Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

TOTAL, VEOLIA même combat ...

dimanche 24 août 2008


"L’Association Coteaux de Jurançon Environnement" nous a fait parvenir le compte-rendu d’une réunion tenue avec des habitants de Claye-Souilly où le groupe Véolia envisage le captage, transport et stockage souterrain de CO2. Une méthode qui ne les rassure pas ; tout comme ceux de Jurançon.

Le mardi 18 août 2008, l’Association Coteaux de Jurançon Environnement au cours d’une réunion à la Chapelle-de-Rousse, recevait Mireille LOPEZ, Présidente de l’association ADENCA : association de Défense de l’Environnement de Claye-Souilly et ses alentours. Mr et Mme LOPEZ vivent à Claye-Souilly en Seine-et-Marne où le groupe Véolia envisage le captage, transport et stockage souterrain de CO2.

Cernés par les pollutions de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, celles de la plus grande décharge à ciel ouvert de France, et les nuisances de Disneyland, ces habitants trouvent que la face cachée de la « modernité » est bien laide et que l’argent empoché en compensation par la municipalité, sent mauvais.

Véolia, Total, tous les grands groupes industriels sont confrontés au problème de l’émission de CO2, responsable de « l’effet de serre ». Conformément à leur logique de profit financier, au lieu d’orienter leurs recherches vers les énergies renouvelables, non polluantes, ils se mettent en concurrence en multipliant, chacun de son côté, les projets-pilotes CS CO2, le plus rapide à déposer son brevet gagnant le droit de l’exploiter et de le vendre, augmentant ainsi sa rente pétrolière.

Il est donc urgent pour les populations de défendre leur droit à la santé, à la sécurité, au calme, et la réunion de mardi soir a permis aux 2 associations d’échanger des informations qui enrichiront leurs actions à venir.

Nos amis sont repartis à Clayes-Souilly, éblouis par la chaîne des Pyrénées, vue de Pau... au delà des coteaux et avec quelques bouteilles de Jurançon dans les valises pour se consoler....


- par Paulette Loustalet
Présidente


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> TOTAL, VEOLIA, SEREN, même combat ...
11 octobre 2008  
Site officiel de l’ADSN

L’ADSN (Association de Défense du Sud Nivernais ) a été créée en 2006 pour lutter contre l’ouverture d’une mine de charbon et la création d’une centrale thermique à Cossaye/Lucenay dans la Nièvre. Elle organise une conférence débat le mercredi 22 octobre 2008 à 20h à Lucenay-les-Aix avec Maitre FEVRIER avocat spécialiste de l’environnement.

Les thèmes abordés :
-  Les projets miniers
-  Leurs incompatibilités et incohérences avec le droit minier
-  Le captage et stockage du CO2

Pour de plus amples renseignements, consulter le site de l’ADSN Venez nombreux nous soutenir

Un adhérent de l’ADSN

> TOTAL, VEOLIA même combat ...
1 septembre 2008, par Roberto  
Enfouir le CO² ne sert à rien !

L’eau, l’hydrogène, ne sont pas des sources d’énergie : pour produire de l’hydrogène il faut beaucoup d’électricité. L’huile, recyclée ou non, ne sera que marginale, comme tous les agrocarburants. Le point central n’est pas dans les sources d’énergie que l’on va utiliser, mais le fait qu’il va falloir vivre en consommant beaucoup moins d’énergie, de gré ou de force. Tout simplement parce qu’il y aura beaucoup moins d’énergie disponible. Et les Pétroliers n’y seront pour rien. Certes ! et il devient de plus en plus urgent d’économiser l’énergie. N’en déplaise aux ayatollahs de l’écologie, l’énergie nucléaire est appelée à se développer considérablement, sous sa forme actuelle ou celle des centrales de 4ème génération mais jamais elle ne parviendra à satisfaire tous nos besoins en énergie qui vont croissant en particulier à cause de l’essor des pays émergeants. La recherche doit s’intensifier notamment sur des voies prometteuses et non pas sur des impasses telles que les biocarburants de première génération, les éoliennes sur des sites où un vent exploitable ne souffle qu’un jour sur huit ou l’électricité photovoltaïque que l’Etat oblige EDF à racheter 18 fois le coût du KWh nucléaire ! Economiser l’énergie est une chose. Lutter contre le réchauffement climatique en limitant nos émissions de gaz carbonique en est une autre. Cette mystification, la soit-disant origine anthropique de l’accroissement de l’effet de serre, objet d’un matraquage médiatique sans précédent , est née de la falsification des enregistrements des mesures climatiques par un groupe d’experts autoproclamés, le GIEC, constitué par les Nations Unies à l’instigation des mouvements écologistes. Au lieu de lire le site Manicore de Jancovici, qui ne fait que répéter les fausses allégations du GIEC, j’invite les internautes à voir les blogs ou sites de Jean Martin (« La pensée unique »), d’Auguste Vidovic (« Une bulle d’air chaud »), du regretté Professeur Marcel Leroux ou encore la publications de Ernst G Beck dans Energy & Environment (Vol2) qui ne sont que quelques uns des scientifiques rigoureux qui essaient de rétablir la vérité. Le CO² créé par l’homme n’est pour rien dans le réchauffement climatique et l’enfouir est une mesure coûteuse (augmentation de 70% du coût du KWh thermique) qui ne sert strictement à rien !

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    1 septembre 2008, par pehache  

    Ah, la thèse du complot écologiste...

    Il est vrai que les écologistes barbus du Larzac sont bien connus pour leurs moyens financiers colossaux, aptes à acheter tout le système pour lui faire dire ce qu’ils veulent sur le climat.

    Si on cherche le "complot", regarder plutôt du côté d’ExxonMobil, le premier pétrolier du monde, qui dépense sans compter pour tenter de discréditer le GIEC : http://www.avoixautre.be/spip.php ?article1278

    Le GIEC ne donne pas une certitude absolue, mais une corrélation "hautement probable" entre réchauffement et CO2 émis par l’activité humaine. Ne faisant d’ailleurs que traduire l’opinion de la majorité des scientifiques du sujet. Qu’il n’y ait pas un consensus absolu et que certains scientifiques pensent différemment ne change rien au fait que ces derniers sont très minoritaires, que les consensus absolus sont rares en science.

    Quant au développement annoncé du nucléaire, il faut voir ce que cela implique. A ce jour, le nucléaire ne fournit que 5% de l’énergie consommée dans le monde. Si demain le nucléaire doit remplacer les énergies fossiles, il faudra 20 fois plus de centrales nucléaires sur la surface de la planète, et partout. Quand on voit la difficulté à gérer les déchets dans les pays organisés et développés, on se demande ce que ça va être dans les autres pays : si cette perpective ne vous fait pas dresser les cheveux sur la tête, ma foi...

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    1 septembre 2008, par Perplexe  
    La première affirmation est déjà fausse : la relation E=MC2 , vous n’en avez pas entendu parler, pourtant on a fêté récemment le centenaire des premières publications d’Albert ! Le GIEC auto-proclamé ? c’est pourtant un prix Nobel ! Parler de falsification des enregistrements des mesures climatiques est de la diffamation et de l’incompétence. Pour information, TOTAL fait appel à notre représentant au GIEC. Nier l’origine anthropique du réchauffement me fait penser à notre ancien ministre Allègre, il parle de changement... J’arrête car le reste est du même tonneau.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    22 août 2008, par Pierre André larrieu  

    Il serait intéressant de connaitre quelles sont les motivations qui ont poussé les riverains de Mickey et de l’aéroport à s’installer dans ces communes alors que ces infrastructures existaient déjà ?

    L’attraction de la faible fiscalité locale pour les particuliers compensée par l’énorme manne que constitue la taxe professionnelle de ces entreprises ?

    La qualité des infrastructures nécessaires à leur implantation dont tout le monde profite ?

    la création de milliers d’emploi ?

    Venir ensuite se plaindre de nuisances est un peu déplacé.

    Enfin j’attends toujours de lire des conclusions scientifiques sur la nocivité et les risques de cette injection de CO2, rien en tous cas de concret dans ce courrier.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    22 août 2008  
    Un peu comme les gens de Mourenx qui viendrait a se plaindre de la présence du site de Lacq...

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    22 août 2008, par LOPEZ Mireille  
    TOTAL, VEOLIA même combat

    Vous semblez croire qu’avant l’installation de l’Aéroport de Roissy, de Disneyland et de la décharge de la REP Veolia, notre région était désertique, mais des milliers d’habitants y vivaient déjà comme nous et pour certains depuis plusieurs générations. Vous parlez de fiscalité locale, nos impôts locaux n’ont pas baissé. Les infrastructures n’ont pas suivi l’évolution de la population, à l’image de la ligne du RER B Paris Mitry-Claye complètement saturée, des routes encombrées....... Les emplois nous les avions déjà, Paris est à 30 kms. Nos bonnes terres de Brie ont été utilisées soit pour construire des pistes pour les avions, pour les équipements de Disneyland, ou pour y déposer des déchets ménagers, industriels ou des gravats de bâtiment en provenance pour près de 80 % des divers départements de l’Ile de France. Et si on en rajoutait une couche, enterrons les déchets industriels (co2 et autres gaz). Notre cadre de vie depuis l’arrivée de ces géants s’est complètement dégradé : pollution, bruit, risque sur la santé humaine, sur l’environnement...... Votre méconnaissance de notre région semble évidente, c’est pourquoi nous vous invitons à venir rencontrer les associations environnementales afin de mieux cerner le sujet. Nous tentons seulement de sauver ce qui peut l’être encore pour les générations futures. L’être humain doit être placé au centre de ces projets. Les entreprises qui créent des emplois ont des droits mais aussi des devoirs vis-à-vis de l’environnement et des riverains (sécurité et protection de la santé humaine...), elles ne doivent jamais l’oublier. En ce qui concerne les risques et interrogations sur l’injection de co2, nous vous conseillons de consulter le dossier de l’Ineris : www.ineris.fr/index.php ?module=doc&action=getFile&id=3230 Ou le blog d’Adenca : http://adenca.over-blog.com/

    Mireille LOPEZ ADENCA Association de Défense de l’Environnement de Claye-Souilly et ses alentours

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    23 août 2008  

    Certes je connais moins bien votre région que la notre mais de là à laisser dire qu’il n’y a que des désavantages à héberger Mr Disney...

    Article paru dans Maire-Info le 12 avril 2007

    « L’implantation de Disneyland Resort Paris à Marne-la-Vallée a généré 6,65 milliards d’euros d’investissements publics et privés en 15 ans

    Plus de 40.000 emplois générés chaque année, une explosion démographique sur le secteur du Val-d’Europe, des infrastructures multiples : l’implantation de Disneyland Resort Paris à Marne-la-Vallée il y a quinze ans a largement contribué au développement de la ville nouvelle. C’est ce que révèle une étude de la Délégation interministérielle au projet Euro Disneyland, qui montre aussi que les investissements publics ont été environ 10 fois inférieurs aux investissements privés. Créée en 1970, Marne-la-Vallée englobe 23 communes de Seine-et-Marne et trois de la petite couronne, regroupées en quatre secteurs, dont le plus à l’est, le Val-d’Europe, a vu l’ouverture du premier parc Disney le 12 avril 1992. D’après l’étude, 12.600 personnes étaient employées en 2005 par Disneyland Resort Paris. Sur la période 1992-2006, « son activité a généré chaque année 40.000 à 50.000 emplois permanents directs, indirects et induits ». Première destination touristique européenne, Euro Disney assure ainsi 20% de l’emploi privé sur la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. L’étude relève en outre que Disneyland a versé depuis 1992 aux collectivités locales 485,6 millions d’euros de taxes diverses. En quinze ans, les investissements du complexe Disney se sont élevés à 6 milliards d’euros contre 650 millions pour les financements publics. La valeur ajoutée générée par la société s’élève sur cette période à 32,7 milliards (en euros 2006), principalement au profit de l’Ile-de-France et de la Seine-et-Marne. En outre l’implantation du parc Disney à Marne-la-Vallée a permis à la ville de bénéficier de nouvelles infrastructures de transport : prolongation du RER A, amélioration de la desserte par l’autoroute A4, création d’une gare TGV, qui avec l’ouverture du TGV Est, devrait devenir la plus grande gare de correspondance TGV du territoire français. Parallèlement, la ville a connu un essor démographique sans précédent. En 15 ans, la population du Val-d’Europe a bondi de 5.000 à 21.000 habitants. Le rôle de Disneyland dans le développement du Val-d’Europe a été formalisé par une convention signée en 1987 entre l’Etat, la région Ile-de-France, le département de Seine-et-Marne et la société. Cette convention a conféré à Disneyland un rôle de « développeur » urbain, chargé de l’aménagement immobilier de 1.945 des 3.200 hectares du Val-d’Europe. Certains habitants parlent aujourd’hui de « ville-Disney », et dénoncent l’architecture « carton-pâte » (néo-hausmanienne ou néo-classique) qui s’est imposée dans les cinq communes du Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) du Val-d’Europe. Interrogé par l’AFP, le président du SAN et maire de Magny-le-Hongre, Jean-Paul Balcou affirme que le SAN, « devenu un gros navire de 110 fonctionnaires », tient « toute sa place » dans les négociations avec Disneyland sur les questions d’urbanisme. De son côté, Denis Gayaudon, maire de Serris, estime que l’arrivée du complexe Disney a été « le moteur économique qui a décidé l’Etat à investir » sur le Val-d’Europe et que le « partenariat public-privé a bien fonctionné ». « Disney a ses propres intérêts, mais c’est aux collectivités locales d’être présentes et de défendre l’intérêt général », affirme-t-il. »

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ...
    22 août 2008, par bilou  

    comment ne pas partager cet opinion.

    des associations vont se créer pour expliquer que nous avons tort, et comme d’habitude avec le temps elles nous démontrerons qu’elles ne servent a peu de choses hormis faire des communiqués de presse.

    associations, commissions, même combat,malheureusement que de la poudre aux yeux, laissons les s’exprimer c’est la démocratie,le jour ou ils nous apporterons des solutions réalistes plutôt que des complaintes, on fera peut être un pas en avant.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par chris  

    Oui, nous avons besoin des industriels.

    Oui, les gens ont besoin de travailler pour vivre et souvent habitent à proximité de leur lieu de travail.

    Oui, la collectivité a besoin de ces revenus, taxes diverses, pour developper les communes, les infrastructures etc...

    Mais, car il y a un Mais, Les industriels ont-ils le droit de faire n’importe quoi ? n’importe comment ? et bien NON il y a des régles, des risques, (le risque Zéro... n’existe pas), de multiples exemples émaillent l’histoire de la planète avec de nombreux morts. Alors, ces victimes, elles n’avaient qu’à pas se trouver là ?

    Les industriels cherchent le profit, d’accord, mais dans une certaine mesure,

    ils innovent d’accord, mais pas à n’importe quel prix et aujourd’hui, il faut prendre soin de la planète au sens large.

    Il est pour moi absolument inadmissible de cacher nos déchets sous terre et de les oublier là... nous devons assumer notre développement industriel, chercher d’autres sources d’énergie.

    Avant de me positionner contre ce type d’enfouissement, j’ai parcouru internet, où là, les avis sont partagés, je me suis fait ma propre opinion.

    Les deux avis sont exposés, le débat, la documentation, sont encore accessibles il est évident que l’épine dorsale de ces experiences et la rentabilité, mais des experts US reconnaissent que le jeu n’en vaut pas la chandelle. De plus, ce CO2, sera issu de nouvelles productions, il ne sera pas capter à la sortie de nos pots d’échappement, ni dans notre atmosphère existant...

    Cherchons plutôt d’autres énergies, d’autres types de locomotion, le moteur à explosion a fait son temps...

    Et, c’est là que le bat blesse, car ce sont des Pétroliers qui gérent le monde...

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par pehache  

    Cherchons plutôt d’autres énergies, d’autres types de locomotion, le moteur à explosion a fait son temps...

    Et, c’est là que le bat blesse, car ce sont des Pétroliers qui gérent le monde...

    Il est un peu facile de pointer du doigt les Pétroliers (qui sont des multinationales comme les autres, ni pires ni meilleures) en s’exonérant du coup de toute responsabilité.

    Si les Pétroliers sont si puissants, c’est avant tout parce qu’ils trouvent des consommateurs : nous.

    Ce n’est pas le moteur à explosion qui est le problème (pour prendre un seul exemple, une voiture thermique de 600kg est bien plus écologique qu’une voiture électrique de 1,5 tonnes), c’est notre mode de vie énergétivore. Est-on prêt à y renoncer ? Chaque français fait en moyenne 15000km par an en voiture. Est-on prêt à en faire 10 fois moins ? La clef du problème est là.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par chris  

    Il est un peu facile de pointer du doigt les Pétroliers (qui sont des multinationales comme les autres, ni pires ni meilleures) en s’exonérant du coup de toute responsabilité.

    Tout à fait d’accord avec ça ! . . .

    moi je fais environ 25 000 kms /an et mon épouse tout autant... Quel autre choix ai-je ?

    Il n’y a pas de train, le vélo n’est pas envisageable, le covoiturage n’est pas possible du fait de nos horaires postés...

    alors roulons à l’eau, à l’hydrogène, à l’huile recyclée, à l’electricité (si elle n’est pas d’origine nucléaire)...

    Oui, les multinationales nous mènent par le bout du nez, alors quand cela va trop loin réagissons.

    Je choisis les producteurs locaux, je fais un peu de jardin, et j’essaie de vivre sainement, mais pour les énergies nous n’avons pas le choix, si ce n’est de tenter de faire avancer la société à laquelle nous appartenons dans laquelle nous vivons, et nous avons notre mot à dire.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par pehache  

    moi je fais environ 25 000 kms /an et mon épouse tout autant... Quel autre choix ai-je ? ... alors roulons à l’eau, à l’hydrogène, à l’huile recyclée, à l’electricité (si elle n’est pas d’origine nucléaire)...

    Vous dites n’avoir pas le choix à titre individuel, mais je crois que vous n’avez pas compris que bientôt vous n’allez pas non plus avoir le choix, mais dans l’autre sens : dans 10 ans il ne vous sera plus possible de faire 25000km par an.

    Aucune énergie renouvelable et ne posant pas d’insolubles problèmes de déchets hautement polluants ne permettra de remplacer quantitativement le pétrole. La fin du pétrole (en fait dès que l’on aura atteint le pic de production) signifiera la fin de l’énergie abondante et bon marché

    L’eau, l’hydrogène, ne sont pas des sources d’énergie : pour produire de l’hydrogène il faut beaucoup d’électricité. L’huile, recyclée ou non, ne sera que marginale, comme tous les agrocarburants.

    Le point central n’est pas dans les sources d’énergie que l’on va utiliser, mais le fait qu’il va falloir vivre en consommant beaucoup moins d’énergie, de gré ou de force. Tout simplement parce qu’il y aura beaucoup moins d’énergie disponible. Et les Pétroliers n’y seront pour rien.

    Ce sera d’autant plus douloureux que l’on s’y sera mal (ou pas) préparé.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par Bingo  
    Et pourquoi n’y sera-t-on pas préparé ? Parce-qu’au lieu de préparer l’avenir en recherche de nouvelles énergies (car la source va bien finir par se tarir à terme), les budgets sont engloutis dans ce genre de procédé qui au final n’aura servi qu’à prolonger notre dépendance envers les groupes pétroliers. Ils s’achètent une image propre et nous cautionnons un permis de polluer.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008, par pehache  

    Et pourquoi n’y sera-t-on pas préparé ?

    Parce qu’en amusant la galerie avec les énergies alternatives au pétrole, on évite soigneusement la question qui fâche : à savoir la remise en cause de notre mode de vie energivore.

    On fait croire que le problème ne réside que dans la recherche d’autres sources d’énergie et que grosso-modo on pourra alors continuer à vivre comme avant, simplement en mettant des panneaux solaires par-ci par-là et de l’huile de colza dans les moteurs. C’est un mensonge complet et c’est faire l’autruche.

    Les énergies renouvelables, que ce soit le solaire, l’éolien, les agrocarburants, la biomasse, etc... ne fourniront qu’une fraction de ce que fournit le pétrole actuellement, c’est une réalité incontournable. Se préparer à l’avenir c’est se préparer à (beaucoup) moins consommer, pas simplement à consommer autre chose que du pétrole.

    Mais c’est moins simple à faire que de pointer les Pétroliers du doigt.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    24 août 2008, par chris  

    la remise en cause de notre mode de vie energivore

    Je suis tout a fait d’accord avec ce que vous dites...

    C’est en ce sens que je pense que les multinationales, les politiques devraient penser et amener un avenir different de celui vers lequel on se dirige et non regarder le profit à court terme car c’est bien cela qui pose problème.

    pour moi l’enfouissement du CO2, d’abord a Rousse, puis ailleurs n’est pas La solution, et les sommes engagées sur ces projets devraient être mises ailleurs...

    Peut-être me suis je mal exprimé, mais je pense que sur le fond nos avis se rejoignent, quand je parle d’huile, je ne pense surtout pas au "biocarburants" qui pour moi sont également un non sens, n’ont de "bio" que le nom...c’est encore un autre débat mais qui rejoint la vision futuriste que l’on peut avoir de la planète et de sa survie...

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    26 août 2008, par pehache  

    "Peut-être me suis je mal exprimé, mais je pense que sur le fond nos avis se rejoignent,..."

    Je le pense aussi...

    Sur le fond j’ai déjà dit que la capture et l’enfouissement du CO2 ne présentait à priori pas de risque significatif (pas plus que l’exploitation du gaz actuel par exemple), mais qu’il n’en s’agissait pas moins d’un gadget inutile et coûteux au regard des quantités dérisoires de CO2 qui peuvent être capturées par rapport à ce qui est libéré dans l’atmosphère. Impact sur l’effet de serre : nul.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    23 août 2008  

    la "nouvelle énergie" est un concept pour bobos-qui-se-veulent-citoyens. C’est un non-sens physique puisqu’il n’y a qu’une énergie sous des formes différentes.

    Si vous excluez les énergies fossiles (le pétrole, le gaz, le charbon,) l’énergie atomique ( fission ou fusion nucléaires) il vous reste des énergies dites renouvelables mais de faible intensité. Autrement dit il faut stocker/accumuler l’énergie renouvelable pendant un temps important pour pouvoir disposer du niveau d’énergie qui nous est nécessaire. Exemple : laisser s’accumuler l’énergie du soleil pendant 30 ans dans la croissance d’un arbre pour pouvoir se chauffer pendant une semaine.

    la gravitation (les marées), l’énergie issue du soleil -qui pratique lui-même la fusion atomique- récupérée sous forme de vent, de chaleur, de biomasse, sont des idées valables mais qui seront au mieux epsilonesques par rapport aux besoins que nous nous sommes créés.

    Quant aux "astuces" des prophètes pour inventer l’énergie de demain : dans l’Univers rien ne se crée, tout se transforme. L’hydrogène, les huiles, etc peuvent être des intermédiaires dans une chaîne d’emploi, mais ils ne constituent pas une énergie par eux-mêmes puisqu’il faut disposer déjà d’énergie en amont pour les créer.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    24 août 2008, par Perplexe  
    Sans parler de nouvelle énergie, on peut corriger des anomalies nationales : se chauffer à l’électricité par effet Joule est un non sens énergétique qui nous a été imposé par notre fournisseur d’électricité quand il en avait l’exclusivité. En Allemagne, dans les pays scandinaves, les pompes à chaleur sont plus répandues, pour une même quantité de calories produite, elles consomment trois fois moins que nos convecteurs . Dans tous les autres pays, l’isolation des maisons se fait par l’extérieur ! on y vient trente ans après les autres... Penser que le moteur à explosion est ringard ne parait pas fondé : toutes les technologies destinées à le détrôner ont échoué dans cette entreprise : moteur rotatif Wankel, turbine , pile à combustible... Différentes directions devront être suivies pour trouver des technologies de substitution. Par exemple actuellement, en Alsace où eut lieu le premier forage pétrolier , une démonstration de centrale électrique à vapeur basée sur la géothermie profonde est effectuée, c’est une possibilité qui pourrait d’après les cartes être aussi intéressante dans le sud-ouest. Dans tous les cas, la réduction significative de notre consommation d’énergie fossile doit s’accélérer, on pourrait se réjouir du succès du bonus-malus pour l’achat des voitures s’il n’impactait pas autant le budget de l’état. En prenant aussi en compte l’effet de serre, on sait que le scénario catastrophe consisterait à revenir à l’ère du charbon. Aucun moyen d’amélioration de notre performance énergétique ne peut être négligé, et dans tous les cas ça se fera avec nos industriels qui paraissent moins obtus que l’administration Bush !

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    25 août 2008  
    Très bon article : vous avez perçu l’essentiel, au plan énergétique. Je me permets juste de rajouter un gros détail financier : le pétrole est la vache à lait fiscale des pays producteurs et des pays consommateurs : quand nous payons au pompiste 1,45 euros le litre d’essence/gazoil, nous "achetons" en fait presque 1 euro de taxes ( 0,30 pour le pays producteur et 0,70 pour la France, pays consommateur). Il n’y a que 0,45 euro de pétrole dans un litre acheté au pompiste. Aucun gouvernement ne peut se passer de cette rentrée fiscale. Donc aucun gouvernement ne se passera de pétrole.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    25 août 2008, par pehache  

    "Je me permets juste de rajouter un gros détail financier : le pétrole est la vache à lait fiscale des pays producteurs et des pays consommateurs : quand nous payons au pompiste 1,45 euros le litre d’essence/gazoil, nous "achetons" en fait presque 1 euro de taxes ( 0,30 pour le pays producteur et 0,70 pour la France, pays consommateur). Il n’y a que 0,45 euro de pétrole dans un litre acheté au pompiste. Aucun gouvernement ne peut se passer de cette rentrée fiscale. Donc aucun gouvernement ne se passera de pétrole. "

    Qu’appelez-vous "taxe pour le pays producteur" ? Les pays producteurs vendent tout simplement le pétrole qui est extrait chez eux, et c’est bien normal. Vous voudriez peut-être qu’ils nous le cède gratuitement, au nom de quoi ?

    Quant à la fiscalité élevée sur les carburants, elle a eu en Europe, et particulièrement en France, un effet très bénéfique : celui d’inciter les autombilistes à privilégier les modèles économes, et donc à réduire quelque peu notre dépendance au pétrole. Les USA ont par contre continué jusqu’à aujourd’hui à utiliser des véhicules très voraces, et la hausse actuelle des cours est ressentie aujourd’hui encore plus durement chez eux.

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    25 août 2008, par Alain64  
    Enfouir des déchets industriels sous terre et stocker du CO² sous terre sont deux choses completement différentes. Des gisements géants de CO² existent dans la nature depuis des millions d’années sans porter préjudice à la vie en surface. Des stockages de gaz existent également depuis des dizaines d’années sans préjudice pour la vie en surface, renseignez vous chez GDF. Qui sait si un jour il ne sera pas possible de valoriser ces gisements de CO² artificiellement créés ? Pourquoi ne pas admettre que cette solution de stockage est encore la meilleure dans le contexte actuel, plutôt que de rejeter ce gaz dans l’atmosphère et de continuer à accentuer son déséquilibre ? Prétendre militer pour l’arrêt des énergies fossiles immédiat et ne fonctionner qu’aux énérgies propres est complètement irréaliste. Ne pas admettre que le passage ne peut être que progressif avec une meilleure gestion des déchets tient du comportement suicidaire. Un individu ou une petite communauté pourrait éventuellement l’envisager à son échelle, mais essayez d’imaginer l’ensemble d’un pays, d’un continent ou du monde passer brutalement du pétrole à l’éolienne. Mad Max serait de retour !!

  • > TOTAL, VEOLIA même combat ... celui du benefice...
    26 août 2008, par Perplexe  
    J’étais à la présentation de projet faite à Beaumont par Total, les meilleurs spécialistes étaient présents, je ne parle pas de Josy qui y était tout comme MLC , c’était pendant la campagne électorale. L’enfouissement du CO2, qui n’est pas un déchet, fait partie des objectifs européens. Que Total se serve d’installations existantes et de sa connaissance du sous-sol pour un projet pilote parait raisonnable ; les risques ne paraissent pas accrus par rapport à ceux de l’exploitation antérieure. Que les habitants de la région profitent de ce démonstrateur pour bénéficier de retombées , c’est de bonne guerre. D’ailleurs le chef de projet , si j’ai bien compris, n’était pas opposé à soutenir des projets de développement durable, c’était une demande d’un candidat malheureux aux dernières municipales de Jurançon. Des projets de géothermie profonde seraient les bienvenus. On a toujours beaucoup de difficultés à comprendre les arguments de ces opposants ; la découverte récente de bactéries capables de transformer le CO2 pourrait permettre un traitement ultérieur. P.S. Je n’ai aucun lien avec TOTAL !

  • Totale confusion
    26 août 2008, par Autochtone palois  

    Pour tout dire, je pense que les projets d’enfouissement du CO², s’ils sont menés correctement, sont plus utile à la défense de l’environnement que néfaste.

    Ce n’est pas en ajoutant le mot "environnement" dans les noms des associations de gens inquiets qu’on peut se targuer de jouer les écolos pour notre bien à tous. Soyons un peu sérieux. Ce qui n’exonère pas Total et Veolia de faire tout cela dans la transparence.

    Bien sûr Total et Veolia espèrent faire des bénéfices. Et alors ?

  • > Totale confusion
    26 août 2008, par pehache  

    Pour tout dire, je pense que les projets d’enfouissement du CO², s’ils sont menés correctement, sont plus utile à la défense de l’environnement que néfaste.

    Pas d’accord, Autochtone, c’est très loin d’être évident.

    Je recommande la lecture du site de JM Jancovici sur ce sujet, et plus généralement la lecture de ton son site, qui donne énormément d’informations sur les enjeux du futur proche :

    http://www.manicore.com/documentation/serre/sequestration.html

    Le problème le plus évident soulevé pour la séquestration du CO2 est qu’elle consomme beaucoup d’énergie. Or c’est l’énergie qui va devenir rare dans les décennies à venir.

    L’autre problème, qui n’est pas évoquée sur cette page, est la disponibilité des sites de stockage si la technique devait être généralisée.

  • > Totale confusion
    26 août 2008, par Autochtone palois  
    Pehache, merci pour la remarque, je n’avais pas vu ce point. C’est vrai que le kWh va bientôt devenir la monnaie d’échange internationale, supplantant l’€, le $, le Yen aussi bien que le Yuan.

  • > Totale confusion
    26 août 2008, par Perplexe  
    J’ai relu , Jancovici fait une présentation claire, en soulignant le surcoût énergétique de 10 à 20% dans le cas de production électrique. Il est évident que toutes les mesures destinées à limiter l’effet de serre seront coûteuses. Cette technologie(séquestration ou enfouissement du CO2)ne sera utile que dans le cas d’une grosse consommation localisée, par exemple dans les centrales électriques à base de charbon ou de gaz. Ce n’est pas la panacée, mais pour traiter l’effet de serre il y faudra de nombreuses technologies , c’est une des contributions. Le point de vue de Jancovici, si j’ai bien compris, est que tous ces développements ne doivent pas occulter ce qu’il considère comme la priorité absolue : réduire notre consommation.

  • > Totale confusion
    26 août 2008, par pehache  

    Oui, Perplexe, c’est comme ça que je le comprends aussi.

    Et j’ajouterais à titre personnel : en se focalisant sur le CO2 et l’effet de serre on oublie tout le reste, toutes les autres pollutions intrinsèquement liées à toute production et consommation d’énergie.

    La réduction de consommation est la seule voie qui permette de traiter le problème dans sa globalité.

  • > Totale confusion
    26 août 2008  

    Les sites de stokage sont rares et délicats à exploiter quand c’est pour un stockage réversible (ex : GDF ou les stockages industriels de liquides chimiques ou des essences).

    Les aquifères d’eau salée sont assez fréquents ; ils pourraient parfaitement être étudiés pour enfouit du CO2.

    Pour mémoire dans de nombreux pays c’est employé pour injecter des saumures qui autrement finiraient dans les fleuves (un fabricant de dentifrices l’a découvert et utilisé depuis longtemps). Le BRGM a un fichier identifiant les niveaux géologiques avec des eaux impropres à toutes utilisations

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Total et le stockage de carbone : Halte aux Shadoks climatiques
    Association Coteaux de Jurançon Environnement fait le point
    Maison de Retraite : Le projet de Louis LUCCHINI retenu
    L’Enquête Publique relative à l’enfouissement de CO2 à Jurançon
    NON à l’enfouissement de CO2 à Rousse (dans le vignoble AOC Jurançon), OUI à un débat national
    Un Marché de plein air à Jurançon
    Michel Bernos remporte l’élection municipale
    Lifting à la Mairie ?
    Jurançon 2008 : Pour de véritables débats citoyens
    Jurançon Forum 1 : Le bilan 2001-2008
    Jurançon Forum 2 : Les projets 2008-2014
    Jurançon Forum 3 : Notre ville dans la CDA



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises