Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Nathalie Chabanne

lundi 11 février 2013 par Bernard Boutin


Nathalie Chabanne est la députée béarnaise la plus proche de la Bigorre. Sa circonscription, plaine de Nay et Est de Pau, est limitrophe de nos voisins. Une bonne raison pour aller recueillir ses réactions sur les relations Béarn-Bigorre. Pour l’élue, ce territoire en appelle surtout à la bonne volonté des hommes et des femmes qui le composent et non à la mise en place d’une super-structure nouvelle. Haro sur le mille-feuille.
Siégeant à la commission de la Défense Nationale, Nathalie Chabanne, nouvellement élue il y a 7 mois, ne s’attendait pas à voir la guerre rattraper ses travaux à l’Assemblée.
Un moment fort pour elle.

A@P - Vous êtes députée de la plaine de Nay, limitrophe de la Bigorre, quels sont les obstacles infranchissables dans la constitution d’une communauté d’intérêt entre ces deux territoires ?

Nathalie Chabanne - Le territoire de la 2è circonscription est en effet limitrophe des Hautes-Pyrénées. Il y a un certain nombre d’élus qui travaillent en totale synergie avec leurs homologues des Hautes Pyrénées sur des dossiers qu’ils ont en commun, quel que soit le niveau : maire, président de communauté de communes, députés, conseillers généraux.
Des communautés de communes des deux côtés des département ont déjà des liens étroits. Par exemple, la communauté Vic-Montaner englobe 26 communes des deux départements. La communauté de communes de la Plaine de Nay travaille sur des dossiers d’assainissement, de collecte des déchets avec des communes en Bigorre. Les élus se parlent. C’est certain et cela fonctionne. Je ne vois pas d’obstacle infranchissable quand il y a une vrai volonté politique. La synergie peut marcher.

A@P - Jean Galvany nous disait que maintenant que depuis que les élus, en charge de l’agglomération paloise et du département des Pyrénées-Atlantiques, étaient socialistes, cela devenait plus facile de travailler ensemble. Il ne faudrait pas que la collaboration entre les deux territoires ne dépendent que d’échéances électorales...
Nathalie Chabanne - Je suis persuadée que cela ne fonctionne pas à cause du bord politique des uns ou des autres. Cela fonctionne parce qu’il y a un territoire sur lequel il y a une histoire commune, une volonté commune de faire avancer les dossiers et, non pas par son côté partisan.

A@P - Le Président du Grand Tarbes en appelle à la création d’une "Agence de Développement Economique Béarn-Bigorre" pour ensemble travailler sur les conditions du développement économique de notre territoire et de ce qu’il appelle son "marketing territorial". Est-ce la solution pour commencer ?
Nathalie Chabanne - Je suis contre le "mille-feuille", même si l’agence est conçue à minima. Je suis contre la superposition d’une nouvelle entité juridique, a fortiori si elle n’existe pas dans les textes et si elle n’est pas prévue dans l’organisation administrative actuelle. Pour moi, cela n’est pas une solution en soi. Avec les structures qui existent, on arrive à avoir un dialogue. On peut donc continuer sans créer une nouvelle entité.

A@P - Quelle est alors la structure qui amène à travailler de façon formelle sur la desserte directe LGV Béarn-Bigorre ?
Nathalie Chabanne - A ce jour, nous en sommes encore à l’étape de "lobbying". Nous avons besoin que tous les élus tiennent le même discours. Le mieux, c’est qu’ils le tiennent ensemble et pour cela, nous n’avons pas besoin de structure juridique. On a juste besoin de bonne volonté. Aujourd’hui, elles existent. Il n’y a donc absolument pas besoin que l’on formalise cela par une superstructure.

A@P - Avez-vous des informations sur la tant-attendue réunion de la "commission du débat public" qui doit décider de l’opportunité de lancer un débat sur la desserte LGV directe du Béarn et de la Bigorre ?
Nathalie Chabanne - Nous en sommes à l’envoi d’un courrier commun, signé par les élus des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées pour demander à être auditionnés par la Commission d’évaluation du Schéma national des infrastructures de transport. Les parlementaires béarnais et bigourdans, les présidents des Conseils généraux des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées, les présidents des communautés d’agglomération de Tarbes et Pau et des communautés de communes de Lourdes et du canton d’Orthez sont tous signataires de ce courrier, avec également les Présidents des CCI des Hautes-Pyrénées et Pau-Béarn.

A@P - Vous faites partie de la commission de la défense nationale à l’assemblée. L’armée française a-t-elle les moyens de ses ambitions ?
Nathalie Chabanne - L’intervention, dans un délai bref, était indispensable au niveau de la situation sanitaire des Maliens et même des résidents français sur place. L’armée française l’a faite avec des moyens conséquents en hommes et en matériels. L’armée française est très bien formée et a montré toute son efficacité.
Je ne pense pas qu’on aille à une situation d’enlisement parce que l’action des militaires français s’est faite sous le couvert d’une résolution de l’ONU de décembre 2012. La diplomatie française fait en sorte que cette résolution soit modifiée afin que les forces de l’ONU en viennent à stabiliser le territoire. Au peuple malien de s’organiser aussi pour réaliser des élections démocratiques. Si les troupes françaises sont mandatées par l’ONU, elles seront là pour que cela se passe dans de bonnes conditions.

A@P - En participant à cette commission, vous ne vous attendiez pas à cette situation. Cela vous donne un supplément de travail...
Nathalie Chabanne - Toutes les semaines depuis le début du conflit, nous avons le ministre de la Défense qui vient rendre compte devant la commission. Une commission d’enquête parlementaire devrait être mise ne place assez rapidement. C’est un moment fort pour moi qui me rappelle que les forces armées ne sont pas uniquement basées sur notre territoire. Il s’agit de militaires qui ont vocation à réaliser ce type d’action et il convient de saluer la façon dont ils réalisent cette mission.

A@P - N’êtes-vous pas un peu frustrée du retard pris dans la mise en place de la loi sur le non-cumul des mandats ?
Nathalie Chabanne - Je ne sais pas si on peut déjà parler de retard. Il s’agit d’un engagement, répété à nouveau au moment des voeux par François Hollande. J’attends que le texte arrive. A ce moment-là, je vous dirai s’il arrive tard ou non et s’il correspond à mes attentes. Pour l’instant, je reste dans l’expectative, un petit peu comme vous.

A@P - Y-a-t-il une question que l’on ne vous a pas posée que vous auriez aimée que l’on vous pose ?
Nathalie Chabanne - J’aimerais revenir sur Béarn-Bigorre. Nous avons besoin de la bonne volonté des hommes et des femmes de ce territoire et non d’une super-structure. Nous avons suffisamment de dossiers qui tiennent à cœur aussi bien aux Palois qu’aux Tarbais pour que l’on puisse travailler ensemble, même entre élus de bords opposés. Sur un sujet primordial comme celui de la LGV, il faut absolument désenclaver notre territoire dans un délai raisonnable. Nous avons là un objectif commun qui ne permet pas les querelles de clocher : aucun de nous ne veut risquer de perdre cette opportunité, nous sommes tous unis derrière ce projet.


- propos recueillis par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Nathalie Chabanne
11 février 2013, par Emmanuel Pène  

Pour la LGV, il faudrait commencer par se mettre d’abord d’accord avec Ricarrère à Orthez, qui a d’ailleurs embobiné le maire de Lourdes. Ces deux défendent une rénovation de la ligne actuelle, donc pas de LGV pour Pau ou Tarbes, et obligation de passer par Dax.. Ce n’est pas en étant divisés qu’on arrivera à faire avancer ce dossier difficile dans le contexte actuel.

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par pehache  
    Ce qui est bien avec LGV Béarn-Bigorre, c’est que vu qu’elle ne va pas se faire avant au moins 30 ans, pendant 30 ans les acteurs politiques et économiques locaux vont pouvoir dire qu’ils se battent pour la LGV. En organisant des colloques, en envoyant des courriers, en faisant des communiqués de presse, en se faisant auditionner par la commission de préparation à l’élaboration du projet préliminaire du shéma indicatif de transport européen, etc...

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par L’Aquitain  
    Les électeurs de Mme Chabanne peuvent être fier d’avoir voté pour elle... Bonne nuit !

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par pehache  

    rrrronnn zzzzz

    > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par Oscar du Pont  

    L’intervention, dans un délai bref, était indispensable au niveau de la situation sanitaire des Maliens et même des résidents français sur place

    De quoi parle-t-elle exactement me suis-je dit ?

    Je ne pense pas qu’on aille à une situation d’enlisement parce que l’action des militaires français s’est faite sous le couvert d’une résolution de l’ONU de décembre 2012.

    En effet un mandat de l’ONU peut servir de plaques de désensablage et garantit le succès à court terme de la mission, comme celà a été maintes fois démontré.

    C’est un moment fort pour moi qui me rappelle que les forces armées ne sont pas uniquement basées sur notre territoire.

    Voilà, voilà, voilà. Mesdames et Messieurs, réjouissons nous de voir autant de compétence pour décider de l’avenir et de l’organisation de notre Défense Nationale. Comment en sommes-nous arrivés là ?

    > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par Daniel Sango  

    Les élus se parlent. C’est certain et cela fonctionne. Je ne vois pas d’obstacle infranchissable quand il y a une vrai volonté politique. La synergie peut marcher.

    Blablabla... C’est bien connu la coopération Pau Tarbes est exemplaire. C’est pas sérieux !!!

    Mais pourquoi ne pas poser de bonnes questions. Par exemple :

    Comment expliquer que le Pays de Nay quitte le Pays du Grand Pau ? Pourquoi Assat ou Narcastet fuient Pau pour trouver une on ne sait quelle "centralité" à Nay ?

    Comment expliquer le merdier béarnais de l’intercommunalité ?

    Avant de vouloir parler de coopération avec Tarbes, commençons par mettre de l’ordre en Béarn. Et que propose notre député ?

    Silence radio. Bizarre. N’aurait-elle pas d’idée ?

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par Daniel Sango  

    LGV

    A ce jour, nous en sommes encore à l’étape de "lobbying".

    C’est vrai, début du lobbying pour 2050.

    Le budget de l’Europe pour les infrstructures vient d’être divisé par deux.

    Et si on arrêtait de parler du monstre du Loch Ness ?

    RFF refait la ligne Pau Dax, il aurait mieux valu travailler sur ce point pour gagner 15 mn de plus. Trop Tard...

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par Daniel Sango  

    Je ne pense pas qu’on aille à une situation d’enlisement parce que l’action des militaires français s’est faite sous le couvert d’une résolution de l’ONU de décembre 2012.

    Ouf ! on est sauvé Quand il y a une résolution de l’ONU, on est tranquille, pas d’enlisement.

    Il faudrait faire quelques révisions d’Histoire et Géo...

  • > Nathalie Chabanne
    11 février 2013, par Rêveur des villes  

    Bla bla bla. bla bla bla. Ces gens inutiles qui répèteront toujours les mêmes choses. La sphère politique roule pour elle-même et sur elle-même d’une manière qui a peu à voir avec l’intérêt général.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Max Moreau
    Martine Lignières-Cassou
    Marc Cabane
    Georges Labazée
    Jean-François Maison
    Gérard Trémège
    Jean-Paul Matteï
    Jean Glavany
    Yves Urieta
    Christian Pèes
    Mariano
    L’or ne pourrit pas.
    Nathalie Chabanne
    Questions à Jean-Pierre Bel
    Pascal Boniface et Julien Pardon
    Georges Labazée
    Sylvie de Sury
    André Cazetien
    Xavier CEYRAC
    Jean-Yves Lalanne



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises