Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?

lundi 25 juin 2012 par Georges Vallet


L’écologie est « La science des relations des organismes avec le monde environnant, c’est-à-dire, au sens large, la science des conditions d’existence. »

En tant que telle, elle n’a aucune orientation, aucune subjectivité ; les résultats sont issus de la participation de nombreuses disciplines scientifiques, l’objectif est de découvrir les mécanismes du fonctionnement des écosystèmes et de leur évolution dans le temps. L’homme fait partie du gigantesque écosystème planétaire dont il est à la fois cause et conséquences. L’écologie apporte donc des informations capitales sur les dysfonctionnements actuels et à venir. Elle n’est pas l’apanage des lobbies, des partis politiques, mais des chercheurs ; les résultats sont à consulter par « tous », à la source  ; ici s’arrête l’objectivité ; là commence l’exploitation du nom pour le profit, sans rapport avec l’écologie !

  • L’écologie sentimentale : L’émission 10 millions d’amis, par exemple,vante les mérites de nos doudous vivants qui coûtent 3,5 milliards d’euros par an aux porte-monnaie des Français !
  • L’écologie éducative ou ludique : parcs zoologiques, jardins botaniques, films tournés dans des réserves, animaux des cirques... Ce sont les vertus du sport, des massages, des techniques de décontraction physique ou intellectuelle, de la moto verte, de la chasse ou la pêche. Les gibiers ou les truites, d’élevage, sont lâchés dans la nature avant l’exécution ! .
  • L’écologie paysagère, pratiquée par les municipalités, les architectes paysagers : massifs, ronds-points, bords d’autoroutes, parcs, pièces d’eau, coulées vertes,utilisent souvent des espèces exotiques, parfois invasives !
  • L’écologie humaine alimentaire où des« experts » vendent des régimes, des « Oméga »,« vitamines »... Les probiotiques (Lactobacillus ou Bifidobacterium) et les antibiotiques sont utilisés pour faire grossir les animaux d’élevage ; pour Didier Raoult, virologue, ils pourraient favoriser l’obésité des humains !
  • L’écologie commerciale vend des textiles en bambous traités chimiquement, des ampoules « basse consommation » avec mercure et rayonnements électromagnétiques, etc. .
  • L’écologie économique prétend que l’enfouissement de CO2, les OGM, les « biocarburants », sont bons pour environnement !!!
  • L’écologie agricole dit qu’en cultivant « raisonné », avec moins de pesticides et d’herbicides, c’est bien pour lutter contre la pollution !!
  • L’écologie libérale a créé « Le développement durable » et sa version médiatique appelée Grenelle de l’environnement. On préconise d’économiser l’eau, de trier les déchets, de faire des travaux coûteux pour dépenser moins !! Ces économies sont destinées à continuer, sans rien changer ; elles ne s’attaquent pas aux vrais problèmes : les déferlements de flux non régulés, sans cesse croissants : Matière, Energie, Information. Ils conduisent à la pollution générale de l’air, l’eau, la mer, la terre, les corps et les esprits.
  • L’écologie individuelle prend des engagements du type « Sauvons la mer » sur le pare-brise des voitures, 4x4 souvent !!! Si on peut, on achète une voiture hybride plus « écologique » !!
En 1974, l’agronome René Dumont est le premier à expliquer les conséquences de l’explosion démographique, du productivisme, de la pollution, des bidonvilles, du fossé grandissant entre pays du Sud et du Nord. Certains voient en lui le père spirituel du parti des Verts. L’écologie politique était sur les rails, son rôle médiatique a et est toujours considérable. Cependant :
« Les références de la pensée écologiste n’ont aucune parenté avec le socialisme ou avec le libéralisme économique. Leurs partisans ont tous en commun la même foi dans les capacités inépuisables de la planète et dans un progrès technologique salvateur, la même adhésion à un économisme dominant et à une conception matérialiste du bonheur. La pensée écologiste est, au XXIe siècle, ce qu’est la pensée socialiste au XIXe siècle et le libéralisme économique au XXe siècle.  » Antoine Waechter. En attendant que cette pensée minoritaire et dispersée cristallise, par obligation peut-être, les divers courants écologistes sont les seuls à porter haut et fort, la priorité de cette relation de dépendance hiérarchisée : Nature, homme biologique, homme culturel.

Un écosystème qui perdure est le résultat d’interactions et interrelations au sein d’une collectivité où l’individu s’efface au profit du groupe, où le but est la persistance de l’équilibre dynamique de l’ensemble dans l’environnement. L’homme est une espèce sociale qui, comme toutes les espèces sociales, établit des rapports entre ses membres, par le jeu de la concurrence, la régulation, l’entraide. L’idéologie individualiste de la droite est totalement incompatible avec une société qui perdure. L’écologie politique ne peut que s’inspirer des principes de la gauche : favoriser les actions collectives régulées, sans être réduite à sa seule dimension environnementale, ce qui est le cas actuellement ! Les exigences déduites des résultats sont l’affaire de tous, mais elles sont refusées majoritairement, par ignorance des faits scientifiques et conservatisme ; aucun parti ne veut prendre en charge, sauf par des mots, la réalité de la dépendance de l’homme à la nature. Les écologues n’ont ni le temps, ni la compétence, pour s’engager dans la bataille politique ; les politiques n’ont aucune formation pour comprendre ces exigences ; des philosophes évoquent bien une voie (Edgar Morin) susceptible de répondre aux priorités qui s’imposent. Hélas ! Le rayonnement des philosophes se limite au milieu intellectuel !! On ne pense plus, on subit, ou l’on croit les oracles officiels. Le salut est le remboursement définitif de la dette ! Illusion si rien ne change ! Le programme de l’ultralibéralisme est la réduction drastique de l’Etat et l’extension de l’endettement !

La métaphore évoquée par Joël de Rosnay peut aider à construire des modèles de société fondés, comme dans les écosystèmes, sur l’adaptation, l’échange et la solidarité. La société humaine est comme le surfeur qui glisse dans un milieu qui évolue sous lui ; d’où la nécessité d’adaptation et d’anticipation pour conserver l’équilibre. Or, depuis l’émergence des premières civilisations, l’organisation des sociétés humaines est symbolisée par la rigidité, la force plutôt que la souplesse et le lien. Le milieu est ignoré.« C’est une vague puissante qui va remettre en cause le pouvoir traditionnel. La voie a été ouverte par un changement de paradigme influencé par les progrès scientifiques et techniques et les résultats des recherches faisant appel à la systémique et la transdisciplinarité. » Des travaux récents montrent que le cerveau est un réseau fluide qui se reconfigure en permanence au gré de ses relations avec son environnement interne et externe. À méditer !!

Les vrais « cavaliers de l’apocalypse » sont ceux qui soutiennent que la prise de conscience est faite et que tout se fera en temps utile : « dormez, braves gens, vos responsables veillent sur vous » ! La nature ne laisse pas du temps au temps !


- par Georges Vallet


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
25 juin 2012, par Daniel Sango  

L’écologie est « La science des relations des organismes avec le monde environnant, c’est-à-dire, au sens large, la science des conditions d’existence. »

Nos écologistes viennent d’appliquer a la lettre ce precepte. Ils se sont assurés des conditions d’existence très confortable (enfin, les caciques du parti, les Duflot, Placé, Voynet et autre Mamère) grace à un accord avec l’organisme environnant qu’est le PS.

Et au diable le fond !

Personne n’a dit mot de la Ministre de l’écologie éphémère virée sans explication... Mamère trouvait hier les mots qu’on attend : les écolos ne font pas de la politique "autrement" ce slogan est faux, ils ont les mêmes turpitudes que tous les politiques...

Et tant pis si la moitié des militants ont fui...eux ils ont une bonne rente.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Rêveur des villes  
    Borloo me paraît un "écologiste" plus sérieux, si je puis dire, ou moins mauvais, que Duflot et consors.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Afin, de faciliter la compréhension de ce texte, qui mériterait comme les miens (sic) de sacrifier à davantage de clarté, j’ai pris la liberté de résumer en quelques lignes, à destination de la très grande majorité (98%) des citoyens qui n’ont décidément rien compris à l’écologie politique, quelques éléments structurants de la pensée savante de Georges Vallet.

    1 L ’écologie est une matière scientifique. Elle ne peut être comprise que par des scientifiques et s’impose donc aux autres comme une vérité indiscutable

    2 Toute prise en compte par la société civile ou commerciale d’un argument écologique ne peut être qu’une récupération à des fins démagogiques ou purement lucratives et va strictement à l’encontre des objectifs poursuivis

    3 La pensée libérale ou la pensée de droite sont par essence insensibles à ’avenir de la planète

    4 Les politiques n’ont aucune formation pour comprendre les exigences de l’écologie : ils en ont en effet beaucoup plus en matière économique, militaire, éducative, sociale, dans le monde de plus en plus complexe dans lequel nous vivons

    5 Tout celà s’énnonce très clairement afin que tout le monde puisse comprendre et adhérer à ce vaste projet, comme le fait si bien Joël de Rosnay « La voie a été ouverte par un changement de paradigme influencé par les progrès scientifiques et techniques et les résultats des recherches faisant appel à la systémique et la transdisciplinarité. »

    Georges Vallet est un scientifique, nous le savons. Il a donc sur le commun des mortels, la supériorité de l’intelligence et du savoir qui se parent de l’ objectivité justement car elles sont SCIENTIFIQUES, c’est à dire incontestables. Car on le sait, la science ne laisse rien au hasard dès lors qu’il s’agit d’écologie. C ’est prouvé. Et bien sûr, la science comme l’écologie d’ailleurs ne peuvent pas être de droite. La droite est crétine par essence et les gens de droite sont des abrutis congénitaux, ce qui peut se démontrer scientifiquement assez facilement. L’homme culturel ne saurait en effet évoluer de manière individualiste dans un ecosystème avancé. Il n’en est qu’un des éléments, mouton parmi les moutons dans une société sans berger ni chiens mais guidée et éclairée par les savants du jour, pourvu qu’ils soient "de gauche", bien sûr.

    Une perspective encourageante à laquelle nous adhérerons tous en temps utile, derrière les 2% de nos concitoyens les plus avancés et qui se sont déjà prononcés avec enthousiasme.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Maximo  
    +1 smiley smiley smiley

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Claudiqus  
    En résumé, il faut vendre son âme d’écologiste pour entrer en politique ... NH l’avait déjà compris je pense !

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par L’ OURS du Bois  
    l’engagement politique de Monsieur Dumont n’est pas neutre, ancien trotskiste, il fut également membre créateur de ATTAC et altermondialiste engagé. Il fut bien déçu sur la fin de sa vie de l’avenir des ses oeuvres smiley smiley smiley

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Oscar du Pont  
    L ’écologie politique a clairement été jusqu’à présent le prétexte idéologique d’une extrême gauche post- marxiste.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    30 juin 2012, par pehache  

    L ’écologie politique a clairement été jusqu’à présent le prétexte idéologique d’une extrême gauche post- marxiste.

    Raccourci un peu facile. L’écologie n’a en réalité jamais eu réellement droit de citer au sein de l’extrême-gauche, ni même au sein d’un PCF fortement enclin au productivisme.

    Certaines inclinations écolos du NPA et du Front de Gauche sont extrêmement récentes et datent en gros de la dernière campagne présidentielle.

    Copie à revoir...

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Claudiqus  
    Oui, Oscar du Pont, je partage aussi ce point de vue . Plus un prétexte qu’une véritable idéologie ! Sauf peut-être pour Eva Joly, qui en a payé le prix fort ...

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Maximo  
    +2

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Claudiqus  
    Huummmm, RdV ... je me demande, en dehors de toute appréciation et critique populiste, quel degré de "sériosité" on peut attribuer à JL Borloo ... à moins que son attitude parfois caricaturale ne soit qu’une image qu’il se donne ...

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Georges Vallet  
    Heureusement qu’il y a des gens comme vous qui ont tout compris ! Merci d’avoir traduit en langage Oscar un texte incompréhensible autrement. Non seulement vous êtes antigauche ,antiécologiste mais aussi antiscientifique !je pense que vous êtes surtout proOscar !

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Ne vous fâchez pas cher Georges, je ne suis anti-rien. J ’essaye de garder un esprit critique, c’est tout et j’ai une sainte horreur des approches dogmatiques .

    Me décréter anti-scientifique est par ailleurs assez ballot, si je peux me permettre..Je suis également anti-feu et anti-eau si ça peut vous faire plaisir.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Georges Vallet  

    Oscar

    1°)Vous avez pris « la liberté » de faire un résumé de mon texte ; je pense que vous auriez pu, au préalable, m’en demander la lecture, pour savoir si je le trouvais conforme à l’esprit et au fond de ma pensée.

    2) Vouloir faire un résumé, c’est supposé que le lectorat est incapable de comprendre le français, ce qui est désobligeant.

    3°)L’idée du résumé, donc réduire en quelques lignes un sujet aussi important quantitativement et qualitativement, est vraiment risqué car cela implique d’agir avec rigueur et objectivité. Nous ne vivons que dans des résumés (presse , radio, télé, articles dans A@P....) hélas orientés par les convictions et les objectifs de celui qui résume. Comme nous n’avons pas de place (journaux...) de temps ( média..), et d’envie de nous creuser un peu la cervelle, on résume. L’avantage est que c’est court, facile à lire donc à convaincre pour quelqu’un d’habile, péremptoire, souvent déformé donc déformant pour le lecteur

    C’est le cas..Par exemple :

    a)« L ’écologie est une matière scientifique. Elle ne peut être comprise que par des scientifiques et s’impose donc aux autres comme une vérité indiscutable. » Absolument pas, elle peut être comprise par tout le monde, il suffit de se tenir informé en sélectionnant les textes et en les lisant. Elle ne s’impose donc pas aux autres par croyance, conviction, persuasion, obligation mais par déduction de la réalité.

    b) « La droite est crétine par essence et les gens de droite sont des abrutis congénitaux, ce qui peut se démontrer scientifiquement assez facilement «  Certainement pas, elle est beaucoup trop intelligente et rusée. J’avoue que j’ignore s’il y a « des abrutis congénitaux », ce n’est pas une pathologie traitée dans le Vidal ! Je ne me serais jamais permis de poser de tels jugements de valeur.

    c ) « guidée et éclairée par les savants du jour » En guide éclairé ayant eu une haute conscience de sa mission devant Dieu et devant les hommes, en homme de paix, de culture et de bon conseil dont la....On est en pleine transcendance !

    En conclusion, laissez les lecteurs lire et penser ce qu’ils veulent ; ils n’ont pas besoin de lire des résumés codés par vos soins, laissez les prouver, démontrer les erreurs contenues dans les textes en s’appuyant sur des raisonnements et non des jugements de valeur.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Maximo  
    Mais, ce n’est pas un résumé, c’est une satire, une caricature !!! smiley

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    25 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Monsieur le Professeur, mon cher Georges

    1°)

    Vous avez pris « la liberté » de faire un résumé de mon texte ; je pense que vous auriez pu, au préalable, m’en demander la lecture, pour savoir si je le trouvais conforme à l’esprit et au fond de ma pensée.

    Cher Monsieur, vous avez "pris la liberté" de publier sous votre patronyme, donc en vous engageant socialement, un texte sans nous préciser qu’il s’agissait d’un cours ex cathedra et que toute critique le concernant devait préalablement être soumise à votre jugement. On croit rêver, tout de même.. Réveillez-vous, nous ne sommes pas dans un amphi ni dans une soutenance de thèse et votre texte comme celui de tous les rédacteurs d’ A@P est critiquable, du simple fait de sa parution. D’autant qu’il contient un argument politique qui n’a normalment rien à voir avec un contenu "scientifique" et vous engage d’ ailleurs par extension dans vos fonctions, ce que je trouve personnellement très surprenant. Ne vous étonnez pas en contrepartie de vous trouver exposé à la critique y compris publiquement.

    2°) Si j’ai pris le parti d’en faire "un résumé" c’était bien entendu parce que je le trouvais si caricatural que je me suis laissé allé à cette petite provocation, dont je m’étonne que vous l’ayez prise au premier degré. Mais il est vrai que l’ humour n’est pas une science et n’est pas enseigné à l’ Université.

    3°) Voir point 2°.

    A ceci près cependant que rien dans mon "résumé", sinon l’épaisseur du trait, n’est véritablement en contradiction avec vos propos. Et c’est probablement cette vérité toute nue et dépouillée de son habillage décoratif (voilà que je recommence, pardon) qui vous embarrasse. Vous m’aviez reproché il y a quelques temps un de mes posts dans lequel, selon vous je compliquais à dessein ce qui pouvait s’énoncer plus simplement. Sans doute pensiez-vous que les lecteurs ne m’avaient pas compris ? Et bien c’est au nom de ce principe que vous trouvez désormais très réducteur que j’ai passé votre texte au crible. Désagréable non ?

    4°)

    En conclusion, laissez les lecteurs lire et penser ce qu’ils veulent ;

    C ’est bien entendu ce que j’ai fait . Qu’ils partagent mon point de vue ou pas, ils n’ont pas besoin de mes commentaires pour avoir un avis. J’espère en revanche les avoir fait sourire, ce qui n’est pas si mal. Pour ce qui vous concerne, c’est raté, mais on ne doit sans doute pas sourire de la même chose.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    26 juin 2012, par Georges Vallet  

    Mon cher Oscar

    1° "votre texte comme celui de tous les rédacteurs d’ A@P est critiquable, du simple fait de sa parution."

    Ce n’est pas la critique que je conteste, elle est tout à fait normale ; c’est le terme de "résumé" qui m’a fait réagir. Un résumé a ses contraintes qu’il convient de respecter. J’y suis très attaché car, comme je vous le disais dans ma réponse, nous sommes inondés de "résumés" qui déforment le fond des propos, à dessein. L’interprétation personnelle, quand elle est annoncée, est tout à fait respectable, elle peut être provocatrice ou pas, c’est autre chose. S’il faut trier dans les réponses du forum ce qui est résumé, provocation, interprétation personnelle, etc., cela devient compliqué.

    2)En ce qui concerne les arguments ci-dessous je pense, puisque vous semblez l’apprécier, que c’est de la provocation. Dans le cas contraire :

    a )il contient un argument politique qui n’a normalement rien à voir avec un contenu "scientifique"

    Vous avez intérêt à relire mon texte. J’ai fait la distinction, dès le début, entre ce qui est scientifique : l’écologie, et ce qui est politique : l’écologie politique. Quand j’exprime des opinons politiques ce n’est pas en tant que scientifique mais en tant que citoyen.

    b) "un texte sans nous préciser qu’il s’agissait d’un cours ex cathedra"

    Je ne sais pas où vous avez trouvé que c’était un cours ! Je proposais au lectorat, qui ne doit pas, je pense, comprendre beaucoup d’étudiants, des réflexions personnelles sur un sujet souvent abordé dans les débats.

    De toutes les façons, puisque vous semblez l’ignorer, je tiens à vous faire savoir que je suis retraité depuis déjà un certain temps ! Je n’assure donc plus de cours et ai par conséquent une entière liberté de parole.

    À bientôt j’espère l’opportunité de ferrailler avec vous !!

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    26 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Ah ! Nous voilà donc libres tous les deux et je me réjouis d’avance de pouvoir continuer à ferrailler avec quelqu’un de votre qualité et dont les contributions élèvent nos débats.

    Mais je vous en supplie, cher Georges ne prenez pas ce que j’écris qu’au premier degré, je ne résiste jamais à une provocation, un mauvais mot ou à un coup bas et je m’en veux terriblement ensuite.

    D’ autant que ce diable de BB ne nous propose qu’un éditeur qui nous précipite d’un coup dans l’écrit définitif, sans aucun droit de grâce ni de repentir. Je pense d’ailleurs qu’il fait exprès.

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    26 juin 2012, par L’ OURS du Bois  
    B.B. Sadique !!!!! smiley smiley smiley smiley

  • > L’Ecologie a-t-elle une orientation politique ?
    26 juin 2012, par Georges Vallet  

    Mon cher Oscar

    1° "votre texte comme celui de tous les rédacteurs d’ A@P est critiquable, du simple fait de sa parution."

    Ce n’est pas la critique que je conteste, elle est tout à fait normale ; c’est le terme de "résumé" qui m’a fait réagir. Un résumé a ses contraintes qu’il convient de respecter. J’y suis très attaché car, comme je vous le disais dans ma réponse, nous sommes inondés de "résumés" qui déforment le fond des propos, à dessein. L’interprétation personnelle, quand elle est annoncée, est tout à fait respectable, elle peut être provocatrice ou pas, c’est autre chose. S’il faut trier dans les réponses du forum ce qui est résumé, provocation, interprétation personnelle, etc., cela devient compliqué.

    2)En ce qui concerne les arguments ci-dessous je pense, puisque vous semblez l’apprécier, que c’est de la provocation. Dans le cas contraire :

    a )il contient un argument politique qui n’a normalement rien à voir avec un contenu "scientifique"

    Vous avez intérêt à relire mon texte. J’ai fait la distinction, dès le début, entre ce qui est scientifique : l’écologie, et ce qui est politique : l’écologie politique. Quand j’exprime des opinons politiques ce n’est pas en tant que scientifique mais en tant que citoyen.

    b) "un texte sans nous préciser qu’il s’agissait d’un cours ex cathedra"

    Je ne sais pas où vous avez trouvé que c’était un cours ! Je proposais au lectorat, qui ne doit pas, je pense, comprendre beaucoup d’étudiants, des réflexions personnelles sur un sujet souvent abordé dans les débats.

    De toutes les façons, puisque vous semblez l’ignorer, je tiens à vous faire savoir que je suis retraité depuis déjà un certain temps ! Je n’assure donc plus de cours et ai par conséquent une entière liberté de parole.

    À bientôt j’espère l’opportunité de ferrailler avec vous !!

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Dur, dur... durable
    Réflexions sur l’évolution des rapports de l’homme avec son environnement.
    L’homme, pendant des siècles, a suivi une bonne étoile...
    Une électricité nucléaire « sans peur et sans reproche » ?
    Pau : Square des Prémontrés
    Notre-Dame des Landes ? Des cabanes dans des arbres qui cachent la forêt.
    Gaz de schiste, le vent tourne !
    Les inondations de Lourdes, Sandy et nous
    Il faut sauver Zilbeti, forêt enchantée des Pyrénées !!
    Faune sauvage et route, le travail de "STOP IMPACT !"
    L’Amicale des Foreurs met les points sur les "i" !
    Il y a des priorités « prioritaires » !
    Les foreurs : Les gaz de schiste et le redressement productif !
    Notre environnement est-il entre de bonnes mains ?
    Complainte d’un foreur repenti
    Gaz de schistes : Echanges entre Corinne Lepage et les "Foreurs"
    Droit de réponse pour les blaireaux
    Gaz et huiles de schiste : N’en faisons pas une nouvelle affaire DREYFUS
    Energie : courage fuyons !
    Gaz de Schiste : Les foreurs interpellent Delphine Batho



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises