Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose

mardi 14 février 2012 par Claudiqus


Je m’imaginais benoîtement que nous étions en période de récession, crise économique oblige et serrement de ceinture à la clef .

Mais la lecture d’un fort intéressant article paru dans la République du jeudi 02 février, m’incite illico à réviser mon indécrottable pessimisme et mes appréhensions injustifiées .

Fi des oiseaux de mauvais augure, le temps de la diète est derrière nous, dépensons donc de nouveau sans compter ! C’est du moins ce que j’en conclus après lecture de cette instructive nouvelle, publiée en page régionale de notre quotidien local .
On y apprend ainsi la mise en place future sur la base de loisir de Baudreix, celle-là même qualifiée en son temps de " Perle du Béarn", d’un système Cableski, entendez par là une auto traction par câble, et donc sans l’aide d’un bateau, d’éventuels adeptes de la glisse nautique .
On doit cette remarquable invention à un allemand, fervent amateur de ce sport fort ludique et compétitif au demeurant, sans la moindre intention ironique de ma part, mon propos ne se veut en aucun cas désobligeant envers l’inventeur.

Non point à l’encontre de l’activité de loisir, essentielle sans doute en ces temps de grise mine, mais plutôt en ce qui concerne son financement, le coût prévisionnel atteint tout de même la modique somme de 350 000 € HT ! les subventions sont allouées bien entendu par le Département, la Communauté de Nay et quelques subsides européens, soit, une fois encore, les deniers du contribuable, auquel personne ne s’est empressé de venir demander son avis !

Mais rassurons-nous, pas un centime à charge de la commune concernée ! Ouf, merci Monsieur le Maire ! Parallèlement, l’école assure toujours ses classes dans un bâtiment préfabriqué qui s’apparente à un baraquement de chantier posé sur une couche de macadam, c’est bien suffisant pour des gamins qui ne songeront sans doute pas à se plaindre !
En fait, les finances sont au bas fixe, la voirie accuse quelques trous épars en maints endroits, sans doute par solidarité avec le budget ...
Beaucoup de personnes âgées habitent le village, certaines éprouvent des difficultés grandissantes à honorer le montant de leurs prélèvements fiscaux et fonciers .

Le Maire et la gérante de la Base, associés en cette belle démarche, ne tarissent pas d’éloges pour ce séduisant projet, s’extasiant au passage devant la grâce et la finesse d’échassier des pylônes nécessaires au fonctionnement du système de tractage .
Serait-ce une manière inconsciente de déplorer le départ des centaines d’aigrettes qui aimaient à se prélasser sur les grands acacias en bordure, et que les travaux préliminaires font d’ores et déjà fuir à tire d’aile ?

En ces périodes difficiles, n’y aurait-il aucune façon plus urgente d’utiliser l’argent public qu’en faisant plaisir à une poignée d’initiés, toujours sans vouloir mésestimer la part de ludisme ni mettre entre parenthèses la recherche d’attractivité touristique ? ...

- par Claudiqus


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
14 février 2012, par mael  

Un système identique existe sur le domaine de Sesquière à Toulouse. J’y ai fait quelques ronds dans l’eau il y a une dizaine d’année. Je dirais que c’est ludique, accessible à tous ou presque. Aux beaux jours, c’était tout le temps plein, il fallait systématiquement faire la queue. (après, on est bien d’accord, Toulouse n’est pas Baudreix ;))

Vu le faible investissement d’investissement (350 000 € HT), je suis certain (sans avoir de données comptable, juste une intuition) que le bazard à glisse s’autofinancera tranquillement, je parierais même qu’ils vont faire du pognon avec...

On est quand même loin des 16 millions d’investissement du stade d’eaux vives et du million déboursé par l’agglo à l’année pour avoir un équilibre budgétaire.

http://www.teleskitoulouse.com

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par claudiqus  

    Tout à fait d’accord, Mael !

    Mais il faut comparer ce qui est comparable, et Baudreix ne roule pas sur l’or, c’est un euphémisme ...

    Je maintiens que je n’ai rien contre l’investissement de loisir, mais suis sans doute subjectif, en connaissance de cause, sur les décisions prises à l’echelon de la commune .

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par mael  

    Mais il faut comparer ce qui est comparable, et Baudreix ne roule pas sur l’or, c’est un euphémisme ...

    Bein, on est bien d’accord, Baudreix n’est pas Toulouse mais d’après l’article de la Rep, l’Europe, l’état, la CC de Nay, le département financeront le projet et la part de la commune sera pris en charge par le privé qui exploite le lac ainsi que la part non couverte par les subventions, aussi Baudreix ne mettra pas la main à la poche, rassuré Claudicus ?

    Par contre, l’article est bien light sur la part de financement public-privé et on peut se demander pourquoi les finances publiques mettent la main à la poche alors que le privé est prêt à tout financer (toujours d’après l’article).

    Maintenant si le projet s’autofinance voire qu’il soit rentable, pourquoi ne pas le faire ?

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par claudiqus  

    Merci Mael de me rassurer, bien qu’il n’y eût nulle confusion de ma part pour ce qui est du subventionnement, ainsi que je le précisais initialement !

    En fait, j’avais en ligne de mire, non pas le projet en lui-même, tout à fait louable et justifiable en l’état, mais plutôt la gestion calamiteuse d’une municipalité, dont nous sommes témoins, au titre de résidents, depuis un temps fort éloigné ... mais ceci est une autre histoire ...

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par oscar  

    Le bel interessant exemple que voilà. Donc, la récession devrait selon vous Claudiqus conduire à la récession, puisque vous semblez vous étonner qu ’on investisse encore. Ou confondre investissement et frais de fonctionnement qui sont ceux que l ’on doit évidemment chasser en période de récession. C’est un premier point. Le second m ’étonne de la part d’un défenseur des aigrettes, puisque cet investissement me parait hautement éco-compatible, même si je le comprends il ne s’harmonise nécessairement que moyennement avec le paysage. Mais c’est le cas des remontées mécaniques en montagne, sans même parler des canons à neige qui sont autant d’incongruités lorsqu’ on les voit hérisser la montagne l ’été. Parions en tout cas que les aigrettes reviendront quand elles se seront habituées. Le troisième c’est que cet investissement de loisir est populaire, puisqu’ il abaisse très considérablement les conditions d’accès des moins riches à ce genre de sport nautique devenu extrêmement cher. Le quatrième, c’est qu’il s’agit d’une initiative entrepreneuriale, dont on peut regretter qu’ elle ne soit privée, mais donnons lui sa chance. Il n’y en n’a pas tant ! Le cinquième est plus gênant car il s’agit de matériel allemand. Diantre encore eux. Nous avons eu en France très longtemps un champion du monde de ski nautique, très jeune virtuose qui a su ensuite prolonger sa carrière de belle manière. Nous avions d’un autre côté toute la technologie nécessaire en matière de remontées mécaniques qu ’il eut été extrêmement facile de dériver vers ce genre de domaine. Et c’est en effet une société allemande qui a pris l’ initiative de surfer, c’est le cas de le dire, sur la vague de l ’éco-sensibilié des marchés pour leur proposer des systèmes qui vont de la traction pour wakeboard, jusqu’ à des draisines sur cables actionnées manuellement pour traverser des rivières.

    Voici leur site

    http://www.rixen-seilbahnen.de/deutsch/produkte/schwebefaehren/wasserskiseilbahnen-und-wakeboardseilbahnen-schwebefaehren.html

    A partir d’une idée, sans marché déjà ouvert, cette PME a su s’internationaliser et aller proposer ses services et produits dans le monde entier, en prenant 90 % de cette micro-niche. Nous devrions méditer cet exemple comme une autre occasion perdue chez nous pour éviter la récession, plutôt que de ratiociner nos investissements publics, tout en protestant contre la vétusté de l ’école de Baudreix, 560 habitants, qui de toute manière est en sursis. Budget de fonctionnement obligera. Sauf si M Nihous est élu Président, bien sûr. Il habite l’ endroit.

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par claudiqus  

    merci Oscar, de vous être fait l’écho de mon, intéressant ?... article .

    L’intérêt qu’il puisse susciter est bien entendu discutable, excepté peut-être pour un résident, informé à juste titre du passif d’une commune dont les habitants ne furent jamais consultés pour se voir associés à un projet pharaonique et coûteux, qui a sans nul doute accéléré le sursis auquel vous fites allusion .

    Quant à me prêter l’intention de m’offusquer d’un brevet pour raison de provenance extra territoriale, j’en déduis que la lecture que vous m’accordates fut pour le moins distraite .

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par oscar  

    Non pas du tout au contraire. J’ ai simplement voulu utiliser cet exemple (interessant oui oui..) pour illustrer deux choses : le débat franco-allemand qui fait l ’actualité du moment et la manière dont des PME allemandes parviennent à implanter des équipements que nous aurions parfaitement pu faire en France en occupant des micro niches pas vraiment technologiques et ou les Chinois ne viendront pas ...tout de suite. Nous avons tant à faire, si nous n ’en doutons pas. ..Ainsi que la nécessité de continuer à investir, surtout en période de récession, même s’il faut réduire d’urgence les coûts improductifs.

    Ensuite, sur la question de savoir si c’est à une commune de réaliser ce genre d’équipements, je suis d’accord avec vous qu’il y a débat.

  • > Le ski nautique, thérapie anti-sinistrose
    14 février 2012, par claudiqus  

    Oui, nous sommes en accord sur le premier point ...

    Le second, vous l’aurez compris, m’interpelle de façon différente et plus localement !

    Lorsque les finances ne sont pas au mieux et que certains de ses administrés ont du mal à joindre les deux bouts, il peut paraître un peu indécent de se glorifier à dépenser l’argent public pour des projets, disons moins prioritaires ...

  •    
     
     
     
    Les rubriques d’A@P
    Citoyenneté
    A compte d’auteurs
    "Arpenteurs sans limites"
    "Les sorties de Michou"
    "Un samedi par semaine - tome 2"
    "Un samedi par semaine - tome I"
    Au ras du bitume
    Enquêtes
    Evasion
    Maréchaussée Paloise
    A@P.com
    Courrier d’e-lecteurs
    Hommes et femmes d’ici !
    Opinion
    Portraits, Entretiens
    Tribune Libre
    Humeurs
    La Charte d’A@P
    Le défouloir !
    Les cartons
    Les cartons mi-figues mi-raisins
    Les cartons rouges
    Les cartons verts
    Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
    Vu dans la presse
    ”Les Causeries d’A@P”
    Détente
    Loisirs
    Spectacles
    Economie
    Aéroport Pau-Pyrénées
    Enjeux
    Enjeux environnementaux
    Enjeux européens
    Enjeux sociétaux
    Grand Pau
    Lescar
    Billère
    Gan
    Gelos
    Idron
    Jurançon
    La CDA Pau-Pyrénées
    Lons
    Point de vue
    Grands projets
    "LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
    BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
    Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
    Nouveau complexe aquatique de Pau
    Nouvelle voie routière Pau-Oloron
    Nouvelles Halles de Pau
    Pau
    Du Côté des Quartiers
    La vie
    Une idée pour la ville
    UPPA
    Politique
    Forums des Partis
    Politique locale
    Politique régionale et nationale
    Territoires
    Aragon
    Béarn
    Bigorre
    Espagne
    Europe, Monde
    Pays Basque, Euskadi
    Pyrénées
     
       
     
      Envoyer à un ami
    Destinataire  :
    (entrez l'email du destinataire)

    De la part de 
    (entrez votre nom)

    (entrez votre email)



    [ Imprimer cet article ]
     


     
    Autres articles

    Transparence ou Totalitarisme : il faut choisir !
    Jaurès ! Où es-tu ?
    Philosophie de comptoir.
    Ne mets pas tes pieds ...
    Drôle de gestion à Montardon
    Mais, tout le monde le fait !
    Madame la maire de Pau et le code de la route.
    Méditations estivales.
    Boycott !
    Réponse aux réactions des lecteurs.
    « Il n’y a qu’une douleur facile à supporter, c’est celle des autres »
    Conte de Noël, ou si l’Homme en blanc retrouvait sa jeunesse...
    Justice sociale et pouvoir de l’argent roi : pour répondre à Raymond Monédi
    La justice sociale, clé du bonheur de l’Humanité !
    La Poste
    Petites questions
    Ca sent les égouts.
    La cigale et la fourmi
    Retour sur les élections et sur le futur
    On ne peut pas être informé de tout !



    [ Haut ]
     

    Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

    Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises