Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn

lundi 15 octobre 2012 par Bernard Boutin


Le "Conseil des élus du Pays Basque" milite pour la création d’une collectivité à statut particulier avec des compétences élargies d’ordre financier et fiscal (1). Les membres élus de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Pays Basque ont adopté une contribution en faveur de la création d’une collectivité territoriale, prenant la forme d’un « Conseil Général à statut particulier » (2). La Plateforme citoyenne BATERA rappelle que "16 structures" ont signé une " Déclaration des États Généraux du Pays Basque" souhaitant, entre autre, qu’une première assemblée puisse être élue au suffrage universel direct lors des échéances de 2015 (3). Effervescence au Pays Basque.

Effervescence au Pays Basque : Une effervescence provoquée par la perspective de l’Acte III de la décentralisation dont indiscutablement nos voisins basques attendent beaucoup. Pendant ce temps là, les Béarnais restent "scotchés", comme aimantés, face aux Pyrénées. Atmosphère : sanatorium.

On ne peut présager de ce que donnera "l’effervescence basque" mais il est clair que le Béarn semble mal parti pour rebondir dans son organisation territoriale interne et les compétences dont il dispose.

Pourtant le Béarn n’a pas à rougir de la dynamique basque qui pour beaucoup repose sur la dynamique de l’Euskadi, une Euskadi quelque peu émoussée en ce moment par les problèmes économiques de l’Espagne. Le Béarn, contrairement au Pays Basque français est réellement producteur de richesse. L’industrie du bassin de Lacq, Messier à Bidos, Turboméca à Bordes, Total à Pau, leurs sous-traitants participent largement à l’activité économique régionale. L’agriculture n’est pas en reste en Béarn et EURALIS est à Lescar et non pas dans la banlieue bayonnaise.

Pendant ce temps-là, le Pays Basque excelle à faire venir des touristes français et étrangers pour y consommer leur "richesse". A l’heure où l’on parle tant de redressement productif, le Béarn semble infiniment mieux armé que le Pays Basque dans cet objectif.

Les traditions, l’histoire "basque" justifieraient la demande d’un nouveau statut pour le Pays Basque mais le Béarn a aussi ses traditions, son histoire, ses "fors", son Parlement.

Cette demande basque ne doit pas effrayer le Béarn sauf que celui-ci risque fort d’être "gros-Jean comme devant" à ne pas aussi travailler à préparer son avenir. Les atouts existent pour s’organiser autrement, si cela s’avère nécessaire. Encore faut-il s’y préparer ! (Pourquoi pas avec nos voisins bigourdans ?)

Mais, pour savoir si une autre organisation du Béarn est nécessaire, il faudrait que nos politiques, toutes tendances confondues, se mettent autour d’une table. Il faudrait que les forces vives locales en fassent autant. A ce jour, cela n’est pas envisageable. Motif : les structures permanentes de réflexion capables de se pencher avec régularité sur l’avenir de notre territoire n’existent pas.

Pendant que l’individualisme règne en Béarn, le "Conseil des élus du Pays Basque" travaille et les forces vives basques se retrouvent à la CCI de Bayonne sur le thème d’une "Déclaration des États Généraux du Pays Basque".


- par Bernard Boutin

Ne manquez pas de participer à notre sondage de la semaine :
Pensez-vous que la mise en place d’une "collectivité à statut particulier" au Pays Basque puisse porte préjudice au Béarn  ?

(1) - http://aquitaine.france3.fr/2012/10/11/une-delegation-d-elus-basques-paris-pour-demander-une-collectivite-basque-119387.html
(2) - http://www.batera.info/ ?p=341
(3) - http://www.batera.info/ ?p=246

crédit photo : http://perso.numericable.fr/ kitodub/vozeuvre.html


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
15 octobre 2012, par Oscar du Pont  

Je pense que ce serait une excellente occasion pour le Béarn de quitter la Région Aquitaine et de se rattacher à Midi Pyrénées en vue d’un regroupement entre 64-Est et 65 (nous nous battrons néanmoins pour que les basques ne gardent pas le 64. Le 40 leur ira très bien :-) )qui ne pourrait qu’être porteur de progrès et de substantielles économies. Il est évident à ce point que nous les Béarnais terriens avont d’avantage à retirer d’une alliance avec les régions du Piémond pyrénéen et l’ hinterland atlantique qu’avec les Basques et les Landais. Avec comme enjeu une Métropole Pau-Tarbes, un développement touristique du massif bien plus harmonieux et la constitution d’un pôle industriel autonome et bien plus puissant dont les intérêts ont communs avec ceux de Toulouse plus que de Bordeaux

Mais gageons que nos politiques feront l’impossible pour résister à cette évidence afin de maintenir chicayas et divisions locales qui les servent si bien.

A ce propos, le PS ayant TOUS les leviers en main, ce combat là me parait valoir bien plus que celui des doubles mandats. Alors A@P, on s’y colle ?

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par AK Pô  
    Avant, je pétais dans la soie, aujourd’hui, dans le plomb. Est-ce grave, Docteur ?

    L’époque des scissions étant ouverte et celle des porte-monnaies close,le petit peuple du Béarn est convié à prendre pelles et pioches pour creuser un nouveau lit du gave qui cheminera, par le Gers, jusqu’aux environs d’Agen et rejoindra le cours de notre belle Garonne, et ce afin de nous émanciper des basques et des landais, qui ferment leurs ports à nos exportations de Jurançon. Tarbes acheminera, par l’Adour, quelques porcs à peau sombre, un tonnage non négligeable de haricots blancs, servant le commerce extérieur de notre petit comté. Nous inviterons les flamands, les écossais et les catalans à partager notre vision pusillanime du monde en organisant de belles rondes enfantines, avec pains au chocolat et kinder surprise, jusqu’au prochain naufrage où tous crieront à l’aide dès la fête finie.

    Mais la fête lugubre ne fait que commencer et tous les rats d’Europe gambillent sur le pont, pour naufrager le frêle esquif qui fluctue mais ne sombre pas, chante aux sirènes sauve qui peut, nourrit d’illusions ce gonfalon des rêves amers qui flotte aux vents opportunistes du chacun pour soi.

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    16 octobre 2012, par Emmanuel Pène  

    Ce serait une erreur de nous désolidariser de l’Atlantique, et du pays basque. Contre-sens historique d’abord car la Navarre et le Bearn avaient le même souverain. Que dire ensuite des possessions de la maison d’Albret dans les Landes ?

    Au lieu de cela, je propose le regoupement dans une nouvelle région "Pyrénées - Gascogne" des départements 64 et 64b, 65, 40 et 32, dont Pau serait la capitale, et dans lequel les basques auraient un département spécifique (64b).

    Un développement qui ne serait pas centré sur les métropoles bordelaises et toulousaines aurait le mérite de faire porter l’effort sur nos régions.

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    17 octobre 2012, par Oscar du Pont  
    Imaginer créer une Région et un département de plus à une époque où il conviendrait plutôt d’en supprimer au moins deux ou trois en visant à moyen terme l’intégration d’une grande région Sud-Ouest, capable elle d’exister au plan européen, ceci au nom des possessions de la Maison d’ Albret, me laisse songeur. Regardons les choses en face. Le Béarn a perdu son identité traditionnelle et a gagné en contrepartie depuis la guerre une certaine prospérité économique qui aujourd’hui tend à se fragiliser. Il convient de la consolider sur ses 3 pôles principaux, agro-alimentaire, aéronautique et tourisme. Sur ces 3 pôles, la relation avec Midi-Pyrénées est bien plus évidente que celle que le Béarn peut retirer d’une inutile et stérile concours de "pipiplusloin" avec le Pays Basque . Rien ne nous empêchera d’aller y surfer quand-même sans avoir à présenter une carte d’identité, qu’on se rassure.. Go West ? C ’est ça le contre-sens.

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    17 octobre 2012, par Emmanuel Pène  

    Cher Oscar,

    Votre point de vue est strictement économique. Or, les peuples ont besoin d’autres ferments pour leur unité. La dimension historique touche à notre identité, et quoi qu’on en dise, les béarnais ont toujours travaillé avec les basques. on a même inventé un terme "charnegue" pour identifier le mélange entre basque et béarnais.

    C’est aussi le problème de l’Europe : on se rend compte que la dimension économique est insuffisante pour que se créé une vraie identité européenne.

    Je pense que le piedmont pyrénéen se développerait beaucoup mieux s’il était unifié d’une part, et s’il était détaché de Toulouse et Bordeaux (d’une manière administrative) d’autre part.

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par Larouture  

    La taille des régions actuelles est insuffisante pour régler, dans le cadre de la mondialisation, les problèmes économiques.

    Aussi une entité comme le Béarn ne sera pas à même de régler ce type de problème.

    Le Béarn ne sera capable de décliner qu’une « version miniaturisée des politiques nationales » et n’aura ni les moyens ni la vision d’une politique stratégique. C’est d’ailleurs ce que font le Conseil général et les communautés de communes ou d’agglo ainsi que la CCI.

    En revanche les « patriotismes locaux » qui génèrent confiance et solidarité sont des atouts. Le Pays basque (surtout espagnol) a, sur ce point, des longueurs d’avances sur le Béarn.

    Exemples sur la politique stratégique : Concernant Euralis : Le Pays-Basque abrite Lur Berri et les Landes Maïsadour. Est-ce viable à moyen terme ? J’en doute.

    Concernant l’aéronautique : Où sont les centres de décision ? En tout cas pas en Béarn.

    Concernant la chimie : Arkema et Total sont maintenant exclus de la filière « fibres de carbone ». Arkema est opéable.

    > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par JC  

    “L’union fait la force“ dit-on. Ce qui suppose que la division affaiblit...

    > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par Emmanuel Pène  

    Pourquoi pas ? ça n’empêcherait pas le Béarn de développer des relations, en particulier vers la Bigorre, l’Aragon, la Navarre, ..

    Si les basques veulent une collectivité, pourquoi pas, mais il ne faut pas qu’elle soit sur des bases ethniques ou même linguistiques ; en effet, n’oublions pas que Bayonne est de tradition gasconne..

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par L’Aquitain  
    Les Basques en France ont fabriqué une histoire et ils ont fini par vivre cette légende . Il serait bon que quelques historiens sérieux remettent les choses en place sinon nous allons voir la CCI de Bayonne décréter l’octroi puis mettre en place des postes frontières .

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    17 octobre 2012, par Autochtone palois  

    La position d’E.Pene sur le "département" basque reflète le point de vue des occitanistes, qui voient se profiler avec gourmandise une nouvelle frontière avec leur "Occitanie", qu’il ont inventée récemment. Les béarnistes aussi, devraient s’en trouver renforcés dans leur rêve d’un retour au "Béarn, pays en soi".

    Construisons plutôt une région à la dimension européenne, capable de se comparer au landers allemands ou même aux régions espagnoles.

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par Daniel Sango  

    Les Flamands veulent leur indépendance, les Catalans veulent leur indépendance, les Basques veulent leur indépendance.

    Si on demande aux habitants de Montardon s’ils veulent devenir indépendant sachant que tout Montardonais sera soit ministre soit parlementaire soit ambassadeur ici ou là, que ce pays deviendra une zone sans impôt,etc... je prends le pari qu’une immense majorité voterait pour cette voie.

    Les basques montrent aussi leur incompétence puisque depuis près de dix ans le SCoT du Pays Basque est en cours, sans qu’ils soient arrivé a finaliser ce document d’urbanisme majeur...

  • > Territoires : Effervescence au Pays Basque, calme plat en Béarn
    15 octobre 2012, par Larouture  

    Une comparaison des Scot Bayonne (Basque) et Pau me paraitrait très intéressante.

    J’ai lu quelques travaux sur le Scot de Bayonne qui me paraissaient très intéressants. En tout cas le découpage géographique est déjà plus réaliste que celui du Grand Pau.

    Peut-on conclure que ce n’est pas mieux car le Scot n’est pas publié ? J’aimerais en savoir plus.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Grand Sud-Ouest, avenir des régions : Fiction ou fusion
    Balade à Oloron via le chemin de fer
    Béarn-Bigorre : La tentation de l’Adour
    Pau - "Le chiffre et la plume" : Une rencontre très éclectique
    Béarn le jour d’après 
    Aller au-delà du débat Béarn-Bigorre
    De Pau et du Béarn (saison 3)
    Béarn - Des poules de la place royale à la blancheur de la place Clemenceau : (Saison 2)
    « Ensemble, aidons l’Homme à se restaurer » (1)
    Grand Pau 2030 : L’ambition dangereuse de Jean-Pierre Mimiague
    Regard sur l’urbanisation en périphérie lointaine de Pau
    Pour un “Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre” : une touche historique
    "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" : Les Basques nous ouvrent la voie
    "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" : Le problème sera béarnais
    Pau-Lourdes-Tarbes : Pour un "Conseil des Elus du Béarn et de la Bigorre" 
    Béarn 2030 - le scenario fiction qui fait peur
    Louvie-Juzon : Avis de décès d’un coeur de village
    CODE Béarn - L’immobilier à Oloron-Ste-Marie
    Chapeau, Oloron !
    Bassin de Lacq : David Habib se taille un nouveau fief à sa mesure !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises