Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

"Trop riches, les patrons ? "

lundi 25 juin 2012 par Oscar du Pont


Alors que le PS désormais à toutes les commandes d’une machine qu’il va devoir diriger seul, tente de passer au mieux des exercices théoriques, des déclarations d’intention, des proclamations de tribune et des promesses sans lendemain, à la rude confrontation du pouvoir avec la réalité, il m’a paru utile de lui rappeler un texte dont l’auteur est à l’abri du plus petit des soupçons, puisqu’il s’agit de Jean Jaurès lui-même.

C’est en mai 1890, que Jean Jaurès qui avait perdu son mandat de député et qui de retour à Toulouse tentait de confronter ses théories sociales avec les réalités, écrivait un article publié par La Dépêche, intitulé « Les misères du patronat » (sic) et dont voici un extrait. Je le recommande à tous nos élus socialistes (c’est désormais un pléonasme), afin qu’ils mesurent eux-aussi la distance entre les anathèmes et la réalité et y réfléchissent à deux fois, avant de prendre des mesures « anti-riches » qui se retourneraient rapidement contre nous tous, si elles devenaient des mesures « anti-patrons ».

- par Oscar du Pont

« Les misères du patronat » de Jean Jaurès (extrait)

"Il n’y a de classe dirigeante que courageuse. À toute époque, les classes dirigeantes se sont constituées par le courage, par l’acceptation consciente du risque. Dirige celui qui risque ce que les dirigés ne veulent pas risquer. Est respecté celui qui, volontairement, accomplit pour les autres les actes difficiles ou dangereux. Est un chef celui qui procure aux autres la sécurité en prenant pour soi les dangers.

Le courage, pour l’entrepreneur, c’est l’esprit de l’entreprise et le refus de recourir à l’État ; pour le technicien, c’est le refus de transiger sur la qualité ; pour le directeur du personnel ou le directeur d’usine, c’est la défense de la maison ; c’est, dans la maison, la défense de l’autorité et, avec elle, celle de la discipline et de l’ordre. Dans la moyenne entreprise, il y a beaucoup de patrons qui sont eux-mêmes leur caissier, leur comptable, leur dessinateur, leur contremaître, et ils ont, avec la fatigue du corps, le souci de l’esprit, que les ouvriers n’ont que par intervalles. Ils vivent dans un monde de lutte où la solidarité est inconnue, ils ne sont pas à l’abri d’une faillite qui peut détruire en un jour la fortune et le crédit d’un industriel. Entre tous les producteurs, c’est la lutte sans merci ; pour se disputer la clientèle, ils abaissent jusqu’à la dernière limite, dans les années de crise, le prix de revient des marchandises, ils descendent même au-dessous des prix de revient, ils sont obligés d’accorder des délais de paiement démesurés qui sont, pour leurs acheteurs, une marge ouverte à la faillite, et s’il leur survient le moindre revers, le banquier aux aguets veut être payé dans les vingt-quatre heures.

Lorsque les ouvriers accusent les patrons d’être des jouisseurs qui veulent gagner beaucoup d’argent pour s’amuser, ils ne comprennent pas bien l’âme patronale. Sans doute, il y a des patrons qui s’amusent, mais ce qu’ils veulent avant tout, quand ils sont vraiment des patrons, c’est gagner la bataille. Il y en a beaucoup qui, en grossissant leur fortune, ne se donneront pas une jouissance de plus : en tout cas, ce n’est point surtout à cela qu’ils songent. Ils sont heureux, quand ils font un bel inventaire, de se dire que leur peine ardente n’est pas perdue, qu’il y a un résultat positif, palpable, que de tous les hasards, il est sorti quelque chose, et que leur puissance d’action s’est accrue. Non, en vérité, le patronat, tel que la société le fait, n’est pas une condition enviable. Et ce n’est pas avec les sentiments de colère ou de convoitise que les hommes devraient se regarder les uns les autres, mais avec une sorte de pitié réciproque qui serait peut-être le prélude de la justice.”


- par Jean Jaurès
le 28 mai 1890 dans “la Dépêche de Toulouse

Photos : © Coll. Musée de l’histoire vivante
-  Montreuil

 


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> "Trop riches, les patrons ? "
1 juillet 2012, par mael  

Arnaud, 40 milliards d’€

Bettencout, 25 milliards d’€

Pinaut, fortune de 15 milliards d’€

Ces patrons méritent sans aucun doute d’être « riches » mais on peut se questionner sur le gigantisme des fortunes amassées (légalement et honnêtement), est ce qu’il moral, utile (...) d’avoir autant de richesse ?

Surtout si l’on compare ces fortunes avec quelques budgets de l’état Français pour 60 millions de personnes :
-  44 milliards pour rembourser les intérêts de la dette,
-  37 milliards pour la défense,
-  11 milliards pour les missions « travail et emplois »,
-  6 milliards pour la justice,

Une loi devrait « plafonner » la richesse d’un individu, il ne s’agit pas d’aimer ou d’haïr les riches/les patrons ou de jalousie entre les gentils pauvres et les méchants riches (spécial dédicace à Paysaa ;)) mais de répartir de manière juste la richesse entre les salariés, dirigeants, actionnaires et l’état.

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par paysaa  

    Mael : Vous copiez carrément ce que j’ai écrit très récemment sur A@P, citant un grand un grand capitaines d’industrie : "le "rôle de l’entreprise est de créer des richesses et celui des politiques de veiller à leur meilleure répartition"...

    Ce qui confirme votre sévère manque de personnalité. A moins, évidemment, que ne m’ayez pas lu et dans ce cas, merci de me dire comment vous pouvez vous permettre de juger mes écrits ?!?..

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par mael  

    Et bé, hier je faisais du A@P, aujourd’hui je fais du Ph, et même du Paysaa...tout fout le camp mon bon monsieur.

    Paysaa, la dédicace était sur les méchants riches et sur les gentils pauvres, pas sur le reste, je vous taquinais et effectivement je ne vous ai pas lu et par conséquent pas copié, pas jugé...

    Repos Paysaa, vous avez fait du bon boulot cette semaine, garder un peu de souffle pour demain, de nouveaux sujets seront à la une d’A@P. Je mets d’ailleurs un billet sur un probable article de Jean-Louis Brasseur sur le mariage gay et l’apocalypse, on va bien rigoler !

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par paysaa  
    Surtout moi...

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par Oscar du Pont  
    Il faut relativiser ce genre de classement, maël. Il s’agit pour l’essentiel de la valeur des actions qu’ils déteinnent dans les sociétés qu’ils pnt crées et pas de l’argent qu’ils ont à la banque ni bien sûr de leurs revenus. Une loi plafonnant la richesse des individus ne peut être que spoliatrice et attentatoire à la liberté individuelle dans un pays démocratique. Inefficace aussi puisqu’elle se traduirait evidemment par l’arrêt immédiat de l’investissemen privé.

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par Autochtone palois  

    Oscar nous dit : "Une loi plafonnant la richesse des individus ne peut être que spoliatrice et attentatoire à la liberté individuelle dans un pays démocratique."

    Pour faire appel à la liberté individuelle pour défendre ces pauvres riches, il ne faut pas manquer d’air. Oscar, mettre un plancher à la "richesse" des pauvres ce serait aussi attenter à la liberté individuelle ?

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    2 juillet 2012, par Oscar du Pont  

    @AP

    Vous avez le droit de préférer l’ appropriation collective des moyens de production, mais jusqu’à plus ample informé nos démocraties sont les garantes de nos libertés individuelles et du droit d’entreprendre . Sortons un peu de ces shémas tout faits et si faciles selon lesquels il suffirait d’appauvrir les riches pour enrichir les pauvres. Si même Jaurès y avait renoncé...

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par pehache  

    Oscar a dit :

    Inefficace aussi puisqu’elle se traduirait evidemment par l’arrêt immédiat de l’investissemen privé.

    Pourtant il a aussi cité Jaurès :

    Il y en a beaucoup qui, en grossissant leur fortune, ne se donneront pas une jouissance de plus : en tout cas, ce n’est point surtout à cela qu’ils songent.

    il faudrait savoir...

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    2 juillet 2012, par Oscar du Pont  
    @PH D’une part, je ne vois pas où est la contradiction. D’autre part, je ne vois pas non plus en quoi le témoignage de Jean Jaurès que j’ai cru utile de rappeler à titre purement documentaire, devrait m’être opposé comme s’il était le mien.

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par pehache  

    En même temps, je ne suis pas très sûr que les contextes soient tout à fait les mêmes, ni que Jaurès aurait écrit le même texte auourd’hui.

    > "Trop riches, les patrons ? "
    25 juin 2012, par JC  

    Lorsque N.Sarkozi citait Jaurès, il s’attirait les sarcasmes de F.Hollande. Les français seraient peut-être étonnés de découvrir à quel point la philosophie socialiste de ce grand homme, a « évolué » en un siècle. Cet article paru le 26 mai 1890 dans « La Dépêche de Toulouse » fut repris dans « LES ECHOS le 1.12.1980 »

    Merci à Oscar du Pont d’en rafraichir aujourd’hui la mémoire...

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par paysaa  

    Sarkozy/Du Pont citant Jaurès !?!?.. Difficile de faire mieux en matière de publicité mensongère. Mais la justice finit toujours par l’emporter car les "veaux" sont aussi des "preneurs de bastille" et... panpan sur le cucul de Sarko-bidon !

    Post Scriptum : Sans oublier la lettre de Guy Moquet imposée dans les écoles où, dans le même élan, l’Internationale faillit remplacer la Marseillaise. Tant qu’à faire !...

  • > "Trop riches, les patrons ? "
    1 juillet 2012, par pehache  

    C’est dingue, paysaa arriverait presque à rendre Sarko sympathique et le faire passer pour un modèle de finesse et retenue.

    Là je dis respect pour un telle performance...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Il est urgent d’écrire une autre symphonie du nouveau monde !
    Affaire Alexandre Junca, un gros travail de flic.
    Suicides durables pour compétitivité et croissance durables. Est-ce soutenable ?
    De l’importance du mot
    Mariage d’amour
    De la transparence à l’opacité programmée !!!
    Multiplions les divisions !
    Le maïs peut-il nourrir l’humanité tout en protégeant la planète ?
    Jusqu’où et jusqu’à quand ?
    Partir en Suisse ?
    Pourquoi se taire ?
    Si la femme est l’avenir de l’homme, l’homme est un avenir incertain pour la femme !
    Mariage ou union pour tous ?
    Je ne discute jamais politique avec des gens qui ne font pas eux mêmes leurs confitures
    La justice fiscale (suite et fin)
    La démocratie en spectacle...ou la dernière tentation de Don king
    Histoires de famille
    « C’est un grand agrément que la diversité. L’ennui naquit un jour de l’uniformité »
    Voitures brulées la nuit de la Saint Sylvestre
    Justice fiscale



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises