Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Don Quichotte et le Matamore

dimanche 17 juin 2012 par Oscar du Pont


Confronté au principe de réalité, François Hollande a adhéré avec enthousiasme au renflouement des banques privées espagnoles, qui aggrave potentiellement notre endettement de 20 milliards d’€.

Il n’aura pas fallu attendre beaucoup plus d’un mois pour que le Président Hollande pactise avec le Diable à queue fourchue et renie le premier de ses engagements, faire plier les banques, ses ennemies. Non pas que cette intervention n’ait pas été justifiée, compte-tenu de l’état désastreux du système bancaire espagnol qu’une économie totalement artificielle a pu maintenir bien trop longtemps sans restructuration majeure et sans véritable régulation. On se
souvient de ces "innovations" défiant tout bon sens comme le crédit immobilier sur 50 années...

Nous voici donc désormais potentiellement les garants directs des banques espagnoles à hauteur de 550€ par contribuable environ, ce qui devrait nous permettre de bénéficier, si les banques devenaient insolvables de 2 semaines gratuites dans une tour de 25 étages sur la Costa del Sol. De quoi faire passer les « avantages » fiscaux donnés aux « riches » par la loi Tepa et qui nous ont valu 5 années de pénibles rappels de la gauche de toutes les vertus, comme une aimable plaisanterie. Car les bilans des banques et des Caisse d’ Epargne espagnoles regorgent en effet d’immeubles terminés mais invendus ou vendus à des propriétaires devenus insolvables ou de chantiers en cours que des promoteurs privés avaient lancé, comme si les arbres montaient jusqu’ au ciel. Grâce aux prêts avantageux que leur concédaient des banques elles-mêmes sans fonds propres suffisants et engagées entre elles dans une compétition sans merci et qui trouvaient sur les marchés financiers, des réserves inépuisables à bon compte. Alors quand les promoteurs, faute de clients, n’ont plus payé leurs dettes et ont rendu les armes, les banques se sont trouvées à devoir reprendre dans leurs bilans des immeubles donnés en garantie, mais sans contrepartie liquide, puisqu’ il n’y a plus de marché immobilier. Avec l’obligation de déprécier rapidement ces actifs devenus illiquides et donc d’afficher des pertes monstrueuses qui ont consommé leurs faibles fonds propres. Et sans possibilité de refinancement de leurs dettes non plus, puisque les agences de notation ne pouvaient qu’allumer très vite tous les feux rouges et fermer d’un coup, le robinet du crédit. En passant, c’est à cela qu’elles servent et je n’entends plus rien à leur sujet.

Mais le principe même d’une aide directe aux établissements financiers espagnols victimes de leur propre cupidité et de leur aveuglement et non pas à l’état espagnol lui-même, n’a pas semblé poser le moindre problème aux socialistes confrontés au principe de réalité. En entendant M Moscovici, entre deux séances de distribution de tracts sur les marchés de Montbéliard, nous dire à quel point il est satisfait de ce bel exercice de stabilisation financière, on croit rêver. Même si on veut bien croire que les espagnols ne nous avaient guère laissé le choix, au cours de cette partie de bras de fer où leur orgueil national n’a pas été la plus petite de leurs ressources pour éviter une immixtion trop grande de l’Europe ou du FMI, dans leurs affaires intérieures et de nouvelles contraintes budgétaires qui deviendraient inacceptables et auraient entraîné une dérive populiste "à la grecque". Donc, il fallait bien se résoudre à renflouer les banques, donc leurs actionnaires privés et tout le système financier, sans d’ailleurs en contrepartie en obtenir des garanties très claires. Même si d’une manière ou d’une autre, à la fin des fins, c’est la consolidation de la dette espagnole qui s’en trouve augmentée.

Car ce qui frappe aussi, c’est le flou qui règne sur l’étendue exacte des dégâts. Le besoin de recapitalisation, chiffré à 40 milliards d’€ initialement a été néanmoins couvert par une provision de plus du double, ce qui d’ ailleurs n’a pas manqué d’inquiéter les marchés, après une brève matinée d’euphorie. Ah les marchés...ces grands satans. Les voici qui agitent à nouveau leur grelots tragiques et s’apprêtent à demander d’avantage d’efforts encore à ceux-là
même qui nous ont promis qu’ils en maîtriseraient les coupables excès. On a bien vu déjà, au pays de Don Quichotte et de Sancho Pança, ce qu’il restera de ces belles promesses. D’ autant que la mutualisation des dettes bancaires pourrait bien constituer au yeux des « sudistes » européens, une alternative à celle des dettes souveraines dont les allemands ne veulent pas entendre parler.

Car les regards se tournent désormais vers l’Italie, un allié opportun, face à un géant allemand placide mais qui finit par trouver toute cette agitation dépensière autour de lui, fort mal venue et fort peu compatible avec sa nature profonde et son sens de l’ordre et de la rigueur. Après la saga de Don Quichotte et de Sancho Pança, apprêtons nous à suivre avec effarement la suite de la Comedia del Arte. Pour y voir aussi Matamore en action. D’ici que ce soit Tartarin qui s’en prenne une.


- par Oscar du Pont
crédit photo : JDD


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Don Quichotte et le Matamore
21 juin 2012, par Rêveur des villes  

Une Europe qui va finir par se scinder en 2 entre Nord et Sud ? avec l’euro N (fort) et l’euro S (faible).

Les taux des états espagnols et italiens à 7% et 6% sur 10 ans... cette situation de rafistolage à coup de rustines à 100, 1000 Mds € ne peut pas aller bien loin.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    21 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Les taux différenciés entre les états sont la juste conséquence du niveau d’endettement donc de la qualité des gestions publiques des états.

    Le loyer de l’argent est le même pour tous. S’y ajoute, en revanche, la prime de risque que le prêteur qui craint de ne pas être remboursé applique à ce loyer, ce qui est à l’évidence raisonnable. La prime est d’ailleurs négative en ce moment sur le bund allemand. C ’est la raison pour laquelle, dans leur grande sagesse, les Allemands ont fini par accepter que les banques servent d’intermédiaires, afin qu ’elles apprécient ces risques en engageant leur bilan, tandis que notre gouvernement socialiste préférerait une mutualisation de la dette par la BCE, qui harmoniserait peut-être les taux entre pays européens, mais aboutirait sans aucun doute à une aggravation de la dette si ces mesures n’étaient pas accompagnées d’une gestion fédérale des budgets et de la fiscalité des états. Nous y courons tout droit et c’est probablement tant mieux.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    21 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Sur le même sujet, j’ajoute que la disparition de Dexia, la banque au trou sans fond qui prêtait généreusement à toutes les collectivités y compris les plus endettées en utilisant des mécanismes douteux auxquels elles ne comprenaient rien, pose de sérieux problèmes de financement à beaucoup d’entre elles et va sans aucun doute ramener de l’ordre dans les écuries d’Augias. Avec comme première conséquence, l’ arrêt prévisible des investissements pharaniques et l’affectation de l ’impôt à la rémunération de personnels extraordinairement excédentaires mais intouchables. Le pire reste donc à venir.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    21 juin 2012, par Rêveur des villes  

    Soit il y aura un effacement partiel de la dette espagnole et autres, avec perte sur les capitaux placés des particuliers, notamment les assurances-vie.

    Soit il y aura une dévaluation qui aboutira au même résultat.

    L’Europe du N a eu le tort de trop prêter et donner sous forme de subventions, pendant longtemps, à l’Europe du S, y créant une croissance artificielle qui ne mène qu’au chaos. C’est peut-être l’idée qui fera que l’Europe n’explosera pas, mais rien n’est moins sûr.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    21 juin 2012, par L’ OURS du Bois  

    nvestissements pharaniques

    O !!!!!!! smiley smiley smiley

  • > Don Quichotte et le Matamore
    22 juin 2012, par paysaa  
    Faut rire ou faut pleurer devant une telle ignorance partisane !!! Je vous rappelle que c’est au duo Giscard Barre que nous devons la privatisation de nos emprunts et donc presque la moitié de notre dette .. Et que c’est la droite en général et Sarkozy en particulier qui ont été les champions en la matière..

  • > Don Quichotte et le Matamore
    22 juin 2012, par L’ OURS du Bois  

    paysaa !!! je ne remettais que ce qui manquais,

    quand a plus partisan que paysaa tu meure

  • > Don Quichotte et le Matamore
    22 juin 2012, par Oscar du Pont  

    On se souvient surtout du dernier emprunt OBLIGATOIRE qui avait été imposé aux contribuables français par la gauche en 83, à peine s’était-elle remise de ses excès de 81, confrontée qu’elle était à des caisses vides. Il semble d’ailleurs qu’on en reparle.

    Quant à la privatisation des souscriptions à la dette souveraine, elle a surtout permis à l’ état de s’endetter au prix de marché et donc de profiter du loyer de l ’argent le plus avantageux. Elle a également l ’avantage de permettre une collecte instantanée et sans frais d’émission. (on se souvient des campagnes à la télé pour les grands emprunts nationaux et de la complexité de leur commercialisation et de leur gestion). Enfin, elle a permis le développement du formidable outil très spécifiquement français qui est constitué par les Assurances Vie. Ce sont pour l ’essentiel les Assurances Vie qui collectent les emprunts d’état. Un mécanisme efficace et une organisation que le militant socialiste de base semble ignorer mais sans aucun esprit partisan bien sûr.

    Je dirais plutôt dogmatique, sectaire ou archaïque.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    22 juin 2012, par paysaa  
    1983 ?!? Vous n’avez rien de mieux DU PONT ? Je comprend mieux vos discours vieillots...

  • > Don Quichotte et le Matamore
    23 juin 2012, par pehache  
    ...dit celui qui juste avant nous parlait de Giscard et de Barre smiley

  • > Don Quichotte et le Matamore
    23 juin 2012, par paysaa  
    Bien sûr "pehache la magagne" mais c’était en rapport avec aujourd’hui. Rien à voir avec les discours passéistes de ce cher Du Pont. Rappeler que le tandem Giscard/Barre est à l’origine de nos problèmes actuels était on ne peut plus d’actualité y compris pour rafraîchir la mémoire de Oscar et Cie. Sur ce, je vous laisse à votre "magagne" et autre ratiocination durant quelques jours voire plus. Adishatz !

  • > Don Quichotte et le Matamore
    23 juin 2012, par Oscar du Pont  

    je vous laisse à ...durant quelques jours voire plus

    Les éléments les plus avancés de l’armée rose ont commencé leur retraite. L’hiver sera rude.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    23 juin 2012, par Valérie  
    C’est dommage Paysaa, car vos analyses sont souvent pertinentes. Quand les soi-disant économistes reconnaîtront ils qu’ils ne comprennent rien aux racines de la crise ?

  • > Don Quichotte et le Matamore
    24 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Expliquez nous tout, chère Valérie. Progressons ensemble.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    24 juin 2012, par Valérie  
    Je mentionnais simplement que l’économie est tout sauf une science exacte. La seule chose qui me paraît évidente c’est que l’Europe ne progressera pas sans une politique commune.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    24 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Pas faux. Mais si la science economique n’est en effet pas une science mathématique, elle obeit cependant à un minimum de règles et de lois qu’il me parait hasardeux d’oublier ou d’espérer nier au prétexte qu’elle serait inexacte

  • > Don Quichotte et le Matamore
    24 juin 2012, par Valérie  
    Et alors ?

  • > Don Quichotte et le Matamore
    24 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Et bien par exemple, espérer une sortie de crise en décrétant la croissance par la dépense publique, espérer la financer par l’emprunt, augmenter les charges qui pèsent sur les entreprises en espérant leur rendre de la compétitivité, soumettre des licenciements à l’appréciation d’un tribunal, taxer lourdement les entrepreneurs en espérant créer des vocations entrepreneuriales, taxer les dividendes des entreprises et espérer qu’elles garderont leurs sièges en France, taxer les transactions financières et espérer que la place de Paris puisse survivre face à celle de Londres, s’imaginer que l’innovation peut être obtenue par la subvention publique..etc...etc... La liste est longue

  • > Don Quichotte et le Matamore
    25 juin 2012, par Valérie  
    Seriez vous de droite ? Vous avez une vision caricaturale de la capacité des socialistes à gérer le pays. Le bilan de dix ans de droite au pouvoir ne plaide pas en votre faveur. En cinq années de gouvernement Jospin nous avons fait mieux que la plupart des pays européens.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par paysaa  

    De passage derrière mon clavier, je tombe pile poil, pour prendre au mot Oscar du Pont à propos de ses "fameuses" règles et autres lois "économiques" dont il nous parle sans en évoquer précisément une seule.

    En voici par exemple quelques unes qui devraient régenter la formation des prix en régime libéral de véritable concurrence :

    -  Atomicité : aucun opérateur n’a la taille suffisante pour influer sur la formation du prix

    -  Libre accès au marché : aucune réglementation, aucun coût n’interdisent jamais l’entrée d’une firme sur le marché ou sa sortie.

    -  Transparence du marché : toutes les informations nécessaires aux opérateurs ( dont les consommateurs) sont disponible sans délai et gratuitement.

    Chacun pourra constater que ces lois basiques de l’économie libérale sont allègrement bafouées par les grands groupes et multinationale qui se drapent de liberté pour mieux asservir l’économie à la finance pure et dure et donc à la spéculation !?!?..

    J’aimerais connaitre le point de vue de maitre Oscar sur cette énormité. J’aimerais qu’il me dise comment on peut faire confiance à des "pseudo-économistes" qui n’obéissent même pas à leurs propres lois !?!?.. Et, tant qu’il y est, qu’il nous dise aussi ce qu’il pense d’une économie qui serait plus éthique sinon morale.

    Est-il normal, par exemple, que les géants de l’agro-alimentaire puisse spéculer sur la nourriture (céréales) alors que, sur notre planète Terre, la malnutrition tue des dizaines de millions d’êtres humains dont une majorité d’enfants ???...

    Est-il normal que des champions de la liberté exploitent l’ignorance, la misère, des enfants ou encore des détenus dans une sorte d’esclavage moderne pour réaliser plus de profits encore ???..

    Oui, je sais, l’économie est une "science" et à ce titre elle n’a pas à s’embarrasser de morale mais alors cher Oscar du Pont, ne faut-il pas réguler ce marché sans foi ni loi où règnent l’argent fou et l’argent roi  ?

    Et si oui, qui doit pouvoir le faire ?

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par mael  

    Et si oui, qui doit pouvoir le faire ?

    Et Pascal Lamy et DSK c’est poulet ?

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par paysaa  
    DSK ?!?!... Lamy ?!?! Vous voulez parler sans doute du FMI, de l’OMC ou encore du BIT ???.. Vous plaisantez ou quoi ?? Ces 3 organismes mondiaux n’ont jamais régulé quoique ce soit ni sanctionné qui que ce soit depuis le début de la crise, bien au contraire, ils l’ont surtout aggravée en accablant les peuples, en punissant les victimes !?!?.. C’est la chose politique qui doit réguler le marché et rien d’autre. Un grand patron de Renault dont j’ai oublié le nom disait très justement que "le rôle des entreprises est de créer des richesses et celui des politiques de veiller à leur meilleure répartition". Mais pour cela il faut que la politique avec un P retrouve droit de cité en Europe car les "techniciens" et autres "banquiers gouverneurs" vont de faillite en faillite.. Seule une Europe politiquement forte est en mesure de peser sur les marchés.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par mael  

    DSK ?!?!... Lamy ?!?! Vous voulez parler sans doute du FMI, de l’OMC ou encore du BIT ??? ... Mais pour cela il faut que la politique avec un P retrouve droit de cité en Europe

    De vrais socialistes en carton !

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Mon cher Paysaa, vous me proposez un copier-coller venu de je ne sais quel manuel du parfait militant et qui reprend un certain nombre de concepts qui visiblement sont incohérents.

    Mais essayons d’y voir clair

    Chacun pourra constater que ces lois basiques de l’économie libérale sont allègrement bafouées par les grands groupes et multinationale qui se drapent de liberté pour mieux asservir l’économie à la finance pure et dure et donc à la spéculation

    Vous nous parlez d’oligopoles , de monopoles ? Ou d’un système concurrentiel ? Je suis évidemment pour la protection d’un système concurrentiel qui garantit les préalables nécessaires à la libre entreprise (atomicité,libre accès et transparence) et je suis contre le développement de monopoles, y compris d’état.

    Est-il normal, par exemple, que les géants de l’agro-alimentaire puisse spéculer sur la nourriture (céréales) alors que, sur notre planète Terre, la malnutrition tue des dizaines de millions d’êtres humains dont une majorité d’enfants ???...

    Ce sont plutôt les marchés que les industriels qui spéculent, puisque la théorie économique nous précise que le prix est la résultatnte d’une offre et d’une demande et qu’il sert précisément à les réguler. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas lutter contre la spéculation strictement financière. Aux politiques d’y mettre bon ordre. Libéralisme ne signifie pas "sans règles", comme on a tendance à essayer de nous le faire croire

    Est-il normal que des champions de la liberté exploitent l’ignorance, la misère, des enfants ou encore des détenus dans une sorte d’esclavage moderne pour réaliser plus de profits encore ???..

    Je ne réponds pas à ce genre d’outrance sans intérêt.

    ne faut-il pas réguler ce marché sans foi ni loi où règnent l’argent fou et l’argent roi ?

    Comme j’ai peur de me faire eng.. par M Péhache si je fais référence au Gosplan, je vous engage plutôt à visionner cet exposé très interessant qui émane du Professeur Bergougnoux dont la compétence et les opinions ne sont guère contestables et qui à mon point de vue, pose assez clairement les enjeux de la nécessaire évolution de la doctrine socialiste face aux changements radicaux que nous sommes en train de vivre.

    Bon visionnage

    A la recherche d’un renouveau du socialisme

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par paysaa  

    Vous voilà pris les doigts dans la confiture Oscar car vous dites être " pour la protection d’un système concurrentiel qui garantit les préalables nécessaires à la libre entreprise (atomicité,libre accès et transparence)" et vous adhérez par ailleurs aux discours de la droite néo-libérale adepte du "laisser faire" économique. Bonjour la cohérence !?!?..

    "Ce sont plutôt les marchés que les industriels qui spéculent, puisque la théorie économique nous précise que le prix est la résultante.." Vous oubliez malheureusement que les décideurs d’aujourd’hui ne sont plus les industriels mais les financiers, les actionnaires.. C’est la finance qui dicte sa loi.

    En fait vous ne connaissez rien à l’économie financiarisée actuelle et c’est uniquement votre anticommunisme maladif qui vous mène, ce à quoi il faut ajouter, hélas, une arrogance toute aussi maladive, celle du seigneur à l’égard du manant tout juste bon à "copier-coller"...Permettez que je vous "merde" cher Oscar !

    Quant à la recherche d’un renouveau pour le PS, laissez moi rire au vu des récents résultats électoraux et de la crise qui n’en finit pas : c’est plutôt la droite UMP et le capitalisme (dixit Sarkozy) qui ont besoin de toute urgence d’un renouveau vous ne croyez pas ?

    Adishatz

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par L’ OURS du Bois  

    ..Permettez que je vous "merde"

    ben après ça, y a plus qu’a tirer l’Adishatz  smiley smiley smiley

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par Oscar du Pont  

    A la demande générale ( !) je rectifie le lien que je vous proposais et qui s’avère erroné. Il s’agit de la présentation du livre co-écrit par Alain Bergougnioux et Daniel Cohen, deux économistes libéraux bien connus et qu’ils ont intitulé.

    "A la recherche d’un renouveau de socialisme"

    Il n’est jamais trop tard pour apprendre,éventuellement même la politesse, cher Paysaa

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par paysaa  
    Votre arrogance d’intello est bien plus crasse cher Oscar

  • > Don Quichotte et le Matamore
    26 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Vous allez vous calmer paysaa ? Ca commence à bien faire. Vous n’êtes pas obligé d’utiliser ce ton à chacune de vos interventions. On n’est pas sur un piquet de grève ici et vous n’avez pas besoin de porte-voix pour débiter des âneries de ce genre.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    28 juin 2012, par paysaa  
    Arré boué Du Pont !... Descendez donc de votre nombril, relisez vous et allez à confesse !..

  • > Don Quichotte et le Matamore
    28 juin 2012, par Oscar du Pont  
    Prou praube Marti ! L’asou né hè pass qué brayré

  • > Don Quichotte et le Matamore
    19 juin 2012, par paysaa  

    "François Hollande a adhéré avec enthousiasme au renflouement des banques privées espagnoles"

    Ben voyons !.. Plus partisan que ça tu meurs.

    L’acidité gastrique monte dangereusement du côté des bayrouistes, l’ulcère n’est pas loin. C’est toujours comme ça quand on ne sait ni gagner ni perdre. Remember l’après municipales de 2008 et ses flots de pleurs et de bile.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    21 juin 2012, par mael  

    Ben voyons !.. Plus partisan que ça tu meurs.

    Et c’est un expert en « groupie attitude » qui parle. Ça c’est drôle, Paysaa !

  • > Don Quichotte et le Matamore
    18 juin 2012, par Daniel Sango  

    Les vannes à destination des banques ont déjà été largement ouvertes par la BCE avec les deux LTRO qui leur ont octroyé 1000 milliards d’euro de prêt.

    Alors 100 milliards de plus ou de moins..

    Le problème de fond reste toujours le même, toujours aussi insoluble pour les cigales françaises : elles n’ont pas le courage de diminuer les dépenses publiques (12 points de PIB de plus que l’Allemagne : 200 milliards d’euro...)

    Et cerise sur le gâteau, la Grèce revient sur la scène, avec sans doute de nouvelles demandes ...

    C’est le point le plus urgent à régler

  • > Don Quichotte et le Matamore
    18 juin 2012, par Oscar du Pont  

    Alors 100 milliards de plus ou de moins..

    Ne mélangeons pas les lignes de crédit ouvertes aux banques par la BCE, avec la recapitalisation des banques espagnoles, soit par injection de capital soit par rachat de leurs actifs "pourris" (defeasance). Ce sont des interventions qui ne sont pas du tout du même ordre, le mécanisme exact n’en ayant d’ailleurs pas été encore tout à fait défini.

  • > Don Quichotte et le Matamore
    18 juin 2012, par JC  
    Merci à Oscar Dupont pour cet article. Je me suis régalé.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Offre d’emploi
    Alexandre - Il n’y a pas de mot
    Je suis partout... un media à part
    La boussole des politiques : Le pouvoir
    Habemus Papam !
    Réformer la France : Un travail de Titan
    Stéphane Hessel : Mort d’un homme lumineux
    Jaurès, m’entends-tu ?
    Le couple Algérie France
    Déjà demain !
    Les "foreurs" et EELV pas prêts d’être d’accord
    Circulation et protection des piétons et cyclistes à Pau...
    Noël en famille
    Gascogne, Béarn : 2013, 2033, deux anniversaires à célébrer ?
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : La situation en 2030
    Béarn 2030 - Un scenario fiction de l’espérance : Le sursaut de 2013
    Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées - Quelle injustice !
    Les Français sont-ils des ânes ?
    Béarn - Paris : La Garbure et Louis Barthou
    Les terriens n’ont rien compris



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises