissement, vous arrivez rapidement au 2 millions d’Euros. Si c’est 1 ME , cela ne change pas le raisonnement.

    Le raisonnement tient simplement sur un constat :

    -  il y a toujours hors secteur public des prestations offertes par le secteur privé ( dans le cas présent c’est hotels, bistrots, restaurants, chateau,...)
    -  mais le secteur public fait des investissements payés par le secteur privé (toujours, y compris le citoyen) et fait concurrence au secteur privé ! (les exemples sont abondants !)
    -  le secteur privé s’effondre alors (un peu,beaucoup, à la folie...) par manque d’activité,
    -  ceux qui restent participent de plus en plus au financement,...

    Alors qu’on peut penser qu’il y a d’autres méthodes :

    -  utiliser davantage ce qui existe (public et/ou privé)
    -  apporter plus d’activités quitte à subventionner les clients ou les fournisseurs,
    -  si le secteur en question a plus d’activités il peut certainemment se renforcer et augmenter encore plus sa surface
    -  tout le monde s’y retrouve (public et privé)

    C’est ce qu’on peut appeler la Vie...Thèque par rapport aux multiples XThèques qu’on vit à Pau.

    Et Pau est un exemple flagrant où le renforcement du public n’a pas eu un impact terrible sur l’activité locale.

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Carrère  
    Merci Jerlau, voilà qui est plus clair.

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Jerlau  
    merci,carrère, pour une fois que quelqu’un me dit que je suis clair !

  • > La Vie...Thèque
    12 septembre 2007, par Autochtone palois  

    Mais non jerlau, carrère ne dit pas que tu es clair ! Il dit juste que tu es "plus clair". Ce qui n’exprime pas la même idée. Il y a une notion de relativité, une grosse nuance, qui t’a échappée ! smiley

    Ton esprit part souvent dans les nuages, tes considérations se perdent souvent dans les circonvolutions limbiques de l’hippocampe. Suis-je clair ? smiley

    Mais c’est toujours amusant de te lire.

  • > La Vie...Thèque
    12 septembre 2007, par Jerlau  

    >Autochtone,

    Il est bien connu que La Vérité Suprême est toujours dans le firmament, et tu avoueras qu’à 40 Km de Lourdes, on ne peut pas le nier.

    Donc cher Autochtone, tu ne peux pas nier, je suis celui qui est le plus près de la Vérité ! Qu’on se le dise !

    Que les Lapinos l’annoncent dans les garennes !

    Après l’Oracle de Delphe, l’Oracle de Pau et Bernadette !

  • > La Vie...Thèque
    19 septembre 2007  
    la vie...thèque, l’avis clair et la vie claire

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Tony  

    C’est bien ce que font les anglo-saxons qui sont des pragmatiques. Il y est toujours surprenant pour nous Français de voir que les Anglais , les Allemands ou les Américains tiennent des réunions ou organisent toutes sortes de réunions dans des salles privées (comme des hôtels ou des théatres) qu’ils se contentent de louer.

    Tout le monde a déjà vu un Président des USA tenir une conférence officielle dans un hôtel Hilton ou un Hyatt, ou le Chancelier allemand réunir un colloque dans un hôtel. Si c’est efficace et moins coûteux, pourquoi ne pas s’en inspirer ?

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Jerlau  

    Tony,

    je suis heureux que vous veniez à ma rescousse. Vous citez à juste titre les anglo-saxons.

    Mais chez les "Latinos" c’est comme chez les "Lapinos" chacun veut avoir sa "garenne" ! Du coup il y a plus de garennes que de clients, et quand le client passe par hasard il prend le coup de fusil ! Et à double coup, le coup de fusil fiscal pour financer les nouvelles garennes et le coup de fusil du "garennier" pour financer son absence de clientèles ! Et continuons à construire des garennes ! Et ensuite modifions le plan de circulation des "Lapinos" !

    La VieThèque ou l’Xthèque ?

    Tony continuez à m’aider dans cette explication de texte.

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Autochtone palois  

    Jerlau et Tony, bien sûr qu’il serait souhaitable que les associations puissent se retrouver dans les salles de réunion des hôtels ou du château, avec tout le confort et les services idoines. Mais toutes n’ont pas aujourd’hui les moyens financiers de l’association "Pau Wright Aviation", par exemple, pour s’offrir une salle du casino.

    Il n’y a pas si longtemps j’avais fait, partant du même espoir que vous, une tentative auprès de l’hôtel Beaumont pour organiser une réunion avec projection video... J’ai dû déchanter et nous sommes retrouvés tout simplement au complexe de la République. C’est ça la vraie vie.

  • > La Vie...Thèque
    11 septembre 2007, par Jerlau  

    Autochtone,

    Mais si le politique est prêt et à batir des murailles, il peut dans un premier temps subventionner l’association et/ou l’hotellier pour lancer le mouvement et faire les comptes au bout de quelques temps.

    A hauteur de 1 ou 2 millions d’euros par an, ce que coûteront les "Murailles", la Mairie peut en subventionner des réunions.

    Il faudrait arrêter de raisonner en Murailles et 5 ième colonne ( comme pour la Médiathèque)

  • > François Bayrou, candidat ( non ) déclaré.
    9 septembre 2007, par Francine Dehail  
    François Bayrou, candidat (non) déclaré

    Excellente formule que celle de cet internaute : la municipale se jouera-t-elle sur le concret ou sur l’image ? Je trouve que cela résume bien la situation. Sur le concret, on attend un projet bien construit et ambitieux dixit le mouton à 5 pattes. Sur l’image, un seul l’a bien utilisée sur le plan national. Bien que situé à Bordères, c’est de Paris qu’il voit la situation. Pau : un marche pied pour 2012 ?

  • Pau vaut bien un escabeau
    9 septembre 2007, par Autochtone palois  

    Francine, comme vous aimez les formules, en voici une attibuée à FB, le spécialiste d’Henri IV qui cherche à accrocher par tous les moyens son drapeau du Modem en haut de la tour Eiffel : "Pau vaut bien un escabeau".

    Le tout est de savoir ce que l’escabeau en pense.

  • > Pau vaut bien un escabeau
    19 septembre 2007  
    et si l’escabeau a bien des marches

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Indignez-vous !
    Pau Municipales 2014 - Faut-il donner une deuxième chance à MLC pour prolonger son action ?
    Pau-litique : "La classe 80"
    A mon panache blanc.
    Marc Cabane candidat à Pau.
    Pau - Le SMS du jour...
    Municipales : à Pau, pas de renouveau !
    Pau 2014 - Martine aux abonnés absents...
    Pau 2014 - Salle Navarre : Quelle jauge pour les candidats ?
    Pau - La médiathèque André Labarrère n’est pas la sienne
    Municipales 2014 - Pau : En 2013, parties de poker-menteur
    Pau - Boulevard des Pyrénées et parkings relais
    Pau : Après la ville "pacifiée", la mairie "apaisée"...
    Le Conseil Général des PA lutte contre le réchauffement climatique
    Tango à gogo au Conseil Général
    Pau, rencontre avec Yves Urieta.
    Cumul des mandats - Martine en redemande. Les Palois désespérés !
    Lettre ouverte à Pierre Chéret, premier secrétaire du PS des Pyrénées-Atlantiques
    Pau Municipales 2014 : Marc Cabane dans les starting-blocks
    Pau - Devoir de vacances



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises