Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La médiathèque de la discorde

vendredi 28 décembre 2007 par Ravaillac


La médiathèque, troisième version, est donc adoptée par le Conseil Communautaire. Et tous les ténors présents y sont allés de leur argumentation, souvent connue à l’avance.

Les uns ont défendu le principe même de cette structure, que personne ne contestait. D’autres ont insisté pour dire qu’il fallait absolument la voter tout de suite, sinon plus de subventions.

Dans l’autre camp, on a argumenté contre l’emplacement choisi à Henri lV, encore des travaux en centre ville qui vont se multiplier. La médiathèque a également été prise comme exemple d’un type de gestion : les conseillers communautaires appelés à voter sur un projet l’avaient découvert la veille dans le journal ! Il s’agissait aussi de programmer 15 millions d’Euros d’investissements à deux mois des élections et des renouvellements des équipes. Un beau passage en force.

Mais la surprise est venue de Martine Lignières Cassou. Après avoir elle aussi délivré ses arguments contre la méthode, elle a choisi... de ne pas voter. La candidate à la mairie de Pau n’a pas d’opinion sur un équipement qui va transformer la vie du centre ville. Il lui faudra faire des miracles de pédagogie pour s’en expliquer.


Jacques CHARPENTIER


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La médiathèque de la discorde
2 janvier 2008, par marie  

cette médiathèque c’est l’arbre qui cache la forêt. De la poudre aux yeux. On lance un bâtiment flambant neuf à quelques mois des élections pour éviter de parler du complexe de la république, des halles et du parking en sous sol qui sont délabrés.

Qu’ont fait Urieta et Lignières-Cassou ?

> La médiathèque de la discorde
31 décembre 2007, par Gérard  
Une médiathèque bien située

Une idée idiote sans doute ...

Déplacer le musée de peinture de Pau, que personne ne visite, dans un espace du chateau qui est très visité (c’est le plus dur car il faut négocier avec l’état, mais est-ce insurmontable ?).

Mettre la médiathèque à la place, ce qui permettrait de remplacer ce bloc hideux en centre ville par un joli bâtiment.

Franchement l’emplacement ne serait pas stupide.

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par sofsof  
    Quelle bonne idée ! ce serait une halte merveilleuse dans ce centre de banque et de boutiques de fringues . Oui j’approuve votre idée , elle est géniale. Mais à qui revient l’influence de l’inspiration ? Sainte mairie de pau prions pour lui...

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par pehache  

    Gérard, que savez-vous de la fréquentation du musée des Beaux-Arts ?

    Par ailleurs, le besoin principal de ce musée est d’étendre sa surface d’exposition, les collections étant bien plus riches que ce qui est montré. Au château de Pau, je doute que ce besoin puisse être satisfait.

  • > La médiathèque de la discorde
    7 janvier 2008, par Gérard  

    Qui peut donner des statistiques de fréquentation du musée des beaux arts ?

    Il me semble que le chateau de Pau a bien des surfaces inoccupées. Mais c’est vrai qu’il faudrait vérifier.

    On pourrait aussi imaginer d’intégrer le musée des beaux arts dans le projet de médiathèque. Après tout c’est de la culture et la peinture est un "media" d’expression.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Martine Lignières-Cassou  

    Je crois à un projet de Médiathèque car l’accès à la culture est un des chemins qui permettent de réduire les inégalités sociales.

    Qu’on ne me dise pas qu’à l’heure d’internet nous n’aurions plus besoin de Médiathèque, c’est à dire d’une Bibliothèque moderne. A ce compte nous n’aurions plus besoin d’écoles puisque tout le savoir du Monde est sur la toile, nous n’aurions plus besoin d’églises puisque les messes sont retransmismes à la télévision.

    Internet ne peut générer du brassage social et du vivre ensemble. Renvoyer chacun à la solitude de son écran n’est pas une réponse aux défis sociaux et culturels de notre temps.

    J’ai toujours milité pour que cet équipement culturel soit en centre-ville car y vivent 5000 lycéens et collègiens.

    Je n’ai cessé depuis un an de dénoncer le processus de décision calamiteux, la désinvolture avec laquelle le Maire à traité les parents et l’équipe éducative de l’école Henri 4. J’ai, la première, demandé le gel de ce projet face à l’absence d’un plan de rénovation d’ensemble de la Place de la République et l’absence de prise en compte des nuisances générées pour les enfants d’Henri 4,pour les riverains, et pour les commerçants qui ont déjà beaucoup donné. Aucune mesure d’accompagnement concrète n’est envisagée à ce jour.

    J’ai donc choisi de ne pas participer à ce vote en me positionnant non plus comme une simple conseillère communautaire, mais déjà en situation de responsabilité, portant, quelle qu’elle soit, la décision de cette assemblée.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par daniel  
    Martine Lignières-Cassou nous donne une belle leçon de dialectique sophiste en nous expliquant en substance qu’elle n’était pas POUR mais qu’elle s’est abstenue pour ne pas voter CONTRE. Comprenne qui pourra. Pour moi c’est de la politique politicienne qui ne sert pas les intérêts des palois.

  • > La médiathèque de la discorde
    29 décembre 2007, par Mireille  
    L’histoire retiendra que MLC est la dame qui ne sait pas prendre de décision. Puissent les électeurs s’en souvenir aussi !

  • > La médiathèque de la discorde
    29 décembre 2007, par Axel86  

    Je ne comprends pas vos réactions. Avez vous bien lu son message ?

    Votez CONTRE aurait fait perdre inutilement du temps au prochain Maire dans la conduite d’un projet de médiathéque auquel croit Martine.

    Votez POUR aurait donner quitus au Maire à la fois sur la conduite et sur le projet.

    S’ABSTENIR était donc la seule solution : préserver l’avenir d’une future médiathéque sans approuver un projet mal ficelé sur lequel il faudra de toute façon revenir.

    Ce n’est pas donc pas pour moi ni une position "politicienne" ni une position d’une femme qui ne sait pas décider. C’est celle d’une femme responsable qui se projette dans ses futures fonctions.

    A méditer : Gouverner, c’est prévoir !

  • > La médiathèque et autres points de discorde
    29 décembre 2007, par Le Confiseur  

    À M.L.C., à Y.U. et quelques autres dont la gestion intégriste des dossiers bloque tout recadrage quand il est encore temps et dont les soucis sont trop personnels pour être désintéressés...

    à Jean, à G.C. et autres sympathiques correspondants de A.P. qui acceptent de maltrèter si aisèment l’argent public quand la seule finalité doit être le service rendu au public

    A vous entendre, à lire vos interventions depuis quelques semaines je tire ici une synthèse de vos propos sur ces dossiers intéressant tous les Palois (médiathèque, plan de circulation, PBC, etc) , et relève sans qu’on puisse me contredire sur le fond

    >le projet est différent de ce qui était annoncé

    >souvent bouclé dans la précipitation le projet n’est pas abouti

    >le coût en est souvent supérieur aux prévisions, sans justification objective

    >du retard est constaté dans la réalisation,

    >les utilisateurs n’ont pu prendre connaissance d’une étude globale et pas pu se faire entendre ou faire des suggestions avant finalisation

    >les ajustements de bon sens sont refusés sous des prétextes fallacieux

    et vous nous répondez : c’est sans importance puisque nous avons obtenu la subvention...

    C’est pour le moins une vision très particulière de l’action responsable de l’homme (ou de la femme) politique et du soucis de faire bon usage de l’argent public pour préparer l’avenir. Un élu ne doit pas considérer qu’il gère sa chose et supposer qu’il est mandaté avec un blanc-seing qui l’exonère de toute probité intelectuelle entre deux élections.

  • > La médiathèque de la discorde
    31 décembre 2007, par Ravaillac  
    Si je lis bien les posts de Martine Lignière Cassou et de ses fans, elle écrit que "en situation de responsabilité, elle se ralie à la décision de l’assemblée, quelle qu’elle soit." Faites ce que vous voulez, je me rallierai à vous. Si je comprends bien, on tord tellement les mots que l’on prouve que la position la plus responsable, la plus visionnaire, celle d’un chef de liste, c’est de ne pas choisir soi même. En lettres classiques, on disait que c’est un sophisme. Au 21° siècle, je dirais plutot qu’on nous prend pour des cons

  • > La médiathèque de la discorde
    31 décembre 2007, par François  
    Et bien vous auriez tort, mon cher Ravaillac. Car s’abstenir, c’est moins prendre les gens pour des c... (comme vous dites) que de leur proposer une solution démagogique !

  • > La médiathèque de la discorde
    31 décembre 2007, par Machi  
    Proposer une solution démgogique comme le fait FB ou retourner sa veste à 6 mois d’intervalle comme le fait Miss Poueyto, voilà le manque de respect pour les citoyens !!

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par pehache  

    A côté de l’attitude peu défendable de MLC lors de ce vote, il y en a une autre qui a montré son goût pour le retournage de veste : Josy Poueyto.

    Tant qu’elle était derrière Uriéta, elle défendait bec et ongles ce projet de médiathèque à Henri IV, et maintenant qu’elle est derrière Bayrou, elle vote contre.

    On n’est pas gâté pour les élections...

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007  

    A Pau, comme ailleurs, c’est l’heure de retourner sa veste. Ce doit être dans le manuel du parfait élu. Et vas-y que je me balade de droite à gauche au gré des humeurs mais surtout des avantages et de la gloriole. Bref, cet être avide de pouvoir, décidé à se maintenir à son poste coûte que coûte ( coûte étant pris dans tous les sens du terme , of course ) possède donc cette capacité à changer facilement de cap. Concernant tous ces grands travaux peut-être devrait-on avant toute chose se poser la question de savoir si l’on a vraiment besoin de gaspiller l’argent du contribuable au travers de dépenses qui ne s’imposent pas. Pau est une ville surendetée, alors à quoi bon ?

    N’oublions jamais, que l’argent, quel que soit son origine, il sort TOUJOURS de la poche d’un contribuable. Alors cessons de le dilapider stupidement.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par pehache  
    Juste une petite remarque quand même : Pau n’est pas surendettée. Son endettement est même inférieur à la moyenne des villes de même taille. Par contre la CDA je ne sais pas...

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Jerlau  

    Pehache,

    Mais il faut regarder le ’hors bilan’ et en particulier tous les emprunts cautionnés par la ville ou la CDA pour le compte de différentes entités, Sem, associations. On voit ces montants apparaitre dans les comptes rendus de conseil, mais il n’y a jamais le total.

    L’endettement officiel d’une ville ne veut rien dire aujourd’hui

  • > La médiathèque de la discorde
    31 décembre 2007, par Fouqier  
    De la politique et de la démocratie

    Il en est de la médiathèque paloise comme de la piscine billèroise ! C’est fou ce que les choses sont urgentes et nécessitent des "passages en force" à quelques mois des élections. Peut être est ce un problème de qualité du béton ! il faudrait certainement poser la question à des spécialistes du BTP !

    En ce qui concerne la vie politique paloise, elle ressemble assez au calcio italien tant il est vrai que la politique en France est une affaire de valeurs et de fidélité à des idées.

    Le Comte Alexandre De Marenches (grand serviteur de l’Etat quand il y en avait encore un digne de ce nom dans ce pays) avait pour habitude de considérer que tout homme à son prix, toute la difficulté réside alors dans le fait d’en faire une bonne évaluation.. pour mieux s’attacher sa "loyauté" (je suis certain que vous apprécierez l’euphémisme !). La vie politique paloise en est une parfaite illustration.

    Certes, certains élus (rares par les temps actuels) demeurent fidèles à leurs idées ; c’est tout à leur honneur et cela nous change d’autres comportements. Il est vrai qu’il faut bien trouver une justification crédible à des reniements, alliances contre - natures, .... Déjà Judas, en son temps et déjà pour trente deniers !Rien n’a vraiment changé.

    Par définition, un renégat ne trahit jamais, il s’adapte à l’évolution du monde et, bien entendu, a toujours d’excellentes raisons. C’est important de s’adapter aux évolutions de la société et puis c’est une preuve d’intelligence ! si, si. Bien entendu, s’il y a un peu de monnaie au bout ce n’est que phènoméne purement fortuit !

    Problème pour ces gens là, c’est qu’ils ne seront jamais considérés comme fiables par le camp dans lequel ils ont basculé. C’est une règle de base : ne jamais faire totalement confiance à quelqu’un qui vient du camp adverse.

    Et puis, rappelez vous, les "traîtres" finissent toujours mal : Judas s’est pendu, Laval a été fusillé, .. sorts peu enviables !!! (enfin, on ne le souhaite pas à nos candidats locaux, nous avons trop d’affection pour eux).

    Dans le cadre, de la campagne électorale paloise, il va être également et certainement très intéressant de jeter aussi un regard sur certaines arrière - cours, s’intéresser aux équipes (enfin pas celles qui sont benoîtement présentées sur papier glacé aux électeurs mais celles qui s’agitent dans l’ombre - agences qui louchent sur des contrats futurs, hauts fonctionnaires en mal du pays, affairistes de "tous poils").

    C’est amusant car sont déjà susurrés certains noms connus plus pour leur intérêt pour la menue monnaie et les gros contrats que pour leur propension " à rendre le monde meilleur". Ces noms (de personnes de qualité, il va sans dire et d’une intégrité au dessus de tout soupçon) commencent à circuler ici ou là.

    Enfin, vont être abordés des dossiers importants qui intéressent les palois : les plans circulations (il faut dire qu’en ce domaine c’est un peu "la chienlit" comme aurait dit un Général bien connu), l’utilisation des subventions dans le cadre d’un festival mondialement connu, ... enfin autant de thèmes sympathiques et intellectuellement enrichissants pour le palois de base qui pourra ainsi utilement compléter son bagage de connaissances générales et améliorer sa perception du rôle des politiques dans la vie de la cité.

    Oui, la campagne électorale a Pau risque de se révéler intéressante. Elle sera à l’image du système politique actuel : en état de putréfaction avancée, ce qui - contrairement à ce qui est généralement admis - est une chance pour la démocratie.

    En effet, prenez le cas de l’Italie, il n’y aurait jamais eu d’opération "mains propes" s’il n’y avait pas eu de copinage entre la classe politique italienne et la mafia.

    Quand je vous dis qu’il y a des analogies entre la vie politique paloise et celle de l’Italie !

    Bonne campagne.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par jacques  

    une médiathèque voté à la hâte pour ne pas perdre la subvention de l’Etat après 3 ans de tergiversations et de gabegie.

    Sans concertation. Sans projet global. Sans vision.

    > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par François  

    S’abstenir n’est pas forcément "ne pas avoir d’opinion". C’est plus une façon de ne cautionner ni un camp, ni un autre.

    Il me semblait que MLC s’était expliquée sur son attitude :
    -  pour la médiathèque et plutôt pour le projet architectural ;
    -  contre la manière de faire d’Uriéta et le manque de concertation démocratique.

    C’est quand même pas à ce point compliqué qu’on ne puisse le comprendre, non ?

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Autochtone palois  
    François, sauf que cela veut dire que MLC accepte implicitement le fait que la médiathèque soit construite dans la cour de l’école Henri IV. Un détail ?

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par François  
    En effet, il me semble bien que c’est le cas. Si j’ai bien compris ses déclarations, on aurait pu penser que ça ce serait passer autrement avec elle aux responsabilités mais elle accepte la localisation pour ne pas reculer encore plus le projet et perdre des millions d’Euros supplémentaires en subventions et indemnités de dédit auprès des architectes. Je me trompe ?

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par pehache  

    Si le projet avait été rejeté par le vote, il n’y aurait pas eu de dédit d’architecte. Par contre la subvention aurait bien été perdue (si l’on en croit les uns et les autres).

    Mais je pose la question : valait-il mieux réaliser un mauvais projet tout de suite avec subvention, ou un bon projet plus tard sans subvention ?

    On marche sur la tête, et MLC me parait bien décevante sur cette affaire.

  • > La médiathèque de la discorde
    1 janvier 2008, par Max  

    Pehache, meilleurs voeux.

    Votre commentaire est redoutable. On marche sur la tête et Martine est TRES décevante sur cette affaire...

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Jean-François  

    Bizarrement MLC avait adopté la même posture au sujet du festival de théâtre de Belit. Contre la méthode mais pour Mnouchkine (600000 euros ?) en sacrifiant la diversité culturelle du spectacle vivant sur l’autel de la dévotion.

    A force de ménager la chèvre et le choux, Martine finira aux champs.

    Colchiques dans les près

    Fleurissent, fleurissent

    Colchiques dans les près

    C’est la fin de l’été

    La feuille d’automne

    Emportée par le vent

    En rondes monotones

    Tombe en tourbillonnant

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Autochtone palois  
    MLC = Ménager La Chèvre ou Ménager Le Chou ? Ou les 2 ?

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Jean  

    Autochtone

    Il y a des moments ou il n’est pas facile d’exprimer sa position.

    Ne pas être en situation de gouverner le concret permet de critiquer sans retenue.

    Se poser en responsabilté c’est prendre en compte l’existant, c’est à dire le fait accompli.

    Gouverner c’est se coltiner la réalité des choses, ce n’est pas de prendre une position démagogique, quitte à ne pas être compris(e)

    L’interêt des Palois, c’est que s’arrête enfin la déambulation de ce projet et d’arrêter de gaspiller l’argent public !

    Il ne s’agit pas de ménager qui que ce soit, c’est simplement faire preuve de réalisme et de bon sens.

    C’est aussi faire en sorte demain de limiter les dègats collatéraux sur les éleves de l’école et les habitants et commerçants du quartier.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par pehache  

    L’interêt des Palois, c’est que s’arrête enfin la déambulation de ce projet et d’arrêter de gaspiller l’argent public !

    Jean, je repose la question : valait-il mieux réaliser un mauvais projet tout de suite avec subvention, ou un bon projet plus tard sans subvention ?

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Jean  

    Pehache

    C’est un projet qui a le mérite d’exister, de renforcer le centre-ville qui en a bien besoin, et de permettre si on ne se loupe pas une revitalisation du quartier des Halles.

    Installer l’ESAC à la Miséricorde, transformer les Halles en les ouvrant vers l’extérieur, reconditionner le complexe de la République, revoir toute la voirie environnante.

    C’est un vaste chantier, mais indispensable pour le centre de Pau. Il est temps de l’évaluer, de le budgeter, et de limiter les dégats collatéraux le temps du chantier.

    Labarrère avait laissé prendre du retard sur le centre-ville, il faut rattraper ce retard à marche plus ou moins forçée.

    L’épisode Urieta nous laisse un projet qui est ce qu’il est mais qui doit être pris en compte.

    La necessité d’une Médiathèque centrale n’est pas douteuse. Les collections ont été constituées. Ne prenons pas le risque de retarder encore.

    Faisons du mieux possible avec ces paramètres.

    C’est la position de Martine, et c’est je crois la seule réaliste.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par Autochtone palois  

    Jean, nous sommes dans les subtilités de la politique typiquement à sauce la béarnaise. On est contre mais on fait avec, tout en étant pas vraiment contre, parce que que être contre c’est accepter d’être pour autre chose qu’on ne veut pas... Autrement dit on est pour ne pas être pour la perte des subventions... C’est simple.

    Finalement j’espère qu’on ne va pas se lancer dans un projet surdimensionné, mais de taille suffisante pour ne pas perdre la fameuse subvention...Le reste est littérature, comme on dit dans les médiathèques.

  • > La médiathèque de la discorde
    28 décembre 2007, par François  

    Autochtone,

    il y a sans doute un peu de déviance béarnaise dans les discours politiques ces temps-ci mais, là aussi, on est en Béarn, faisons avec.

    Je pense néanmoins que le discours politique n’a pas besoin d’être toujours carricatural et que le débat public gagne toujours à parler en nuances. C’est ce qu’essaie de faire Martine. Ce n’est malheureusement pas toujours entendu. Mais de grâce, n’essayons pas de faire toujours rentrer les positions des uns ou des autres dans des cases. Les situations compliquées méritent sans doute mieux que des prises de position démagogiques ...

  • > La médiathèque de la discorde
    1 janvier 2008, par Max  

    Bonsoir Jean et bonne année. Excusez-moi par avance mais je trouve votre réponse suréaliste ! Considérer la position d’une élue comme "réaliste" au travers d’une absentention dépasse mon entendement. Il y avait en effet plusieurs "non" possible.

    1) Celui de Josy est effectivement politicien. Mais que deviendrait-elle professionnelement si elle n’était plus à la mairie ou au Conseil Général ? Sa décision est -elle- réaliste : au bord du précipice du chômage, je connais beaucoup d’Hommes qui retourneraient leurs vestes

    2) Celui de "contribuables" (je le reconnais volontiers, très taxés) qui ne regardent le monde qu’au travers de leur portefeuille. Leur leitmotiv : moins d’impôts, peu importe la méthode et les sujets

    3) Celui des internautes, qui ne jurent que par Wikipédia, ou des anti-béton qui ne comprennent pas pourquoi il faut construire une énième médiathèque après celle de Billère, demain Lons, après-demain Gan ou Jurançon...

    4) Et puis celui d’une responsable politique courageuse, dont la maitrise de la "chose économique" n’est pas une équation à X inconnues. Les collections ont été achetées, une subvention passe par là, donc il faut aller jusqu’au bout... Incroyable raisonnement... Même une basique gestion en "bon père de famille" aurait du lui faire dire : je suis d’accord avec la Médiathèque, je ne suis pas d’accord avec l’emplacement, j’assume un délai sur ce dossier, mais il n’est pas prioritaire (la formation des jeunes ne passe pas par une médiathèque, mais par des écoles ou des entreprises qui les accueillent) et nous repenserons le sujet avec méthode, dans un cadre budgétaire que nous pouvons assumer, sans pénaliser d’autres actions du quotidien (l’éducation peut aussi en faire partie), dont Pau a été privée pendant 30 ans.

    Je traduis :
    -  mon gamin a déjà acheté le casque
    -  tous ses copains ont un scooter
    -  il a besoin de se déplacer
    -  je lui achète donc un scooter, avec tous les risques que cela comporte, sans prendre du recul, sans se rendre compte que le déplacement dont on parle c’est pour aller du domicile au lycée, il y a 300m, et qu’il peut soit marcher, soit prendre le bus, soit le vélo, soit je l’amène moi-même en voiture...

    Martine s’est plantée en beauté sur ce dossier, et il préfigure malheureusement de son management municipal. Quel gâchis... Autochtone, vous devez être bien triste...

  • > La médiathèque de la discorde
    1 janvier 2008, par Max  

    Jean, Permettez-moi de rebondir aussi sur le début de votre intervention. Je ne connais pas votre profession, mais la "rumeur d’AP" fait l’écho que vous êtes dans le monde économique...

    Affirmer que la Médiathèque et les Halles font bon ménage est un non sens économique. Il n’y a que Monsieur Urieta pour tenir un tel discours. Il est vrai qu’il répète à qui veut l’entendre qu’il est issu du monde de l’entreprise... smiley

    Consommer de la culture, de l’éducation, de l’information, du partage d’idées ou des rencontres - en résumé, tout ce qui pourrait constituer le fondement de cette Médiathèque, comme cela a été dit dans un dossier d’AP - n’a rien à voir avec acheter du fromage ou du poisson... La preuve, Martine évoque les 5000 lycéens qui vivent dans le centre-ville. Vont-ils aux Halles ???

    Ce sont deux populations différentes qui auront deux centres d’intérêt différents. En clair, pas une population additionnelle, mais une somme de deux populations différentes, égale à... deux populations différentes.

    Comme si vous essayiez d’additionner des carottes et des choux...

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par François  

    Max,

    votre discours est en partie vrai à mon sens lorsque vous dites que les centres d’intérêts entre deux les deux types de population que vous prenez en exemple ne sont pas les mêmes.

    Mais, en même temps, vous passez à la trappe l’objectif de mixité sociale (et j’ajoute, de mixité économique !). A moins que l’on souhaite des quartiers mono-orientés (mais ce n’est plus vraiment d’actualité, même dans nos grands quartiers d’affaires en Europe ou aux Etats-Unis, où les urbanistes plaident pour réimplanter des équipements de vie collective), il me semble qu’il vaut mieux avoir dans un quartier - surtout en centre-ville - des équipements complémentaires ...

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par Max  

    François,

    Vous avez raison, il faut que cette Médiathèque soit en centre-ville. Mais à la place d’une école ? A côté d’une zone déjà très encombrée par la circulation ? C’est un axe (une pénétrante disent les spécialistes) qui va tout de même du parking de Verdun à l’ouest de Pau, en passant par une rue Nogué étroite, une rue Castetnau étroite, une rue Carnot pénétrante nord/sud, une voie plus large le long de l’école, une entrée et une sortie de parking de l’autre côté, plus une zone de parking en épis pour les Halles...

    Et vous souhaitez amener entre 1500 et 3000 personnes par jour (à la vue de ce nombre, il faut que les habitants de l’agglo soient dans ce nombre, et alors quid de leurs déplacements) dans ce quartier ? Où sont les parkings sur place (République/Les Halles est à raser et à reconstruire) ? Où sont les navettes entre parking relais et Médiathèque ? Désolé, mais le choix de ce quartier n’est pas le bon, le projet est mal étudié, et voter parce qu’il y a une subvention à prendre, je rejoins toujours et encore l’Autochtone, c’est une absurdité.

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par Jean  

    Max bonne année à vous !

    Sur les carottes et les choux je ne partage pas votre point de vue.

    Les hommes et les femmes de cette ville ont besoin des deux : nourritures terrestres et nourritures spirituelles !

    Le problème le plus urgent de cette ville est de revitaliser son centre.

    Donner aux palois, aux habitants de l’agglo et aux visiteurs de bonnes raisons de se l’approprier et de vivre ensemble dans une ville "bonne à vivre".

    "La vie révée des villes" ne restera qu’une incantation si on ne fait pas en sorte de donner des raisons de la pratiquer.

    Le marché de Pau est un concentré de culture béarnaise. Son contenu est exceptionnel. Son contenant et ses alentours ne sont pas à la hauteur.

    Cette médiathèque ne doit pas être un OVNI posé n’importe où. Elle doit être un élément de l’attractivité du centre de Pau.

    Une ville se doit d’attirer par son offre culturelle, commerciale et conviviale.

    Pau a la particularité d’un hypercentre surdimentionné par rapport à sa population.

    Concentrer l’offre est une évidence.

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par sofsof  
    Quel dommage tous ces propos pour-contre, j’ai vécu un vrai bonheur à fréquenter la médiathèque d’ARLES installée dans le vieil hôpital du centre ville, vous savez celui de Van GOGH, c’est un lieu de promenade et d’enrichissement culturel, où tous trouvent un intérêt, une doc pour les devoirs, de la musique à emprunter, des livres, de la peinture, un endroit où l’on se retrouve , pour papoter ou préparer une expo...On en ressort rasséréné et enrichi culturellement . Vous nous préparez quoi à Pau, un ring ???

  • > La médiathèque de la discorde
    2 janvier 2008, par Max  

    Jean, nous sommes d’accord sur l’analyse. Il faut revitaliser le centre. Mais votre solution n’est simplement pas judicieuse. OK sur la mixité entre nourriture corporelle et spirituelle. OK pour envisager qu’il manque un tel espace de rencontres, d’échanges, de... et de... Il faut de la diversité et de la richesse dans l’offre à proposer aux Palois résidents du centre, Palois résidents hors centre, et habitants de l’Agglo, du Béarn, du Monde...

    Mais balancer une Médiathèque à X millions d’Euros, alors que les Halles ne sont pas refaites, que les marginaux y ont leur QG, que les façades sont grises, qu’il n’y a pas d’espace digne de ce nom pour les commerçants non-sédentaires, que les crottes de chien et les imondices pullulent, que les logements sont délabrés et que le dimanche à 13h, c’est la Cour des Miracles... excusez-moi, mais nous n’avons pas le même ordre de priorité.

    Vous êtes dans l’Imaginaire où la Kulture et l’Education seront les Lumières Salvatrices du Monde, où je suis très à terre, conscient qu’il faut recommencer petit, pour grandir et se donner les moyens, non pas dans les ambitions, cela c’est facile, mais dans l’organisation concrête et l’ordre des actions. Tiens, cela me fait penser à ce que me disait - en substance - ma mère institutrice après le passage d’un Inspecteur d’Académie ou d’un prof de l’Ecole Normale : "Il faut donner les moyens à un enfant de se projeter dans les mots et le sens qu’ils y ont...Cantau... ma méthode pour apprendre à lire à des gamins des cités, c’est b+a=ba. Point..."

  • > La médiathèque de la discorde
    30 décembre 2007, par M  
    pourquoi pensez vous que le projet futur sera sans subvention ? c’est ce que l’on vous sert comme argument ? pourquoi ? qui a lu ça dans sa boule de cristal un matin en se levant ? soyons raisonnable la mairie pouvait suspendre cette décision, et reprendre le projet plus tard. La ville de Pau a besoin d’un projet culturel structurant qui emporterait l’a ssentiment de tous. lmais une médiathèque c’est pas une urgence totale ; il y a des médiathèques déjà partout !! car attention à la feuille d’impot

  • > La médiathèque de la discorde
    29 décembre 2007, par M  
    ai

    pour ainsi dire les colchiques se ramassent en été, mais cette année la moisson sera précoce..en Mars ! mieux vaut avoir planté le bon semis pour obtenir une belle récolte et je crois que cela sera le cas pour MLC. Le remous provoqué par l’annulation de la venue d’ Ariane N. a soulevé encore le problème de l’absence d’une vrai politique culturelle pour la ville et mieux l’agglo.. Les décisions qui sont préparées pour être votées depuis même la fin d’A.L sont des pièges démocratiques, car elles sont l’appanage d’un clan je dirais ; elles engagent des fonds importants et doivent transformer la vie des gens, mais les décisions à voter sont enpreintes de sectarisme. On ne dialogue plus à la Mairie de Pau depuis longtemps... On connait tous l’histoire du FIPO, de sinistre mémoire, Pau a été le théatre d’une situation complètement anormale qui a couté 700000€ au contribuable ; cela issu directement de la fin d’une règne celui d’A.L. Il ne faut pas être naif à ce point ,la suite du dossier a été catastrophique...Maladie, mort, intérim non préparé, projet FIPO mauvais, pas professionnel, comment pensez vous que l’on puisse agir en sauveur et arrêter une machine infernale à 700000€ ? Vous ? le maire intérimaire a eu dans ce contexte toute la lattitude pour agir et pas MLC redevenue conseillère municipale je le rappelle ; ce fut la grande délicatesse de YU et JP...et s’y croire et tout foirer...jusqu’à faire voter des décisions trop lourdes pour le climat et le calendrier actuel style la médiathèque...Il n’y a plus de légitimité pour l’équipe en place à mener ce projet aujourdhui ; les élections de mars doivent passer par là... c’est logique non ?

    et vous vos colchiques portent quelle marque ?

  • > La médiathèque de la discorde
    29 décembre 2007, par MC  
    au niveau de responsabilité où est rendu MLC, s’abstenir comme elle l’a l’a fait ainsi que de nombreux conseillers communautaires sur ce sujet est un acte politique réfléchi. Il nous rassure et prouve l’expression de valeurs dans lesquelles devraient se tenir nos candidats, à savoir le renoncement à la démagogie, le respect de l’électeur et du mandat que l’on peut exécuter en son nom. Des 3 candidats elle incarne le renouvellement politique tel que je le souhaite, car elle est la seule à connaitre la plupart des dossiers locaux, de part sa grande proximité avec ALabarrère et leurs visions communes pour ce pays de Béarn qu’elle connait si bien. elle a gardé sa liberté de parole et cela est précieux pour faire avancer une ville. depuis 2006, la coallition YU/JP a explosé et cette expérience d’un intérim non préparé, aboutit, entre autre aujourd’hui à faire voter un dossier vidé de son contenu, ressorti des lymbes "administrativo politiques" pour sauver une subvention.... Navrant !. Le projet structurant dune médiatèque sur Pau comme Bilbao à son musée est bien loin. Perdu avec la mort d’A.L. Bien sur qu’apporter du neuf à ce quartier des halles est plus que nécessaire....il n’est pas le seul car le patrimoine de la ville est en mauvais état... Donc s’absenir dans ce contexte est largement suffisant. Nouvelle équipe nouveau souffle allais je dire... Une fois de plus nous aurons les politiques que nous mériterons. c’est un peu vulgaire de dire ca mais ca soulage. ca permet de dire à tous ces donneurs de leçons facon café du commerce de moins lever le coude et réfléchir un peu plus !! Bravo Martine pour ton parcours et on continu avec toi..

  • > La médiathèque de la discorde
    29 décembre 2007, par nadine  
    Bravo a tous les élus qui ont eu le courage de dire NON et de voter en conséquence. C’est ce que j’appelle une parole politique claire et responsable.

  • > La médiathèque de la discorde
    30 décembre 2007, par cm  
    Madame Nadine, dans le contexte politique calamiteux , nous pouvons faire le constat que s’abstenir dans ce vote c’est respecter le contribuable, c’est en fait dire sur le fond je suis pour le projet d’une médiathèque, mais comme ce projet est vidé de son sens premier c’est à dire payer un équipement structurant comme Bilbao a eu son musée, cela passe par une nouvelle concertation avec des équipes renouvellées. s’abstenir c’est vouloir tourner la page d’ujn règne finissant, et c’est un grand service rendu à notre ville et son agglo. Voter pour aujourd’hui c’est rallonger la feuille d’impot...non merci !! Bravo martine pour ton courage pour cet acte politique responsable qui augure bien de ta manière de faire de la politique : concertation, prudence, et intérêt collectif...dans la transparence !

  • > La médiathèque de la discorde
    30 décembre 2007, par François  

    Nadine,

    croyez-vous vraiment que lorsque Josy Poueyto vote non (elle qui a encouragé ce projet de médiathèque lorsqu’elle soutenait Uriéta) ce soit une parole politique claire et responsable ?

    Ne soyons pas naïf au point de penser que le courage est d’un seul côté ... S’abstenir en ne hurlant pas avec la meute, c’est aussi faire preuve d’un certain courage !

  • > La médiathèque de la discorde
    31 décembre 2007, par Ravaillac  

    Assez amusant de glorifier les élus qui ont eu le courage de voter non.... alors que jusqu’à maintenant ils avaient soutenu le projet et que c’est par opportunisme politique qu’ils retournent leur veste aujourd’hui.

    Vous examiner le projet de la médiathèque par le petit bout de la lorgnette ou plutôt par les aspects qui vous arrangent. Il s’agit d’un équipement culturellement important pour la ville et l’agglo et structurant pour l’aménagement de cette partie du centre ville qui vit en marge.

    Les bibliothèques paloises sont obsolètes et nécessitent de passer à la génération suivante c’est à dire à la médiathèque. Les errements des élus en terme de lieux ou de projets architecturaux ont été lamentables, le risque de voir le projet impossible à réaliser s’est réellement posé. Fort heureusement sur le plan de l’agglo le travail de mise en réseau des bibliothçèques et médiathèques s’est poursuivi, la création d’une politique d’achat cohérente s’est réalisé et enfin un fond imortant en livres et DVD a été réalisé sans attendre que la médiathèque centrale se réalise. Aujourd’hui elle reste à réaliser et la perte des fonds d’état et européen (7 M€ soit 50% du projet) s’est bien posée. Les crédits n’auraient pas été reconduits en 2008.

    On peut certe s’interroger sur le maintien du choix de l’école Henri IV, mais il n’y avait plus le recul malheureusement pour étudier une nouvelle solution. De toute façon est il possible de concilier aujourd’hui la volonté de faire un équipement dans le centre ville et éviter des nuisances pour les riverains et les commerçants durant les travaux ? Aucune ville n’a trouvé de réponse devant une situation identique, la seule chose qui se dégageait c’est qu’après tout le monde était satisfait. Le plus difficile aujourd’hui à régler est celui de l’école HenriIV. Déjà à la dernière rentrée, la seule annonce du projet de médiathèque a suffit pour faire partir une centaine d’enfants dans d’autres écoles. Il est clair que l’engagement qui doit être pris dès maintenant est celui de dire qu’il n’y aura pas un premier coup de pioche avant qu’une solution satisfaisante pour l’école n’ait été trouvée.

    Si de nombreux élus, MLC en tête, ont demandé le repport de cette décision après les élections, le Président YU n’a rien voulu savoir. Borné, incapable de porter les dossiers jusqu’au bout il s’en est débarassé sans consultation, sans discussion dans une fuite en avant dont seuls les incapables ont le secret.

    Il faudrait souligner l’attitude pour le moins bizarre de François Bayrou sur ce dossier. Lui qui s’était fait naguère le chantre de la lutte contre l’illettrisme le voilà aujourd’hui qui met toute son énergie à torpiller un projet porteur d’un travail sur la lecture, ouvert à toute la population et particulièrement à la plus défavorisée qui devrait trouver dans la médiathèque une approche différente, plus ouverte et plus riche. Opposer la médiathèque au tramway c’est question de coût passer de 13 M€ à 120 M€, c’est passer sur le plan des nuisances de 2 ans de travaux à 10 ans qui vont éventrer la ville sur toute sa longueur. En voulant caresser l’électeur dans le sens du poil, François Bayrou à montrer l’inconsistance de son discour d’hier et d’aujourd’hui, l’incohérence de ce qu’il promet maintenant et qu’il ne pourra en aucune façon réaliser demain.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Indignez-vous !
    Pau Municipales 2014 - Faut-il donner une deuxième chance à MLC pour prolonger son action ?
    Pau-litique : "La classe 80"
    A mon panache blanc.
    Marc Cabane candidat à Pau.
    Pau - Le SMS du jour...
    Municipales : à Pau, pas de renouveau !
    Pau 2014 - Martine aux abonnés absents...
    Pau 2014 - Salle Navarre : Quelle jauge pour les candidats ?
    Pau - La médiathèque André Labarrère n’est pas la sienne
    Municipales 2014 - Pau : En 2013, parties de poker-menteur
    Pau - Boulevard des Pyrénées et parkings relais
    Pau : Après la ville "pacifiée", la mairie "apaisée"...
    Le Conseil Général des PA lutte contre le réchauffement climatique
    Tango à gogo au Conseil Général
    Pau, rencontre avec Yves Urieta.
    Cumul des mandats - Martine en redemande. Les Palois désespérés !
    Lettre ouverte à Pierre Chéret, premier secrétaire du PS des Pyrénées-Atlantiques
    Pau Municipales 2014 : Marc Cabane dans les starting-blocks
    Pau - Devoir de vacances



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises