Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Mille-feuille à la crème pépère

lundi 22 avril 2013 par Daniel Sango


L’organisation territoriale française empile les organisations. Celle moyenâgeuse des paroisses (nos communes), celle napoléonienne des Départements, (le préfet doit pouvoir parcourir son territoire en une journée de cheval) et celles plus récentes des Régions et des Intercommunalités.

Jamais nos politiques n’ont eu le courage de simplifier cet empilement d’archaïsmes car les politiques locaux, Maires et Conseillers Généraux soutenus par leurs obligés, les sénateurs, ont toujours préféré privilégier leurs pouvoirs (leurs intérêts ?) personnels à celui de l’efficience de la France.

On lira avec intérêt les nombreux rapports de la Cour des Comptes (dont celui de Novembre 2005 "L’Intercommunalité en France") qui dénoncent depuis des années cet empilage désorganisé, fruit de l’égoïsme de nos élus, et qui coûte des milliards au contribuable. Tous nos voisins depuis les années 70 ont su évoluer. Pas la France.

Le résultat est, une mutualisation inexistante, une armée de fonctionnaires territoriaux inutiles (500 000 emplois supplémentaires créés ces 20 dernières années), des bataillons d’élus et une dépense publique record, insoutenable dans une période de croissance nulle pour un Etat hyper endetté.

Pépère a donc tranché, mais pas dans le lard de notre mammouth décentralisé. Pire, il nous rajoute des "comités théodules", validant ainsi le merdier ingérable de la décentralisation à la française.

Ce sont trois projets de loi qui ont été examinés lors du Conseil des Ministres du 10 avril, dans l’indifférence médiatique générale.

"Les projets de loi consacrent des collectivités chefs de file : la région pour le développement économique, le département pour l’action sociale. Les compétences de la région en matière de formation professionnelle sont confortées et la région se voit confier le pilotage du service de l’orientation. Pour favoriser, au niveau régional, la coordination entre collectivités, des Conférences territoriales de l’action publique doivent être créées. Dans ce cadre, des pactes de gouvernance territoriale répartissent les compétences entre collectivités. Des schémas d’organisation des compétences et de mutualisation de services seront également conclus et les intercommunalités seront renforcées. Pour les relations entre l’État et les collectivités territoriales, un Haut Conseil des territoires doit être créé comme lieu de dialogue entre l’État et les représentants des collectivités. Par ailleurs, les communautés d’agglomération et les communautés urbaines de plus de 400 000 habitants seront transformées en métropoles. Le statut de métropole tend à affirmer le rôle des grandes agglomérations comme moteurs de la croissance économique et de l’attractivité du territoire. Une métropole est dotée de compétences larges qui lui sont transférées par l’État, les communes, mais aussi par convention, par le département ou la région. Le projet de loi prévoit la création de la métropole Aix-Provence-Marseille au 1er janvier 2015, celle de Lyon au 1er avril 2015 et celle de Paris au 1er janvier 2016" (Vie Publique .fr).

Création de "Conférences territoriales", de "pactes de gouvernance territoriale",d’un "Haut Conseil des territoires", et plus anecdotiquement de "métropoles", sans suppression d’ailleurs du Conseil Général ou des communes. Il faut oser le faire !

Pourtant tout le monde s’accorde pour dire qu’il existe une prérogative calamiteuse : la "compétence générale" qui permet à toutes les couches du mille-feuille de s’occuper de tout, rendant ainsi totalement illisible le fonctionnement, même pour les élus eux mêmes. Tout le monde peut s’occuper de développement économique ou de social, de sport ou de culture, etc... Il en résulte un fonctionnement totalement anarchique, incompréhensible, ingérable, dispendieux. Il fallait bien sûr commencer par supprimer cette clause de compétence générale, c’était le minimum !

Que dire d’une organisation où le citoyen ne peut absolument pas comprendre qui fait quoi ?

Comment peut-il porter un jugement sur l’action des élus, puisqu’il ne sait pas ce qu’ils font ?

Comment peut fonctionner une démocratie sur ces bases ?

Au moment où on veut moraliser la vie politique française, où on veut chasser les conflits d’intérêt, le comportement des élus français est pitoyable.

Si l’on conserve cet empilement d’archaïsme, c’est parce que les Maires veulent défendre bec et ongles leur prérogatives, par exemple le PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui permet de décider quelles parcelles seront constructibles et auront une valeur multipliée par 20 ou par 100, favorisant ainsi, entre autres (...), l’étalement urbain et la consommation effrénée de terres agricoles. Ou bien le droit de construire sa salle des fêtes utilisée vingt jours par an, tout comme celle de la commune voisine... Ou celui de ne pas optimiser les écoles en défendant au mépris de toute optimisation financière le "à chaque commune son école", ...etc.

Pour être réélu, les Maires ou les Conseillers Généraux ont besoin de cette compétence générale qui leur permet d’attribuer des fonds à telle association sportive ou culturelle, qui permet au Conseiller Général du canton de distribuer quelques dizaines de milliers d’euro de subvention au boulanger du coin pour le renouvellement de son four à pain où à cette dame qui veut refaire des chambres d’hôtes, qui permet au Conseil Général de subventionner aussi tel club de rugby professionnel, ou de financer une improbable coopération internationale ("Tango à gogo au Conseil Général" AP du 19/11/2012 et "Au vert à Madagascar..." AP du 7/2/2011) ...etc.

La liste serait interminable des méfaits et des surcoûts de la désorganisation actuelle de nos territoires.

Pourtant les solutions sont connues :

-  Regroupement des communes pour un nombre de cellule démocratique de base autour de 8000 au lieu des 36 600 actuelles.
-  Suppression du Conseil Général avec transfert de ses compétences vers la Région et les intercommunalités (nouvelles communes regroupées)
-  Remodelage de certaines Régions avec regroupements.
-  Définition claire et unique des responsabilités des deux échelons restant.

Mais la France est indécrottable. La démarche alsacienne, exemplaire à bien des égards, a capoté à cause de rumeurs lancées par des minorités (syndicats de fonctionnaires, élus, ...) du Haut Rhin et un désintérêt coupable des Alsaciens qui nous avaient habitué à mieux. Pourtant, la question reste posée : faut-il deux départements et une Région en Alsace ou en Corse ? En France le ridicule ne tue pas, et avec la dernière recette Hollande, le mille-feuille à la crème pépère, on n’aura pas avancé d’un pouce, comme d’habitude.

Dormez citoyens dormez, plus dur sera le réveil !

par Daniel Sango


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Mille-feuille à la crème pépère
23 avril 2013, par Larouture  

« Le mille-feuille administratif n’est pas une spécialité française. C’est plutôt l’absence de tutelle hiérarchique. »

« Le pouvoir donné aux maires d’ouvrir ou fermer à leur guise les droits fonciers, donc de créer la rente foncière, est un élément de l’étalement urbain et aujourd’hui des activités et des emplois. »

Origine : P. Veltz « La grande transition » ; 2008.

> Mille-feuille à la crème pépère
22 avril 2013, par Emmanuel Pène  

Ce n’est pas d’une simplification du mille feuille administratif dont on a besoin ; c’est d’une simplification globale de l’état. Trop d’état tue l’état !

  • > Mille-feuille à la crème pépère
    23 avril 2013, par Daniel Sango  

    Plus de cent personnes au compteur du sondage et 92% qui disent que cette simplification doit être une réforme prioritaire...

    C’est comme le non cumul.

  • > Mille-feuille à la crème pépère
    22 avril 2013, par Rêveur des villes  

    Le mille-feuille à la crème pépère a encore de beaux jours devant lui. Des réformes a minima et très insuffisantes, mais avec un immense budget de com’ seront réalisées un jour, pour faire croire au bon peuple que sa classe politique "se modernise" et "est soucieuse de son efficacité".

  • > Mille-feuille à la crème pépère
    22 avril 2013, par Rêveur des villes  

    Concernant l’étalement urbain, tant qu’il y a du pétrole et du gaz pas cher, la population et les politiques s’en moqueront. Et malheureusement, il y en a pour longtemps (20, 30, 40 ans ?), avec l’avènement de la production de gaz et pétrole de schiste. Le taux de CO2 dans l’atmosphère peut continuer à grimper et la planète à se réchauffer...

    Au passage "bravo" à la gauche écolo d’avoir reporté l’obligation de norme basse consommation pour tout logement neuf, qui était prévue en janvier 2013...

  • > Mille-feuille à la crème pépère
    22 avril 2013, par le coq  
    à vos marques partez....l’important est de participer au maraton.

    Bravo pour ce déballage d’incompétences, des termites cannibales sur le dos des Citoyens . Quand on détruit le secteur privé avec masochisme (1 000 0000 d’emplois perdus dans l’industrie remplacés par 500000 nouveaux contrats fonctionnaires minimum) pour renforcer le bataillon des fonctionnaires déjà en excèdent. On s’assure à tous niveaux d’une réélection.... Pourquoi faire des "formations" nouvelles ? Elles ne servent qu’à justifier l’embauche de personnels par copinage avec les élus. Le pouvoir politique désemparé par le modèle communiste qui a disparu a su rebondir par ce moyen d’empilage social pourvoyeur d’emplois de précarité à la charge des citoyens. Il n’y a pas de solutions car la volonté des élus est de faire voter les immigrés non français, il va y avoir un nouveau bataillon de gens qui soutiendront leurs bienfaiteurs et détruiront le secteur privé. La France "Communiste social" est en marche inexorablement. Que faire ? RIEN de possible ! On a vu comment lutter pour la démocratie et le modernisme, n’a fait que renforcer par les élections le pouvoir des Islamistes. En France c’est le pouvoir des FONCTIONNAIRES qui aura ainsi le poids suffisant pour s’opposer aux directives Européennes. Le Pen d’un coté, le PS dur de l’autre, la droite au musée Grévin. L’assemblée Nationale qui a le pouvoir légitime se fait insulter par des Ministres QUI NE SONT PAS ELUS c’est inadmissible. Exigeons le respect des valeurs. Montebourg n’est qu’un aboyeur public ; Taubira doit démissionner, son attitude est plus grave que celle de Cahusac car ce sont les Citoyens qui en paient le prix. Mélenchon c’est Guignol... On a vu tellement de ministres de complaisance incroyablement nuls : Bachelot et ses vaccins, MAM et le Clémenceau, Laporte et le sport,.....et je ne parle pas des corrompus et menteurs d’Etat. Quelle image magnifique donnons nous ? Heureusement que le temps fait son oeuvre en chassant les nantis. Les grandes familles ont disparues avec le "Patriotisme" (textile, sidérurgie, aéronautique,l’automobile, le bâtiment, les industries du bois, des cuirs et chaussures, l’agriculture classique, l’alimentaire....) reste "l’addiction fonctionnaire".

  • > Mille-feuille à la crème pépère
    24 avril 2013, par Jeanzy  
    Quelle image magnifique donnons nous ?
    C’est ainsi que le bon public de France, verrouillé par la République à la représentation pléthorique, se fait traité de "populiste" s’il ose se rebeller ou seulement émettre des critiques...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    Harlem, désir de morale ?
    Immoralité, opacité, impunité
    Décadence morale
    Changeons de politiques !
    Suivre son panache blanc ?
    Mains propres
    Non cumul : Martine Lignières Cassou et Nathalie Chabanne, les autruches béarnaises ?
    Argent et politique : Dédicace à Messieurs Braud & Sango.
    Non cumul des mandats : Pour un référendum, s’il le faut...
    Dix-huit pour cent
    Eloge de la lenteur
    Désarroi des politiques.
    Le changement c’est maintenant !
    A l’Ouest rien de nouveau...
    Cumul des mandats, faudra-t-il passer par un référendum ?
    « Pacte », vous avez dit « Pacte » ?
    C’est au pied du mur, que l’on voit le maçon...
    Le Pen, Labarrère, un détail de l’histoire.
    Propositions



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises