Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !

lundi 17 septembre 2012 par Amicale des Foreurs et Métiers du pétrole


 Oui, les gaz de schiste peuvent contribuer au redressement productif !

Réindustrialisation et redressement productif : deux mots magiques déclamés par le nouveau gouvernement à cor et à cri face à une situation économique française sinistrée et une industrie exsangue, dans des domaines aussi stratégiques que sont la sidérurgie, la chimie, la pétrochimie, le bois, le cuir... Pire encore, des fleurons de l’industrie française comme les chantiers navals, l’automobile et les forages pétroliers se retrouvent fragilisés par la crise et certains choix stratégiques hasardeux.

Le débat - ou plutôt le non débat - autour des gaz de schiste est selon nous symptomatique de cette situation.

En effet, comment comprendre l’inflexibilité du gouvernement sur la question des gaz de schiste alors que le déficit commercial atteint près de 70 milliards d’euros sur les 12 derniers mois (dont 90 % liés à l’importation d’hydrocarbures), que le prix du gaz et le prix à la pompe ne cessent d’augmenter et que le chômage concerne désormais plus de 3 millions de personnes ?

On ne présente plus l’exemple américain, où la production des hydrocarbures de schiste a permis la création de centaines de milliers d’emplois, a divisé le prix du gaz par deux et a redynamisé toute une industrie moteur de croissance. En pleine campagne électorale, Barack Obama ne se prive d’ailleurs pas de rappeler cette « success story » industrielle lors de ses meetings... A une échelle certes différente, peut-on réellement se permettre de fermer les yeux sur un tel potentiel ? Comme le disait récemment Claude Allègre, c’est comme si on avait un trésor dans son jardin et qu’on refusait de le déterrer.

Nous avions l’année dernière regretté le vote d’une loi par l’ancienne majorité qui interdisait la technique de fracturation hydraulique pour les forages pétroliers, tout en l’autorisant pour la géothermie. Cette curiosité législative, constitutionnellement douteuse, avait conduit à l’annulation de trois permis d’exploration dans le sud (au mépris même du principe de sécurité juridique indispensable à l’attractivité d’un pays vis-à-vis des investisseurs) et avait surtout fermé la porte à toute réflexion sur l’opportunité qu’il y aurait à produire, proprement, les hydrocarbures de schiste.

Les réserves en gaz et en pétrole sont pourtant potentiellement élevées : l’Agence Internationale de l’Energie estime à cinq mille milliards de m3 les réserves en gaz de schiste, soit 90 ans de notre consommation annuelle, tandis que l’Institut Français du Pétrole estime à environ sept milliards de m3 les ressources en pétrole de roche-mère du Bassin Parisien.

Certes, et tous les foreurs le savent bien, des réserves potentielles ne sont pas forcément des réserves avérées : la recherche et l’exploration aboutissent parfois à des mauvaises surprises, comme elles peuvent également déboucher sur de bonnes. Quel risque prendrait-on à autoriser la recherche et l’évaluation des réserves disponibles, notamment dans le bassin parisien où la géologie est déjà connue en raison d’une histoire pétrolière de plus de 50 ans ? S’il s’avérait que les ressources effectivement présentes dans notre sous-sol n’étaient pas aussi importantes que prévues, au moins serions-nous fixés !

La question de l’exploitation se pose différemment. Elle exige en effet un débat et une analyse scientifique des techniques disponibles, au premier rang desquels la désormais interdite fracturation hydraulique, utilisée dans l’industrie pétrolière depuis plus de 30 ans ! Ne fermons pas la porte à cette technique sous la pression de certains lobbies alors même qu’il a été démontré que les accidents industriels liés à l’exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis n’étaient pas dus à l’utilisation de cette technique, mais bien à une mauvaise cimentation des puits et à des fuites de conteneurs en surface.

Symptomatique de notre situation économique et industrielle, cette interdiction témoigne aussi du nouveau rapport au risque que nous entretenons. On entend encore la ministre de l’écologie affirmer son opposition à la fracturation hydraulique au motif que « nulle part au monde il n’a été prouvé qu’elle était sans risque pour l’environnement ». Mais quelle activité industrielle - et même humaine, tout simplement - peut se targuer d’être absolument inoffensive ? Doit-on par exemple interdire la finance parce que certaines pratiques entraînent des risques pour l’économie réelle, comme l’a prouvée la crise des subprimes de 2008 ? Évidemment non, car tout est question de contrôle et de régulation. C’est le chemin choisi par l’Afrique du Sud qui vient récemment de remettre en cause l’interdiction de la fracturation hydraulique et de créer un « comité de contrôle » qui sera chargé de superviser les opérations de forage.

Il ne s’agit pas de sacrifier l’environnement sur l’autel de l’économie et de la croissance, mais bien de concilier les deux exigences.

« Choisissons la voie de la régulation », écrivions-nous l’année dernière dans une tribune du journal « Le Monde ». Peut-être avions-nous été trop ambitieux et pas assez pragmatiques. Si le gouvernement (et toutes les parties prenantes de ce dossier) acceptait d’autoriser la recherche et l’évaluation des réserves, ce serait déjà un formidable pas en avant - il sera possible ensuite d’en tirer les conséquences et de décider de l’autorisation ou non de la production des hydrocarbures de schiste.

On espère que la conférence environnementale qui aura lieu les 14 et 15 septembre prochains permettra de faire émerger ce débat important pour l’avenir de notre industrie.


- par Jacques Sallibartant et Jean-Claude Rémondet 


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
19 septembre 2012, par fenec77  

Questionnements !

Quel scientifique a fait une thèse sur le devenir géophysique de notre planète concernant les conséquences géologiques planétaires duent aux multiples forages et excavations dans notre planète ? Ne faudrait-il pas davantage en réduire les consommations abusives afin de meilleurs rentabilités des énergies renouvelables telles que le solaire, les marées motrices, les éolinnes et bien d’autres ressources non poluantes ? Ne jouant pas aux apprentis sorciers comme par le passé avec le nucléaire ! Que pensez vous des recherches actuelles sur l’utilisation énergétique de nouvelles génération ( voire le réportage récent sur arte) du charbon par les scientifiques américains et japonais. Et pourquoi ne pas réduire subtentiellement nos utilisations extravaganntes et totalement inutiles de certaines absurdités énergétiques aux seuls fins publicitaires et de profits commerciaux extravagants ! Un consomateur responsable est-il un homme des cavernes préhistoriques !!!

> Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
17 septembre 2012, par Daniel Sango  

Les rapports sur ce thème diffusés par l’Europe et dont Sud Ouest rend compte dans son edition du jour donnent un vision assez exacte de la réalité, en particulier des risques associés à la fracturation hydraulique.

Ce débat a au moins l’avantage de montrer les incroyables contradictions entre la réalité :
-  une diminution inéluctable des ressources en pétrole et gaz
-  un renchérissement très fort de ces matières premières ainsi que celles des ressources alimentaires dont le coût est en fait pour moitié environ, du pétrole.
-  un réchauffement climatique dont les conséquences seront sans doute dramatiques pour les générations futures

les comportements de nos concitoyens qui ne veulent pas comprendre que l’énergie va coûter de plus en plus cher, beaucoup plus cher et qu’il est urgent d’adapter nos modes de vie à cette réalité

et les boniments de nos politiques qui ne disent pas la vérité et continuent a ne voir que la prochaine échéance électorale.

Oui l’électricité, le gaz et le petrole vont augmenter de 30% très vite, avec toutes les conséquences qui en découlent.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    17 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    Je ne suis pas si optimiste que vous concernant la hausse du coût de l’énergie qui limiterait le réchauffement climatique.

    L’électricité va augmenter, ça je le pense aussi. Mais le pétrole, le gaz, le charbon, je ne le pense pas particulièrement. Il peut y avoir un bref choc pétrolier avec une guerre en Iran, mais dans le fond, les pétroliers ne sont pas fous. Ils maintiennent un prix suffisamment élevé pour faire un max de bénef, mais pas trop non plus pour ne pas décourager les gens de consommer cette énergie. Ils recherchent simplement l’optimum. Si les prix étaient trop poussés à la hausse, ils les contiendraient en augmentant la production ou diminuant leur marge. C’est ce qu’ils ont fait en 2008. Ils ont de la marge pour cela, tant au niveau des pays producteurs que des entreprises-majors.

    Quant aux politiques, "merci" à la gauche écolo qui abaisse le prix du carburant...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    17 septembre 2012, par Rêveur des villes  
    Quant aux réserves, il y en a malheureusement beaucoup entre le pétrole, le gaz, le charbon (qui peut être transformé en carburant), le gaz de schiste. Toute cette énergie pas chère et qui fait grimper dangereusement le taux de CO2 dans l’atmosphère.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    17 septembre 2012, par Daniel Sango  

    Non, il n’y a pas de marge.

    Tout d’abord les majors produisent peu et n’ont aucune marge de production supplémentaire. Quant aux Etats exportateurs ils sont à leur maximum juste une toute petite marge pour l’arabie saoudite.

    D’ailleurs la production mondiale plafonne depuis plusieurs années et on produit plus qu’on ne découvre...

    La moindre instabilité politique va produire des effets dévastateurs...

    à suivre...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    17 septembre 2012, par L’Aquitain  
    Pessimistes....Notre Premier Ministre a ordonné une baisse de consommation à 2 litres au cent pour les véhicules d’ici peu. Vous êtes vraiment anti-gauche,n’est ce pas Paysaa ?

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    17 septembre 2012, par HB  
    "Notre Premier Ministre a ordonné une baisse de consommation à 2 litres au cent pour les véhicules d’ici peu"....et il a parfaitement raison, puisque cette voiture vient d’arriver sur le marché....Malheureusement, elle n’est pas française

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    18 septembre 2012, par L’Aquitain  
    N’hésitez pas HB donnez vite la marque... Je parle d un véhicule roulant au quotidien et non un concept car ..

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    18 septembre 2012, par pehache  
    Je suppose qu’il parle de la Toyota Yaris hybride

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    18 septembre 2012, par HB  
    Il s’agit bien d’une Toyota, mais de la nouvelle Prius Plug’in dont une centaine de modèles circulaient à Strasbourg depuis 2 ans. On aura probablement la Yaris plug’in dans 4-5 ans.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    18 septembre 2012, par pehache  
    Ah oui mais là c’est un peu fallacieux : la Prius Plugin consomme moins de pétrole, mais à la place elle consomme de l’uranium.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    19 septembre 2012, par HB  
    Pourquoi ? La baisse progressive de la part d’électricité nucléaire est lancée.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    19 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    Si c’est pour faire de l’électricité à partir de pétrole pour faire fonctionner des voitures électriques, pas la peine smiley

    Energies renouvelables nouvelles en France = 2/3 de compensations par des centrales thermiques à combustible fossile.

    Flamby veut fermer Fesseheim d’ici 5 ans pour faire plaisir aux dits-écolos. Et puis ensuite, entre 2017 et 2025, en 8 ans il va faire passer la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% ??? Si c’est pas de la démagogie...

    Flamby gouverne à l’opinion... Un vrai leader la change lorsque cela est nécessaire, il ne la suit pas. Abaisser le prix du carburant est gravement anti-écolo.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    19 septembre 2012, par HB  
    Sachant que la plupart des centrales actuelles arriveront en fin de course vers 2030 que préconisez vous ?

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    20 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    Les économies d’énergie par poursuite de la rénovation du parc de vieux logements. Le développement du solaire thermique et de la géothermie, l’usage du vélo, du bus ou du train plutôt que de la voiture.

    Concernant le parc nucléaire, la prolongation de la durée de fonctionnement de certaines centrales lorsque cela est possible. Sinon, le remplacement par d’autres centrales qui consomment moins d’uranium que les précédentes.

    Il semble que depuis 30 ans, Areva n’aie pas construit de centrale de nouvelle génération... On est resté sur les réacteurs modèles années 70... Je crois que le renouvellement du parc nucléaire n’étant pas un sujet de préoccupation immédiate pour les politiciens des mandatures précédentes, personne ne s’en est sérieusement occupé. Il y a bien l’EPR, mais il n’y en a pas encore un seul qui fonctionne...

    C’est pareil pour la recherche en PV qui dispose de peu de moyens en France. Pour faire venir des milliards d’€ de panneaux fabriqués en Chine, et creuser la dette, nos politiques sont bons. Pour favoriser la recherche en France ou en Europe, ils le sont moins.

    Le solaire thermo-dynamique me paraît également une solution d’avenir dans la mesure où la production est continue entre la nuit et le jour grâce au stockage de la chaleur. En Andalousie, elles tournent 90% du temps.

    Les énergies intermittentes pourraient servir à la production d’hydrogène qui permettraient le fonctionnement de "piles à combustibles". Pourquoi des principes si simples (du moins en apparence) ne sont-ils pas mis en pratique ? Soit-disant trop cher, et en réalité, si des moyens sont mis dans la recherche ? A cause du lobby pétrolier ?

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    20 septembre 2012, par HB  
    "Sinon, le remplacement par d’autres centrales qui consomment moins d’uranium que les précédentes" : Astrid sera lancé dans 4-5 ans, sans être sur du résultat final (cf. Phénix). Quand à l’EPR, on peut toujours douter de sa sécurité ( ?) et l’on sait déjà que le prix de revient du MWh de certaines ENR n’est pas plus élevé et sera d’ici peu probablement beaucoup moins cher tout en créant beaucoup plus d’emplois.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    Areva-EDF a perdu un contrat aux Emirats Arabes Unis, je crois, car le prix était le double d’un contortium coréen...

    Comment se fait-il que nos entreprises françaises ne soient plus capables de construire des réacteurs qui fonctionnent et à un coût abordable ?? Négligence de l’Etat, bureaucratisation de ces entreprises qui ne sont plus performantes ( ?)

    De quelles énergies renouvelables "nouvelles" parlez-vous, qui seraient moins chères que le nucléaire ?? Il ne s’agit pas au jour d’aujourd’hui de l’éolien ou du PV...

    Et ces énergies ne réduisent que d’un tiers la dépendance aux énergies polluantes (fossiles ou nucléaire).

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par HB  
    "qui seraient moins chères que le nucléaire ?? Il ne s’agit pas au jour d’aujourd’hui de l’éolien ou du PV..." : actuellement le prix de revient du MW de l’EPR serait le même - estimation probablement optimiste - que celui de l’eolien terrestre soit 110 euros et l’éolien off-shore n’est guère plus cher en Mer du Nord. Pour ce qui est du PV, on estime à 25000 le nombre d’emplois que la filière avait créés en France en très peu de temps. ( à comparer aux 100 000 emplois de la filière nucléaire - estimation société française de l’énergie nucléaire (SFEN). On estime d’autre part que les rendements des cellules en laboratoire permettrait d’ors et déjà de produire moins cher.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    24 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    l’EPR était sensé consommer moins d’uranium et durer plus longtemps que les centrales actuelles, pas faire exploser les coûts... Autant refaire les centrales actuelles, si depuis 30 ans, le CEA-Areva-EDF n’ont pas été capables de faire des centrales plus performantes et à moindre coût !

    Enfin, mettez un max d’éolien et PV pour une quantité de production de 1, il faudra toujours une quantité de production de 2 à côté de cela par des centrales thermiques à combustible fossile, la biomasse étant très limitée par l’agriculture, l’urbanisme et les espaces protégés et le pompage-turbinage proche de son max. Le pb n’est donc résolu que "pour 1/3" si je puis dire.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par foreurs  
    Pas sectaires pour un sou, nous nous sommes penchés aussi sur l’atome, et nous sommes largement d’accord avec vous : AREVA s’est contenté de produire indirectement des électrons (fort bienvenus) et du plutonium (beaucoup moins apprécié), et ils ont complètement zappé le Thorium qui n’est pas fissile, mais fertile autant générateur indirect d’électrons, et qui surtout qui ne produit pas de plutonium ni d’autres actinides de longue vie... On en reparlera... PAF 71

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par foreurs  
    Quelques une d’entre elles seront inévitablement prolongées, quelques autres (celles refroidies au sodium fondu) pourrront peut-être bénéficier à temps de modifications permettant d’utiliser le Thorium..... En attendant, tous les moyens sont utiles pour contribuer à nos besoins. La faiblesse des rendements de l’éolien (Puissance nominale annoncée/Puiss moyenne annuelle réelle) étant de l’ordre de 7%, et le solaire du même ordre, nous ne voyons qu’avec terreur notre pays couvert de furoncles aux têtes ronflantes et d’écailles bleues.... Et la géothermie haute température impliquant fissuration hydraulique étant supposée victime similaire de l’interdit actuel de cette technique, ne pourra pas non plus venir au secours..... ! Voilà où mènent les strabismes nombrilistiques de nos édiles passés et présents... Pessimiste ??? On peut toujours espérer que ’’ nécessité fera loi’’ ... nouvelle PAF 71

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    19 septembre 2012, par pehache  

    Supposons même qu’on n’ait plus de nucléaire : quelle que soit la part de renouvelable dans la production d’électricité, ce qu’il faut regarder c’est le surcroit de production nécessaire pour charger une voiture électrique sur le réseau : à l’heure actuelle ce surcroit de production vient forcément des énergies fossiles.

    Donc une voiture électrique est bien soit une voiture nucléaire, soit une voiture à pétrole.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par paysaa  
    Pas sur, rien n’empêche de recharger une voiture à l’énergie solaire. Il existe aussi la possibilité d’utiliser d’autres combustibles non fossiles tels que le biogaz et la biomasse.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par pehache  
    Tout est possible. Mais l’énergie solaire éventuellement utilisée pour charger une voiture électrique peut tout aussi bien être injectée sur le réseau EDF, réduisant d’autant la production nécessaire par les centrales thermiques/nucléaires. Bref, quel que soit l’angle sous lequel on regarde l’affaire, charger les batteries d’une voiture électrique réclame soit de l’uranium soit du pétrole, que ce soit dans un moteur embarqué ou dans une centrale à perpète-les-oies. Et ce sera ainsi tant qu’on ne produira pas que de l’électricité "renouvelable".

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    22 septembre 2012, par paysaa  
    Mais le solaire est 100% renouvelable cher PH et ce pour au moins quelques milliards d’années.. Idem pour la bio-masse énergétique ( canne de provence par exemple) que l’on pourrait cultiver sur les terres non arables, dito pour les énergies océanes, itou pour l’éolien.. Toutes ces énergies "vertes" peuvent très bien servir à produire de l’électricité pour recharger, entre autres, les batteries des voitures électriques...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    22 septembre 2012, par pehache  

    Pouf pouf paysaa, on recommence...

    Le solaire est 100% renouvelable, mais notre production de l’électricité ne l’est pas, et de loin. Même dans les pays où les ER sont développées, elles n’atteignent qu’une grosse minorité dans la production électrique.

    Et surtout, point fondamental du raisonnement, toute demande supplémentaire d’électricité -par exemple pour charger une voiture électrique- se traduit dans la pratique par l’augmentation de la production dans une centrale thermique (à gaz/fioul/charbon) quelque part, donc par une augmentation de la consommation de gaz/fioul/charbon.

    Ceci parce que seules les centrales thermiques peuvent augmenter leur production à la demande, et que ce sont elles qui fournissent la différence entre la production par les ER et la demande.

    Ce qui fait que quand on recharge une voiture électrique, on consomme en réalité du pétrole.

    Si on introduit le nucléaire dans le problème, le raisonnement se complique un peu mais le résultat est le même.

    C’est de la logique simple, mais qui est effectivement souvent ignorée, et vous n’êtes malheureusement pas le seul... Dans le même ordre d’erreur conceptuelle, il y a tous ceux qui parlent des voitures à hydrogène comme si l’hydrogène était une ressource naturelle.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    22 septembre 2012, par Autochtone palois  
    PH, ta logique est imparable. Je pensais plutôt que la consommation d’énergie non renouvelable était en proportion de ce qui est produit au moment où l’on branche sa voiture électrique. Mais c’est vrai que le besoin supplémentaire demande aujourd’hui un complément d’énergie 100 % d’origine fossile.

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    22 septembre 2012, par Daniel Sango  

    En fait il faut simplement intégrer dans l’investissement global que lorsqu’on construit 100 MW de solaire ou d’éolien, il faut investir 100 MW de génération électrique par turbine à gaz ou à charbon, permettant avec rapidité (c’est pas le cas du nucléaire) de pallier au coucher du soleil ou d’Eole.

    Ceci rend hélas ces moyens de production très chers et bien loin d’être rentables.

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    22 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    C’est vrai même pour les centrales solaires thermo-dynamiques qui tournent à 90% en Andalousie. 90 mais pas 100. Et pour ces 10%, il faut quand même une puissance thermique égale à côté. Cela dit, dans la structure de coûts d’une centrale thermique, le combustible constitue le principal poste de charge (contrairement à une centrale nucléaire où c’est la structure).

    En attendant, des dizaines voire centaines de milliards d’€ ont été gaspillés en Europe dans la production PV réalisées en Chine, au lieu de subventionner et rendre obligatoire le solaire thermique, la géothermie et un habitat et un urbanisme économes en énergie.

    Bien faible niveau de réflexion dans le monde occidental aujourd’hui contrairement à ce qui se passe en Chine...

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    22 septembre 2012, par le coq  
    Il y a eu suffisamment d’échanges robustes pour essayer d’inverser les investissements de panneaux au zénith en raison des coûts et des prix de revient du kw - en vain - les décisions étant prises par des élus incompétents et absurdes dans leur obstination.Dommages qu’on ne puissent pas déposer plainte, maintenant il faut payer. Bravo les nuls !Alors de grâce arrêtez de balliverner sur ce" qui fait mal" pour laisser croire ce qui n’est pas. les décisions sont politiques et ici nous savons ce qu’ils valent.

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    22 septembre 2012, par le coq  
    A une époque le slogan était "mettez un tigre dans votre moteur", maintenant c’est mettez "une vache" ainsi en récupérant le méthane on consommera moins.

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    23 septembre 2012, par HB  
    "arrêtez de balliverner". Que voulez vous dire ? Que prévoyez vous après 2030 pour prendre le relais des centrales actuelles pour lesquelles on aura déjà dépensé une fortune pour -parait-il- répondre aux exigences Fukushima. Soyez concret le coq.

  • > Energies renouvelables et investissements doubles
    26 septembre 2012, par le coq  
    HB langue de bois ?

    Ouvrez les yeux avec objectivité ! vous savez comme moi : ce qui relève de la dramatisation avec le cortège de braillards jusqu’à l’assemblée et au ministère ; ce qui relève des obbies puissants qui se moquent de vos inquiétudes ; les sujets et les méthodes employées par les médias pour manipuler les citoyens, leur "piquer" du fric pour financer des études, des sondages avec l’aide des politiques. Arrêtez de vous plaindre. Le mal est de croire tout ce qui se dit "pour améliorer la planète" dans 50 ans. En déboisant les forêts il faut vendre du papier. En France on consomme beaucoup de médicaments non pas pour aller mieux mais pour se croire malade. Les solutions de substitution existent mais ne sont pas exploitées par la volonté des "politiques et des professionnels". Mais c’est plus facile d’abuser le monde avec des solutions pipo comme l’éolien, le solaire et les voitures électriques.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par paysaa  
    Désolé de vous contrarier PH mais si je fais une centrale électrique 100% énergie marine ou bio-masse pour recharger ma bagnole électrique je ne consomme pas un gramme de combustible fossile ou d’uranium. Paysaa biarnès cap e tot !...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par pehache  

    Mais oui c’est ça paysaa : vous vivez en autarcie, coupé du reste du monde et des réseaux, avec votre propre centrale à pets de vaches pour subvenir à tous vos besoins énergétiques.

    C’est parfait et c’est génial (enfin, j’imagine), sauf que ce n’est pas dans ce monde là que vivent les 59.999.999 autres français, et au-delà les xxx millions d’européens. Ils vivent dans un monde où la part d’ER dans la production électrique est ce qu’elle est, c’est à dire minoritaire, et où ce sont les centrales thermiques qui permettent d’ajuster la production à la demande.

    Et quand bien même vous auriez votre centrale à pet de vache : si au lieu de charger votre voiture électrique avec vous injectiez l’électricité produite sur le réseau, ça économiserait du pétrole dans une centrale thermique quelque part. Pétrole qui pourrait être utilisé pour faire rouler une bête voiture à essence. Dans tous les cas il faut du pétrole pour faire rouler n’importe quelle voiture, même électrique.

    Votre "raisonnement" ne serait valable que dans un monde où les ER fourniraient 100% de la demande électrique à un moment donné : là vous pourriez charger votre voiture électrique sans consommer un gramme de pétrole. Mais ce monde là je ne le connais pas.

    Je reste toujours épaté par l’incapacité des gens à admettre ce type de raisonnement. La facilité serait de penser que c’est à cause d’une déficience cognitive quelconque, mais je crois plutôt que c’est le refus de regarder les réalités en face et l’immensité de la crise énergétique qui nous tombera dessus un jour. C’est tellement énorme qu’on préfère croire à des solutions miracles, même si elles ne résistent pas 3 secondes à l’analyse.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    ce monde là je ne le connais pas.

    La Norvège et l’Islande ont une électricité 100% renouvelable mais leurs voitures roulent au pétrole. Peut-être, néanmoins pourraient-ils arriver à 100% d’énergie renouvelable au total. Evidemment, ce ne sont que les 2 exceptions qui confirment la règles, avec de grandes ressources hydrauliques ou/et géothermiques pour une population faible.

    Cela n’est absolument pas envisageable dans les autres pays d’Europe.

    Je reste toujours épaté par l’incapacité des gens à admettre ce type de raisonnement.

    Le raisonnement sur le JE existe chez la grande majorité des gens, celui sur le NOUS n’existe que chez une petite minorité de gens. La majorité ne pensent pas le NOUS. Ils ne veulent qu’un maximum de JE, un maximum de pétrole pas cher tout de suite et point barre. Ils sont au courant des modalités de leur retraite, prévoient de l’argent pour le temps où ils seront vieux etc, mais l’avenir de la planète, ils ne le pensent pas.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    29 septembre 2012, par le coq  
    fou rire

    Dans un certain système de valeurs de calcul et d’équivalences nous utilisions "le cheval vapeur" marrant non ? et là il n’y avait pas de déphasage ni cos ...seule différence la vache pète (elle rumine)pas le cheval.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par peyo  

    Le quart d’heure de rire, grâce à Payssa

    " rien n’empêche de recharger une voiture à l’énergie solaire"

    Ceux qui peinent à recharger la batterie de leur iphone ou de leur ordinateur avec un panneau solaire vont rigoler un coup.

    Quant aux propriétaires de voitures électriques, ils hausseront les épaules, puisqu’une Peugeot 106 électrique "avale" 20.000 Watt.heure pour parcourir 100 km et qu’une voiture électrique expérimentale 2012 réclame de 10 à 12.000 watt.heure.

    Sachant qu’un panneau de 1m2 sort juste en moyenne 100 à 120Wc (quand il fait jour), combien de m2 de panneaux et combien d’heures pour recharger la batterie de sa voiture afin de parcourir au minimum 100km ?

    "Il existe aussi la possibilité d’utiliser d’autres combustibles non fossiles tels que le biogaz et la biomasse"

    ainsi, selon Payssa, chacun avec sa cuve à fermentation personnelle, chargée en fumier et autres déchets végétaux et organiques, pour fabriquer son biogaz alternatif, servant lui-même à recharger sa ou ses bouteilles haute-pression (à mettre éventuellemnet sur le toit de son auto ) ...

    Car contrairement au butane ou au GPL (qui se stockent sous forme liquide à une pression de quelques bars dans un réservoir quasi-ordinaire) le biogaz est essentiellement du méthane qui ne peut être stocké liquéfié (il faudrait qu’il reste à -161°C), il faut le comprimer sous pression (env 200 kg/cm2) dans une "bouteille" . Ça rajeunirait ceux qui ont connu Gaz du Sud-ouest dans les années 1960-70 avec ses stations de recharge pour autos . Un éternel recommencement !

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    21 septembre 2012, par paysaa  
    Magistrale démonstration de "prof peyo" qui tire plus vite que son ombre mais à coté. L’énergie solaire ce n’est pas que de la production d’électricité via le photovoltaïsme... Rien ne nous empêche techniquement, de réaliser des centrales électriques fonctionnant avec des "carburant", autres que l’uranium ou les combustibles fossiles. C’est tout ce que j’ai voulu dire en répondant à PH, rien d’autre.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    27 septembre 2012, par pehache  

    Magistrale démonstration de "prof peyo" qui tire plus vite que son ombre mais à coté. L’énergie solaire ce n’est pas que de la production d’électricité via le photovoltaïsme... Rien ne nous empêche techniquement, de réaliser des centrales électriques fonctionnant avec des "carburant", autres que l’uranium ou les combustibles fossiles. C’est tout ce que j’ai voulu dire en répondant à PH, rien d’autre.

    Quelqu’un a dit le contraire, ici ?

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par L’Aquitain  
    HB il faut lire correctement les essais... Soit 24 km sur la batterie lithium à condition de ne pas dépasser85 km/h et sans la clim ...cout du véhicule brut 42 000 euro environ .. à la portée de tous Pour faire que de la ville il y a mieux.. Le probleme reste entier dès que vous faites un trajet varié , 2 l au cent nous en sommes loin.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    23 septembre 2012, par HB  
    "cout du véhicule brut 42 000 euro environ .. à la portée de tous" : c’est exactement ce que l’on disait de la Prius lorsque les 3 premiers modèles sont arrivés en France en 1999 et lorsque Toyota a commencé à la commercialiser à perte au début des années 2000. Ils maitrisent la technique et produisent maintenant la Yaris hybride à Valenciennes qui va être exporté dans toute l’Europe et aux US (au prix du modèle diesel). Pour ce qui est de la Plug’in, son autonomie de 20-25 km en mode électrique permet de couvrir les déplacements quotidiens de 80% des français. (prix Plug’in : 37 000euros - 5000 euros bonus ecologique - 5 % mini que devrait faire le concessonniaire = environ 30000 euros soit 5 à 10000 euros de moins que la Citroen DS Hybride diesel et La Volt cad l’equivalent - avec plus d’autonomie-chez Chevrolet). Tesla commercialise maintenant une voiture 100% électrique ayant une autonomie de l’ordre de 450 kms pour environ 75000 euros. Ce sont cependant les chinois qui semblent investir le plus et la surprise pourrait une fois de plus venir de là-bas (cf BYD)

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    24 septembre 2012, par L’Aquitain  
    Cher HB , tout le monde sait que la batterie pose problème dans son cout , l équivalent des 2 l au cent est encore tres loin pour tous.. On fait dire aux chiffres ce que l on veut 80 % des français ne peuvent se payer ce genre de véhicule dans les années à venir... etc etc sans compter les infrastructures qui ne suivent pas sans compter l énergie pour fabriquer le tout le recyclage etc .

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    24 septembre 2012, par HB  
    Cher Aquitain, Actuellement je conçois que peu de français peuvent se payer cette voiture, mais beaucoup peuvent acheter la Yaris hybride qui est probablement moins chère que la Clio équivalente. De la même façon, Toyota sera probablement en mesure de commercialiser dans peu d’années une petite voiture hybride rechargeable.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    25 septembre 2012, par mael  

    http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20120924.AFP9925/deux-baroudeurs-achevent-a-strasbourg-un-tour-du-monde-en-voiture-electrique.html

    250 € pour 25 000 km qui dit mieux !

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    25 septembre 2012, par pehache  

    Tiens, Citroen qui n’arrive pas à vendre sa C0 électrique avait besoin d’un peu de pub.

    Une petite voiture thermique de ce genre consommerait dans les 3l/100km, donc 750l pour 25000km. Le litre d’essence hors taxe doit être dans les 0.50€ : ça ferait donc 375€ pour boucler les 25000km. Plus cher que ce qu’ils annoncent mais ce n’est pas non plus 10 fois plus. Et encore, pour arriver à leur 250€ d’électricité, ont-ils pris le prix de l’électricité en France (10cts/kWh), qui est particulièrement bas par rapport à la moyenne de l’Europe.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    26 septembre 2012, par L’Aquitain  
    Cher HB ,vous devez avoir des actions chez Toyota....la Yaris Hybride rechargeable sera 9000 euros plus chère que l’ actuelle avec une batterie au lithium et si vous prenez la route pour aller à Perpignan les DEUX litres au cent seront Cinq litres au cent et bonne chance pour la famille de quatre personnes avec bagages et le pied léger sur l’accélérateur.De plus je vous signale que l age moyen des véhicules de tourisme est de Neuf ans.Tout le monde ne s’achète pas un véhicule neuf . Il faudra attendre la Toyota yaris hybride lithium d’occasion !

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    25 septembre 2012, par pehache  
    On va bien "rigoler" avec les réseaux électriques le jour du monde commencera à charger sa bagnole électrique sur les prises courant. Déjà que chaque hiver ça manque de claquer lors des pointes, pour sûr que ça va arranger les choses...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    27 septembre 2012, par pehache  

    5000 € de bonus "écologique" pour un véhicule électrique en France c’est vraiment un scandale de gaspillage d’argent public.

    Je maintiens qu’un véhicule électrique n’est rien d’autre qu’un véhicule à uranium ou à pétrole (suivant les pays, à l’exception des très rares pays où 100% de la production électrique est renouvelable, en effet) : où est l’écologie là dedans ???

    Autant le principe hybride de la Prius semblait excellent, autant la version "plugin" est de la foutaise et les 2l/100km annoncés une manipulation éhontée.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    27 septembre 2012, par Rêveur des villes  

    Jancovici dit que si les voitures devaient toutes être électriques, il faudrait augmenter de 50% le parc nucléaire en France (ou la même production en énergies intermittentes + thermique).

    Et autant que je sache, ses calculs ne sont contestés par personne.

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    29 septembre 2012, par foreurs  
    Messages à « peyo » ; « le coq » ; « pehache » ; « rêveur des villes » Enfin des gens sérieux et logiques qui mettent des valeurs mesurables là où des sentimentaux ne mettent que leurs émotions... (et des manipulateurs leurs menteries...) Nous lisons qu’une 106 électrique était ‘indiquée’ consommer 20 kWh pour 100km : Intéressant, car vérifiable ...En effet, en écrivant les unités en entier pour les gens peu formés ou qui ont oublié : 1Watt= 1Joule par sec, d’où 1Watt.heure = 3600Joules Avec le fondamental 1cal=4,18 J , on a 1 Wh=3600/4,18= 861 cal Alors 20 kWh = 861 x20 000=17 225 000 cal =17 225 kcal Or l’essence a un Pouvoir Calorifique Inférieur (l’eau se condensant à l’extérieur ne fournit pas sa chaleur latente de condensation aux moteurs)= environ 7600 kcal par litre, Alors 20 kWh/100 km correspondraient à (17 225 /7 600) litres/100 km = 2,26 litres/100..... Ce qui est en gros la moitié d’une 106 thermique ( env 5l /100 moyenne tous usages ....) et correspond plutôt bien au rendement moteur électrique plus de deux fois supérieur au rendement moteur thermique. Alors : tous en voiture électrique ??? Pas si simple ! Il faut commencer par moduler la chose par le rendement énergétique ( Wh utile/Wh chargé) de la batterie : pour celles au plomb notablement moins coûteuses de toutes = 70%, Puis entrer le coefficient d’auto décharge = 5% pour celles au plomb ( la meilleure de toutes, et NiCd la pire à 30%...) Avec 0,85 pour le moteur électrique x 0,70 x 0,95 on n’est plus qu’à 56% de vrai rendement, soit seulement environ 1,5 fois celui du moteur thermique. Alors : toujours tous en voiture électrique ??? Pas si simple ! Remontons un peu la généalogie de la source des électrons fournis à la batterie, comparant Joule utilisable pour Joule intrinsèquement inclus dans la source elle-même : nucléaire environ 10% ; charbon env 15 % ; éolien et solaire env 7% (ratio puissance nominale installée/ puissance moyenne annuelle livrée, toutes les autres valeurs vantées par constructeurs et autres intéressés ne sont que de la musique de flûtes enchanteresses) BADABOUM... le rendement total ‘électrique’ dégringole en gros entre 0,56x015=0,08 pour la source charbon et 0,04 pour le vent et le soleil... soit environ respectivement le quart et le huitième du rendement d’un moteur thermique.... La chlorophylle se dégrade vite à l’automne des vérités..... PAF 71

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    2 octobre 2012, par foreurs  
    Commentaire pour ‘PAF 71’ ‘peyo’ avait ouvert la voie du bon sens concernant les voitures électriques, merci pour la suite encore plus percutante ! BADABOUM... Les bobos grands prêtres de la voiture électrique se donnent bonne conscience lors de l’utilisation qui pollue moins, mais ‘oublient’ les pollutions antérieures bien plus importantes du charbon et du nucléaire ! Coups de bambous supplémentaires : Pour utiliser l’engin de jour, il faut charger la nuit...alors : adieu les panneaux solaires.... Et la météo enseigne que l’absence de soleil la nuit rend les échanges thermiques bien faibles, et donc les brises nocturnes bien molles la plupart du temps... Alors : mettez une dynamo sur le vélo d’appartement, c’est plus sûr... et meilleur pour la santé ! Vous avez raison : la chlorophylle jaunit vite sous les fraîcheurs de la vérité ! K’gnass

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    2 octobre 2012, par pehache  
    Dites, chez les foreurs c’est trop compliqué d’avoir chacun son compte et son pseudo ?

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    2 octobre 2012, par foreurs  
    Cher ’’pehache’’. Votre bon sens nous avait déjà intéressé et vous honore. Tout un chacun est libre de s’exprimer individuellement hors de l’Amicale, mais avec les risques associés d’inexactitudes majeures et de dérapages verbaux... que nous réprouvons. Lorsque le message est produit au nom de l’Amicale des Foreurs, nous préférons contrôler les informations et les données qui nous sont inconnues, et parfois demander de mineures modification pour maintenir essentiellement un esprit d’ironie constructive. Cordialement. FOREURS

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    2 octobre 2012, par Perplexe  
    Avec un raisonnement de foreur, on en déduit que le cout de l’énergie est indépendant de la capacité de production et de la consommation. Pourtant EDF nous a appris qu’il y avait au moins deux tarifs, heures pleines et heures creuses(la nuit c’est moins cher !) ; il existait même autrefois une offre EJP, effacement jour de pointe. Les prêtres du tout électrique, Renault par exemple qui est un industriel respectable a pour objectif 10% de la production en électrique, les autres constructeurs la situant entre 5% et 10%. Avec le développement des compteurs dits "intelligents", on peut penser que le chargement électrique aura pour effet de lisser la consommation, donc de réduire l’utilisation de centrales thermiques à énergie carbonée. C’est peut-être ce qui déplait...

  • > Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    3 octobre 2012, par foreurs  
    La perplexité est maintenant ici... ! Il n’a nullement été question de coûts et tarifs, les fournisseurs ’’saucissonnent ’’ comme ils veulent... Le sujet est bien plus restreint quoique fondamental, n’ayant rien à voir avec les forages... Il fut seulement comparé les rendements d’une même unité d’énergie initiale contenue dans deux sources (hydrocarbures pour les moteurs thermiques, électricité pour les prototypes zélectrik ), au travers de différentes filières de production d’électrons pour aboutir à faire 100km avec un véhicule ’tout électrique’ précis, comparé au même ’tout essence’. A quelques astuces constructives près, le résultat ne changerait que très peu : la filière électrique présente le rendement global le plus désastreux. Et de celà, les constructeurs des dits véhicules se contrefichent allègrement... ils ne voient qu’un marché qui s’ouvre... Comme vous, nous espérons que le ’lissage’ nocturne de la consommation, donc de la production permettra de réduire la mise en service de centrales ’charbon’ (les plus polluantes en CO2 de toutes....), mais nous maintenons la conclusion que les véhicules électriques sont la filière énergétique la moins efficace, et de très loin. FOREURS

  • > Les foreurs approximatifs
    3 octobre 2012, par Autochtone palois  

    "les véhicules électriques sont la filière énergétique la moins efficace", écrivent les foreurs-shadocks.

    Il s’agirait plutôt de la filière la moins efficiente : si on la compare à d’autres filières, les "moyens énergétiques" mis en oeuvre pour arriver au même résultat sont plus importants.

  • > Les foreurs approximatifs
    3 octobre 2012, par peyo  

    Les foreurs ont écrit "les véhicules électriques sont la filière énergétique la moins efficace"

    et Autochtone écrit "la filière la moins efficiente"

    Donc, concernant les véhicules électriques ils sont bien d’accord, ce n’est pas "présentement" une solution convenable :

    les véhicules électriques avec leur chaîne d’alimentation en énergie (tels qu’ils sont actuellement) ne sont
    -  ni efficaces (= qui produit l’effet attendu) pour suppléer les énergies fossiles sans créer d’impact additionnel, en amont, sur l’environnement
    -  ni efficients (= qui aboutit à de bons résultats) pour leur rendement énergétique

    A revoir donc, si une nouvelle filière d’auto à énergie électrique peut être imaginée avec un meilleur bilan global.

  • > Les foreurs approximatifs
    3 octobre 2012, par Rêveur des villes  

    Je ne sais pas pourquoi la voiture à pile à combustible est soi-disant beaucoup trop chère.

    En théorie, ça permettrait une bonne utilisation des énergies intermittentes (solaire et éolien) : production d’hydrogène, liquéfié ensuite pour remplir les réservoirs...

    Il y a une station expérimentale à hydrogène en Islande, mais bon...

  • > Les foreurs approximatifs
    3 octobre 2012, par Rêveur des villes  
    Je précise... production d’H2 à partir d’eau (H2O) par électrolyse. Evidemment, le rendement global n’est pas très élevé mais il s’agit d’une consommation d’énergie "propre" et pas nucléaire ou fossile comme avec la voiture électrique.

  • > Les foreurs approximatifs
    3 octobre 2012, par Louis H  

    Rêveur énonce

    "...la pile à combustible... En théorie, ça permettrait une bonne utilisation des énergies intermittentes (solaire et éolien) : production d’hydrogène, liquéfié ensuite pour remplir les réservoirs..."

    Le rêve au pouvoir ou le délire ! Parce de l’hydrogène liquide ça signifie être à 20°K soit -252°C et surtout pouvoir garder les réservoirs à cette température, comme ça s’est pratiqué pour les navettes spatiales américaines. S’il faut les moyens de la NASA, ça augure mal d’une banalisation de l’hydrogène liquide-carburant.

    Et un coût incontournable et totalement prohibitif. Une consommation d’énergie considérable pour descendre l’hydrogène à cette température en évacuant les calories ("le cycle de Claude", du nom du savant français) avec des refroidissements en cascade, associant une première étape de refroidissement à -196°C (à l’azote liquide, facile) puis des cycles compression/refroidissement/détente, pour parvenir à -252°. Une bagatelle pour savant Cosinus : liquéfier 1kg d’hydrogène ça consomme 15 fois plus d’énergie que pour liquéfier 1kg de gaz azote !

    [Seul exemple actuel la BMW 7, un concept de voiture BMW avec moteur à hydrogène liquide qui a été confié à la NASA pour des tests] Allez Rêveur, soignez votre entrainement. Le vélo a encore de beaux jours devant lui.

  • > Les foreurs approximatifs
    4 octobre 2012, par Rêveur des villes  

    Je pensais effectivement arrêter le vélo pour m’acheter une voiture à hydrogène, mais visiblement, vous me condamnez à reprendre l’entraînement !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Stockage_d%27hydrog%C3%A8ne#cite_note-9

    "Une technique développée plus récemment pourrait permettre une utilisation plus facile de l’hydrogène liquide : c’est la solution cryo-compressée. Tout comme pour le stockage liquide, l’hydrogène est refroidi à de très basses températures (autour de 20.3 K). L’originalité de la technologie est d’utiliser des réservoirs haute pression. Ainsi, lorsque l’hydrogène se réchauffe et montre en pression sous l’effet de l’apport de chaleur du milieu environnant (comme dans une cocotte-minute), la pression finale avoisine 350 bars (voir par exemple le réservoir liquide développé sur la voiture BMW Hydrogen 7). Par comparaison, un réservoir d’essence traditionnel ne supporte que quelques bars. Suivant la plupart des scénarios de conduite, cette pression limite de 350 bars serait très rarement atteinte (par le fait que la pression et la température diminuent dans le réservoir au fur et à mesure que l’hydrogène est consommé).

    La technologie cryo-compressée est parmi les plus efficaces en termes de stockage volumétrique et massique : le ministère de l’énergie américain a publié des valeurs cibles en termes de capacité de stockage embarquée pour l’hydrogène [8] et la technologie cryo-compressée a d’ores et déjà atteint les valeurs recommandées pour 2015[9].

    Notons enfin que cette technologie est la moins onéreuse parmi les différentes formes de stockage en cours d’étude : le coût pour l’utilisateur final (incluant les coûts nécessaires à la production, la liquéfaction, la transport et la distribution de l’hydrogène) est estimé à $0.12 par mile (soit un peu moins de 0.06 Euros par km) alors qu’ils sont de $0.05 à $0.07 par mile (de 0.024 à 0.034 Euros par km) pour un véhicule essence traditionnel"

    Bon, c’est Wikipedia, ça vaut ce que ça vaut, peut-être rien...

  • > Les foreurs approximatifs
    4 octobre 2012, par Rêveur des villes  
    d’ailleurs, leur conversion € / $ est fausse !

  • > Les foreurs approximatifs
    4 octobre 2012, par Rêveur des villes  

    Une consommation d’énergie considérable pour descendre l’hydrogène à cette température

    Faudrait que je retrouve les références, mais il me semble avoir lu que le rendement sur l’ensemble de la chaîne : éolien - électricité - H2 - liquéfaction - moteur à pile à combustible était semblable à celui avec un moteur électrique : éolien+thermique ou nucléaire - électricité - batterie - moteur électrique.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Dur, dur... durable
    Réflexions sur l’évolution des rapports de l’homme avec son environnement.
    L’homme, pendant des siècles, a suivi une bonne étoile...
    Une électricité nucléaire « sans peur et sans reproche » ?
    Pau : Square des Prémontrés
    Notre-Dame des Landes ? Des cabanes dans des arbres qui cachent la forêt.
    Gaz de schiste, le vent tourne !
    Les inondations de Lourdes, Sandy et nous
    Il faut sauver Zilbeti, forêt enchantée des Pyrénées !!
    Faune sauvage et route, le travail de "STOP IMPACT !"
    L’Amicale des Foreurs met les points sur les "i" !
    Il y a des priorités « prioritaires » !
    Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    Complainte d’un foreur repenti
    Gaz de schistes : Echanges entre Corinne Lepage et les "Foreurs"
    Droit de réponse pour les blaireaux
    Gaz et huiles de schiste : N’en faisons pas une nouvelle affaire DREYFUS
    Energie : courage fuyons !
    Gaz de Schiste : Les foreurs interpellent Delphine Batho
    Un autre cumul à combattre : celui des atteintes à notre qualité de vie



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises