Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu

mardi 28 février 2012 par Daniel Sango


Dans un article paru lundi 27 février sur AP, BAP (Béarn Adour Pyrénées) discute mon article paru le 6 février "Désenclavement on nous ment"

Je regrette tout d’abord que BAP ait eu du mal à me comprendre, "dans un texte dont la clarté et l’exactitude ne sont pas, il est vrai, les qualités dominantes."

C’est sans doute dû à la manière simpliste avec laquelle fonctionne un lobby, qui n’a pas pour caractéristique de faire une analyse ni complète ni objective des faits. Un lobby part du résultat à obtenir, et essaye ensuite par tous les moyens de construire un pseudo argumentaire menant à sa conclusion.

D’autre part, que BAP se rassure, je n’ai pas l’intention ni de boucher le tunnel du Somport ni de détruire l’A65. Je souhaite simplement faire qu’on ne recommence pas les mêmes erreurs, dans une période où l’Etat est en faillite, ces coûts inutiles étant in fine à la charge du contribuable.

Je dois quand même noter avec satisfaction que BAP ne dément pas l’affirmation fondamentale que je fais, et qui indique qu’il n’y a pas de lien entre désenclavement et développement économique.

"Depuis des décennies les politiciens régionaux et les lobby associés à la route prédisent un avenir cataclysmique pour le Béarn s’il n’est pas doté des moyens les plus perfectionnés et les plus rapides pour le relier à toutes les parties de la planète. Il se trouve fort heureusement qu’il n’en est rien, et l’histoire récente démontre le contraire. Mais il est beaucoup plus facile pour un politique de gesticuler pour réclamer que le gave de Pau devienne navigable que de régler les problèmes de circulation dans sa ville. "

Ceci étant acquis, après les lettres, passons aux chiffres.

Le tunnel du Somport.

Mes chiffres de circulation en vallée d’Aspe proviennent de l’entité qui gère la nationale 134. Les chiffres plus complets qui m’ont été communiqué sont les suivants :
-  Comptage d’Asasp : 2370 véhicules/j
-  Comptage avant tunnel : 738 véhicules/j dont 18% de PL
-  Comptage col du Somport : 480 véhicules/j
-  Il passe donc 258 v/j dans le tunnel

Pour BAP il passerait 1058 v/j dans le tunnel... un vrai mystère... Ce chiffre n’est d’ailleurs même pas vraisemblable par rapport aux comptages d’Asasp...

Quelques notions d’économie des projets.

Je suis toujours étonné de voir que BAP qui rassemble toute la fine fleur des industriels de la région, qui sont donc des gestionnaires de qualité, veulent que l’Etat n’applique pas du tout les mêmes règles qu’ils appliquent eux à leurs entreprises.

"Dire que ces infrastructures sous utilisées coûtent une fortune pour les contribuables est doublement faux puisque les infrastructures en question sont de plus en plus utilisées au fil du temps"

Le rédacteur ne doit pas être tout à fait informé de la manière dont on évalue la rentabilité d’un projet.

Dans un premier temps des investissements sont réalisés, puis à la fin de la réalisation, un flux financier positif traduit la phase d’exploitation de l’ouvrage. La rentabilité du projet s’évalue entre les flux investis et les retours diminués des coûts de fonctionnement, ces flux étant actualisés.

Mais il existe un facteur que n’a pas l’air de connaître BAP c’est le facteur temps. Les flux doivent être actualisés, et sans rentrer dans le détail d’une notion qui n’est pas l’inflation, on comprend très facilement que : la période d’investissement doit être la plus courte possible, et le retour du flux financier doit être aussi le plus rapide et le plus important possible. Un retour sur investissement faible durant les premières années est la mort économique d’un projet.

Je suggère à BAP de mieux informer le rédacteur de cet article sur une notion que je croyais connue de tous ses adhérents.

Un deuxième point est important, et il est lié au premier, c’est le couple coût/temps. Un coût doit être assorti d’un repère temps. On parle d’euro 2010, ou d’euro courants ou d’euros constants.

Ceci est bien sûr fondamental dans un projet. Le coût d’une route en projet est évaluée en euro de la date de l’étude mais le coût réel le sera en euro de la réalisation c’est à dire dix ans après. En restant simple et avec 2% d’inflation, si son coût technique évalué est 100 la route coûtera 122. Ceci si rien n’a aggravé par ailleurs le coût du projet.

On voit bien qu’il est majeur de savoir de quoi on parle...

Mais cela n’est pas tout ! Dans la vie d’un projet on distingue différentes phases, avec des chiffres qui vont sans cesse varier, en général en s’affinant.

On distingue tout d’abord une phase d’études préliminaires, dans laquelle on compare différentes solutions et pour lesquelles on estime les coûts avec une incertitude qui est variable suivant les métiers mais dont l’ordre de grandeur est souvent de + ou - 30% Dans un deuxième stade on passe a une phase avant projet dans laquelle la solution retenue est travaillée et estimée avec plus de précision, l’incertitude reste de + ou - 20% On passe ensuite à la phase Appel d’Offre et clarifications dans laquelle nous sommes confrontés à la réalité financière des propositions. On est souvent, pour ne pas dire toujours, dans la partie haute des coûts estimés.

Le contrat lorsqu’il est signé n’indique pas encore le coût final de l’ouvrage, il existe une clause de révision des prix qui va tenir compte de l’évolution d’un certains nombre de facteur, (inflation, coût horaire, matières premières, etc...)

Mais ce n’est pas encore le coût final, car durant la réalisation, le maître d’ouvrage demandera des modifications, des aménagements qui vont en augmenter le coût.

Tout cela pour dire que si on veut faire passer la pilule on parlera du coût d’un ouvrage en prenant la fourchette basse et en euro de 2006. Alors que pour être réaliste il faut parler de la fourchette haute et en euros inflatés à dix ans. La différence est facilement de plus de 50%.

Cela peut faire que l’on peut tout faire dire aux chiffres, surtout avec la mauvaise foi d’un lobby.

Par exemple, mes chiffres concernant le barreau LGV proviennent d’un dossier spécial de Sud Ouest dans lequel les différents tracés du barreau sont envisagés. Je cite Sud Ouest :
-  Scénario A entre 1,5 et 2,2 milliards d’euro
-  Scénario B entre 1,8 et 2,6 milliards d’euro
-  Scénario C entre 2,1 et 2,6 milliards d’euro
-  Scénario D entre 1,9 et 2,8 milliards d’euro

Avec l’éclairage donné plus haut, qui a raison, moi qui donne entre 2 et 3 milliards d’euro, ou Monsieur BAP qui affirme que ce sera entre 1 et 2 milliards d’euro ?

Il en est de même pour le projet de la Pau / Oloron, ce n’est pas 300 millions mais sans doute 4 à 500 millions d’euro qu’il faudra payer.

Je pense qu’une fois de plus BAP ne trouvera pas mon propos clair.

Il aura certainement au moins eu le mérite d’informer nos lecteurs avec plus d’objectivité que celle d’un lobby qui n’œuvre absolument pas pour le Béarn, mais pour son seul intérêt.

par Daniel Sango


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
2 mars 2012, par Rêveur des villes  

Sur la LGV, cet article n’est pas très clair et je ne retrouve pas le dossier de SO. Est-il question du tronçon Bx-Dax ou Mdm-Pau ?

Dans tous les cas, le fait qu’il n’y ait pas d’estimation précise montre le peu d’intérêt qui est accordé à ce projet, par RFF. A leur décharge, ils ont en face des guignols qui veulent seulement se faire voir auprès du bon peuple, qui se moquent de la faisabilité financière, pas motivants comme partenaires...

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    2 mars 2012, par Daniel Sango  

    Il s’agit des 4 scenari du barreau LGV Béarn Bigorre. Et tout est très clair, il est normal comme je l’explique dans l’article de communiquer des fourchettes assez larges puisqu’il s’agit d’études préliminaires. Cela ne montre pas le peu d’intérêt c’est normal d’avoir des fouchettes. Il en est de même pour Toulouse ou l’Espagne.

    Pour le financement, là c’est une autre paire de manche voir mon dernier article sur ce thème

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    3 mars 2012, par Rêveur des villes  

    J’ai fini par retrouver une source : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2011/10/03/lgv-les-4-traces-a-la-loupe,213870.php

    Une fourchette pour un coût de 1 à 1,5, est-ce bien sérieux ?!

    Je reprends les chiffres avec une médiane, c’est plus clair : scanario A, hypothèse moyenne : 1,85 Mds €. Scenario B : 2,2 Mds € (+ raccord à l’existant ?).

    Bx-Toulouse est évalué précisément à 5,3 Mds €. Ce dossier est bien plus avancé et c’est logique.

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    3 mars 2012, par Rêveur des villes  
    Si tout est trop cher et qu’une modernisation entre Pau et Dax ne ferait gagner que 6 minutes ( ?), il ne reste à négocier qu’une augmentation du nombre de trains entre Pau et Dax (ou Bx) afin que toutes les connexions soient bien assurées, en compensation de l’absence de LGV.

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    3 mars 2012, par Rêveur des villes  

    PS : la voie Pau-Dax va être rénové dans les 2 ans (et c’est déjà une bonne nouvelle) sans même que les questions de relèvement de vitesse soient intégrées. Pour RFF tout cela n’est pas rentable et point barre. "Dot com" !

    La question se reposera peut-être dans qqes décennies selon l’état des choses...

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    28 février 2012, par Maximo  

     smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley

    > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    28 février 2012, par oscar  

    Merci Monsieur le Professeur, pour ce cours de contrôle de gestion, chapitre "Les flux financiers", alinea "discounted cash flow" ou "time value of money" , sorti tout droit du petit précis du contrôleur financier des Pétroles d’ Aquitaine et qui constitue en effet une solide base de référence elle aussi très actuelle et parfaitement utile au débat. Que je clos d’ailleurs immédiatement en laissant l’estrade à ceux qui détiennet la vraie vérité car ils sont sachants et tiennent à ce que ça se sache.

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    28 février 2012, par Daniel Sango  

    Merci de me remercier

    Il faut donc conclure que celui qui ment c’est BAP. C’est mieux en le disant.

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    28 février 2012, par Henri IV3/4  
    Bonjour Messieurs, Vous démissionnez Oscar ? Aprés la victoire Du..jardin,il serait dommage que votre silence (v)erdure... Merci encore.

  • > Des chiffres et des lettres : BAP a encore perdu
    29 février 2012, par Autochtone palois  
    Merci maître Sango smiley. La vérité avance à petits pas, mais avance. smiley

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Au pays de Poulit l’Enchanteur
    L’électricité : enjeux et défis
    Pau - Accès automobile au parking Aragon
    L’inanité des politiques ?
    Pau - Qui trop embrasse mal étreint !
    Pau - L’heure des choix
    Pau - Médiathèque André Labarrère : Question de détail !
    La Puyoô-Pau rénovée en 2013
    Route ou rail en vallée d’Aspe ?
    Pau - Culture pour tous : Y compris pour les handicapés ?
    A 65, le dessous des cartes...
    La nouvelle Pau-Bordeaux arrive !
    Péage Pau Bordeaux Pau = 43,80 €. Faisons payer les élus !
    BAP : « Pour l’administration française, Saragosse n’existe plus »
    Bordeaux-Pau : L’autoroute de la prospérité
    ‪Pau - La vache qui implorait Miséricorde ! (acte 5)‬
    IDEcycle, ma chère idée...
    Avec le trésor, certains continuent de rêver...
    Idelis, Idecycle, Idelib, idées fixes !
    Nouveau parc des Expositions, résultat d’un sondage.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises