Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

La démocratie est-elle recyclable ?

lundi 2 juillet 2012 par Oscar du Pont


Il ne vient plus l’idée à grand monde aujourd’hui de contester la nécessité d’adopter un comportement responsable dans notre relation avec la nature. Mais la politique est-elle le meilleur moyen pour nous convaincre de passer de la parole aux actes ?

Reconnaissons que les choses se sont nettement améliorées depuis une cinquantaine d’années, la prise de conscience s’étant fortement accélérée depuis peu, c’est vrai, avec le brutal réchauffement de la planète et ses effets devenus perceptibles et inquiétants. Nous trions nos déchets, nous ne jetons plus notre huile de vidange dans les caniveaux ni nos vielles ferrailles dans les lacs, nous mesurons et améliorons notre consommation énergétique dans nos maisons, dans nos voitures, le vélo et la marche font un grand retour, comme les transports collectifs dans les cités et les LGV entre elles. Polluer coûte de plus en plus cher à nos portemonnaies, la seule punition qui compte vraiment. Mais bien entendu tout cela est encore insuffisant et les perspectives sont aussi opaques que le ciel de Pékin.


Oui, c’est vrai, comme le souligne Georges Vallet dans son article " L’écologie a-t-elle un contenu politique ? ", l’écologie est souvent prétexte à toutes sortes de dérives commerciales. Les marchands à l’ affût de l’air du temps nous proposent un joyeux saupoudrage eco-quelque chose sur tout ce qui peut être vendu et repeint en vert, irritant les « écolorthodoxes » qui voient en eux des pollueurs sans scrupules. Mais sommes-nous tellement dupes et faut-il vraiment les condamner pour faux et usage de faux, alors même que les mêmes écologistes soulignent à raison l’effet scalaire sur la croissance de notre économie d’une véritable rupture écologique et qu’ils contribuent donc eux aussi, à leur manière, à l’éveil de notre inconscient collectif et à la démonstration sans doute un peu hâtive de cette ambitieuse promesse ?

Nous le savons tous, la prise en compte du caractère fini de notre planète s’imposera à nous un jour. En revanche, ce qui sépare les écologues de la grande majorité des citoyens c’est essentiellement la question du modèle de transition et celle de la date butoir au-delà de laquelle il serait trop tard. Pour les premiers, le panneau Stop est déjà dépassé. L’urgence est à ce point grande qu’il y a lieu de prendre des mesures immédiates et radicales. Paradoxalement, ils peinent d’autant plus à se faire entendre que le tableau qu’ils nous proposent pour nous convaincre, d’un monde courant à sa perte est terrifiant. Tellement terrifiant qu’il semble que personne sauf eux, ne soit capable d’en supporter la possible réalité et que tous, nous ferions semblant de ne pas comprendre. Mais avons-nous la tête dans le sable, comme des autruches apeurées ou le message qui nous parvient est-il déformé par le filtre à grosses mailles de la démocratie et de la politique au point de ne plus être audible ?

A ce propos, Georges Vallet s’est efforcé de nous démontrer que les valeurs traditionnelles dites de droite étaient antinomiques avec les nécessaires changements sociaux que la prise en compte des contraintes de l’écologie devront nous imposer.

"L’idéologie individualiste de la droite est totalement incompatible avec une société qui perdure. L’écologie politique ne peut que s’inspirer des principes de la gauche : favoriser les actions collectives régulées, sans être réduite à sa seule dimension environnementale, ce qui est le cas actuellement."

A supposer que cela soit vrai, ne serait-il pas raisonnable de s’inquiéter de ne pas être entendu par la moitié de la population qui n’adhère justement pas à des valeurs dont on nous dit qu’elles seraient les préalables à cette nécessaire évolution ? De même la radicalisation des opinions politisées irait à l’encontre des objectifs poursuivis. En usant d’un peu de provocation, la perspective poussée à sa limite d’un monde décroissant, où l’essentiel des acquis de notre civilisation depuis deux siècles , à commencer par la liberté individuelle, devrait être abandonné au profit d’une économie toujours plus grande de ressources toujours plus limitées à partager entre des humains toujours plus nombreux, est-elle acceptable telle quelle ? Ou ne s’apparente-t-elle pas en tout état de cause à une sorte de fin du monde, dont la seule variable d’ajustement est ici encore la date ? Quand ? Alors pourquoi faudrait-il sacrifier ce qui nous reste, renoncer à ce qui nous distingue pour que ce « quand » soit repoussé d’une ou deux générations ? On voit bien que le débat ne peut réellement s’engager sur ces termes.

Mais, est-il sérieux de parler encore de droite et de gauche, s’agissant des intérêts supérieurs de l’humanité, s’il s’agit bien d’eux ? Par une sorte d’artifice syllogistique, l’écologie serait de gauche d’abord parce qu’elle ne peut être de droite . En d’autres termes et si on définit les valeurs de droite comme donnant plutôt la primauté à l’individu sur le groupe, il faudrait en déduire que l’individu s’oppose par essence (si j’ose dire..) aux valeurs communes du groupe, à ses règles ou à des objectifs qui s’imposent à lui s’il veut vivre en société ? Bien évidemment non.

On peut même soutenir que le politique en s’emparant du thème écologique, l’a dénaturé, en a modifié le contenu et les objectifs et l’a soumis à d’autres priorités, sociales ou philosophiques qui constituaient souvent un substrat sur lequel l’écologique ne fut implanté que comme le succédané d’un radicalisme politique en recherche de nouveaux relais.

Alors ne serait-ce pas la démocratie qui serait le véritable adversaire de l’écologisme, tant sont impopulaires les mesures qui nous sont annoncées comme devant être prises d’urgence car la « nature n’attend pas » ? Si la Nature nous a déclaré la guerre et veut notre fin parce que nous ne l’avons pas entendue, le moment est donc venu de donner les pleins pouvoirs à des généraux et à leurs états-major savants, seuls à même de nous défendre contre nos propres errements et de nous préserver d’un cataclysme. Et cet objectif ne saurait être soumis à l’appréciation de ceux qui n’ont pas les moyens de comprendre ou qui font semblant de ne pas entendre. On voit bien ici encore à quel genre de totalitarisme cela nous mènerait.

Alors la voie de la raison est probablement ailleurs. Elle passe par la fixation des modalités acceptables d’une transition douce même si l’idéal nous commanderait d’aller directement à l’objectif car il y a urgence. Tant pis, il fallait commencer avant par autre chose que ce que l’écologie politique nous a proposé dans sa jeune histoire, dans le genre thérapie de groupe et autres projets fumeux et fumés.

Je prends un exemple : l’idéal serait de supprimer toutes les voitures tout de suite. Objectif évidemment inatteignable, même à moyen terme. Par contre supprimer les Diesel dans les nouvelles voitures avant 5 ans, c’est peut-être jouable. C’est insuffisant ? Oui, mais ça montre le sens de la pente. Autre exemple, le nucléaire. Ne pas donner une chance à la 4ème génération ou détruire immédiatement les installations actuelles, sans être en mesure de présenter des alternatives durables crédibles ne passera probablement jamais dans l’opinion française, même si on lui agite des Fukushima sous le nez. Même pas peur ! Il faut donc chercher des compromis, féliciter les marchands de yaourts bio ou eco plutôt que de les décrier, accepter d’enfouir le CO2 plutôt que de le libérer dans l’atmosphère ou de « raisonner » l’agriculture plutôt que d’essayer de vendre des salades avec des bestioles dedans. Ou ne pas refuser a priori les recherches sur les OGM qui apporteront peut-être des réponses à des problèmes majeurs comme celui de l’eau. Ou peut-être pas.

Soyons simplement pragmatiques, ouverts, patients, pédagogues, tolérants. Trouvons des moyens d’incitation efficaces parce qu’ils sont acceptés. Usons des méthodes de communication du monde marchand, tant abhorré pour ses excès, mais tellement efficace. Cessons les vaines harangues et les discours dogmatiques ou trop éloignés du thème principal et soyons fiers de chaque pas fait dans la bonne direction plutôt que découragés par tout ce qui reste à faire et l’insupportable inconscience de nos concitoyens. Qu’on l’accepte ou non, la voie politique ne sera jamais celle qui portera le message de l’écologie dans nos démocraties. Car on voit bien ce qu’elle implique de combinaisons politiques et de compromissions personnelles pour ceux ou celles qui s’y aventurent.

Car l’écologie politique ne nous offre rien de bien différent dans le fond, de ce qui nous est proposé ailleurs sous d’autres emballages tout aussi peu recyclables et dont la transparence et les dates de fraicheur laissent franchement à désirer.

- par Oscar du Pont

Image : Blog Tant mieux , Blog ecolo en milieu urbain


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> La démocratie est-elle recyclable ?
3 juillet 2012, par Georges Vallet  

Mon cher Oscar

Votre intéressante intervention montre que mon texte ne vous a pas laissé indifférent. C’est effectivement un sujet majeur dont dépend le sort de l’humanité. Quelques éléments de réflexion sur ce texte.

1°)« Reconnaissons que les choses se sont nettement améliorées depuis une cinquantaine d’années, la prise de conscience s’étant fortement accélérée depuis peu »

Sans aucun doute, le développement de l’ère industrielle au XIXème et XX ème siècle a contribué largement à l’augmentation du taux de CO2 ; nous en subissons maintenant les retombées mais nous en rajoutons, pour nos enfants !. La prise de conscience médiatique, en France, disons pour simplifier, remonte à 1974 avec René Dumont. Depuis, les paroles, les engagements nationaux et internationaux se sont multipliés mais, reconnaissons-le, sans effets significatifs car les actes n’ont pas suivi !

2°)« Nous trions nos déchets, nous ne jetons plus notre huile de vidange dans les caniveaux ni nos vielles ferrailles dans les lacs »

Il y a du mieux c’est vrai, mais les dépôts sauvages sont encore nombreux ! Ces comportements que vous évoquez sont bénéfiques mais ne s’attaquent pas au problème ; trier les déchets ne fait pas diminuer la quantité, il diminue le volume par un classement, permet le recyclage d’une partie d’entre eux mais n’empêche pas de continuer à en produire, donc polluer de plus en plus !

3°) « Nous mesurons et améliorons notre consommation énergétique dans nos maisons, dans nos voitures »

La démarche serait valable si, en même temps, on ne produisait pas plus de voitures et de maisons ; l’économie est annihilée par la production supplémentaire !

4°)« le vélo et la marche font un grand retour, comme les transports collectifs dans les cités et les LGV entre elles. »

Transports collectifs : c’est bien, à condition qu’ils soient utilisés ; cela n’apparaît pas vraiment le soir à 17h30 dans mon quartier ! Quant aux LGV, plus on va vite, plus on consomme ; d’autre part ils ne servent pas au transport des camions et des marchandises.

5°)« Ce qui sépare les écologues de la grande majorité des citoyens c’est essentiellement la question du modèle de transition et celle de la date butoir au-delà de laquelle il serait trop tard. Pour les premiers, le panneau Stop est déjà dépassé. L’urgence est à ce point grande qu’il y a lieu de prendre des mesures immédiates et radicales »

Je rappelle que les écologues sont les scientifiques qui font de l’écologie, ils ne se chargent pas du modèle de transition !. Le terme qui convient est plutôt celui d’écologistes : citoyens et politiques qui participent aux débats, qui militent pour une politique qu’ils jugent bonne, sans forcément, et c’est le plus souvent le cas, avoir une connaissance appropriée dans ce domaine, d’où les positions ou les actions déraisonnables. Le panneau Stop !!! Cette notion parle peut-être au citoyen moyen, mais ne correspond pas à une réalité. Il est presque impossible de chiffrer une limite d’irréversibilité, cela dépend de la fiabilité de l‘évaluation, du sujet évalué et de l’endroit. Dans les zones de pêche à la morue, du thon rouge en méditerranée, le long des côtes africaines où les chalutiers chinois exterminent les ressources halieutiques dont vivaient les habitants locaux, on peut parler d’un panneau dépassé. Les jeunes sont obligés de s’expatrier dans des conditions inhumaines, de venir chez nous par exemple où le panneau de tolérance à l’entrée est dépassé. Dans ces domaines-là, c’est vrai, des mesures radicales sont à prendre.

6°)« Mais avons-nous la tête dans le sable,.... ou le message qui nous parvient est-il déformé par le filtre à grosses mailles de la démocratie et de la politique au point de ne plus être audible ? »

Nous ne faisons pas semblant ; en général, nous ne comprenons pas. Ce n’est pas de notre faute, notre enseignement est tel qu’il ne nous prépare pas à cette compréhension. L’enseignement scientifique, de la biologie particulièrement, est réservé à certains et, de plus, il est volontairement programmé pour alimenter la technologie et non la recherche fondamentale, seule capable de créer du nouveau. Il est fui par la grande majorité des jeunes, l’ensemble de la classe politique, le monde des dirigeants d’entreprise et des décideurs.

7°)« À supposer que cela soit vrai, ne serait-il pas raisonnable de s’inquiéter de ne pas être entendu par la moitié de la population qui n’adhère justement pas à .. Alors ne serait-ce pas la démocratie qui serait le véritable adversaire de l’écologisme,

Les besoins économiques nous transforment en consommateurs-jeteurs insatiables ; nous votons pour conserver cet avantage ! Comment sortir de cette addiction ? Sûrement pas par la morale des écologistes, les conseils ne sont jamais suivis, d’autant plus que des experts « sérieux » nous démontrent qu’il faut croître et multiplier non seulement entre nous mais au niveau de la production et la consommation ! La solution est dans la connaissance, l’éducation, la recherche ;

8°)« Il faudrait en déduire que l’individu s’oppose par essence (si j’ose dire..) aux valeurs communes du groupe, à ses règles ou à des objectifs qui s’imposent à lui s’il veut vivre en société ? Bien évidemment non. »

La politique néolibérale est basée sur le culte de la réussite individuelle, de la lutte pour être le plus fort, le plus beau ... ; Il faut éliminer les autres pour augmenter son pouvoir. Cet individu, « par essence », ne pense qu’à lui et à ses intérêts ; les autres sont des laissés pour compte, parfois considérés comme faignants et profiteurs... On en voit les retombées sur la réussite du collectif dans les résultats de certaines équipes de foot !

9°)« Soyons simplement pragmatiques, ouverts, patients, pédagogues, tolérants. Trouvons des moyens d’incitation efficaces parce qu’ils sont acceptés. »

Tout à fait d’accord mais cela fait une quarantaine d’années que certains ont ces qualités ; ils n’ont apparemment pas trouvé les moyens incitatifs qui conviennent ! Vous évoquiez plus haut le porte-monnaie, cela me paraît une bonne idée !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    5 juillet 2012, par Oscar du Pont  

    A la lecture de vos commentaires tous fort interessants , mais un rien convenus quand-même, cher Georges, j’aurais tendance à dire que, ce qui distinguerait une écologie de gauche d’une écologie de droite, serait pour la première, une inextinguible capacité à poser les problèmes, à rechercher les fautifs pour les fustiger et à s’enfermer dans des considérations toutes fort louables mais peu utiles à la recherche de solutions. Et évitant soigneusement les sujets susceptibles de porter en eux-mêmes des contradictions insupportables du point e ue strictement dogmatique . (l’exemple de la démographie)

    Tandis qu’une écologie de droite passerait sans doute moins de temps à exposer des attendus et davantage à tenter de rechercher des solutions acceptables socialement, éventuelleent transitoires et incomplètes, mais pragmatiques .

    Ni l’une ni l’autre n’étant d’ailleurs tout à fait exemptes des tabous de "son" politiquement correct,

    Y compris quant vous confondez libéralisme économique et morale sociall en écrivant ceci :

    La politique néolibérale est basée sur le culte de la réussite individuelle, de la lutte pour être le plus fort, le plus beau ... ; Il faut éliminer les autres pour augmenter son pouvoir. Cet individu, « par essence », ne pense qu’à lui et à ses intérêts ; les autres sont des laissés pour compte, parfois considérés comme faignants et profiteurs... On en voit les retombées sur la réussite du collectif dans les résultats de certaines équipes de foot !

    Hayek en aurait été extrêmement choqué...

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par paysaa  

    Juste trois remmarques :

    -  IL est inexact d’ évoquer le caractère fini de le Terre car elle est en constante évolution au sein d’un système solaire lui même en mouvement dans un univers en expansion..

    -  L’écologie est forcément politique (au sens noble du terme) car elle nous oblige à repenser la cité et à remettre en cause notre façon de la gouverner.Etc, etc, etc. Et je suis assez d’accord avec G. Vallet pour dire qu’elle est plus naturellement proche des valeurs de justice et de solidarité portées par la gauche socio-démocrate plutôt que de la culture de la compétition à outrance et de l’individualisme forcené qui caractérise la droite libérale.

    -  Pour pouvoir lutter efficacement contre le gaspillage des ressources naturelles et la pollution de notre environnement l’écologie doit, enfin, ne plus être considérée comme un frein au développement économique mais, au contraire, comme un outil de production de richesse, de création d’emploi et donc de progrès social.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par pehache  

    IL est inexact d’ évoquer le caractère fini de le Terre car elle est en constante évolution au sein d’un système solaire lui même en mouvement dans un univers en expansion..

    Si vous besoin que quelqu’un vous explique ce que signifie "en expansion" en astrophysique, n’hésitez pas à demander, paysaa...

    Parce que là vous êtes dans le contresens complet.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par Rêveur des villes  
    Non content d’abreuver de débilités volontaires les sujets sur Pau dans l’intérêt du PS, il faut qu’il s’occupe de l’astronomie !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par paysaa  

    "Si vous besoin que quelqu’un vous explique ce que signifie "en expansion" en astrophysique, n’hésitez pas à demander, paysaa..."

    "Non content d’abreuver de débilités volontaires les sujets sur Pau dans l’intérêt du PS, il faut qu’il s’occupe de l’astronomie !"

    Débat ?!?!?!?!..

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par pehache  

    Débat ?!?!?!?!..

    Non, du tout. Personnellement je vous proposais juste quelques explications de physique pour vous éviter de dire de grosses bêtises sur l’expansion de l’univers.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par Maximo  
    Le contresens est-il sur le "expansion" de l’univers ou sur le "fini" de la terre ?

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par pehache  

    Sur la juxtaposition des deux.

    Que l’univers soit "en expansion" ne veut pas dire que son contenu s’accroit, mais qu’il se dilate. L’image courante est celle du ballon de baudruche, l’univers étant la surface du ballon : en gonflant le ballon sa surface s’accroit, mais la quantité de matière le composant reste la même.

    Après, imaginer que l’on va conquérir et exploiter les ressources de l’univers entier pour pallier à l’épuisement des ressources terrestres relève du fantasme de science-fiction. L’énergie nécessaire pour simplement se rendre vers l’étoile la plus proche de nous (à part le soleil) dans des temps raisonnables est faramineuse et dépasse déjà tout ce qu’on peut imaginer.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par paysaa  

    Merci pehache c’est gentil de partager un peu de votre immense savoir avec un bulldog de gauche.

    Mais pourquoi avoir détourné mon propos à votre avantage, une fois de plus alors que je ne pointais que l’erreur qui consiste à dire que nous vivons dans un monde fini.

    Pour ce qui est des ressources naturelles c’est un peu pareil et qui est assez vain pour prétendre que le génie de l’homme ne lui ,survivra pas et que, demain, dans 10, 20 ou 50 ans de nouvelles inventions n’auront pas réglé nos problèmes actuels ?

    Qui, pehache, vous ??

    Rien n’est figé ni fini dans le temps c’est cela que je voulais dire. Mais vous avez détourné ma pensée en rebondissant, à votre façon, sur l’expansion de l’univers, bien loin du sujet essentiel...

    C’est d’ailleurs votre grande spécialité.

    Combien de "débats" n’avez vous ainsi détournés et vidés de leur sens en bataillant avec 1 ou 2 interlocuteurs sur un point précis juste pour le plaisir d’avoir le dernier mot...

    Et d’ailleurs à propos de l’univers... je voudrais modestement vous signaler que c’est tout l’ensemble qui est en expansion et pas uniquement l’enveloppe...Et que cet ensemble, il n’est pas fini, lui non plus, mais en perpétuelle transformation avec des composants qui naissent, vivent et meurent...

    Et inutile d’essayer d’engager une "magagne" avec l’ignorant bulldog car ses modestes connaissances s’arrêtent là.

    Adishatz gouyat !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par pehache  

    Merci pehache c’est gentil de partager un peu de votre immense savoir avec un bulldog de gauche.

    De rien, c’était un réel plaisir ! Et n’étant pas sectaire, je suis même prêt à le partager avec les bouledogues de droite ! Je vais songer à monter un chenil universitaire.

    Mais pourquoi avoir détourné mon propos à votre avantage, une fois de plus alors que je ne pointais que l’erreur qui consiste à dire que nous vivons dans un monde fini.

    Oui : en évoquant l’expansion de l’univers, et donc en faisant un contresens sur ce qu’est l’expansion en question.

    Mais cela reste une erreur de toutes façons : les connaissances actuelles montrent que l’univers est bel et bien fini, et que son "contenu" est constant.

    Pour ce qui est des ressources naturelles c’est un peu pareil et qui est assez vain pour prétendre que le génie de l’homme ne lui ,survivra pas et que, demain, dans 10, 20 ou 50 ans de nouvelles inventions n’auront pas réglé nos problèmes actuels ? Qui, pehache, vous ??

    Non, je ne le prétendrai pas. Tout comme je ne prétendrai pas que la vie après la mort n’existe pas. Je n’ai pas le don de préscience.

    Mais compter sur nos descendants pour inch’allah résoudre à notre place les problèmes que nous créons maintenant, c’est bien bien irresponsable. C’est comme dilapider son pognon en s’endettant, et en se disant que nos enfants gagneront au loto et qu’il n’y aura donc pas de problème.

    Rien n’est figé ni fini dans le temps c’est cela que je voulais dire. Mais vous avez détourné ma pensée en rebondissant, à votre façon, sur l’expansion de l’univers, bien loin du sujet essentiel...

    Le terme "expansion" n’était pas anodin, il était pour appuyer votre fausse idée de non-finitude. Normal que je le reprenne : ça s’appelle la rigueur.

    Et d’ailleurs à propos de l’univers... je voudrais modestement vous signaler que c’est tout l’ensemble qui est en expansion et pas uniquement l’enveloppe...

    Patatras, vous n’avez toujours pas compris. Dans l’image du ballon, l’enveloppe EST l’univers.

    L’univers, même si il est fini, n’a pas d’enveloppe, pas de frontière, pas de limite. J’admets que ce n’est pas évident à intuiter de prime abord. Aller, je suis sympa, une BD de vulgarisation scientifique très bien faite sur le sujet : http://www.savoir-sans-frontieres.com/JPP/telechargeables/Francais/LE%20GEOMETRICON.pdf

    Et que cet ensemble, il n’est pas fini, lui non plus, mais en perpétuelle transformation avec des composants qui naissent, vivent et meurent...

    Franchement, vous devriez arrêter de parler d’astrophysique. Essayez de lire Science et Vie, au minimum.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par Maximo  
    des composants qui naissent, vivent et meurent...
    "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme " Lavoisier (1743 - 1794). C’est dire si c’est neuf smiley et si c’est pas pehache seul qui le pense smiley

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  
    Merci professeur Maximo mais c’est bien ce que je dis : le "fini" n’est jamais fini car il se transforme infiniment...

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  
    toi, quand t’as dit "professeur" à qqun, t’as tout dit smiley

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  
    C’est quoi ce tutoiement ?...Celui du camarade syndiqué ou celui du "flic" à un "black" ou un "gris" ??..

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  
    celui de la netiquette

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  

    "l’univers étant la surface du ballon" "Dans l’image du ballon, l’enveloppe EST l’univers."

    Votre rigueur scientifique ne vous dispense pas d’être un peu plus rigoureux en français, on vous comprendra mieux. Une enveloppe, c’est en effet ce qui sert à envelopper. Ce n’est donc pas le contenu mais le contenant... J’aimerais, enfin, profiter de vos immenses compétences d’ astrophysicien pour que vous m’expliquiez comment une "chose" peut être à la fois finie et en cours d’évolution..

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  

    Votre rigueur scientifique ne vous dispense pas d’être un peu plus rigoureux en français, on vous comprendra mieux.
    et tu oses l’ironie de "professeur" ?

    que vous m’expliquiez comment une "chose" peut être à la fois finie et en cours d’évolution
    enfonce-toi... Il a raison, va lire Science et Vie. mais junior, sinon tu comprendras rien. Même moi qui n’y connais pas grand chose, j’ai compris.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par pehache  

    Votre rigueur scientifique ne vous dispense pas d’être un peu plus rigoureux en français, on vous comprendra mieux. Une enveloppe, c’est en effet ce qui sert à envelopper. Ce n’est donc pas le contenu mais le contenant... J’aimerais, enfin, profiter de vos immenses compétences d’ astrophysicien pour que vous m’expliquiez comment une "chose" peut être à la fois finie et en cours d’évolution..

    Oulà... Décidemment on part de loin avec vous.

    Le ballon de baudruche est une IMAGE. L’enveloppe du ballon joue le rôle d’un univers fini à 2 dimensions. Mais lisez donc la BD dont j’ai donné le lien, elle est excellente.

    Quant à la soit-disant contradiction entre "fini" et "en cours d’évolution", ben comment dire... "fini" est ici utilisé en tant que contraire "d’infini", pas en tant que "terminé".

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Valérie  
    Je ne comprends toujours pas grand chose à vos échanges. Dois-je me faire teindre en brune ?

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par pehache  
    Rien n’est perdu pour vous, Valérie : Marie Curie était blonde !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par L’ OURS du Bois  

    wiki nous dit, a la rubrique "expansion" :

    décalage vers le rouge des rayonnements électromagnétiques en provenance d’autres galaxies suggèrent que celles-ci s’éloignent de notre galaxie, à une vitesse radiale d’éloignement proportionnelle à ce décalage par simple effet Doppler.  smiley smiley smiley

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  

    "Après, imaginer que l’on va conquérir et exploiter les ressources de l’univers entier pour pallier à l’épuisement des ressources terrestres relève du fantasme de science-fiction."

    Où avez vous lu cela ?

    Je pensais, au contraire, à des potentiels existants sur notre bonne vieille Terre que nous saurons sans aucun doute maitriser demain comme par exemple :
    -  le stockage de l’énergie solaire
    -  l’exploitation mécanique des courants marins et des marées.
    -  le carburant hydrogène
    -  etc, etc, etc

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par pehache  

    Où avez vous lu cela ? Je pensais, au contraire, à des potentiels existants sur notre bonne vieille Terre que nous saurons sans aucun doute maitriser demain comme par exemple :

    Alors quel besoin d’aller évoquer l’univers et son expansion ???

    le stockage de l’énergie solaire

    Oui, yakafokon.

    l’exploitation mécanique des courants marins et des marées.

    Pas nouveau...

    le carburant hydrogène

    Au contraire du pétrole, l’hydrogène n’est pas une ressource naturelle. C’est juste un intermédiaire de stockage d’énergie disponible par ailleurs.

    etc, etc, etc

    Oui, etc, etc... Mais à moins d’une découverte fondamentale que l’on ne peut pas anticiper (ce que j’appelle gagner au loto), tous les progrès incrémentaux que l’on peut faire sont largement "bouffés" et annulés par l’accroissement du niveau de vie de centaines de millions voire milliards de terriens, et par l’accroissement démographique continu.

    Le disponibilité d’énergie n’est de plus qu’un des problèmes. Une population mondiale toujours plus importante et qui aspire à un meilleur confort matériel, c’est aussi des problèmes de pollution de plus en plus sévères, des surfaces cultivables qui se réduisent, etc, etc... Continuons à faire l’autruche, le réveil sera d’autant plus violent.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  

    "Continuons à faire l’autruche, le réveil sera d’autant plus violent".

    Pour ça je suis 100% d’accord mais pas sur le reste car après vous et moi la vie ne s’arrêtera pas et nos enfants et petits enfants ne seront pas moins intelligents ni inventifs que nous.

    Le stockage de l’énergie d’origine solaire c’est pas "yakafokon", c’était déjà dans les cartons à la fin des années 70... L’exploitation hydro-électrique des marées et courants marins c’est pas nouveau, vous avez raison, mais on n’exploite pas ou si peu alors que cette source d’énergie est propre, naturelle et disponible en quantité quasi-illimitée.

    Il reste encore bien des marges de manoeuvre, n’en déplaise aux "déclinologues" de tous poils.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par pehache  

    Nos enfants ne seront pas moins intelligents que nous, ils en auront bien besoin vu le merdier qu’on va leur laisser, et ça ne suffira pas.

    Et pour les marges de manoeuvre : http://wwwv1.agora21.org/global-chance/GC-N-20.pdf ?

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par Emmanuel Pène  

    "L’idéologie individualiste de la droite est totalement incompatible avec une société qui perdure. L’écologie politique ne peut que s’inspirer des principes de la gauche : favoriser les actions collectives régulées, sans être réduite à sa seule dimension environnementale, ce qui est le cas actuellement."

    A ce point de vue de Georges Vallet, on pourrait rétorquer que le collectivisme de gauche poussant à nier toute responsabilité individuelle, il accentue les comportements déviants, puisque personne n’est responsable, sinon la société..

    On peut être de droite et défendre la responsabilité indivuelle sans être individualiste ; à contrario, on peut être de gacuhe et défendre la solidarité sans être collectiviste.

    Essayons donc de ne pas être manichéen pour une fois.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par Valérie  
    Les intellectuels qui s’expriment ici me laissent pantoise. Je ne comprends pas tout mais j’ai envie d’essayer !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    2 juillet 2012, par paysaa  
    A non Valérie ne faites pas ça !.. Ce serait un crime de lèse majesté pour les intellos alternatifs palois et vous risqueriez de vous faire traiter d’épagneule bretonne ou de bergère allemande !?!

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par Maximo  
    Et pourtant, les papi-mamie, E. Pène est absolument clair et a absolument raison.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par paysaa  
    Bien sûr Maximo, Mr. Pène détient à lui seul toute la vérité ! Vous me faites peine..

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par Maximo  
    pourquoi à lui seul ?

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    3 juillet 2012, par paysaa  
    Parce que vous lui donnez ABSOLUMENT raison..

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  

    ce qui n’a rien à voir... du latin absolutus = achevé selon le Robert, vol. 1, p 54

    après l’astrophysique, l’étymologie smiley

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  

    Mais mon Littré dit aussi ceci ( vol 1 page 31) :

    -  Qui n’est lié, borné, retenu par rien. Une impossibilité absolue etc..

    -  En termes de grammaire et de logique absolu se dit par opposition à relatif.

    -  Etc, etc..

    Si j’en crois votre argumentation, un pouvoir absolu ne serait donc qu’achevé ?!?!

    Bravo Mr. le Professeur Wilkipédia !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  
    le plaisir d’être ridicule et de dire des conneries. pas wikipédia, mon vieux, le Grand Robert en 7 volume. Arrête de prendre les gens pour des cons et tes arguties à la mord-moi-le-nœud. Absolument n’a rien à voir avec seul, tu dis des c---ries et tu t’enfermes dans tes erreurs et approximations, contresens et non sens. Prof moi ??? smiley Argumentation ? Où as-tu vu que j’argumentais ?

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  
    Faut pas vous énerver comme ça !.... Ce n’est qu’un débat, non !... Et puis je vais dire de moins en moins de conneries à votre contact, alors, patience !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  

    Ce n’est plus un débat quand tu ironises sur le "Professeur Wikipédia" en te f... de ma g...

    et tu remarqueras que, des leçons, je suis bien le dernier à en donner, dans le domaine de ce "débat", justement !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  
    C’est vrai, pas trop de de leçons à côté de prof PH, juste quelques coups de "tatane" en passant !

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par Maximo  
    exact. méritées.

  • > La démocratie est-elle recyclable ?
    4 juillet 2012, par paysaa  
    Ah vous voyez bien que le débat avance !..

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Dur, dur... durable
    Réflexions sur l’évolution des rapports de l’homme avec son environnement.
    L’homme, pendant des siècles, a suivi une bonne étoile...
    Une électricité nucléaire « sans peur et sans reproche » ?
    Pau : Square des Prémontrés
    Notre-Dame des Landes ? Des cabanes dans des arbres qui cachent la forêt.
    Gaz de schiste, le vent tourne !
    Les inondations de Lourdes, Sandy et nous
    Il faut sauver Zilbeti, forêt enchantée des Pyrénées !!
    Faune sauvage et route, le travail de "STOP IMPACT !"
    L’Amicale des Foreurs met les points sur les "i" !
    Il y a des priorités « prioritaires » !
    Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    Complainte d’un foreur repenti
    Gaz de schistes : Echanges entre Corinne Lepage et les "Foreurs"
    Droit de réponse pour les blaireaux
    Gaz et huiles de schiste : N’en faisons pas une nouvelle affaire DREYFUS
    Energie : courage fuyons !
    Gaz de Schiste : Les foreurs interpellent Delphine Batho



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises