Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Pau - Pourquoi pas une agglomération couverte de COXITIS ?

lundi 17 décembre 2012 par Bernard Boutin


Les élus en place, socialistes et écologistes, n’arrêtent pas de dire qu’il faut prendre les bus Idelis. La planète ne supporterait plus le volume de carbone que l’activité humaine "balance" dans les airs. Sagement, j’ai décidé de laisser ma voiture au garage et de devenir un "idelisadict". Bien, sauf qu’à l’arrivée, malgré les couloirs réservés aux bus, malgré les difficultés apportée aux automobiles, malgré une augmentation de l’offre de 40%, le compte n’y est pas.

Habitant dans la communauté d’agglomération, il me faut à pied parcourir 900 mètres pour rejoindre l’arrêt de bus le plus proche : 10 minutes de trajet. Arrivé, je dois attendre entre 0 et 20 minutes que le bus passe. Disons qu’en moyenne, j’attends 10 minutes. Total : avant même de m’engouffrer dans le bus, 20 minutes se sont passées depuis que j’ai quitté la maison.

Le trajet pour arriver au centre-ville de Pau dure 20 minutes. Le bus fait quelques zigzags. La ligne est construite ainsi. Arrivé au centre-ville, 40 minutes se sont déjà écoulées.

Reste à aller à mon lieu de rendez-vous et là, il faudra ajouter 10 à 15 minutes parce que ma ligne de bus ne fait qu’effleurer l’hyper centre ville. Il me lâche derrière le Palais de Justice ou au nord des Halles. Fonction des besoins, je dois donc redescendre à pied soit les Cordeliers, soit Serviez, soit Samonzet et plus...

Temps pour aller du point D (départ) au point A (arrivée) : près d’une heure. Pour le retour, il faudra faire de même. Ma course en ville aura demandé près de 2 heures de déplacements.

Pendant ce temps-là, mon voisin prend sa voiture et arrive aux parkings Clemenceau ou République en 20 minutes. De là, il met environ 10 minutes pour aller à son lieu de rendez-vous. Sa course en ville, A&R, lui aura demandé 1 heure de déplacement.

Une heure en auto, deux heures en bus : Pas étonnant qu’il y ait peu ou pas "d’actifs" dans les bus. Un truc de retraité...

On peut se demander si la démarche IDELIS est la bonne avec ses "énormes" bus, souvent à 90% vides, qui n’irriguent qu’un territoire limité avec des cadences peu soutenues ? Ne vaut-il pas mieux multiplier des navettes de petites tailles, allant partout dans la CDAPP ? Pourquoi pas une agglomération couverte de COXITIS ?

Un récent voyage en Asie, me faisait observer une multiplication de bus, voire de bus à étages et de bus à couchette entre les agglomérations, avec des gares-routières-parking-relais aux 4 points cardinaux des périphéries d’agglomération. De ces gares, pour irriguer les cœurs de villes, partaient une multitude de moyens de transports collectifs de taille variable : bus, mini-bus, vans, tuc-tuc, vélo-taxi etc. Un schéma bien éloigné de celui de Pau...

En tout cas, la mise en place du TRAM-BUS de l’Hôpital à Bosquet, ne réglera pas mon problème pour aller de mon domicile au centre-ville. Pire encore, le TRAM-BUS coûtera probablement si cher en exploitation que le service des bus "traditionnels" Idelis sera revu à la baisse. Il va falloir que je sorte à nouveau ma voiture...

En biologie, pour qu’un corps aille bien, faut-il que le sang arrive partout ou que seulement quelques grandes artères soient irriguées ?


- par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Pau - Pourquoi pas une agglomération couverte de COXITIS ?
17 décembre 2012, par Georges Vallet  

Bonsoir,

Je vois trois aspects dans ce texte :

Le premier est le reflet de l’évolution de notre société.

Lamartine n’a pas obtenu satisfaction en demandant au temps de suspendre son vol ! Non seulement il ne le fait pas mais il s’accélère de plus en plus ; toujours plus, toujours plus vite, toujours plus loin, sans faire d’efforts physiques.

Le vrai problème n’est pas Idelis mais notre impossibilité à suivre ce temps qui nous ronge !

La croissance démographique et technologique est aussi passée par là, il faut étendre l’urbanisation et la motorisation pour vendre des voitures, on habite donc toujours de plus en plus loin et l’intendance ne peut pas suivre pour de multiples raisons. 

Les « Anciens » étaient de grands voyageurs, ils ont parcouru le monde, il fallait des années. Plus modestement, on allait à l’école à pied, même quand c’était loin, comme à la campagne ; Les adultes utilisaient l’énergie renouvelable : le vent pour les bateaux, les vaches pour tirer le « brosse », le cheval pour se rendre à la ville...Tout ceci permettait que « le sang arrive partout » et on ne s’affolait pas quand il fallait faire 900 mètres à pied !

Deux heures perdues en déplacement ! Que de temps perdu ! Cela me rappelle les débats sur le trajet des autoroutes ou de la LGV qui faisait gagner ou perdre quelques minutes. Est-ce raisonnable, est-ce souhaitable de se stresser ainsi ; nous amputons probablement notre longévité d’autant ! Toujours en retard, nos télomères raccourcissent !

Le problème du temps est beaucoup plus aigu, c’est vrai, pour ceux qu’on appelle les « actifs » que pour les retraités car ils sont contraints. Certaines grosses entreprises, des écoles utilisent des cars de ramassage. Une souplesse personnalisée devrait pouvoir s’établir dans le monde du travail ; on pourrait appeler cela d’un "nouveau nom" un peu ambigu : la flexibilité !!!

La deuxième partie est assez optimiste : votre voisin a peut-être grillé des feux « orange » ! Une heure de gagner, cela dépend des heures dans la journée ! Aux heures de pointe, d’Auchan au centre ville, on va beaucoup plus vite en vélo ! On dit que le temps c’est de l’argent ; croyez-vous que votre voisin a gagné de l’argent ou tout au moins en a dépensé moitié moins, en allant en voiture ? Certainement pas si on tient compte de la consommation à l’arrêt, aux feux ou dans les embouteillages, aux péages des parkings, à l’usure des freins, etc. ! Et puis, il faut penser aux autres, à ceux qui prennent des risques en circulant à vélo derrière ; ils respirent les pots d’échappement et vont peut-être coûter à la sécu, donc utiliser les impôts payés par l’automobiliste par exemple ! C’est le même problème pour les bus mais il y en a beaucoup moins, on peut les éviter !

La troisième partie me semble plus intéressante mais ne résoudra pas entièrement votre problème car on ne peut pas mettre, comme pour les gendarmes, un arrêt de Coxitis derrière toutes les maisons des clients potentiels ! Il y aura fatalement des privilégiés ! De plus, bonjour les embouteillages si l »’agglomération est couverte de Coxitis » !

Puisque vous évoquez l’Asie, je suis allé au Viet Nam il y a une quinzaine d’années, le nombre et l’efficacité des pousse-pousse étaient impressionnants ; des tentatives voient le jour à Pau, cela ne prend pas mais pourtant cela ne serait pas polluant et donnerait du travail à beaucoup.

Enfin, la grosse différence entre la physiologie humaine que vous évoquez à la fin et une ville, est que l’organisme est planifié dès le départ ; il construit simultanément le réseau qui distribue et les cellules qui l’utilisent, puis la croissance s’arrête. Quand il grossit, par accumulation de graisse du fait d’une pathologie hormonale ou d’un déséquilibre alimentaire, des zones ne sont plus irriguées et c’est grave.

Les villes s’étendent sans cesse, on construit les habitations sans prévoir à l’avance les conséquences au niveau des travaux de voirie en amont et en aval ; ce n’est pas l’homme qui décide c’est l’économie imprévisible. L’intendance ne suit pas car, souvent, on est alors obligé de détruire ce qui a été fait les années précédentes pour faire de la place et c’est trop coûteux, on fait alors le minimum qui ne satisfait personne. Ne nous plaignons pas puisqu’il faut relancer la croissance !

> Pau - Pourquoi pas une agglomération couverte de COXITIS ?
17 décembre 2012, par Daniel Sango  

Il y a une énorme différence entre l’Asie avec ses tuk tuk ses triporteurs et autres véhicules, et la France : le salaire des chauffeurs (et les charges sociales)

Le système actuel est ultra déficitaire. Il ne fonctionnera que sur des zones très denses en population et l’automobile est incontournable pour plusieurs decennies encore (voir le cas de Bordeaux dans "Le PDU fait fausse route" sur AP)

> Pau - Pourquoi pas une agglomération couverte de COXITIS ?
17 décembre 2012, par Rêveur des villes  

BB : "Arrivé, je dois attendre entre 0 et 20 minutes que le bus passe"

Non, il y a des horaires, les bus ne passent pas n’importe quand...

Achète-toi un vélo pliable

A ces 2 conditions, le trajet peut être effectué en un temps proche de celui de la voiture.

Je n’ai jamais vu de bus vraiment bondés à Pau... Sont-ils sur-dimensionnés ? Je crois (ça n’est qu’une intuition) comme toi que plus de bus, plus petits serait une solution plus adaptée. Et que sur les lignes principales, les conducteurs pourraient changer de véhicules selon les heures creuses et les heures de pointe.

T’inquiète, pour le projet des BHNS, on n’est pas prêts de les voir...

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Pau : le diagnostic de Laurent Davezies
Normal, oui, normal !
Dis bonjour à la dame...
Le Plan de Déplacement Urbain fait fausse route !
Le livre d’or
Gabegie à gogo à l’agglo !
L’Agglomération Pau Pyrénées n’y retrouve pas ses petits
La CDAPP, la Section Paloise et le Top 14
L’agglomération paloise perd le Nord !
Pau Porte des Pyrénées, paralysée
Pau & CDAPP - Vous l’avez peut-être manqué...
Taxe foncière : votre maire est-il un bon gestionnaire ?
Elargissement de l’agglomération paloise : la charrue avant les bœufs !
Pau Idélis : Résultat en demi-teinte.
Intercommunalités : on bat les cartes !
Intercommunalités : la foire d’empoigne !
Aéroport Pau-Pyrénées : La CCI lâche Ryanair
Bus en site propre, on roule sur l’or !
Méliès, le père des truquages au cinéma
Agglo Pau - Organisation territoriale : rendre cohérent l’incohérent...



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises