Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Mariage d’amour

lundi 11 mars 2013 par Joël BRAUD


Il n’y a pas si longtemps, à l’échelle de notre histoire, le mariage d’amour passait pour une originalité. Il a sans doute moins de cent ans et ses conséquences sur notre organisation sociale sont certainement beaucoup plus importantes qu’on ne le croit. Même l’actualité nous le prouve. Petites réflexions sur une évolution au travers des temps.

Il me semble que c’est Alfred de Musset qui fait dire à l’un de ses personnages, s’adressant à sa maîtresse, et cela à quelques jours de son propre mariage, que ce n’est pas parce qu’on est amoureux qu’on doit se marier. Autrefois, sans qu’il soit nécessaire de remonter à bien longtemps, existaient les épousailles ou les accordailles. Elles consistaient en une convention entre deux familles qui réunissaient leurs biens voire leurs fortunes par l’alliance de leurs enfants. L’amour n’avait pas sa place dans cette démarche et les protagonistes n’avaient cure de s’y référer. D’ailleurs le mari, et non l’épouse rencontrait les sentiments en dehors des liens du mariage. Racine et Molière lorsqu’ils évoquaient l’amour entre deux êtres parlaient de ce qui se passait de manière illégitime et codifiée. Historiquement donc, mariage et amour n’ont que rarement constitué un couple harmonieux.

Même le code pénal de manière très sévère faisait une différence entre les comportements coupables de l’homme et ceux, non moins coupables de la femme. Ainsi, à l’époque où l’adultère était un délit, il n’était répréhensible pour l’homme que lorsqu’il était commis au domicile conjugal tandis que pour la femme, il pouvait être commis en tous lieux. Inégalité des sexes devant la loi bien évidemment, c’était ainsi à cette époque où l’hypocrisie était de règle. Heureusement le code pénal a oublié ce délit dans les années soixante. Il y avait cette formule délicieuse, enfin, pas pour toutes, qui disait : « Une femme honnête n’a pas de plaisir ». Sous-entendu, un homme de la même qualité lui pouvait se permettre d’aller chercher du plaisir où bon lui semblait et de la manière qu’il choisissait. Il rencontrait parfois l’amour en dehors du cadre conjugal et quelquefois même des amours, elles restaient que très relativement clandestines parce que cet état de fait était admis sans pour autant être affiché.

Même la grammaire française, pourtant habituellement si neutre, par une de ses règles, confirmait cet état de fait. Vous êtes vous demandé pourquoi le mot amour est du genre masculin au singulier et du genre féminin au pluriel ? J’ose une théorie qu’à raison vous trouverez fumeuse et qui n’appartient qu’à moi. L’homme avait des amours (féminines) tandis que la femme n’était autorisée qu’à un seul amour (masculin). Bon passons...

Et puis vint le mariage d’amour qui prit une telle place dans nos usages au début du XX éme siècle, qu’il n’était alors plus question de se marier sans que des sentiments forts réunissent les deux prétendants. Peu importe, une évolution sans conséquence me direz-vous. Détrompez-vous, cette nouveauté entraîna certaines modifications de notre manière de vivre.

En premier lieu, moins de mariages et plus d’union libres. Margot dans sa chaumière attendait le prince charmant tel qu’il était décrit dans les romans à l’eau de rose et à force d’idéaliser celui-ci elle renonçait à la vie conjugale de peur d’être déçue ou que la pérennité de l’union ne soit pas au rendez-vous.

Davantage de divorces également car si l’amour est indispensable pour le mariage, lorsqu’il disparait les liens doivent se rompre, évident corollaire. « L’amour dure trois ans » nous dit Frédéric BEIGBEDER (Editions GRASSET et FASQUELLE), après cette courte période il se volatilise emporté sans doute par l’usure des habitudes.

Enfin le mariage pour tous qui a nourri notre actualité, repose sur le principe que lorsqu’il y a amour il peut et il doit y avoir mariage que ce soit pour les hétérosexuels comme pour les homosexuels. Après tout pourquoi pas, pour ma part, je m’en soucie comme de colin-tampon. Les droits seraient ainsi les même pour tous.

Il ne faut rien regretter, d’une période où l’hypocrisie était de règle, nous sommes passés à une autre où tout s’affiche. Tant pis pour les passéistes.

Pau, le 5 mars 2013

Par Joël BRAUD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Mariage d’amour
18 mars 2013, par MM  

Il est regrettable de constater que M. Braud n’est pas capable de prolonger sa réflexion au delà de simples banalités. Concernant le mariage homosexuel, le principal problème est celui des enfants auquels les homosexuel(le)s marié(e)s auront "droit" par adoption ou pma (voire plus tard probablement par GPA) du fait de leur statut matrimonial. M. Braud pourrait penser à ce problème et ne pas s’enfermer dans une attitude égoïste en affirmant qu’il s’en moque.

  • > Mariage d’amour
    18 mars 2013, par Joël BRAUD  
    Il est regrettable de constater que MM n’ait pas compris que le sujet qu’il évoque est un autre sujet d’une toute autre importance qui ne peut être traité avec la même légèreté de ton. Oui en effet il est regrettable que vous n’ayez pas compris que c’est parce que je n’aborde pas cet autre sujet qu’il faut vous croire autorisé à en conclure que je m’en moque. Enfin les banalités sont plutôt de votre côté en voulant parler d’un sujet différent sur lequel beaucoup a été dit et par des personnes plus compétentes que moi et surtout que vous. Mais certainement, vous le censeur, allez pouvoir prendre la plume pour écrire quelque chose de grave et d’original. Voyez-vous, je ne sais pas pourquoi mais j’en doute.

  • > Mariage d’amour
    20 mars 2013, par MM  
    Aurais-je eu la berlue ? C’est bien vous qui avez écrit : "Enfin le mariage pour tous qui a nourri notre actualité, repose sur le principe que lorsqu’il y a amour il peut et il doit y avoir mariage que ce soit pour les hétérosexuels comme pour les homosexuels. Après tout pourquoi pas, pour ma part, je m’en soucie comme de colin-tampon. Les droits seraient ainsi les même pour tous." Donc, incidemment, vous avez bien traité du mariage homosexuel en disant qu’il valait bien le vrai mariage et qu’en définitivement que vous vous moquiez de son avènement comme "colin-tampon". Ne venez pas maintenant faire l’autruche en disant le contraire. Si vous avez été vexé par ma critique, et bien, la prochaine fois faite un peu attention à ce qui vous écrivez. Quant à ma connaissance du sujet sur le mariage homosexuel, rien ne vous permet de dire que je ne suis pas compétent pour en traiter puisque vous ne me connaissez pas. Là encore, réfléchissez avant d’écrire.

  • > Mariage d’amour
    11 mars 2013, par Mehdi Jabrane  

    Merci pour votre texte M. Braud.

    Il est toujours intéressant de jeter un coup d’oeil dans le rétro.

    Dans "le lien familial en crise", François de Singly détaille exactement vos propos.

    Ce changement de paradigme dans nos relations ne va pas d’ailleurs sans contradictions.

    Il n’est pas rare en effet de voir des couples, ne souhaitant pas s’engager maritalement, signer ensemble un crédit de 25 ans pour devenir propriétaires ! Avec les conséquences que l’on peut imaginer lors d’une éventuelle séparation.

    De mémoire c’est en 2010 déjà que le médiateur de la République dans son rapport faisait justement état de ces contentieux infinis

    Bien à vous.

    M.Jabrane

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Il est urgent d’écrire une autre symphonie du nouveau monde !
    Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    Suicides durables pour compétitivité et croissance durables. Est-ce soutenable ?
    De l’importance du mot
    De la transparence à l’opacité programmée !!!
    Multiplions les divisions !
    Le maïs peut-il nourrir l’humanité tout en protégeant la planète ?
    Jusqu’où et jusqu’à quand ?
    Partir en Suisse ?
    Pourquoi se taire ?
    Si la femme est l’avenir de l’homme, l’homme est un avenir incertain pour la femme !
    Mariage ou union pour tous ?
    Je ne discute jamais politique avec des gens qui ne font pas eux mêmes leurs confitures
    La justice fiscale (suite et fin)
    La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
    Histoires de famille
    « C’est un grand agrément que la diversité. L’ennui naquit un jour de l’uniformité »
    Voitures brulées la nuit de la Saint Sylvestre
    Justice fiscale
    Il faut harmoniser les péages des autoroutes A 63 et A 65



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises