Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)

lundi 14 janvier 2013 par Yves d’Oloron


Je suis flatté que mes très modestes réflexions à propos desquelles il était surtout question de poules, d’ânes et de dindons, voire de place trop immaculée, aient pu déclencher des réactions à la fois réfléchies et circonstanciées. (lire : article précédent)

A ce propos, je reste d’accord qu’un système de tram est sans doute ( ?) trop cher pour l’agglomération. Encore que...

Pour ce qui est de toute la question des communes et des intercommunalités appelées à structurer le territoire, je reste sur ma position, semble-t-il partagée par beaucoup. Soit une structuration et à une marque Béarn, une sorte de Biltzar béarnais... autour des pôles naturels (outre Pau) comme Oloron, Orthez, les vallées de montagnes (Aspe Ossau Barétous/Ouzoum ) et les territoires des gaves (Navarrenx et Salies) trop peu habitués à réfléchir ensemble.

Mais je ne suis pas certain que la notion d’aire métropolitaine soit la réponse adéquate. Soit le Béarn réduit à la seule ville de Pau, hypertrophiée et obèse, qui dévorerait ses jolies campagnes. En effet, amputer le Béarn de toute sa dimension rurale, montagnarde et pyrénéenne, est un non-sens. Même si, d’un point de vue de certaines fonctions proprement urbaines, l’agglo de Pau est incontournable.

A ce propos, le bon positionnement dans l’ensemble Aquitain, d’une part, et Pyrénéen, d’autre part, est une juste question. Soit les relations avec Bordeaux, Toulouse, Perpignan, Bayonne et Bilbao. Mais aussi Lourdes, Dax, Mont-de-Marsan, Saint-Gaudens, Lanemezan, Prades Lavelanet ou Saint-Girons. 

A ce propos, la marque Béarn est très mal défendue :

Malgré son épaisseur historique (Henri IV, les états du Béarn, la maison d’Albret un certain protestantisme modéré et rugueux qui a permis d’accueillir, plutôt aussi bien qu’ailleurs, nos amis espagnols, italiens et portugais voire d’outre méditerranée)

Malgré son exceptionnel patrimoine naturel (l’ours, le parc national, la très haute montagne et le piémont... et une végétation qui va du subtropical à la plus belles des flores alpines). Et, en conséquence, une très belle richesse en termes agricoles paradoxalement mal défendue par un gastronomie qui, dans le sud-ouest, brille par sa médiocrité. Une faiblesse que l’on retrouve au niveau de la culture touristique très ras des pâquerettes.

Sans doute la contrepartie de la modération ou d’un républicanisme un peu niais ou trop peu spirituel et un manque de caractère au moins au niveau de l’image donnée par rapport à nos amis basques, catalans, commingeois ou agenais (à ce propos, le positionnement et l’aura de la section paloise est un bon révélateur)... et une classe politique pas toujours à la hauteur... Le fruit paradoxal d’un excès d’atouts naturels et industriels et l’aspiration des mieux formés vers Bordeaux, Toulouse ou Paris.

A chacun de se saisir de ces problèmes sachant, qu’au bout du bout, tout ne peut passer que par les politiques aiguillonnés par un débat citoyen bien structuré. Un débat qui dépasserait le cercle étroit (mais indispensable) des partis et des associations.


- par Pierre Yves Couderc
Oloron


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
16 janvier 2013, par Larouture  

Cet article me parait faire un inventaire de la situation du Béarn qui me convient même s’il est rapide et très large. En vrac :
-  Des lignes Tram-Train auraient certainement leur place.
-  Pau est bien loin de l’hypertrophie et de l’obésité.
-  Henri IV a bradé le Béarn.
-  Le caractère Béarnais a des spécificités. Mais le Béarn est divers (Vallées, Piémont, Plaine du gave et coteaux) et est divisé.
-  Le patrimoine paysager se banalise.
-  La renommée de la gastronomie Béarnaise ou occitane me parait surfaite. L’art de la table ne m’y semble pas bien développé et, lorsqu’on parle de bien manger, c’est plutôt la quantité qui est mise en avant plutôt que la qualité.
-  Les politiques ne sont certainement pas plus ou moins médiocres qu’ailleurs. La Société Civile est certainement (malheureusement) au même niveau (y compris le sport ?...).
-  Quant à l’attente d’un débat citoyen bien structuré, la démocratie participative est bien loin d’être instaurée.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    17 janvier 2013, par Rêveur des villes  

    Larouture : "Les politiques ne sont certainement pas plus ou moins médiocres qu’ailleurs".

    Le discours lénifiant habituel (pour ne pas dire publicitaire ou malhonnête), en général, de la part de braves gens de gôche aux nôbles con-victions, qui diraient exactement l’inverse si les mêmes décisions étaient prises par des politiciens d’étiquette de droite.

    Aucune ville en France à ma connaissance n’a dillapidé de telles fortunes dans les excès du sport professionnel et une médiathèque d’une telle ampleur. Je n’ai jamais vu non plus de ville aussi mal entretenue, avec de tels trous dans la chaussée.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    17 janvier 2013, par pehache  

    un lien trouvé en 30s : http://www.lavieamulhouse.com/mulhouse/index.php ?topic=5485.0

    Et si on cherche un peu on en trouve plein d’autres.

    Quant aux villes qui sont en faillite et sous tutelle de l’état parce qu’elles ont fait trop de conneries avec leur argent, ça existe.

    Critiquer ce qui est criticable à Pau n’oblige pas à tomber dans l’exagération du type "pire ville de France", ce qui est également un discours publicitaire (dans l’autre sens) qui s’exempte de toute argumentation.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    17 janvier 2013, par Rêveur des villes  

    J’ai bien dit la pire "que je connaisse", pas la pire en soit. Et tu connais Mulhouse ? Moi non, je ne prendrais donc pas position par rapport à ce qui est du sur le blog cité.

    Enfin, une ville en faillite ne signifie pas une ville forcément plus mal gérée que Pau. Elle peut l’être parce qu’elle a trop investi dans des choses malgré tout utiles, qui font qu’au final, moins d’argent y est gaspillé qu’ici.

    Concernant la médiathèque, le coût de celle d’Oloron ramené à la taille de l’agglo paraît assez balaise. Fort ce Uthurry. Le reste de la ville et de l’agglo doivent être en parfait état et les citoyens très riches pour se permettre une telle fantaisie.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    17 janvier 2013, par L’ OURS du Bois  
    tiens, c’est curieux.... d’où vient le directeur de cabinet de Martine ????

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    17 janvier 2013, par Larouture  

    Citation de M. Habib lors d’une cérémonie de vœux (La rép du 14/01) que pourraient s’approprier bon nombre de politiques : "Je ne dirais pas que la voirie je m’en fous mais presque.... »

    Cette citation est sortie de son contexte. Comme j’apprécie M. Habib (pour aggraver mon cas), la suite est : « Moi c’est l’économie ma priorité ! Mon autre préoccupation c’est l’enfant et l’école », a souligné le député, en faisant allusion à la réflexion sur les rythmes scolaires.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    14 janvier 2013, par Daniel Sango  

    J’avoue ne pas saisir du tout sur quelle logique vous vous appuyez. Des mots et des idées sans lien qui partent dans tous les sens sans grande cohérence.

    AK Po à l’aide !

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    14 janvier 2013, par pehache  
    Eh oh, Sango, le censeur du forum c’est moi : j’ai été adoubé par J.Braud. Alors n’essayez pas de me piquer ma place.

  • > Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    14 janvier 2013, par le coq  

    Bien sûr...passer par les "partis sectaires bien connus et les associations de défenseurs des chiens de rues", voilà votre milieu d’excellence ? Restez aux bords des Gaves et regardez bien dans quel sens ils coulent. Vous n’êtes pas au "top" selon mes critères d’ouverture au progrès mais à la défense d’un "fumet" d’un autre temps piédestal de tous les coqs.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Grand Sud-Ouest, avenir des régions : Fiction ou fusion
    Balade à Oloron via le chemin de fer
    Béarn-Bigorre : La tentation de l’Adour
    Pau - "Le chiffre et la plume" : Une rencontre très éclectique
    Béarn le jour d’après 
    Aller au-delà du débat Béarn-Bigorre
    De Pau et du Béarn (saison 3)
    « Ensemble, aidons l’Homme à se restaurer » (1)
    Grand Pau 2030 : L’ambition dangereuse de Jean-Pierre Mimiague
    Regard sur l’urbanisation en périphérie lointaine de Pau
    Pour un “Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre” : une touche historique
    "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" : Les Basques nous ouvrent la voie
    "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" : Le problème sera béarnais
    Pau-Lourdes-Tarbes : Pour un "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" 
    Béarn 2030 - le scenario fiction qui fait peur
    Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    Louvie-Juzon : Avis de décès d’un coeur de village
    CODE Béarn - L’immobilier à Oloron-Ste-Marie
    Chapeau, Oloron !
    Bassin de Lacq : David Habib se taille un nouveau fief à sa mesure !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises