Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"

lundi 11 mars 2013 par Bernard Boutin


L’élection italienne du 25 février, que l’actualité française a déjà oubliée, est une bien mauvaise nouvelle pour l’Italie, d’abord et pour toute l’Europe ensuite. Le populisme de Sylvio Berlusconi et Beppe Grillo, qui a eux deux totalisent environ 55 % des voix, montre à quel point l’opinion publique européenne ne trouve plus ses marques dans l’UE.

Les Italiens ne savent plus "à quel saint se vouer". La pauvreté, le chômage tend peu à peu sa toile sur le pays. Les politiques "classiques" promettent, depuis trop longtemps, des jours meilleurs alors qu’inexorablement le pays s’enfonce, tout comme en Grèce, au Portugal, en Espagne et... en France.

Résultat : un italien sur 4 a voté pour le Mouvement 5 étoiles ( 5 étoiles pour : "l’eau publique, les transports durables, le développement, la connectivité et l’environnement") de Beppe Grillo, "humoriste" de son état, tribun arrangeur, démagogue, populiste. Le parti pourra compter sur 109 députés et 54 sénateurs, une vague d’élus sélectionnés via une parodie de primaires organisées sur la Toile où une cinquantenaire de voix -les parents, les copains- suffisaient pour l’emporter. 

Sur le site du M5E, on en sait un peu plus sur ces nouveaux politiques qui rentrent à la Chambre des Députés italienne : Age moyen : un peu plus de 32 ans. Les plus anciens ont 40 ans, les plus jeunes 26 ans. Rafraichissant mais pas sans risque. Quelle expérience ont-ils de la pratique du pouvoir politique et de la démocratie (respect de l’autre, respect des institutions) ?

Le M5E a un programme qui promet : la semaine de 20h, un revenu mensuel de 1000 euros pour les chômeurs, un référendum sur l’Euro, le non paiement de la dette, une relance budgétaire etc. Des promesses faciles, démagogiques qui, sur le terreau des difficultés des italiens, a conduit 25% d’entre eux à l’approuver en votant pour lui.

Ce qui se passe un peu partout en Europe du Sud ramène aux années 30. Ces années noires pour l’Europe, initiées de l’autre côté de l’Atlantique, à New York, le 24 octobre 1929, par le fameux "krach" à Wall-Street

Dix années pendant lesquelles, sur le terreau du chômage et de la pauvreté, des "sauveurs nationaux-socialistes" mirent au pas de nombreuses démocraties européennes : Hitler (Allemagne), Mussolini (Italie), Franco (Espagne) et Salazar (Portugal) pour finir dans l’apocalypse de la deuxième guerre mondiale.

L’histoire se répètera t-elle ou non ? Personne ne le souhaite bien évidemment mais, on ne peut que constater des similitudes entre le début des années 30 et la décennie actuelle.

Après l’Italie, où de nouvelles élections pourraient amplifier le rejet des démocrates, c’est au tour de l’Espagne d’inquiéter. Le PSOE a été "brutalement sorti" en 2011, marqué par son incapacité à faire face à l’éclatement de la bulle immobilière et à un chômage montant en flèche. L’alternance a mis en place le Parti Populaire. Il ne lui aura pas fallu un an pour être pris dans la tourmente d’un chômage record à 25% de la population et de nombreux scandales financiers internes au PP avec des caisses noires arrosant les principaux dirigeants depuis de longues années.

A nouveau, voilà un pays qui rejette les partis classiques. Pas de Beppe Grillo à l’horizon de la Castille mais c’est bien les mouvement autonomistes qui pourraient en sortir renforcés avec la tentation de repli sur soi des régions.

Les années à venir n’augurent rien d’enthousiasmant. Seul le courage politique, l’aspect visionnaire des principaux dirigeants européens pourra éviter le chaos à l’Europe. En sont-ils capables ?

Les élection européennes de 2014 devraient donner au Parlement plus de pouvoir sur la nomination du Président de la commission européenne. Un premier pas. Cela sera t-il suffisant pour donner un nouveau souffle à une institution en manque d’idées ?

- par Bernard Boutin

PS : http://www.movimentocinquestelle.it/


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
11 mars 2013, par Jack Fagot-Barraly  

Entre le systéme Capitaliste ou ultra libéral ,comme on voudra , et cher a Sarkosy et Madelin et tant d’autres avides de profits a tout va, et le populisme de Berlusconi et Grillo que nous a bien décrit B Boutin , sans oublier a une autre époque les Coluche ,Cantona ,qui avec quelques bouffoneries bien calibrées ont secoué la Classe Politique . Eh bien entre ces deux alternatives il y en a une autre .

Elle nous est proposée par le collectif ROOSVELT 2.012 . ROOSVELT 2.012 ? Vous connaissez ? C’est un initiative de S Hessel P Larouturou et bien d’autres . En mars 1933 les états Unis sont dans une situation catastrophique . Tous les économistes et autres coseillent a Roosvelt de soumettre le pays a une sévére cure d’austérité touchant surtout les populations les plus vulnérables . Roosvelt refuse et fait le contraire de ce qui lui est conséillé . Il frappe les plus riches . La suite nous la connaissons L’Amerique s’est redresée et cela a duré 30 ans avant que n’arrivent les Reggan ,Bush et consorts.

Avec Roosvelt 2.012 pas question de démagogie . Il faut regarder le monde tel qu’il est et remettre de l’ordre dans la Maison . En 1.944 avant le sommet de Bretton-Woods Roosvelt avait défini un certain nombre de égles sociales "Le travail n’est pas une marchandise" Il n’y aura de paix durable sans justice sociale . Des régles concrétes avaient été définies sur les salaires ,le temps de travail , le partage entre dividendes et et salaires . C’était avant que les néolibéraux ne viennent tout démanteler

A ce jour dans 15 pays riches de l’OCDE le P.I.B a baissé de 10%. Ce sont 35.000milliards de dollars qui auraient dù aller aux salariés et qui sont allés sur les marchés financiers . 35.000 milliards détournés en 30 ans !!!

Mais ce dont personne ne veut entendre parler en ce moment c’est la tornade dévastatrice qui se prépare avec ces fameux Shadow Banking . Une nébuleuse qui ne dépend de personne et qui fait n’importe quoi pourvu que ça rapporte a court terme.

Le Monde va dans le mur ou il y est déjà . Il est temps d’ecouter les conseils de S Hessel et de se rassembler, toutes opinions confondues pour eviter la catastrophe .

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    11 mars 2013, par Contribuable Palois  

    J Fagot Barraly écrit

    "En mars 1933 les états Unis sont dans une situation catastrophique . Tous les économistes et autres coseillent a Roosvelt de soumettre le pays a une sévére cure d’austérité touchant surtout les populations les plus vulnérables . Roosvelt refuse et fait le contraire de ce qui lui est conséillé . Il frappe les plus riches . La suite nous la connaissons L’Amerique s’est redresée et cela a duré 30 ans..."

    Un peu léger Mister Jack. Vous avez omis un "élément" essentiel qui est à l’origine de ce décollage des USA ( bien plus que la taxation des riches)

    la deuxième guerre mondiale

    Entre 1939 et 1940 l’accroissement du revenu des USA est 12% l’an, de 1941 à 1945 c’est plus de 20% l’an, avec un gigantesque investissement en développement industriel et un potentiel scientifique considérable. Difficile de considérer que ça n’a servi à rien.

    Et malgré tout le bien qu’on peut penser de Stéphane Hessel ce serait une triste plaisanterie que de lui faire endosser l’habit d’un expert qui aurait donné des recettes en économie. Car Hessel en vérité ne s’est jamais approché de ce domaine durant sa longue vie, lui qui fut diplomate, humaniste et éventuellement philosophe.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    11 mars 2013, par Rêveur des villes  
    L’économie n’est pas la même que celle des Etats-Unis dans les années 30. Une part importante de l’industrie est partie, et les collectivités locales subissent des effectifs pléthoriques.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par Jack Fagot-Barraly  

    Quoique que vous en pensiez S.Hessel est un grand Monsieur qui s’est toujours engagé pour des causes justes et les a défendues . Et si son petit livre a eu autant de succés c’est bien parcequ’il a "tapé" dans le mille . Il importe maintenant que nous prenions la reléve et fassions vivre ses idées .Il existe une voie vers l’espoir et nous devons l’emprunter.

    Stephane Hessel appartient a cette même catégorie d’Hommes tels que Mandela Gorbatchev ,Havel , Gandhi ,Lhuter King qui ne souhaitaient aucune violence et qui ont accompli de grands changements . Et pour conclure , je vous invite a rejoindre le Collectif "Roosvelt 2.012 .

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    13 mars 2013, par Daniel Sango  

    "Avec Roosvelt 2.012 pas question de démagogie "

    Blablabla... Les propositions Roosvelt 2012 ne sont que pure démagogie : augmenter les impôts des sociétés et des particuliers, faciliter l’endettement en pretant sans intéret, etc...

    Mais pas un mot, pas une mesure structurelle pour diminuer les dépenses publiques alors que nous sommes recordman du monde des dépenses publiques, que nous dépensons dans ce domaine 200 milliards d’euro de plus que l’Allemagne

    Nul et archinul, et pire encore !

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    13 mars 2013, par Contribuable Palois  

    Monsieur Fagot-Barraly veut faire la promotion des "mesures Roosevelt" pour sortir des difficultés. Il nous fait un curieux résumé de ce qu’il pense avoir trouvé comme solution à nos maux.

    Pourtant si Franklin Roosevelt l’inspire tant M. Fagot-Barraly pourrait(devrait) relire toutes les mesures introduites par Roosevelt et ne pas ignorer celles qui lui sont trop dérangeantes. Petits exemples de mesures fiscales prises par Roosevelt et que Fagot-Barraly veut ignorer :

    -  Economy Act 14 mars 1933 diminution du salaire des fonctionnaires de 15%
    -  Revenue Act 1935 : taxation à 79% des revenus dépassant $5.000.000 => un seul "bénéficiaire" John D Rockfeller soi-même. Comme quoi l’effet d’annonce perdure 77 ans plus tard pour attraper les gogos et faire croire que les "riches" ont été tondus...
    -  Reciprocal Tariff Act pour la libéralisation de l’économie et l’abandon négocié du protectionnisme, idées de Roosevelt pour libéraliser la politique du commerce et pour relancer l’économie US.

    Quant à imaginer avoir la panacée avec les préconisation du club Roosevelt2012 ? Un gros Y’a qu’à, faut qu’on qui omet au passage d’évoquer le financement des hôpitaux, le financement des retraites

    Alors il faudrait que Fagot Barraly nous explique
    -  quelle est la cohérences des "idées" de ce gentil club de 70 politiques, intellectuels et économistes comme ils se présentant (en fait la majorité sont des brillants( ?) penseurs ou fonctionnaires qui n’ont jamais eu une responsabilité opérationnelle dans le monde "normal" exposé à la concurrence) ,
    -  comment la préconisation faite par Roosevelt2012 d’une imposition des bénéfices des entreprises françaises à 40% (à la place de celle actuelle de 25%) nous sortirait de l’ornière, relancerait l’économie et créerait de l’emploi ?
    -  comment nous asséner

    "L’Allemagne a connu en 2009 une crise économique deux fois plus grave que notre pays. Pourtant, malgré un choc économique 2 fois plus fort, le chômage a augmenté 6 fois moins en Allemagne qu’en France.
    Récession 2009 Evolution du chômage Allemagne - 4,6 % + 220.000 chômeurs France - 2,3 % + 1.200.000 chômeurs

    Comment expliquer ce « miracle » ? Les syndicats allemands sont allés voir Angela Merkel pour exiger que le licenciement devienne un dernier recours et que la règle générale soit de garder le maximum de salarié(e)s, le maximum de compétences, dans l’entreprise en développant le Kurzarbeit.

    et ignorer que justement les syndicats allemands avaient accepté depuis des années une flexisécurité (révision du système des retraites, possibilité de réduction des heures de travail et de baisse des salaires) qui permettait de ne pas mettre en difficultés les entreprises en période difficile ?
    -  comment imaginer que la seule réduction du taux des emprunts résoudrait tous les problèmes de déséquilibres stucturaux comme le postule Roosevelt2012, s’il n’y a pas aussi la remise en cause de certaines dépenses excessives ?

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    11 mars 2013, par Daniel Sango  

    Ce n’est pas’Europe qui est en cause. Trop facile d’aller mettre sur le dos de Bruxelles l’incurie et le manque de courage des politiques nationaux.

    En Italie depuis des decennies la corruption et la mafia, liée au monde politique règnent. Les italiens en ont marre, on peut les comprendre, et Bruxelles n’a rien à voir.

    La chose est similaire en France, certes la corruption et la mafia sont négligeables, par contre le courage politique est absent depuis trente ans.

    Aucun responsable politique ne fait ce qu’il faut pour redresser la France. Et cela vaut quasiment autant pour la droite (qui a eu peur de l’explosion sociale menée par quelques syndicats irresponsables) que pour la gauche (qui ne veut pas trop mettre à la diète sa base électorale, l’armée de fonctionnaires)

    Les pays européens du Nord qui ont fait les efforts sont très remontés contre la France et l’Espagne et l’Italie réforment.

    Hollande approche du mur, son blabla lénifiant va dans quelques semaines être confrontée avec la réalité financière.

    C’est notre classe politique républicaine, préoccupée seulement par sa réelection qui a fait et fait le lit des populistes : Le Front National et le Front de gauche

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    11 mars 2013, par Rêveur des villes  

    Il me semble que ce sont les collectivités locales, davantage que l’Etat, qui ruinent la France, avec leurs sur-effectifs d’abord, avec leurs dépenses somptuaires ensuite, comme à Pau.

    Mais même la droite, qui n’a pas d’électeurs parmi les fonctionnaires n’a pas voulu toucher à cela, sans doute pour ne pas s’embêter avec des grèves ou parce que certains élus de droite dans les collectivités pratiquent eux-même le "sur-effectisme" et les dépenses somptuaires.

    Dégradation du pays et il ne sert à rien de supplier nos politiques pour qu’ils agissent de manière raisonnable.

    Le parallèle avec les années 30 me paraît pertinent. Les gens sont d’ailleurs déjà en guerre économique les uns contre les autres, chacun voulant payer le minimum d’impôts et nombre d’entre eux s’entretueraient pour 10 € s’ils en avaient la possibilité.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par pehache  

    Mais même la droite, qui n’a pas d’électeurs parmi les fonctionnaires

    Ah ?

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par pehache  

    "La grande différence entre salariés du public et salariés du privé n’existe cependant pas. Le niveau de diplôme et de responsabilité joue un rôle central dans le degré de politisation ou d’engagement à gauche."

    http://www.cevipof.com/rtefiles/File/AtlasEl3/noteROUBAN2.pdf

    Selon cette étude, ce n’est qu’au niveau cadres (ce qui comprend les enseignants) qu’il y a une réelle différence de positionnement politique et public et privé.

    Bref, toujours tourner 7 fois sa main au-dessus du clavier avant d’énoncer des évidences qui n’en sont pas.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par Rêveur des villes  
    Dans le domaine de la justice et de la sécurité (défense, police), oui. Pas dans celui des collectivités locales (ni du social, de l’éducation publique) ou très peu.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par pehache  

    ... Pas dans celui des collectivités locales (ni du social, de l’éducation publique) ou très peu.

    C’est juste totalement contredit par le lien que j’ai donné, mais c’est pas grave hein...

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par Rêveur des villes  

    Totalement contredit ? p4 du document que tu cites : la fonction territoriale est celle où le vote PS est le plus important. « 4 votes Hollande au premier tour pour 1 vote Sarkozy »

    Mais je suis quand même surpris par ces résultats (j’aurais pensé plutôt 10 votes Hollande pour 1 vote Sarkozy)

    et "intentions de votes" ne signifient pas "votes" (on le sait avec le FN où les instituts de sondage multiplient par 2 ou 3 les intentions recueillies). Tous les fonctionnaires des collectivités locales et de l’éducation nationale que je connais votent à gauche (PS ou Front de Gauche). Je peux comprendre que certains cadres de la fonction publique votent davantage à droite, pour payer moins d’impôts.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    12 mars 2013, par pehache  

    Dans ce document il faut séparer le côté conjoncturel de l’élection de 2012 fortement marquée par le rejet de Sarkozy, du fond de positionnement politique des uns et des autres, et notamment les comparaisons entre privé et public, puisque c’est de cela dont on parle.

    Le tableau 1 montre qu’il n’y a pas de différence droite/gauche entre privé et public parmi les ouvriers/employés, qu’il y a une légère prédominance de la gauche parmi les professions intermédiaires du public par rapport au privé, et une prédominance plus marquée parmi les cadres du public par rapport au privé (c’est à dire exactement le contraire de ce que tu imagines concernant les cadres du public).

    Autre document : http://www.ipsos.fr/sites/default/files/attachments/rapport_2ndtourelectionpresidentielle-6mai2012-20h.pdf : l’ensemble des salariés a voté à 56% Hollande au 2ème tour, contre 65% pour les seuls salariés du public : un net tropisme vers la gauche dans le secteur public, donc, mais ce n’est pas non plus du simple au double.

    Dans tous les cas on est bien de ton affirmation initiale sur "l’absence de fonctionnaires dans l’électorat de la droite" !

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    13 mars 2013, par Rêveur des villes  

    "l’élection de 2012 fortement marquée par le rejet de Sarkozy"

    Pas du tout, il a fait 48,4% au second tour, soit beaucoup plus que la moyenne de ses homologues dans les autres pays.

    " pas de différence droite/gauche entre privé et public parmi les ouvriers/employés, qu’il y a une légère prédominance de la gauche parmi les professions intermédiaires du public par rapport au privé, et une prédominance plus marquée parmi les cadres du public par rapport au privé (c’est à dire exactement le contraire de ce que tu imagines concernant les cadres du public)"

    Le lien précédent que tu indiques ne doit pas mener au même document que pour moi ! Revoir p5.

    Enfin, tu prends ce document pour argent comptant. Personnellement, ce que j’observe est totalement différent. Je ne dis pas que ce qui est mentionné dans ce document est faux, mais je le prends avec beaucoup de réserves.

  • > Le M5E de Beppe Grillo : Une mauvaise "commedia dell’arte"
    13 mars 2013, par Rêveur des villes  

    "Revoir p5".

    Ah non, pour le coup, c’est moi qui ait mal lu. Selon le document, les proportions de vote Hollande et Sarkozy sont semblables entre cadres et employés du public.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Supra-nationaliser ?
    Moyen Orient : Le nœud de vipères
    Grèce : Se couper un bras ?
    Birmanie : Misère et larges sourires
    Arpenteurs hors limites : Myanmar, du côté des "Halles" !
    Se faire la Grèce ou se faire de la graisse ?
    Birmanie : La fin des années noires ?
    L’Europe dans la main d’Angela
    Europe - Talleyrand reviens, ils sont devenus fous !
    Les Emirats Arabes Unis : des gentils ou des méchants dans le « printemps arabe » ?
    Tokyo, mon Amour
    TSF est à la frontière libyenne
    Architectures d’ailleurs
    Escapade magique au bout de la terre
    "Dame Nature" souffre sous les Tropiques
    les bouchons de l’espoir : bouchons d’amour
    Pau, Porte des Pyrénées... à Bordeaux Chartrons !
    Le Gers attaque !
    Les opération humanitaires de TSF au Pakistan
    Pau - TSF : La plus difficile mission ?



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises