Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le couac du successeur d’André Labarrère

mercredi 7 novembre 2012 par Paul Itologue


Successeur (non immédiat) d’André Labarrère comme ministre chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidalies endosse l’erreur faite lors du passage de la loi Duflot sur le logement social.

Alain Vidalies n’est pas un perdreau de l’année. Il a été député des Landes depuis 1988 et réélu le 17 juin 2012 avec plus de 59% des voix avant d’obtenir ce maroquin, qui n’est pas une sinécure. Il faut en effet connaître toutes les chausse-trappes de la procédure et veiller au grain en toute occasion, l’opposition, quelle qu’elle soit étant toujours avide de profiter d’une faiblesse de la participation en séance des députés de la majorité. En l’occurrence, le « cafouillage » semble provenir du fait que le texte examiné en séance ne coïncidait pas avec le texte de la commission des affaires économiques. Dès lors, la décision du Conseil Constitutionnel était prévisible et le reproche fait à M. Ayrault d’avoir anticipé la décision des sages seulement partiellement fondé.

On peut bien sûr regretter cet épisode et quelques autres. Mais s’il est de bonne guerre que l’opposition s’en empare, on peut regretter que les médias donnent plus de place aux erreurs de communication qu’à l’analyse des mesures adoptées. Certaines sont superficielles et d’autres plus fondamentales. Ce n’est pas aider la démocratie que de focaliser les esprits sur l’abattage des bestiaux ou la taxe sur la bière. Mais comme les groupes de pression n’envisagent pas de desserrer leur étreinte, quelle que soit la situation du pays, les orientations cruciales passent souvent loin derrière les petits faits ou les mesures de détail qui peuvent frapper l’opinion.

Prenons l’exemple de l’équilibre du budget de l’Etat. Lors du dernier quinquennat, la dette a augmenté de 500 à 600 milliards d’euros. Les deux candidats à l’élection présidentielle se sont affrontés sur la somme exacte et les économistes en ont discuté. Mais l’ordre de grandeur ne fait pas de doute. Or le gouvernement a affirmé vouloir faire 30 milliards d’économies. Un peu d’arithmétique pourrait conduire à conclure qu’il faudra une vingtaine d’années pour combler le trou des cinq années précédentes. Mais on peut se demander si c’est bien le cas. En effet, la dérive des années 2008-2012 est de l’ordre de 100 milliards d’euros par an. Corriger la trajectoire de 30 milliards ne peut donc pas ramener à l’équilibre. Corrigez-moi si je me trompe.

- par Paul Itologue

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Vidalies http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le couac du successeur d’André Labarrère
9 novembre 2012, par Daniel Sango  

Paul Itologue ne serait donc pas Jaimes Lesmatématiques ?

Avec ces quelques broutilles d’économie, il restera toujours 3% de déficit (en fait 3,5 car ce chiffre ne sera pas tenu) Mais ce déficit est un % du PIB... Si on prend à la louche 2000 milliards de PIB, cela fait encore un déficit budgétaire de 70 milliards...

Et une fois que l’on sera à l’équilibre (et c’est pas demain)...on ne diminuera toujours pas le montant de la dette...

Pour que la dette diminue il faut des excédents. Dur dur...

Reste que nos politiques sont aussi des faux monayeurs ils ont la planche à billet et l’inflation dans leur besace.

Mais pour le moment, Angela veille...

  • > Le couac du successeur d’André Labarrère
    9 novembre 2012, par Rêveur des villes  

    Le déficit public exprimé en % du PIB est une information d’ordre mensonger. C’est comme comparer des carotes à des pommes de terre et cela arrange bien les politiciens. Le peuple a donc l’impression que le déficit public est de quelques % (pas grand choses en fait).

    Or, exemple de 2011 : recettes de l’Etat : 273 Mds €, dépenses : 365 Mds €, soit un déficit de 34%...

    Les pays d’Europe du Sud, clientélistes, sont condamnés à la faillite s’ils ne sont pas guidés par ceux du Nord. Or, l’Europe du N n’a pas été assez vigilante sur l’arrivée de la crise. Elle a accordé trop facilement des subventions et mené à une bulle immobilière et au sur-endettement. Elle savait, comme les autres, que les comptes de la Grèce était truqués.

  • > Le couac du successeur d’André Labarrère
    10 novembre 2012, par Rêveur des villes  

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/11/09/20002-20121109ARTFIG00519-berlin-planche-sur-la-situation-economique-francaise.php

    "Les économistes [allemands] écoutés par le gouvernement rappellent que la Grèce bénéficiait encore de la clémence des marchés à l’automne 2009, quelques mois avant la débandade du printemps 2010. Et ils savent que la force de frappe du MES serait largement insuffisante pour voler au secours de la France."

    L’Allemagne s’inquiète pour la France et lui propose des solutions, vu qu’elle est incapable de se gérer elle-même... Cette inquiétude vient du fait qu’une forte dégradation de l’économie française affecterait l’Allemagne...

  • > Le couac du successeur d’André Labarrère
    8 novembre 2012, par Larouture  

    S’il n’y a pas de croissance et si la balance commerciale ne s’inverse pas, il y aura effectivement un problème.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Mille-feuille à la crème pépère
    Mille milliards de sabords, allons-nous bientôt faire de la politique ?
    Harlem, désir de morale ?
    Immoralité, opacité, impunité
    Décadence morale
    Changeons de politiques !
    Suivre son panache blanc ?
    Mains propres
    Non cumul : Martine Lignières Cassou et Nathalie Chabanne, les autruches béarnaises ?
    Argent et politique : Dédicace à Messieurs Braud & Sango.
    Non cumul des mandats : Pour un référendum, s’il le faut...
    Dix-huit pour cent
    Eloge de la lenteur
    Désarroi des politiques.
    Le changement c’est maintenant !
    A l’Ouest rien de nouveau...
    Cumul des mandats, faudra-t-il passer par un référendum ?
    « Pacte », vous avez dit « Pacte » ?
    C’est au pied du mur, que l’on voit le maçon...
    Le Pen, Labarrère, un détail de l’histoire.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises