Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?

lundi 15 avril 2013 par Eric Thuillier


La crise nous plonge dans un bain sémantique dans lequel nage en formations serrées le mot « milliard ». Pas une séquence d’information qui n’en égrène à volonté. Il en manque 10 ici, on en a distribué à tort 50 là, il en faudra mille pour abonder le fonds européen de stabilité. Mille milliards, c’est justement le montant de la dette des étudiants américains. Côté milliardaires, le fameux classement Forbes vient de nous apprendre que le monde n’en a jamais été aussi riche. 1426 en 2013, 200 de plus qu’en 2012. Les hommes, en milliards, ont atteint le nombre le sept.

Un mot qui dispose d’une relation privilégiée avec le réel, dont on ne saurait se passer pour le décrire et l’amender. Un mot qui confère à ceux qui le font passer par leurs bouches un sérieux indiscutable.

Un mot qui impose le silence au citoyen. Comment pourrait-il penser quelque chose d’un monde qui valse avec les milliards ? Comment pourrait-il agir sur de telles quantités ? L’action est réservée à de super ingénieurs économiques et politiques qui connaissent le maniement des manettes à milliards, savent où les prendre et comment les utiliser.

On ne peut nier la réalité de ce qui est décrit avec ce nombre magique, ce qui rend difficile la contestation de son emploi massif. Le simple citoyen qui s’exprime ici, qui ne dispose d’aucun titre qui l’autorise à le faire, voudrait savoir condenser en une phrase ce qu’il y a d’absurde dans cette vision d’un destin humain entièrement dépendant des flux financiers et de l’emploi obsessionnel de sa glorieuse unité de mesure. C’est de sa part, pure vanité car il ne peut ignorer que prendre la parole dans cet enfer est comme lever le petit doigt pour prendre le thé, comme croire qu’une pâquerette peut caler les chenilles d’un tank.

Des milliards donc, des milliards pour changer la donne économique et sociale, des milliards oui ! Mais des idées pour vivre ensemble, des idées pour le partage de ce que nous avons, des idées pour nous abriter, au moins partiellement, des crises à répétition, pour organiser des réseaux qui garantissent les besoins essentiels au plus près de la vie concrète des hommes, bref des idées politiques pour faire front aux grandes contraintes, des idées pour vivre ensemble non !

Les hommes politiques ont besoin de grandes mécaniques, de grands nombres. Ils viennent à tout moment contrarier les projets de justice auxquels ils consacreraient des milliards en quantité non négligeable si la crise, ou quelque autre imprévu ne venait pas les prendre. Oh la méchante crise qui n’arrête pas de nous chiper nos milliards !

Ce n’est pas la crise, ou la mondialisation, ou je ne sais quoi qui nous empêche de réaliser un partage équilibré de ce dont nous disposons, c’est une incapacité dont la tentative de correction devrait être le champ du politique.

Il ne suffit pas de faire face aux crises, de les résoudre en les reportant à plus tard, et d’être ainsi perpétuellement occupé à les résoudre. Il faut aussi que l’organisation sociale dispose de ressorts propres, compensateurs, qui puisent dans les immenses réserves humaines, dans la force des bras, dans les 100 milliards de neurones que comptent un cerveau humain pour faire de la politique, faire du vivre ensemble, faire de la citoyenneté, pour ouvrir des brèches dans l’individualisme qui devient une souffrance pour l’individu.

Les scènes de presse violente autour de la distribution d’un sac de riz nous horrifient. C’est pourtant, dissimulé sous bien des sophistications, le comportement humain le plus répandu et le plus encouragé.

Admettons que le fleuve financier qui roule ses eaux au milieu du paysage humain soit notre source principale d’énergie, que nous n’ayons d’autre possibilité pour faire tourner nos moulins que d’y raccorder notre bief, qu’il broie notre farine, nourrit nos terres comme le Nil, nourrit nos rêves comme l’Amazone, faut-il n’être dépendant que de lui ? Faut-il l’accepter comme un phénomène naturel ?

Pourquoi pas ? Acceptons-le comme un phénomène naturel ! Comme à d’autres phénomènes naturels il faut s’adapter en lui opposant des communautés armées pour affronter ses sautes d’humeur. Savoir si nous pouvons l’endiguer, le contraindre, le réguler, viendra plus tard, mais se quereller en permanence sur les moyens de le faire avant d’avoir appris à vivre avec, c’est comme si les hommes, au cours des milliers d’années pendant lesquels ils ont appris à vivre avec l’hiver, s’étaient répartis en deux camps proposant des solutions divergentes pour l’empêcher de revenir après l’automne. Ce n’est pas en le supprimant que nous avons neutralisé les nuisances de l’hiver qui dans des périodes éloignées, devait atteindre l’humanité dans des proportions génocidaires, c’est en inventant des moyens de vivre avec.

L’humanité est confrontée à une nouvelle sorte d’hiver face auquel elle ne sait que se quereller. Un hiver étrange qui trompe les hommes parce qu’il est création des hommes et que ces derniers, à la fois naïfs et orgueilleux, croient qu’ils peuvent défaire ce qu’ils ont fait. C’est faux. Les hommes créent entre eux des choses qu’ils ne savent pas défaire. Ils ont déjà ensanglanté tout un siècle en croyant qu’ils le pouvaient. Il faudrait passer à autre chose.

Ce n’est pas une cour de fatalisme. Ce n’est pas accepter le cours des choses sans réagir, pas plus que nos ancêtres ont accepté de mourir de faim et de froid. Nos ancêtres n’ont pas protesté, ils ont inventé. Nous devons inventer. Inventer partout, tout au long du grand fleuve de la finance et de la folie accumulatrice, inventer mille moyens de nous protéger, inventer avec les moyens dont nous disposons qui ne sont pas insignifiants. Inventer pour prouver à la liberté qu’elle ne nous a pas été octroyée seulement pour nous affilier à de nouveaux maîtres. Quand nous aurons fait ce que nous pouvons, peut-être aurons nous assez de force pour faire ce que nous sommes incapables de faire aujourd’hui. Peut-être que nous n’aurons plus le désir de le faire parce que nous aurons combiné avec les forces qui aujourd’hui nous répugnent un mode de vie qui nous conviendra. Mais mille milliards de sabords, il faut inventer, inventer partout, inventer nous-mêmes et pas seulement attendre les inventions des Etats, des entreprises de la taille d’un Etat qui ne valent pas mieux que les entreprises d’Etat, des techniques qui nous plantent des électrodes dans la tête pour nous piloter au gré de la seule rentabilité. Restreindre, comme nous le faisons, l’innovation au seul domaine technique et en attendre des miracles c’est se condamner à devenir de plus en plus les otages de la marchandise. Nous avons besoin d’innovations politiques, d’innovations sociales.

- par Eric Thuillier


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
15 avril 2013, par Daniel Sango  

"Mais mille milliards de sabords, il faut inventer, inventer partout, inventer nous-mêmes et pas seulement attendre les inventions des Etats, des entreprises de la taille d’un Etat qui ne valent pas mieux que les entreprises d’Etat, des techniques qui nous plantent des électrodes dans la tête pour nous piloter au gré de la seule rentabilité."

Reflexion de riche confortablement installé ?

Que pense un chômeur au RMI ? On lui souhaite d’être très inventif.

  • > Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    15 avril 2013, par Eric Thuillier  

    Bonjour, Je ne vous connais pas assez pour savoir si votre commentaire est une pique destinée à lancer le débat ou si elle témoigne d’une réaction sincère. Sous réserve de votre démenti, j’opte pour la deuxième hypothèse car même si je me trompe elle est symptomatique d’un procédé répandu qui consiste à disqualifier un propos, sous un prétexte ou un autre d’illégitimité. C’est précisément un des aspect de cet art répandu de la disqualification que je me propose de combattre dans ce texte, qui pour mimer l’actualité, pourrait se nommer le projet, involontaire (plus ou moins) mais fortement relayé, d’incompétence pour tous.

    Ai je le droit de le faire alors que je suis riche et confortablement installé ? Et croyez vous que ce droit est concédé au Rmiste ?

    Je ne sais pas qui est en mesure de parler et qui ne l’est pas. Je sais que notre société est en une fort mauvaise passe et que chacun, riche et moins riche, instruit et moins instruit, peut s’inquiéter et formuler le désir de voir progresser le politique, soit la genèse d’un bien commun le plus largement partagé. Ce que j’en dit ne fait pas progresser cette genèse, il faut aller plus loin. Mais il me semble certain que dans une société ou certains sont riches et confortablement installés et d’autres pauvres et mal logés, dans une société effarée par les effondrements idéologiques, labourée par les nouveautés technologiques, on ne peut se permettre de rejeter personne car personne n’est capable de dire comment nous allons nous en sortir.

  • > Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    15 avril 2013, par Autochtone palois  

    ... car personne n’est capable de dire comment nous allons nous en sortir.

    Cette sentence définitive montre que peu de monde - en particulier parmi les politiques - est capable d’entendre ceux qui font un diagnostic et proposent des solutions pour "nous en sortir", quitte, après analyse, à ne pas être d’accord avec eux.

    Qui écoute objectivement un L.Davezies ou un P.Larrouturou, lorsqu’ils proposent des diagnostics inhabituels qui dérangent ceux qui s’en tiennent à une vision majoritaire, dominante, consensuelle, et finiront par admettre qu’ils sont dépassés par la situation ?

  • > Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    15 avril 2013, par Rêveur des villes  

    "S’en sortir" nécessite sans doute de prendre des mesures impopulaires qui compromettent les élections suivantes pour le camp qui les prend. Qui donc osera ?... Nos politiciens ne sont pas (en majorité) des gens responsables mais des spécialistes de la communication aux masses (démagogie et langue de bois) et du clientélisme qui ne visent que l’élection suivante.

    Mais le climat se tend entre la France et l’Allemagne. 1% de déficit du PIB d’un côté, 5% de l’autre... jusqu’à quand ? Pour traduire en chiffres compréhensibles, ça fait environ 25% de déficit public d’un côté et 5% de l’autre. (Ces chiffres de déficit public rapporté au PIB privé ont peu de sens).

  • > Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    16 avril 2013, par Eric Thuillier  
    La phrase « personne ne sait comment nous allons nous en sortir », ne signifie pas « nous n’allons pas nous en sortir ». J’appelle, comme vous le faites vous même, à une mise en débat le plus large possible, n’excluant personne par principe. Et effectivement les propositions de Larroutourou méritent d’être discutées, ne serait ce que pour servir de point de départ, parce qu’il va bien falloir prendre le problème par un bout au lieu de dire qu’il est intouchable tellement il est compliqué !

  • > Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    16 avril 2013, par Oscar du Pont  

    Et si au contraire on arrêtait de "faire de la politique"* on aurait peut-être(à mon point de vue terriblement influencé par toutes sortes de milliards..y compris d’hommes) une toute petite chance d’entrevoir un bout de soleil..Continuons à en faire et une fois à la cave, il nous faudra creuser encore.

    *faire de la politique, c’est tenter de plaquer une utopie sur les réalités du monde. Vous le faites d’ailleurs très bien Eric...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mille-feuille à la crème pépère
    Harlem, désir de morale ?
    Immoralité, opacité, impunité
    Décadence morale
    Changeons de politiques !
    Suivre son panache blanc ?
    Mains propres
    Non cumul : Martine Lignières Cassou et Nathalie Chabanne, les autruches béarnaises ?
    Argent et politique : Dédicace à Messieurs Braud & Sango.
    Non cumul des mandats : Pour un référendum, s’il le faut...
    Dix-huit pour cent
    Eloge de la lenteur
    Désarroi des politiques.
    Le changement c’est maintenant !
    A l’Ouest rien de nouveau...
    Cumul des mandats, faudra-t-il passer par un référendum ?
    « Pacte », vous avez dit « Pacte » ?
    C’est au pied du mur, que l’on voit le maçon...
    Le Pen, Labarrère, un détail de l’histoire.
    Propositions



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises