Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king

lundi 14 janvier 2013 par Mehdi Jabrane


Mardi dernier au théâtre Saragosse à Pau, nos députés de la 1ère et 2ème circonscription ont organisé un débat démocratique sur le projet de loi du mariage pour tous. Mon propos ici ne sera pas de me positionner pour ou contre ce projet. Je souhaite uniquement mettre en lumière des pratiques politiques qui, en plus d’être non démocratiques sur la forme, fragilisent nos institutions et donc le cadre légal de notre « vivre ensemble ».

Le décor était planté :
•  une salle pleine de citoyens engagés (pro et anti)
•  des députés d’un soir au service de la démocratie
• des spécialistes faisant autorité (un universitaire, un scientifique, un responsable d’asso.)
•  la presse pour immortaliser l’estrade avec en fond, les citoyens impatients d’en (dé)battre

Sous couvert d’un débat démocratique, nous avons en réalité, assisté à un match de boxe douloureux, déchirant et pitoyable. Ce pseudo-débat a comporté, en effet, au moins deux pièges.

Piège n° 1 :

Un débat réellement démocratique a pour départ une interrogation collective et pour finalité un consensus (loin d’une dictature de la majorité). Or nos députés ne cherchaient aucunement à dégager un consensus. Ceci à cause d’un verrou psychologique (j’ai mon avis donc je m’y tiens, donc je voterai mon avis) et d’un verrou contractuel (j’appartiens à un parti donc je suis la ligne de mon parti).

Piège n° 2 :
Un débat démocratique a pour préambule l’exposition des tenants et aboutissants d’une problématique afin de nourrir la réflexion de tous. Or nos 3 spécialistes ont surtout mené une propagande truffée de paralogismes et de sophismes en faveur d’une thèse (peu importe laquelle). De plus cette pratique qui consiste à systématiquement faire appel à des spécialistes pour introduire des débats, est en soi malsaine tant la tendance des hommes à se soumettre naturellement à l’autorité est notoire (trois autorités pour notre débat !). 

Ce projet de loi nous amène aussi à constater des pratiques politiques blessantes et masochistes. Blessantes, car elles portent sur l’intimité des citoyens, leur sexualité, leurs enfants, leurs croyances entraînant inévitablement un déballage de douleurs et de violences. Masochistes, car il se dégageait de nos députés une certaine fierté, après le PACS, de remettre le couvert de la même manière odieuse. 14 ans plus tard. Mêmes personnes. Mêmes incompréhensions. Mêmes blessures.

Question naïve dans la salle :
« Quid si un vote à main levée ici et maintenant ? »
Réponse du député :
« Pas question ! J’ai été élu donc j’assume mon programme jusqu’au bout »

On rêve d’une pareille obstination pour soutenir un projet de loi sur la moralisation de la vie politique. Pour un débat public sur ce sujet on repassera. Nos députés locaux auront en effet du mal à trouver des intervenants pouvant leur donner une caution scientifique. Comment expliquer le bienfait du cumul des mandats ou encore, le montant des dépenses de campagne pour accéder au 2ème tour d’une élection ? Nos représentants du peuple tant diserts sur les termes égalité et progrès, auront du mal à les utiliser comme arguments péremptoires.
Comme tout dans la vie, la démocratie a ses limites.

Le mécanisme de mise en œuvre de ce projet de loi met en évidence la fragilité de nos institutions. On peut ainsi relever une triple entorse à notre constitution :

1ère entorse : le député de la majorité suit aveuglément le parti gouvernement au lieu de suivre le peuple. Bien que Notre constitution stipule que le mandat impératif est nul, nous avons ici un mandat impératif à peine déguisé.

2ème entorse : le député de la majorité suivant aveuglément le parti du gouvernement, il n’existe alors aucune barrière entre l’exécutif et le législatif. Or la séparation des pouvoirs est la raison d’être de notre constitution.

3ème entorse : à coup sûr, cette loi, du fait de son origine électoraliste, du fait de sa charge émotionnelle, du fait de sa complexité, du fait de sa portée, cette loi donc, a toutes les chances d’être inapplicable ou partiellement inapplicable comme 85% des lois votées chaque année par notre assemblée. Il s’ensuivra que devant des textes flous et incompréhensibles, le magistrat devra s’en sortir tout seul et s’il le faut, il se fera législateur. Or, encore une fois, la séparation des pouvoirs est la raison d’être de notre constitution.

Au terme de ce débat-spectacle, chacun est reparti chez soi. Divisé avec son concitoyen. L’âme en peine. En colère. Triste. Et bientôt ce sera le tour de nos magistrats de pleurer.
Personne n’est sorti vainqueur.
Personne ? Pas tout à fait.
Nos députés de la majorité eux sont sortis vainqueurs. Ils ont même gagné avec panache :
•  toutes les places ont été vendues
•  la presse en parle
•  ayant marqué cette loi de leur nom, ils resteront dans la postérité

A la manière de Don King, manager peu scrupuleux et éternel, qui gagne ; peu importe le boxeur sorti vainqueur, nos politiques, bafouant l’éthique et l’essence démocratique mais aussi l’honneur des citoyens, sont toujours gagnants (réélus).

Jusques à quand ?


- par Mehdi Jabrane


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
14 janvier 2013, par pehache  

Piège n° 2 : Un débat démocratique a pour préambule l’exposition des tenants et aboutissants d’une problématique afin de nourrir la réflexion de tous. Or nos 3 spécialistes ont surtout mené une propagande truffée de paralogismes et de sophismes en faveur d’une thèse (peu importe laquelle). ...

Remarque associée : vous pouvez relever la même "tare" pour les sondages d’A@P, où une question (tiens, celle de cette semaine est justement en sur le sujet) et (parfois mal) posée pour soit-disant sonder les lecteurs, mais sans jamais avoir développé correctement auparavant les tenants et aboutissants, et en laissant le temps de la réflexion ensuite : au contraire en général un simple article se contentant d’exposer une thèse (celle de l’auteur) et demandant de réagir immédiatemment.

Bon, on peut dire la même chose de tous les sondages qu’on trouve sur internet, ou presque.

...il se dégageait de nos députés une certaine fierté, après le PACS, de remettre le couvert de la même manière odieuse. 14 ans plus tard. Mêmes personnes. Mêmes incompréhensions. Mêmes blessures.

C’est bien de rappeler l’épisode du PACS : il y a 14 ans que n’a-t’on pas entendu sur le PACS ? Que ça allait saper la société, que ça allait détruire la famille, etc, etc... Exactement ce qu’on entend aujourd’hui sur le mariage pour tous. Pourtant 14 ans après, qui débat encore du PACS ? Il s’est banalisé bien loin des catastrophes annoncées. CE sera pareil pour le mariage pour tous.

> La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
14 janvier 2013, par Oscar du Pont  

Excellente analyse, sur le fond comme sur la forme, bravo.

> La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
14 janvier 2013, par Rêveur des villes  

Vous avez essayé d’élever le niveau politique et en avez été pour vos frais.

Au cours de ces 20 ou 30 dernières années, les Français sont devenus de plus en plus obnubilés par leur petit intérêt personnel. La quasi totalité des fonctionnaires vote PS (ou PC puis PS) quel que soit le candidat et quelle que soit l’élection, idem pour les personnes à hauts revenus qui votent UMP. L’intérêt général intéresse très peu de monde.

Même la grande majorité des personnes CSP++, par exemple, profs d’unversités d’un côté, dirigeants d’entreprise de l’autre, brillants dans leur domaine se mettent à raconter n’importe quoi au niveau politique pour essayer de justifier leur positionnement exclusivement lié à un intérêt personnel masqué...

Personnellement, j’invite ceux qui auront à choisir aux prochaines élections entre MLC, JP, YU, FB ou Patriarche à mettre une feuille de papier toilette dans l’enveloppe en réponse au bilan de ces personnes, à la libre interprêtation de ceux qui constateront les résultats.

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Il est urgent d’écrire une autre symphonie du nouveau monde !
Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
Suicides durables pour compétitivité et croissance durables. Est-ce soutenable ?
De l’importance du mot
Mariage d’amour
De la transparence à l’opacité programmée !!!
Multiplions les divisions !
Le maïs peut-il nourrir l’humanité tout en protégeant la planète ?
Jusqu’où et jusqu’à quand ?
Partir en Suisse ?
Pourquoi se taire ?
Si la femme est l’avenir de l’homme, l’homme est un avenir incertain pour la femme !
Mariage ou union pour tous ?
Je ne discute jamais politique avec des gens qui ne font pas eux mêmes leurs confitures
La justice fiscale (suite et fin)
Histoires de famille
« C’est un grand agrément que la diversité. L’ennui naquit un jour de l’uniformité »
Voitures brulées la nuit de la Saint Sylvestre
Justice fiscale
Il faut harmoniser les péages des autoroutes A 63 et A 65



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises