Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Un sociologue et l’occitan

lundi 27 février 2012 par Maximilianus64


Au sujet des échanges vifs et nourris à propos de "l’occitan", on peut enrichir le débat et rajouter un point de vue d’un sociologue béarnais bien connu : Pierre Bourdieu.

"Ce que parler veut dire"  : essai de Pierre Bourdieu publié en 1982 aux éditions Fayard (p. 140)

« Le fait d’appeler « occitan »(5) la langue que parlent ceux que l’on appelle les « Occitans » parce qu’ils parlent cette langue (que personne ne parle à proprement parler puisqu’elle n’est que la somme d’un très grand nombre de parlers différents) et de nommer « Occitanie », prétendant ainsi à la faire exister comme « région » ou comme « nation » (avec toutes les implications historiquement constituées que ces notions enferment au moment considéré), la région (au sens d’espace physique) où cette langue est parlée, n’est pas une fiction sans effet (6) ».

5. L ’adjectif « occitan », et, a fortiori, le substantif « Occitanie » sont des mots savants et récents (forgés par la latinisation de langue d’oc en lengua occitana), destinés à désigner des réalités savantes qui, pour le moment au moins, n’existent que sur le papier.

6. En fait, cette langue est elle-même un artefact social, inventé au prix d’une indifférence décisoire aux différences, qui reproduit au niveau de la « région » l’imposition arbitraire d’une norme unique contre laquelle se dresse le régionalisme et qui ne pourrait devenir le principe réel des pratiques linguistiques qu’au prix d’une inculcation systématique analogue à celle qui a imposé l’usage généralisé du français. »


Extrait de la préface du n°spécial des Cahiers de l’Université « Langues en Béarn », PUM, Toulouse, 1989, p.5

« Puis il y eut, et il y a encore, la revendication militante des " occitanistes " qui, dans leur volonté d’unification inséparable d’une forme de centralisme, font ressurgir, à un niveau d’agrégation inférieur, les contradictions mêmes dont leur lutte est le produit, suscitant la réaction identitaire des " gasconnistes ", ou même des " béarnistes ", à nouveau menacés d’être engloutis dans une unité plus englobante et de voir leur particularité renvoyée au statut de particularisme, leur langue au rang de dialecte, voué à la correction. »

Bonne lecture et bon débat.

- par Maximilianus64


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Un sociologue et l’occitan
27 février 2012, par Emmanuel Pène  

Le problème dans ce débat est l’insistance acharnée dont font preuve les occitanistes pour faire croire à la population qu’ils sont "occitans". N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps, on pouvait lire sur les murs de Pau : "Ici c’est l’Occitanie, pas la France". Plus c’est gros, plus on y croit ?

  • > Un sociologue et l’occitan
    27 février 2012, par larr  
    C’est une rengaine, limite obsessionnelle ! Il y a des occitanistes de droite, de gauche, du centre ... Les rares indépendantistes agissent, je suppose, dans le respect de la loi

  • > Un sociologue et l’occitan
    27 février 2012, par larr  

    Ce qui m’a frappé, dans ce vif débat, c’est l’incompréhension. Car en fait, tout le monde a raison ! Une langue, à l’état naturel, est dialectalisée. Elle n’est unifiée que par l’action d’un Etat, comme le français à partir du XVIe siècle. Il est donc normal que l’Occitan, puisqu’il n’a jamais existé d’Occitanie, soitr restée dialectalisée. P. Bourdieu ne dit pas autre chose. Par contre, il se trompe sur un point : le terme lingua occitana apparâit au XIVe siècle... Il y a plus récent !

  • > Un sociologue et l’occitan
    27 février 2012, par Jean Lafitte  

    Il est exact que lingua occitana apparait dès l’aube du XIVe s., mais en latin, dans la convocation, le 14 aout 1302, par Gilles, archevêque de Narbonne, d’un concile à Nîmes ; il n’a là que valeur territoriale, comme plus tard le mot Languedoc.

    Mais peu après 1337, on lit, Lingua Occica, toujours en latin, et désignant le territoire de Langue d’oc, comme région d’origine d’un noble décapité pour trahison, puis de barons ayant contribué à la prise de villes et châteaux en Gascogne (« Continuatio » de la Chronique latine de Guillaume de Nangis, Géraud (H.) éd., t. II, Paris, 1843, p. 158).

    Et le 26 aout 1344, c’est lingua ocana, latin, qu’on trouve, avec une acception nettement linguistique, dans une lettre du pape Clément VI (Chartularium Universitatis parisiensis, Cartulaire de Université de Paris, Denifle (H.) et Chatelain (É.) éd., Paris, 1891, p. 552).

    Avant le XXe s., nous n’avons AUCUNE ATTESTATION de l’expression en français, encore moins dans une quelconque langue d’oc. Alors que depuis 1313 (bientôt 700 ans !!), gascon, désignant la langue, n’a cessé d’être employé, en Gascogne et ailleurs ; et béarnais, de même, mais depuis 1533 seulement, en l’état de nos recherches.

    Ainsi, dans son Thresor de la langue française (1606), le Nîmois Nicot, passe de occision à occultateur (p. 438) ; il ignore oc tout court, et à l’article langue, ne donne en exemples que « Langue Hebraïque, Grecque, Latine, Françoise, Alemande, Italienne, Espagnole », traduisant françoise par le latin gallica.

    Sur le site de recherche « ARTFL Project » (Analyse et traitement informatique de la langue française) de l’Université de Chicago, une recherche simultanée sur le Thresor de la langue française de Jean Nicot (1606), le Dictionnaire critique de la langue française de Jean-François Féraud (Marseille, Mossy 1787-1788) et le Dictionnaire de L’Académie française 1ère (1694), 4ème (1762), 5ème (1798), 6ème (1835), et 8ème (1932-5) éditions ne donne rien pour « occitan » et ses dérivés.

    Si l’on veut faire sérieusement l’histoire d’un mot ou d’une expression, il est essentiel d’en connaitre la langue, le domaine d’usage, la signification dans son contexte, et la société ou classe sociale qui en use.

  • > Un sociologue et l’occitan
    27 février 2012, par Jean Lafitte  

    Ce matin, je n’ai répondu à « larr » que sur l’histoire de l’expression « lingua occitana » et surtout de son « signifié ». Ayant un peu de temps ce soir et peu d’envie d’attaquer un gros travail, je complète ma réponse par les aspects proprement linguistique et sociolinguistique.

    Parler de « langue dialectalisée » suppose en toute rigueur que l’analyse des caractéristiques des parlers considérés révèle davantage de traits communs (donc langue) que de traits variables (dialectes). En fait, cette analyse n’a été faite qu’à l’époque moderne, par exemple par le Pr. Pierre Bec dans son Manuel pratique de philologie romane (2 tomes) de 1970-71. Et contrairement aux idées fort répandues chez les militants, il traite l’occitan, le catalan et le gascon (reste du domaine d’oc) comme trois langues distinctes au même titre que l’italien, l’espagnol, le portugais etc.

    La notion même de « langue d’oc » n’est le fruit d’aucune recherche de l’espèce, mais l’expression d’un vague sentiment populaire des gens du Nord de la France à l’égard des parlers des gens du Midi rencontrés au XIIIe s. à l’occasion de la croisade albigeoise et de ses suites. Tout comme ils appelleront « Gascons » tous les gens du Midi à la suite de l’accession d’Henri IV au trône de France, appuyé par de nombreux soldats gascons.

    Or l’acception linguistique de « langue d’oc » français disparaît après 1375, et n’a jamais eu de correspondant méridional avant le XIXe s. Son substitut moderne « occitan » date lui de la fin de ce même siècle.

    Ainsi, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est très claire au mot DIALECTE (t. IV, 1754, p. 933), article rédigé par le Marseillais César Chesneau, sieur Dumarsais (1676-1756) ; pour lui, ce mot, qu’il traite comme féminin, désigne une variété d’une « langue commune ». Et là, l’exemple donné ne laisse aucun doute sur sa pensée : « Si le mot de dialecte étoit en usage parmi nous, nous pourrions dire que nous avons la dialecte picarde, la champenoise ; mais le gascon, le basque, le languedocien, le provençal, ne sont pas des dialectes : ce sont autant de langages particuliers dont le françois n’est pas la langue commune, comme il l’est en Normandie, en Picardie & en Champagne. » Donc, en 1754, pour ce lettré né à Marseille, le provençal n’est que la langue de Provence, distincte du gascon et du languedocien, sans qu’il soupçonne une « langue commune » dont ils seraient les dialectes.

    En 1836, deux érudits précurseurs du renouveau provençal conçoivent le projet d’une revue littéraire destiné à faire connaitre les poètes « de Provence, du Comtat, du Languedoc et du Dauphiné » ; ce projet n’aboutit pas, mais le prospectus destiné à le lancer lui donnait pour titre « Revue néo-latine. Patois du Midi », ce qui montre qu’ils ne disposaient pas encore de l’expression unitaire « langue d’oc » pour désigner collectivement ces parlers.

    Le concept même de langue d’oc unique est une invention des romantiques largement popularisée par Mistral et nous vivons donc depuis 150 ans dans ce mythe d’une « langue d’oc dialectalisée » par manque d’état pour l’unifier, alors qu’il ne s’agit que d’un ensemble de parlers dont l’unité foncière est dans le latin parlé, relativement unifié, qu’ont appris les différents peuples du sud de la Gaule.

    Si une dynastie avait réussi à réunir ces territoires en un état, elle l’aurait certainement dotée d’une langue administrative unique, qui aurait été celle du siège du pouvoir (comme l’a été le français du roi en France et le fut le béarnais dans les terres des comtes de Foix-Béarn), et non un amalgame savant des parlers vernaculaires.

    L’erreur sociolinguistique de l’occitanisme a été de croire que l’on pourrait établir une langue unique sans état, mais comme base d’un état à construire : le résultat est qu’on n’a ni état, ni langue unique, ni malheureusement des langues multiples dont ce mouvement d’allure savante a contribué à décourager la transmission.

    Donc si « larr » est frappé par l’incompréhension, je crois que c’est surtout l’ignorance générale de tout cela qui est à la source des dialogues de sourds.

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Pleure ô pays bien aimé
    Adage des gens de justice
    Thank you London 2012
    La mondialisation ? Une dynamique naturelle incontournable ?
    La mondialisation
    Questions
    L’abstention.
    Petit trou deviendra grand
    Démission ou renoncement
    Pau - « Semaine du développement durable »
    Tuerie de Toulouse : La dictature de l’immédiateté
    Réaction de B.A.P à l’article « et si B.A.P révisait (partiellement) ses objectifs »
    Expulsions locatives
    Obsolescence
    Et si BAP revisitait (partiellement) ses objectifs ?
    « Valeurs » ! Vous avez dit « valeurs » ? Comme c’est bizarre !
    Oui et non
    Le P.P.P. n’est pas toujours « Pau Portes des Pyrénées » !
    Parents : Vous êtes tous des assassins ???
    Sécurité. Dialogue avec mon épicier.



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises