Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !

lundi 30 avril 2012


Un vent de folie furieuse souffle actuellement chez les soi-disant « défenseurs de l’environnement », devenus idéologiquement des « ANTI-TOUT » : anti- nucléaire, anti-gaz de schiste , anti-hydrocarbures, c’est-à-dire en fait anti-énergie, anti-civilisation, anti-progrès.
Ils viennent encore de démontrer leur virulence « dite pacifique » ce dernier week-end à La Seyne-sur-Mer et à Brégançon en déclarant une guerre maritime dénommée à l’origine « Trafalgar du gaz de schiste », puis « non aux forages exploratoires au large de nos côtes  » afin de dénoncer l’attribution et le renouvellement de permis de recherche d’hydrocarbure en Mer Méditerranée et en Guyane .

Les forcenés de l’écologie

Depuis que le principe de précaution est inscrit dans notre Constitution, l’arbitraire de leur doctrine bloque toute recherche et avancée scientifique. C’est scandaleux et inquiétant pour l’avenir de notre pays. Ils ne font confiance ni à la science, ni aux hommes, mais, en maîtres d’école donneurs de leçons, ils veulent imposer par la force leur idéologie.
Que font-ils donc dans notre société moderne et industrialisée qu’ils réfutent ? Que ne vont-ils rejoindre la communauté des Amish en Amérique du Nord et se déplacer en voiture à cheval, ou, mieux encore, vivre en autarcie leurs convictions au sein d’ une nature restée vierge, hostile et non domestiquée , en pleine forêt amazonienne par exemple, comme au temps de l’homme de Néanderthal ?

Les politiques aussi

Cette bronca contre les hydrocarbures est, hélas, reprise par tous les partis politique français et aujourd’hui encore, à la veille d’une échéance électorale cruciale, tous les postulants à l‘investiture pour la présidentielle font de la surenchère.
La démagogie et le clientélisme prennent le pas sur le pragmatisme, et le mensonge ou la langue de bois, sur le réalisme.
C’est du prêchi-prêcha dans tous les sens, et les promesses fleurissent malgré des perspectives peu réjouissantes et une dette abyssale dont il faudra bien un jour s’acquitter. En France, nous ne possédons ni gaz, ni pétrole, et nous devons donc les importer et les acheter aux pays producteurs au prix du marché mondial. C’est une logique incontournable. Malgré nos gesticulations, nos protestations et vociférations cela nous coûte 68 milliards d’euros par an directement ponctionnés sur tous les consommateurs que nous sommes. Que faire ?

Un peu de réalisme

Nos défenseurs de l’environnement et les collectifs qu’ils mobilisent sont actuellement farouchement opposés à tous forages exploratoires de gaz ou pétrole conventionnel ou non à terre ou en mer. Que ce soit en France métropolitaine ou en zone économique exclusive (ZEE) attenante à nos côtes ou sur la totalité de la ZEE mondiale qui nous a été concédée.
Ils manifestent bruyamment contre l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures mais ils ne s’opposent pas à leur achat à l’étranger pour satisfaire leur confort actuel et soutiennent les grévistes qui s’opposent à la fermeture de raffineries en faillite ou en difficulté. ON RÊVE !
Ces gens croient encore que la France doit être un exemple pour le monde et sont persuadés que les idées qu’ils professent deviendront, comme la liberté, universelles ! Quelle arrogance ! La France n’est plus une nation majeure, et les idées dont ils sont les chantres ne feront que l’enfoncer dans le classement des nations. Le Général de Gaulle, dont personne ne contestera les qualités de visionnaire, avait bien compris que la grandeur de notre pays était conditionnée par son indépendance énergétique ; faute d’avoir pu conserver le Sahara, il avait donné un coup d’accélérateur au programme nucléaire civil, ce dont nous ne pouvons tous que nous féliciter aujourd’hui.
Autour de nous, aujourd’hui, toutes les nations majeures encouragent la recherche des énergies fossiles, au prix parfois d’accidents dramatiques : mais chez elles le pragmatisme l’emporte. La Grande-Bretagne, qui avait émis un moratoire sur le gaz de schiste, vient de le lever, estimant que la stimulation hydraulique ne présentait aucun des risques incontrôlables dont l’affublent chez nous ses détracteurs. La Pologne va produire du gaz de schiste en 2014. Allemagne, Pays-Bas, Suède, Danemark, Hongrie, Ukraine, Roumanie, Espagne se sont lancés dans la recherche des hydrocarbures dits non-conventionnels. Que dire des États-Unis, de la Chine, de l’Argentine qui ont des ressources considérables qui feront que le prix du gaz va rester bas sur le marché mondial (hormis pour les contrats mal ficelés passés par la France) pendant très longtemps et celui-ci concurrencera avantageusement les énergies renouvelables pendant quelques décennies.

Quid du produire français ?

Par ailleurs, le nouveau slogan politique consensuel c’est le » produire français », la ré-industrialisation. Certes, nous avons vu disparaitre des joyaux industriels et des filières comme la sidérurgie, la machine-outil, la chimie, le textile, le cuir, le bois, etc.
Mais, d’une part, l’air du temps chez nous est hostile aux activités industrielles (sources de nuisances et de pollution), incrédule en ce qui concerne l’innovation technologique (homme = apprenti sorcier) et, de plus, farouchement contre les « patrons » dont pourtant l’immense majorité sont les entrepreneurs dont nous aurions tant besoin mais que tout est fait pour décourager.
D’autre part, se battre contre la mondialisation c’est reprendre la lutte de Don Quichotte contre les moulins à vent. Ce n’est pas sur les activités à forte main-d’oeuvre que nous reprendrons pied, mais sur le haut de gamme et l’innovation technologique (un gros mot pour certains). Ce qu’il nous faut, c’est moins d’ouvriers et plus d’ingénieurs et de techniciens supérieurs.
Et puis, tant qu’à produire en France, pourquoi ne pas produire cette énergie dont nous avons absolument besoin : tous les politiques confondus et consorts s’acharnent aujourd’hui à dénigrer, à contester et à combattre violemment notre industrie pétrolière et parapétrolière, avec des arguments d’une incroyable légèreté (nous en avons pour preuve les multiples courriers que nous avons reçus des politiques comme des responsables associatifs).

Les pétroliers ne sont pas des ploucs !

Disons-le à nouveau bien fort : les pétroliers ne sont pas « les gros rustiques » que certains imaginent. Il y a beaucoup de matière grise et de technologie dans l’industrie pétrolière, et il y a encore beaucoup de défis technologiques à relever. Mais que l’on fasse un minimum confiance aux géologues, ingénieurs et techniciens pour les aider à les relever au lieu de les clouer au pilori ! Dans notre métier, nous avons tous été confrontés à des situations imprévues, dans des environnements souvent difficiles et nous n’avons pas à rougir de nos capacités à solutionner les problèmes les plus ardus.

Conclusion

Alors halte aux cassandres ! Produisons des hydrocarbures français dans l’attente d’une énergie de substitution car les énergies renouvelables ne pourront satisfaire tous les besoins.

Bordes, le 21 avril 2012

- par Jacques Sallibartant, Président et Jean-Claude Rémondet, Vice-président de
l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole

Contacts : Tél : 05 59 53 22 89 - Email : foreurs@orange.fr - Web : www.foreurs.net


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
1 mai 2012, par oscar  

Il est assez ahurissant en effet et tout particulièrement en Béarn, cette région qui s’est si longtemps honorée d’ avoir envoyé dans le monde plusieurs générations d’experts pétroliers, de voir à quel point une minorité dont certains parmi elle ont oublié qu’ils ont vécu du pétrole à une époque où son exploitation n’était sans doute pas aussi précautionneuse qu’aujourd’hui, affiche un jusqu’au boutisme outrancier, en niant à ceux qui savent le droit de nous faire avancer. C’est à croire que vos efforts, Messieurs, en risquant de repousser les funestes échéances qu’ils agitent comme des épouvantails, auraient également pour effet d’invalider leurs théories, de déprécier leur dogme et éventuellement de les guérir de leur paranoïa. Je vous félicite d’avoir donné votre point de vue éclairé, c’est courageux ici et vous invite à nous informer plus souvent de l ’état de l’art, en matière de recherche et d’exploitation de l’énergie fossile. En particulier sur l ’exploitation du gaz de schiste, ses dangers réels ou supposés. Il est à peu près évident que l ’absence de solution alternative sérieuse, nous obligera un jour à y avoir recours, de gré ou de force. Mais dépourvus de ce savoir faire et arqueboutés au principe de précaution, nous ferons appel à des sociétés étrangères pour exploiter notre sous-sol.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par pehache  
    Notre société est comme un drogué (au pétrole) qui a peur d’être en manque et qui est prêt à tout pour avoir sa dose.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par oscar  
    Nous sommes également drogués à l’air, à l’eau, au soleil et aux vitamines. Mais tant qu’il ne sera pas possible de s’en passer, il serait suicidaire de ne pas rechercher les moyens de prolonger son usage, quitte à ce que son renchérissement en provoque la diminution relative. Je note avec stupeur d’ailleurs que les Verts ne se sont pas élevés contre le projet démagogique de blocage des prix du carburant que propose M Hollande et qui va à l’encontre de leurs principes les plus élémentaires, l ’ajustement de la demande ne pouvant s’effectuer que par les prix (hélas).

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par pehache  

    Mais tant qu’il ne sera pas possible de s’en passer...

    Ce qui n’est qu’un postulat. L’héroïnomane qui craint de manquer aussi pense qu’il ne serait pas possible de s’en passer.

    Par ailleurs je n’ai pas suggéré qu’il fallait s’en passer totalement, mais par un glissement sémantique c’est ce que vous me faites dire.

    Mais quand réellement il n’y en aura plus assez (que ce soit demain, dans 10 ans, ou dans 50 ans), il faudra bien faire autrement, non ? Mais bon, de plus en plus je me dis que l’humanité est collectivement incapable d’anticipation.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par oscar  
    Glissade sémantique que j’aurais sans doute évitée si vous n’aviez pas utilsé le mot drogue ou comparé du pétrole à de l’ héroine par exemple(qui glisse là ?). Mais je suis d’accord avec vous sur le fond, contrairement aux apparences. Dès que je pourrai me passer du pétrole en utilisant des énergies de substitution moins polluantes, aussi pratiques d’utilisation et moins chères, je le ferai sans hésitation. Le marché se chargera d’ ailleurs tout seul de nous désintoxiquer. Mais ça, je reconnais que c’est dur à avaler. Ce serait tellement plus agréable de se tirer dans les pieds volontairement pour affronter l’inélucatbale quand il ne l’est pas encore tout à fait.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par pehache  

    Votre confiance dans les marchés pour nous désintoxiquer le moment venu ne repose sur rien d’autre que la foi. Oh certes il le feront, mais à leur manière : c’est à dire brutale. Car si collectivement nous sommes incapables d’anticipation, les marchés en sont le reflet.

    Ce que vous appelez "se tirer dans les pieds volontairement pour affronter l’inélucatbale quand il ne l’est pas encore tout à fait.", j’appelle ça tout simplement prévoir. Ce que sont censés faire les politiques aux manettes, normalement.

    Mais aucun n’ose car ce n’est pas populaire, il n’y a qu’à voir votre réaction...

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par Rêveur des villes  

    Mais tant qu’il ne sera pas possible de s’en passer...

    Même s’ils sont minoritaires, figurez-vous que de nombreuses personnes s’en passent ou utilisent rarement une voiture, en location. J’en connais même à Pau et avec un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne ! Pour les autres, la grande majorité, la voiture est une habitude, quelque chose comme allant de soi. Certains en ont réellement besoin, effectivement, d’autres pas.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par oscar  
    Je ne roule en voiture en ville que pendant le Grand Prix smiley . Sinon, je préfère y marcher ou y circuler à vélo. C’est très agréable, même si des progrès restent à faire pour sécuriser les pistes cyclables. Et j’ achèterai un vélo électrique dès que mon gisement de pétrole interne sera en fin d’ exploitation. Je sais, je suis très pénible.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par Rêveur des villes  

    Toujours le mot pour rire, hein ?...

    2 M€ d’argent public pour 1 heure de véritable spectacle... On critique les politiques, mais il y en a qui cautionnent ça sans état d’âme, simplement parce que c’est leur petit plaisir et qu’ils placent cela au-dessus de tout. On va quand même pas dire que les courses de clios sont spectaculaires, et les pépés qui font coucou depuis leur tacot de collection peuvent le faire très bien sur une route départementale (ils le font d’ailleurs, ça n’engagent qu’eux et là, il n’y a aucun pb).

    Il existe pourtant une ville à embellir. (Point de vue depuis le Bd, centre ville...) La rénovation des pôle Gambetta et Joffre montre qu’il peut y avoir des réussites esthétiques modernes. Il existe un tourisme des belles villes de taille moyenne, dans lesquelles les gens passent une demi-journée, une soirée et une nuit parce qu’elles méritent la peine d’être vues. Pour cela, il faut qu’elles soient rénovées avec goût. Il y a eu ces belles réalisations de pôles Gambetta et Joffre mais bien des choses restent à faire (et à corriger) pour la vie de base de son CV (logement, commerces) et son potentiel touristique, certes limité, mais réel comme celui de toutes les villes de tailles moyennes qui possèdent quelque chose de particulier, et c’est le cas de Pau avec le Bd. (Et en plus, les Pyrénées et Lourdes ne sont pas loin...). Voilà par rapport à l’argument des retombées...

    Il y a de nombreuses choses urgentes et importantes à réaliser alors arrêtons cette bêtise de 2 M€ d’argent public pour une heure de spectacle.

    Le GP appartient à l’histoire de Pau et il est temps de changer d’époque.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par oscar  
    Je reviens du Parc Tissié. Je suis allé y saluer des amis américains, anglais, allemands, suisses et français aui partagent la même coupable passion. Je les ai trouvés heureux malgré la pluie de découvrir une ville qu’ils ne connaissaient que dans les livres d’histoire automobile et dont ils apprécient avec étonnement, l ’extraordinaire positionnement géographique et le bel ordonnancement. Certains, sont venus dès le début de semaine et d’autres ont bien l’intention de visiter nos montagnes après le GP. J’ ai été fier de les accueillir chez nous. Je tâcherai de leur éviter des rencontres avec les râleurs des villes, afin qu’ils ne gardent du Béarn que le meilleur souvenir. Ceci dit, inutile de ranimer les rancoeurs, je contate avec plaisir que le GP ne suscite pas cette année autant d’animosité certes minoritaire mais bruyante que l ’an passé et je m’empresse de fermer le ban.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par Rêveur des villes  

    Vous nous présentez le GP comme un conte de fée, sourd à l’argument financier... et vous accuserez ensuite la ville ou l’Etat de gaspillage d’argent public !

    Il est temps qu’un maire responsable balaie ces lobbies néfastes qui obtiennent si facilement des sommes beaucoup trop importantes pour leur petit plaisir.

    La plupart des gens ne savent pas ce que coûte le GP et ce qui pourrait être réalisé pour le même coût en lieu et place de cela. Ce n’est pas votre cas.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    5 mai 2012, par JP  
    http://www.dailymotion.com/video/x17s4a_le-velo-de-mamere_news

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par JC  

    Merci pour cet article frappé au coin du bon sens.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par pehache  

    "Le fondement du constat bourgeois, c’est le bon sens, c’est à dire une vérité qui s’arrête sur l’ordre arbitraire de celui qui la parle."

    Roland Barthes

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par Contribuable Palois  

    post @Pehache

    J’aurais apprécié (et d’autres aussi probablement) avoir votre réponse à la question mise en ligne par Peyo dans la journée.

    Vous Pehache avez écrit ce matin "vu que que A@P a passé le tract de "VigiSaumon", il fallait bien passer le tract syndico-corporatiste des pétroleurs pour faire bon poids. On pourrait [dire( ?)] 1 partout la balle au centre, mais c’est plutôt : démagogie 2 - 0 "

    sur quoi Peyo s’interrogeait

    "pourquoi Pehache utilise-t-il ce terme de " pétroleurs ". Le sens de pétroleur/pétroleuse ("qui incendie avec du pétrole") ne peut s’appliquer ici. L’autre sens fortement méprisant laisse entendre qu’il s’agirait de gens prêts à tous les excès pour satisfaire leur appétit inextinguible pour les hydrocarbures . Est-ce cela ?"

    Nous éclairerez-vous Pehache sur ce pétroleur arrivé sous votre plume de façon pas forcément fortuite ?

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par L’Aquitain  

    Tout à fait propre les forages dans des pays peu ""réglementés"" au niveau de l’environnement...Voir en Afrique par exemple. Le gaz de schiste,une chance pour l’humanité et les nappes phréatiques mais les ingénieurs et techniciens nous permettrons de survivre chimiquement

    > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par pehache  

    Vu que que A@P a passé le tract de "VigiSaumon", il fallait bien passer le tract syndico-corporatiste des pétroleurs pour faire bon poids.

    On pourrait 1 partout la balle au centre, mais c’est plutôt :

    démagogie 2 - 0 réflexion

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par gueule  
    cassandre

    Tourtes les prédictions de Cassandre se sont pourtant révélées exactes !

    Elle fut aussi aimée et elle se promit à lui en échange de l’apprentissage de l’art de la divination. Mais une fois instruite, elle n’accorda Apollon qu’un simple baiser en se moquant de sa naïveté. Alors le dieu, qui ne pouvait reprendre son don, lui retira le pouvoir de persuader et malgré l’exactitude de ses prédictions, personne ne la croyait jamais : • le malheur résultant du voyage à Sparte de Pâris qu’elle avait reconnu lors des jeux funèbres. • Elle prévient Oenone de l’inanité de l’amour de Paris (Ovide, Héroides 8,115) • le danger du cheval de Troie. • la destruction totale de Troie. • la mort d’Agamemnon et sa propre mort.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par gueule  
    Très sainte inquisition des lobbies

    Les mêmes scientifiques raisonnables affirmaient à l’époque l’innocuité du plomb, de l’amiante, etc... ET ce brave professeur Pellerin, éminent scientifique qui affirmait que le nuage radioactif de Tchernobil ne pouvait pas franchir la frontière... Arrêtez d’opposer la soi-disant science infaillible des lobbies au supposé obscurantisme rétrograde écolo. On se croirait revenu à la très sainte inquisition pour laquelle toute contestation du dogme était forcément diabolique puisque hors dogme.

    Lire : en français, http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/10/quand-le-gaz-de-schiste-libere-son-poison

    http://archives.tdg.ch/actu/monde/etats-unis-gaz-schiste-plomb-aile-2011-06-26

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par gueule  

    Les mêmes scientifiques raisonnables affirmaient à l’époque l’innocuité du plomb, de l’amiante, etc... ET ce brave professeur Pellerin, éminent scientifique qui affirmait que le nuage radioactif de Tchernobil ne pouvait pas franchir la frontière... Arrêtez d’opposer la soi-disant science infaillible des lobbies au supposé obscurantisme rétrograde écolo. On se croirait revenu à la très sainte inquisition pour laquelle toute contestation du dogme était forcément diabolique puisque hors dogme.

    Lire : en français, http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/10/quand-le-gaz-de-schiste-libere-son-poison

    http://archives.tdg.ch/actu/monde/etats-unis-gaz-schiste-plomb-aile-2011-06-26

    Très sainte inquisition des lobbies

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    30 avril 2012, par peyo  

    Il faudrait nous donner la clé pour comprendre la réaction de Pehache.

    Il juge démagogiques les 2 tracts, celui des Saumons vigilants et l’autre le "tract syndico-corporatiste des pétroleurs". Il trouve que c’est démagogique ; c’est possible, et c’est son droit légitime de le penser.

    Par contre pourquoi Pehache utilise-t-il ce terme de " pétroleurs ". Le sens de pétroleur/pétroleuse ("qui incendie avec du pétrole") ne peut s’appliquer ici. L’autre sens fortement méprisant laisse entendre qu’il s’agirait de gens prêts à tous les excès pour satisfaire leur appétit inextinguible pour les hydrocarbures . Est-ce cela ?

    Eclairez-nous Pehache .

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    1 mai 2012, par Maximo  
    en matière de critique constructive, t’as déjà écrit mieux PH smiley

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par pehache  

    en matière de critique constructive, t’as déjà écrit mieux PH

    Je me mets au niveau du tract du syndicat des pétroleurs smiley

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par peyo  
    Pehache a écrit
    Je me mets au niveau du tract du syndicat des pétroleurs
    On imagine que Pehache doit habituellement fréquenter des clubs élégants, sans une goutte de pétrole dedans (encore qu’ils soient peut-être sponsorisés ?), des clubs internationaux bien plus sélects que l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole. Mais Pehache se met au niveau, avec juste le mépris qui sied à celui qui sait.

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    4 mai 2012, par pehache  

    Il est vrai, Peyo, que le tract du syndicat des pétroleurs n’est absolument pas méprisant envers ceux qui ne pensent pas comme eux. Et qu’ils ne prennent pas un seul instant la posture de "ceux qui savent"...

    Pas du tout du tout...

    Leur prose est un exemple d’objectivité et de respect des autres, c’est une évidence.

    Il y a de sacrés comiques par ici smiley !

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    2 mai 2012, par saumon  
    NON au prospections et l’extraction d’hydrocarbures dans le secteur Salies de béarn, Bellocq, Caresse, Berenx,

    Bonjour La démagogie est plutoot du coter des exploitants qui contourne la lois Car si le gaz de schiste est aujourd’hui interdit en France ce n’est peut etre pas pour rien De ce fait tous bon citoyen riverain se doit de rester vigilant quand il voit arriver des compagnie pétrolière

    Quand au personne qui ont encor des position pro nucléaire et pro gaz de schiste ce sont simplement des personne sous informer réactionnaire

    je rappel que tout les eaux douce de l’est de la France sont déjà polluer au pcb et que le poisson n’est plus consommable v’a t on laisser polluer le reste ?

    Paradoxal de prendre parti pour le nucléaire et nous parler de l’avenir economique de la france à l’heure où personne n’est capable de définir le cout du démantèlement d’une central

    Et puis tout simple à quoi me servirait d’avoir du gaz pour chauffer ma casserole si je ne peut plus rien y mettre

    Wesh 2-1 pour les saumons

  • > Hydrocarbures : Halte aux cassandres , produisons français !
    3 mai 2012, par pehache  

    La démagogie est plutoot du coter des exploitants qui contourne la lois"

    Sources ?

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    France - Exporter : l’urgence nationale
    Séparation ?
    UPPA - Ouï à l’I.A.E.
    Un accord historique
    Laurence Parisot et le Medef pour la fin de l’acier en France ?
    Soficar : Un monument du territoire
    Les faiseurs d’affaires
    Un appel de l’Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole
    Grand Pau - "Et le chômage, bordel !"
    Coup de fourchette : Les « Maîtres Restaurateurs en Béarn et Soule »
    L’Argentine n’est pas la Grèce
    Crise économique : L’exemple argentin
    Compétitivité des entreprises à Pau : les conséquences d’Idélis
    T.V.A. et T.N.T.
    Energie peu chère, c’est fini !
    L’homéopathie peut-elle soigner la France ?
    TVA et Traviata
    Rigueur et rigueur
    Des Européens bien naïfs
    PAU - L’ère des restrictions budgétaires a débuté...



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises