Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?

lundi 10 septembre 2012 par Georges Vallet


Depuis quelques jours l’effervescence gagne certains agriculteurs, surtout ceux qui ne pratiquent pas l’agriculture biologique. Après les « mauvaises herbes », beaucoup d’insectes, les loups, les ours, les vautours, le renard, les sangliers, les rongeurs, etc...ils faut maintenant éradiquer le Blaireau ! A qui le tour après ?

La faim justifie les moyens

En admettant que le blaireau soit responsable de tous les dégâts qu’on lui attribue, ce qui reste à vérifier, car avec les ours, les vautours, et les chiens errants, la course au dédommagement est bien connue. Le faire classer parmi les espèces nuisibles est-il le but recherché ?

Il conviendrait de ne pas se limiter au seul constat des conséquences pour s’irriter, mais de se pencher sur les causes réelles afin, éventuellement, de les comprendre, pour, si possible, les supprimer ou les atténuer.
Le blaireau, en voie de disparition dans certaines régions, protégé chez plusieurs de nos voisins européens : Belgique, Angleterre, Irlande, Pays-Bas, Danemark, Portugal, Espagne, Italie et Grèce, a un gros défaut, selon les chasseurs et agriculteurs, il faut qu’il mange !

Le Blaireau, dans un milieu équilibré, est un omnivore dont le régime évolue en fonction des saisons, suivant les opportunités que la nature lui offre. C’est en automne qu’il passe le plus de temps (jusqu’à 10 heures par jour) à se nourrir : lombrics, insectes : Coléoptères, chenilles, nids de guêpes (160 guêpes ont été trouvées dans une crotte !), oeufs (parfois oiseaux qui nichent ou dorment à terre), cadavres (surtout en hiver), campagnols, taupes, Lapins, crapauds. Il consomme aussi des bulbes, myrtilles, framboises, avoine, blé, champignons, épis de maïs, herbes et trèfle en hiver. Plus carnivore au printemps et au début de l’été, plus végétarien à la fin de l’été et en automne (fruits et céréales).

D’après l’énumération ci-dessus, on voit que c’est un animal écologiquement utile, car, avec son régime omnivore, il participe à la régulation des individus qui peuvent devenir trop nombreux. Comme beaucoup de mustélidés, il peut consommer des centaines de souris. C’est donc un excellent auxiliaire de l’agriculteur, comme tous les maillons de l’écosystème ager ; grâce à lui, les dépenses pour la protection des cultures peuvent être réduites. Comme quoi les nuisibles peuvent être utiles !

Il lui arrive de prélever des épis de maïs dans les champs, mais cet écart de régime ne se produit qu’en cas de disette. Nous y sommes ! Si on affame, il ne faut pas s’étonner d’être volé ! La monoculture du maïs a créé cette disette. Pourquoi ?

• Le maïs occupe une surface considérable qui a fait disparaître de nombreuses niches refuge comme les taillis et les boqueteaux où il peut se cacher et se reproduire.
• Il a fait aussi disparaître les espaces peuplés de fleurs (insectes) et de fruits sauvages.
• La polyculture et le polyélevage lui procuraient des sources de nourriture variée possible, comme les plantes à bulbes, arbres fruitiers, vignes, oeufs, etc...
• Les engrais et pesticides, en détruisant des insectes(coléoptères, chenilles, etc... ), éliminent en même temps les batraciens : grenouilles du fait du drainage des zones humides, crapauds, etc.. les vers de terre disparaissent pour ces mêmes raisons des champs de maïs, comme les hérissons.
• Les pesticides censés lutter contre les rongeurs font disparaître beaucoup de campagnols, etc...et leurs prédateurs : serpents, rapaces variés, etc...
• L’association irrigation drainage remplie les fossés d’eau polluée et la mort de la faune venant y boire.
• L’utilisation des herbicides, la chasse , éliminent les lapins et autre gibier de son repas.
• La circulation automobile, les granulés contre les limaces et escargots font progressivement disparaître les hérissons.
• Les ennemis du blaireau sont décimés : lynx, loup, renard, gros rapaces.,etc.. Il n’en reste qu’un : l’homme et il s’y emploie avec détermination et efficacité, pas suffisamment pour certains !
Finalement, il ne lui reste plus grand chose à se mettre sous la dent ! Affamé, l’homme lui offre une source de nourriture inespérée, de jeunes épis de maïs bien tendre ! Que faire ?
• Bien identifier les vrais responsables et changer de comportement agricole ; moins produire ne veut pas dire moins gagner ! Les dépenses nécessaires augmentent chaque année : matériel, carburant, engrais, arrosages, drainage, traitements herbicides et pesticides, nécessité d’acheter des semences chaque année, etc...., alors que le prix du grain stagne ou baisse au gré de la spéculation. Ces investissements financiers risquent fort de ne pas être positifs, même sur le court terme car le maïs, dans nos régions, est probablement une culture en voie de disparition ; il serait préférable, compte tenu des prévisions climatiques, que les syndicats agricoles stimulent les recherches et les conseils vers des cultures beaucoup moins exigeantes en eau l’été. Hélas, le recyclage est impossible pour beaucoup de petits agriculteurs, compte tenu des dettes contractées. Les gros rachèteront les terres bon marché, continueront à enrichir les trusts agrochimiques et pollueront un peu plus terres et nappes phréatiques.
• L’option de certains consisterait à rendre nos campagnes azoiques par destruction systématique des restes de haies, de bois, et de qui peut mordre dans le maïs ! Nous progressons actuellement dans cette voie. Quelle belle campagne on nous prépare ! Certains veulent défendre la tradition ; c’est peut-être le moment de donner de la voix !
• Les grandes surfaces payent des vigiles pour surveiller leurs « revenus » ! Les agriculteurs manquent de vigiles ! Pour éviter que les vaches quittent le pré, les fermiers disposaient un fil électrifié autour, l’efficacité est garantie, rentable surtout quand il faut aussi se protéger des cerfs ou des sangliers.

La chasse, une nouvelle démarche pédagogique pour l’étude de la nature.

1°) Du jeudi 13 au dimanche 16 septembre : parcours nature initiatique sur la faune sauvage ou la faune et la flore de nos plaines et de nos Pyrénées. Animations élaborées par la fédération Départementale des chasseurs. Foire de Pau 2012. (4 pages dans les boîtes à lettres avec la participation de Total, CCI, C.A., Idelis, PPP....)

2°)Un partenariat a été signé le 4 mars 2010 entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permettant aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. On est en droit de se poser des questions.

Les chasseurs ont-ils une légitimité pédagogique ? L’examen pour l’obtention du permis de chasser est-il une valeur sûre pour enseigner à des adultes et à des enfants des écoles primaires ?
Les chasseurs ont-ils une légitimité morale en initiant les enfants et les adultes à tuer les animaux ?
Les chasseurs ont-ils une légitimité scientifique ? Sont-ils capables de décrire un écosystème dans sa globalité ? Ont-ils une solide formation sur le monde des bactéries, champignons microscopiques, l’ensemble des invertébrés, etc.. qui assurent le fonctionnement des écosystèmes.
Les chasseurs ont-ils une légitimité écologique ? Ce n’est pas évident ; en relâchant dans la nature annuellement près de 20 millions d’animaux élevés (perdrix, faisans, lièvres, canards...) afin d’avoir suffisamment de « cibles » vivantes, en détruisant systématiquement les prédateurs (renards, martres, etc.) considérés comme concurrents, qualifiés de nuisible, en nourrissant et agrainant les animaux sauvages, les chasseurs ne peuvent prétendre « réguler » la faune. Les motivations officielles sont le contact avec la nature (99%), la convivialité (93%) et l’entretien des territoires (89%). Pourquoi, alors, ont-ils besoin de fusils ?

- par Georges Vallet

Crédit photo : cabranledanslemanche.blogspirit.com


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
10 septembre 2012, par Père Ubu  

Cornegidouille, Georges demande à qui le tour après ? Je connais un autre omnivore qui cause pas mal de dégâts dans la nature mais qui est assez malin pour faire accuser les autres. A quand l’ouverture de la chasse à l’homme ?

  • > Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    10 septembre 2012, par Perplexe  
    Un des invariants de l’écolo militant est ici utilisé : il s’agit du système en équilibre. Je n’y connais pas grand chose, mais je sais au moins qu’il n’y a jamais eu d’équilibre ; le modèle le plus simple d’un système à proie et prédateur conduit à un cycle limite : http://images.math.cnrs.fr/L-histoire-mouvementee-des-cycles.html

  • > Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    10 septembre 2012, par pehache  
    Ca reste un équilibre, puisque le système revient spontanément à un cycle caractérisque quoi qu’il arrive.

  • > Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    12 septembre 2012, par Larouture  

    Généralement, les modèles décrivent un phénomène. Ils n’ont pas forcément un caractère prédictif. Or c’est le côté prédictif que semble privilégier votre commentaire.

    Je trouve très intéressant l’article de M. Vallet.

  • > Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    10 septembre 2012, par le coq  

    Les "vieux chasseurs" n’ont aucune légitimité : la chasse en fauteuil se fait via internet.

       
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Dur, dur... durable
    Réflexions sur l’évolution des rapports de l’homme avec son environnement.
    L’homme, pendant des siècles, a suivi une bonne étoile...
    Une électricité nucléaire « sans peur et sans reproche » ?
    Pau : Square des Prémontrés
    Notre-Dame des Landes ? Des cabanes dans des arbres qui cachent la forêt.
    Gaz de schiste, le vent tourne !
    Les inondations de Lourdes, Sandy et nous
    Il faut sauver Zilbeti, forêt enchantée des Pyrénées !!
    Faune sauvage et route, le travail de "STOP IMPACT !"
    L’Amicale des Foreurs met les points sur les "i" !
    Il y a des priorités « prioritaires » !
    Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    Complainte d’un foreur repenti
    Gaz de schistes : Echanges entre Corinne Lepage et les "Foreurs"
    Droit de réponse pour les blaireaux
    Gaz et huiles de schiste : N’en faisons pas une nouvelle affaire DREYFUS
    Energie : courage fuyons !
    Gaz de Schiste : Les foreurs interpellent Delphine Batho
    Un autre cumul à combattre : celui des atteintes à notre qualité de vie



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises