Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.

lundi 15 avril 2013 par Joël BRAUD


Aujourd’hui tout le monde se réjouit de ce que les auteurs présumés de ce crime odieux soient maintenant aux mains de la justice. Pour en arriver à ce résultat, un immense travail des policiers de la police judiciaire a été nécessaire. On est loin des romans policiers où le héros parvient seul à identifier et arrêter les auteurs d’un méfait, ici une équipe soudée a réussi ce qui, au départ, paraissait impossible.

Peu de monde imagine comment fonctionne une équipe de la police judiciaire confrontée à une telle énigme. Au départ, si l’on en croit la presse, il y avait très peu d’éléments. La police technique et scientifique ne délivrait aucun indice, aucun ADN. Il a donc fallu compter à la fois sur l’investissement des policier(e)s, leurs qualités personnelles, leur détermination et surtout faire en sorte que jamais le découragement ne les gagne.

Une telle équipe doit avant tout être soudée. Et lorsqu’on a rien qui accroche, lorsqu’on a fermé un certain nombre de portes parce qu’elles n’ouvraient sur rien de palpable ou de crédible, il reste parfois à espérer qu’un témoin de dernière minute, pris de remord va se faire connaître. Il n’en a pas été ainsi alors les flics de la P.J. se sont accrochés à tout qui pouvait présenter un intérêt même si l’élément pouvait paraître anodin.

Le fonctionnement est principalement basé sur le fait qu’un certain nombre de policiers n’est consacré qu’à cette enquête. D’ailleurs leur habitude de travail fait que dans une telle situation ils finissent par ne penser qu’à leur enquête, à faire travailler leur imagination et confronter entre eux les hypothèses qu’ils échafaudent. On parle beaucoup, on échange des idées, on se donne des idées. Jusqu’au moment où l’une ou l’un d’entre eux épluchant le registre des condoléances, a été alerté par une formule peu habituelle. Cet indice qui en soi était très ténu, a été examiné comme indice qui accroche. Pour autant personne au départ n’y croit mais personne ne décourage ses collègues.

Puis il a fallu mettre une identité sur un prénom, sur un surnom pour arriver à savoir qui se cachait derrière cette formulation bien curieuse. Il a fallu également contrôler les communications téléphoniques.

L’autre grande difficulté est d’être confronté à ce milieu interlope que sont les marginaux. Rien n’est logique chez eux et lors des interrogatoires ils parlent peu et se contredisent fréquemment. Sous le code d’instruction criminel, l’aveu était considéré comme la reine des preuves. Pour des raisons que tout le monde peut comprendre, il n’en est plus ainsi depuis que le code de procédure pénale a remplacé le code d’instruction criminelle. Alors il faut chercher des failles ailleurs. Cela est à la fois compliqué et décourageant. Avec les marginaux, la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain et les contradictions ne les effraient pas. Il est donc difficile de trouver une logique et surtout les motivations reposent toujours sur des futilités auxquelles on ne peut logiquement apporter du crédit. Dans le même temps il faut établir tous les actes de la procédure, les notifications des droits du gardé à vue, la confrontation, les auditions, les perquisitions, l’établissement des scellés, les comptes-rendus au juge d’instruction et tant d’autres. Tout cela dans un souci de l’urgence imposée par les délais de la garde à vue. Il y a une règle qui est toujours respectée c’est celle du secret dans la phase de la procédure judiciaire et pourtant il faut savoir que la presse est présente et sollicite sans cesse les enquêteurs. Selon la loi, (code de procédure pénale) seul le procureur est habilité à informer la presse de l’état d’une enquête judiciaire. Il le fait mais en fin d’établissement des actes, au moment du déferrement du ou des mis en cause.

Le résultat est là et bravo à ces policiers qui sont tous de grande qualité.

Maintenant il faut réfléchir à ce qu’il conviendrait d’envisager pour que de tels faits ne se reproduisent pas. Quelle est la meilleure prévention face à ce milieu des marginaux.

Certains évoqueront la mise en place de caméras vidéo placées en des lieux stratégiques sur la voie publique. Partout où cela a été entrepris, il n’a pas été réellement constaté une diminution de l’insécurité dont cette population désocialisée est la cause. Pourquoi ? Parce que sauf à mettre des caméras partout on ne peut surveiller la totalité des espaces. D’autre part les marginaux eux-mêmes ne sont pas dissuadés par le fait qu’ils se sentent surveillés par ce moyen. Enfin parce que les caméras ne permettent que très rarement l’identification d’une personne.

Cette population est difficile à prendre en charge par les structures sociales du fait précisément de leur errance et de l’impossibilité d’organiser des rencontres, des rendez-vous. La plupart souffre de psychopathies du fait surtout de leur addiction à l’alcool, à la drogue. Les médecins spécialistes en psychiatrie s’accordent à reconnaître qu’il leur est impossible d’évaluer le degré de dangerosité d’un malade mental.

Alors il reste, et tout le monde est plutôt d’accord sur ce sujet, qu’il faut une présence accrue de la police mais en considérant que c’est d’abord le rôle de la police nationale plus que celui de la police municipale. Il ne sert à rien de prendre des arrêtés interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique s’il n’y a pas de contrôle et si les interdits ne se concrétisent pas. La police doit effectuer des contrôles fréquents qui ont pour but de répertorier les éléments de ces groupes de marginaux qui se regroupent dans divers espaces du centre-ville. Non seulement d’ailleurs de les répertorier mais également de créer chez eux une gêne face à ce qu’ils perçoivent comme une insécurité face aux forces de l’ordre et ce n’en déplaise aux beaux esprits. Bien sûr cela doit se faire en collaboration avec les services médicaux et sociaux qui doivent à partir des signalements fournis par la police intervenir et assumer des prises en charge. A l’inverse, la police sait que les services sociaux, pour d’obscures raisons de crédibilité, rechignent à collaborer avec elle. Mais retenons que la contrainte reste la mesure initiale à toutes les autres.

Enfin devant de tels faits, le sentiment d’insécurité existe, il est fort et ne peut-être ignoré. Cependant la ville de Pau est une ville où la délinquance est parfaitement contenue.

Pau, le 9 avril 2013

Par Joël BRAUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
15 avril 2013, par Rêveur des villes  

JB : « la ville de Pau est une ville où la délinquance est parfaitement contenue »

Quelle chance ! smiley

JB : « La plupart [des marginaux] souffre de psychopathies »

Non, de « psychopathologie ». Si la plupart d’entre eux étaient des psychopathes, je vous conseillerais pas d’aller faire vos courses aux halles...

  • > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par Joël BRAUD  

    Définitions du Larousse :

    Psychopathe : personne atteinte de psychopathie. Malade mental.

    Psychopathie : personnalité pathologique se manifestant essentiellement par des comportements antisociaux. C’est exactement ce que j’ai voulu dire.

    Psychopathologie  : Branche de la psychologie qui a pour objet l’étude comparée des processus normaux et pathologiques de la vie psychique.

    Je ne vois pas le rapport

  • > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par Rêveur des villes  

    psychopathie :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathie

    "La psychopathie (des mots grecs : psyche ψυχή (esprit, âme) et pathos πάθος (souffrance, changement accidentel)[1]) est un trouble de la personnalité, caractérisé par des émotions peu profondes (en particulier une crainte réduite), un manque d’empathie, de l’égocentrisme, de l’impulsivité, de l’irresponsabilité, de la manipulation et un comportement antisocial, décrit comme étant un mode de vie criminel et instable"

    J’avais oublié le "s" à psychopathologies.

  • > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par Emmanuel Pène  

    Bonjour Joel,

    "la ville de Pau est une ville où la délinquance est parfaitement contenue"

    Qu’est-ce qui vous fait dire ça ? Vous avez des statistiques ?

    J’ai plutôt l’impression que la paupérisation de certains quartiers de Pau, et la présence dans la nature d’anciens internés de St Luc créé une insécurité..

  • > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par Joël BRAUD  
    Oui, Emmanuel, je dispose de statistiques. Maintenant il faut faire une différence entre sentiment d’insécurité et insécurité. Entre l’impression et les mesures statistiques. Dire que la délinquance est contenue signifie que la ville de Pau comparée aux autres villes de même importance à un taux pour mille très honorable. Le taux pour mille, vous vous en doutez, est le nombre d’infractions constatées par an et par groupe de mille habitants.

  • > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par L’ OURS du Bois  

    un reportage a été diffusé sur TF1 dans l’émission sept à huit,

    émission "édulcoré" sur la vie des "fréquentant"

    le parvis des halles et les rues d’accueil de la marginalité ( seul le PHARE est brièvement apparus).

    qui à censuré ????

     smiley smiley smiley smiley

    > Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    15 avril 2013, par le coq  

    C’est vrai...bravo la Police dans cette triste affaire. On ne peut pas oublier cependant que ces gens étaient connus de la police et sans surveillance ni assistance. J’ai déjà vu des sdf autour de la halle de la république sortir un marteau et se menacer lors de conflits sur le trottoir. Ce n’est pas contre les chiens....

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Il est urgent d’écrire une autre symphonie du nouveau monde !
    Suicides durables pour compétitivité et croissance durables. Est-ce soutenable ?
    De l’importance du mot
    Mariage d’amour
    De la transparence à l’opacité programmée !!!
    Multiplions les divisions !
    Le maïs peut-il nourrir l’humanité tout en protégeant la planète ?
    Jusqu’où et jusqu’à quand ?
    Partir en Suisse ?
    Pourquoi se taire ?
    Si la femme est l’avenir de l’homme, l’homme est un avenir incertain pour la femme !
    Mariage ou union pour tous ?
    Je ne discute jamais politique avec des gens qui ne font pas eux mêmes leurs confitures
    La justice fiscale (suite et fin)
    La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
    Histoires de famille
    « C’est un grand agrément que la diversité. L’ennui naquit un jour de l’uniformité »
    Voitures brulées la nuit de la Saint Sylvestre
    Justice fiscale
    Il faut harmoniser les péages des autoroutes A 63 et A 65



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises